Les arbres fruitiers et les fruits

Michèle FRUYT (Université de Paris-Sorbonne, Paris 4)



Nous traiterons ici des arbres dont les textes latins nous disent qu’ils produisent des fruits. Certaines espèces sauvages ont été améliorées par la culture, le plus souvent à une époque ancienne et antérieure aux premiers textes. Mais parfois les textes nous apprennent à quelle époque et dans quelles circonstances, grâce à quel personnage historique tel arbre fruitier fut introduit à Rome, comme par exemple le cerisier dans sa forme cultivée.

Nous laisserons de côté ici la vigne, qui nous semble appartenir à une autre catégorie cognitive pour la communauté linguistique latine. Nous laisserons également de côté les arbres utiles comme les saules, qui sont entretenus par les gens de la campagne (qui s’en servent pour différents usages quotidiens indispensables), mais poussent dans les milieux naturels et ne fournissent pas de fruits comestibles.

Pour les arbres figurant dans les jardins d’agrément : voir Les arbres dans les jardins d’agrément romains.

0. Plan