Warning: session_write_close() [function.session-write-close]: write failed: Disk quota exceeded (122) in /var/www/clients/client6/web37/web/doku.php on line 81

Warning: session_write_close() [function.session-write-close]: Failed to write session data (files). Please verify that the current setting of session.save_path is correct (/var/lib/php5) in /var/www/clients/client6/web37/web/doku.php on line 81

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /var/www/clients/client6/web37/web/doku.php:81) in /var/www/clients/client6/web37/web/inc/actions.php on line 162
vocabulaires_techniques:latin_biblique:bilan [Dictionnaire Historique et Encyclopédie Linguistique du Latin]
 

Le latin biblique

Présentation et enjeux en vue d’une étude syntaxique


Bilan provisoire

Cette présentation des latins bibliques et plus particulièrement du latin de la Vulgate conduit à un bilan global contrasté : on a affaire à une langue complexe et, dans le cas du latin de la Vulgate, à un idiolecte particulier.

Il convient de souligner les points suivants :

- dans une étude des latins bibliques, l’histoire des textes à travers leurs filiations et dans leur dimension philologique revêt une importance particulière.

- en outre, indépendamment de leurs rapports divergents aux langues sources, les registres de langue des Vieilles Latines et de la Vulgate diffèrent.

- les calques, directs et indirects, façonnent le latin biblique : il y a de ce fait un «style biblique» qui devait avoir une résonance très particulière aux oreilles des auditeurs contemporains : ce n’était pas du latin courant, ni familier, ni grandiloquent ; c’était du «latin sacré».

- mais ces calques ne font qu’aller dans le sens de traits latins inhérents qu’ils développent; en quelque sorte, ils accompagnent le «latin en marche». Et si des traits de la langue source sont trop éloignés des potentialités de la langue cible, ils sont refoulés: les calques tout autant que les calques refusés de la Vulgate conduisent à une sorte de radiographie du noyau dur du latin écrit du 5° siècle.

- beaucoup de calques cependant restent spécifiques au latin biblique: on a souligné que la langue de la Vulgate était sentie comme «langue à part».

Il reste alors un domaine à explorer : quelles conditions permettent à certains calques de dépasser le cadre biblique (avec dans ce cas, expansion possible, de façon plus ou moins souterraine, des biblismes vers les langues romanes, via le latin tardif et médiéval) ?

On pense évidemment à la diffusion exceptionnelle du texte biblique, de certaines de ses parties en tout cas, les Psaumes en particulier, à travers la liturgie, et toute une série de genres littéraires directement ou indirectement dépendants de la Bible. La répétitivité peut incruster une construction.

On insiste actuellement sur l’importance qu’il y a à partir de la description de systèmes individuels pour envisager les évolutions linguistiques (cf. Lightfoot, 2006) ; l’étude des latins bibliques amorcée ici, et notamment le latin de la Vulgate comme idiolecte tout à fait particulier, constitue un champ d’investigation exceptionnellement important, et dans sa constitution en amont et dans son influence en aval. La seule grammaire de la Vulgate en usage a presque un siècle : il n’est pas déraisonnable d’en envisager une nouvelle.


Revenir au § 3 ou Revenir à l'introduction ou Voir la bibliographie