La formation des mots

Bibliographie raisonnée

Michèle FRUYT

Université de Paris-Sorbonne (Paris 4)


§ 9. Les vocabulaires techniques

9.1. Vocabulaire latin et terminologies scientifiques contemporaines

Les textes techniques ou scientifiques occupent une place importante dans la littérature latine et les terminologies employées dans ces textes servirent souvent de bases aux nomenclatures scientifiques de l’époque moderne et contemporaine. L’étude des textes techniques latins offre donc un intérêt particulier non seulement pour notre connaissance de la langue latine, mais aussi pour celle du vocabulaire scientifique depuis le Moyen-âge jusqu’à aujourd’hui.

9.2. Propriétés sémantico-référentielles des termes techniques

Qu’est-ce qu’un terme technique? La linguistique générale a reconnu et défini les caractéristiques des termes techniques, par exemple :

  • DUBOIS Jean, 1966 : “Les problèmes du vocabulaire technique”, Cahiers de lexicologie 9, p. 103-112.
  • GUILBERT Louis, 1973 : “La spécificité du terme scientifique et technique”, Langue française 17, p. 5-17.
  • LERAT Pierre, 1995 : Les langues spécialisées, Paris, PUF.
  • DEPECKER Loïc, 2012 : “Préface. Quelques éléments d’introduction à la terminologie”, in J. Ducos (éd.) 2012 : Sciences et langues au Moyen ge. Wissenschaften und Sprachen im Mittelalter, Heidelberg, C. Winter, p. 1-9 (avec une importante bibliographie).

Les sciences contemporaines visent à se doter d’une nomenclature dont les lexèmes entretiennent des relations biunivoques entre le lexème et le designatum ou référent extralinguistique de ce lexème. Cependant, les termes techniques du latin ne constituent pas, à l’intérieur de chaque domaine de la connaissance, une nomenclature à proprement parler, mais seulement un vocabulaire.

Les vocabulaires techniques du latin, dans bien des cas, réutilisent des termes de la langue courante (cf. ci-dessous § 9.5.) dans un sens plus spécialisé et plus précis du point de vue dénotatif de la valeur référentielle par restriction de sens, ce qui correspond soit à l’addition de sèmes spécifiques avec maintien du sème générique, soit au changement du sème générique.

Parfois ils recourent à un procédé de calque à partir d’un terme grec ayant la même valeur dénotative : voir ci-dessous le § 14.2. sur les emprunts au grec et les trois sortes de calques. Dans les vocabulaires techniques,il s’agit le plus souvent de calques de signifiant, mais on rencontre aussi des calques morphologiques et quelques calques sémantiques.

9.3. Les études d'ensemble

Les textes latins offrent des vocabulaires techniques dans tous les domaines de la connaissance pratiqués dans l’Antiquité : ceux de la médecine, de l’art vétérinaire, de la botanique, de la zoologie, de l’agriculture et de l’agronomie, des mathématiques, de l’arpentage, du droit, de la grammaire, de la rhétorique, etc. Ces aspects ont été largement abordés dès le XIXe s. depuis les débuts de la philologie, de la lexicologie et de la lexicographie portant sur la langue latine.

  • COUSIN Jean, 1943 : “Les langues spéciales”, Mémorial des Etudes latines, offert par la société à son fondateur J. Marouzeau, Paris, Belles Lettres, p. 37-54.
  • DE SAINT-DENIS E., 1943 : “Des vocabulaires techniques en latin”, Mémorial des Etudes latines, offert par la société à son fondateur J. Marouzeau, Paris, Belles Lettres, p. 55-79.
  • ANDRE Jacques, 1986 : “Sur la constitution des langues techniques du latin”, in Etudes de lettres, sciences et techniques à Rome, p. 6-16.
  • DE MEO C., 1986 : Lingue tecniche del latino, Bologna, Patron.
  • CALLEBAT Louis, 1997-1998 : “Sciences, techniques et langages”, Voces 8-9 (Actas del Encuentro internacional sobre lexico latino, Salamanca 18-29 noviembre 1999), Universidad de Salamanca / Université de Caen, p. 141-153.
  • FÖGEN Thorsten, 2011 : “Latin as a Technical and Scientific Language”, in J. Clackson (éd.), A Companion to the Latin Language, Wiley-Blackwell. p. 445-462.

On trouvera une précieuse bibliographie sur les vocabulaires techniques du latin jusqu’en 1991 dans l’ouvrage :

  • CAPAIUOLO Fabio, 1993 : Bibliografia della lingua latina (1949-1991), Napoli, Loffredo editore : p. 472-499 : Lingue tecniche e settori linguistici speciali.

Pour l’étude sémantique du terme ars “technique” (etc.) lui-même, voir :

  • GAVOILLE Elisabeth, 2000: Ars. Etude sémantique de Plaute à Cicéron, Louvain / Paris, Peeters.

On consultera avec profit à ce sujet les actes du colloque du centre Alfred Ernout publiés aux PUPS :

  • Brachet J.-P. & Moussy C. (éds.), 2006 : Latin et langues techniques, Paris, PUPS.

Pour les catégories naturelles, voir le DHELL, 2e partie “Langues techniques”, les sous-parties : “Botanique” (Plantes, arbres et fleurs), “Oiseaux”, “Animaux aquatiques” (poissons, crustacés, mollusques, etc.).

9.4. Les vocabulaires techniques latins dans des domaines particuliers

9.4.1. Vocabulaire de l'agriculture, de l'agronomie, de la géologie, de la vulcanologie

Ce domaine du lexique latin a fourni aux sciences modernes de l’agronomie, des techniques agricoles, de la géologie, de la vulcanologie, de la géographie physique un grand nombre de leurs termes essentiels (cf. fr. solum) par emprunt savant. On trouvera dans les ouvrages suivants les termes latins empruntés (par emprunt savant) par les langues contemporaines pour constituer le vocabulaire scientifique de la géologie et de l’agronomie, ainsi que des termes d’origine latine passés dans les langues romanes par la voie phonétique et figurant dans ces mêmes nomenclatures. Ils démontrent l’ampleur de l’impact du lexique latin sur ces domaines scientifiques des langues contemporaines :

  • WYATT A., 1961 (1986) : Challinor’s Dictionary of Geology, University of Wales Press, 1ère éd. 1961, 6e éd. 1986.
  • GOHAU G., 1987 (1990) : Une histoire de la géologie, Paris ; 1ère édition en 1987 aux Editions La découverte ; 2e édition en 1990 aux Editions du Seuil.
  • ELLENBERGER F., 1988 : Histoire de la géologie, tome 1, Paris, Technique et Documentation - Lavoisier.
  • BAIZE D. & JABIOL B., 1995 : Guide pour la description des sols, Paris, INRA Editions.

A) Le vocabulaire latin de l'agriculture et de l'agronomie

Le vocabulaire de l’agriculture et de l’agronomie est attesté dès l’époque archaïque chez Caton dans le De agricultura et il est fondamental dans le lexique latin. Il a servi de base à de nombreuses métaphores, parce que les entités dénotées étaient centrales dans la conscience de la communauté linguistique.

C’est la partie du lexique technique où le latin a le moins eu recours à l’emprunt au grec. Le latin a, en effet, eu tendance à développer et créer en latin même son vocabulaire technique agricole à partir d’éléments hérités. En outre, pour certains designata spécifiques concernant notamment les terres cultivables, le latin a emprunté des termes au gaulois (selon les informations fournies par Pline l’Ancien notamment).

Le vocabulaire agricole transmis par les textes fut central en latin dans la langue courante des gens de la campagne puisqu’un nombre non négligeable de termes passa dans les langues romanes par la voie phonétique.

On trouvera les termes d’agriculture et d’agronomie dans les différentes éditions des textes d’agronomie et dans les commentaires de la CUF (Caton, Varron, Celse, Columelle, Palladius, etc.).

On peut citer, entre autres études :

  • MAROUZEAU Jules, 1925 : « Le latin, langue de paysan », in Mélanges Vendryès, Paris, p. 251-265.
  • BILLIARD R., 1928 : L’agriculture dans l’Antiquité d’après les Géorgiques de Virgile, Paris, de Boccard.
  • SVENNUNG J., 1935 : Untersuchungen zu Palladius und zur lateinischen Fach- und Volkssprache, Uppsala, Almquist & Wiksells / Leipzig, Otto Harrassowitz / Haag, Martinus Nijhoff / Paris, H. Champion.
  • ANDRE Jacques, 1952 : « Contribution au vocabulaire de la viticulture. Les noms de cépages », Revue des Etudes latines 30, 1952, p. 126-156.
  • TIBILETTI Bruno & Maria Grazia, 1969 : Il Lessico agricolo latino, Amsterdam, Adolf M. Hakkert.
  • WHITE Kenneth Douglas, 1970 : Roman Farming, London, Thames & Hudson.
  • MARTIN René, 1971 : Recherches sur les agronomes latins, Paris, Belles Lettres ; thèse de l’Université de Paris (Sorbonne).
  • KOLENKO J., 1980 : L’agricultura nell’Italia romana, Roma.
  • ANDREI Silvia, GLIGORA Francesco & BARBU Nicolaus 1981 : Aspects du vocabulaire agricole latin, Roma, L’Erma di Bretschneider.
  • FRUYT Michèle, 1989 : « Le rôle de la métaphore et de la métonymie en latin : style, lexique, grammaire », Revue d’tudes Latines, 67, p. 236 – 257
  • FRUYT Michèle, 2010 : “La dénomination des sols et des terres en latin. L’apport du lexique latin à la connaissance des notions géologiques”, in C. Thomasset, J. Ducos & J.-P. Chambon (éds.), Aux origines de la géologie de l’Antiquité au Moyen Âge, Paris, Champion, p. 27-73 (Actes du colloque international Aux origines de la géologie de l’Antiquité au Moyen-ge,10-12 mars 2005, Paris 4).
  • BRACHET Jean-Paul, 2013 : « Incohare, ou le latin langue de paysans », in A. Garcea, M.-K. Lhommé & D. Vallat (éds.), Polyphonia Romana. Hommages à F. Biville, Olms, 2013, vol. 1, p. 105-110.

B) La dénomination des instruments agricoles :

  • BRACHET Jean-Paul, 2006 : “Une famille de mots techniques : lat. uruum et formes apparentées”, in J.-P. Brachet & C. Moussy (éds.), Latin et langues techniques, Paris, PUPS.
  • THOMAS Jean-François, 2006 : “Les noms d’instruments agricoles : monosémie, polysémie, homonymie”, in J.-P. Brachet & C. Moussy (éds.), Latin et langues techniques, Paris, PUPS.

C) L'exploitation de la pierre :

  • MARINI Emanuela, 2006 : “La ‘systématicité’ des termes techniques : le cas de la terminologie latine de l’exploitation de la pierre”, in J.-P. Brachet & C. Moussy (éds.), Latin et langues techniques, Paris, PUPS, p. 95-113.

D) La description des volcans et les débuts de la vulcanologie :

  • BEDON R., 2004 : ”Montes flagrantes. Les volcans chez Pomponius Mela, Pline l’Ancien et Solin”, in E. Foulon (éd.), Connaissance et représentations des volcans dans l’Antiquité, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, p. 215-230.
  • GUITTARD Charles, 2004 : “La représentation des volcans chez Lucrèce”, in E. Foulon (éd.), Connaissance et représentations des volcans dans l’Antiquité, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, p. 215-230.

9.4.2. Vocabulaire de la chasse et des animaux

  • VENDRYES Jules, 1949 : « Sur quelques mots de la langue des chasseurs », Arch. Ling. 1, 1949, p. 23-29.
  • ANDRE Jacques, 1963 : « Noms de plantes et noms d’animaux en latin », Latomus 22, 1963, p. 649-663.
  • ANDRE Jacques, 1966 : « Onomatopées et noms d’oiseaux en latin », Bulletin de la société de linguistique de Paris 61, 1966, p.146-156.
  • ANDRE Jacques, 1967 : Les noms d’oiseaux en latin, Paris, Klincksieck. (Voir DHELL, 2e partie “Langues techniques”, “Oiseaux”).
  • SAUVAGE A., 1970 : « Les insectes dans la poésie romaine », Latomus 29, 1970, p. 269-296.
  • SAUVAGE A., 1975 : « Le serpent dans la poésie latine », Revue de Philologie 42, 1975, p. 241-254.
  • SANDOZ Claude, 1989 : « Les noms latins de l’éléphant et le nom gotique du chameau », Latomus 48, 1989, p.753-764 (pour lat. elephantus, Luca bos).
  • GAVOILLE Elisabeth, 2006 : “Les termes de chasse chez les écrivains latins”, in J.-P. Brachet & C. Moussy (éds.), Latin et langues techniques, Paris, PUPS, p. 115-133.

Pour les dénominations latines des oiseaux ainsi que des poissons, crustacés, mollusques, etc., voir le DHELL, 2e partie “Langues techniques”, sous-parties “Oiseaux” et “Animaux aquatiques”.

9.4.3. Vocabulaire de la botanique. Phytonymie

Voir DHELL, 2e partie “Langues techniques”, sous-partie “Botanique” : plantes, fleurs, arbres.

  • ERNOUT Alfred, 1957 : « Le vocabulaire botanique latin », Revue de Philologie 31, 1957, p. 183-208. (suffixes, etc.)
  • STEARN W. T., 1966 : Botanical Latin. History, Grammar, Syntax, Terminology and Vocabulary, London, Nelson.
  • FRUYT Michèle, 1989 : « Métaphore, métonymie et synecdoque dans le lexique latin », Glotta 67, 1989, p. 106-122. (formation des noms de plantes et des noms d’animaux)
  • FLOBERT Pierre, 1993: “La faune de la flore latine”, in Les phytonymes grecs et latins (Actes du coll. internat. de Nice, mai 1992), Université de Nice-Sophia Antipolis, p. 123-133.
  • FRUYT Michèle, 1993 : “Les procédés de désignation dans les noms de plantes en latin”, in Les phytonymes grecs et latins (Actes du coll. internat. de Nice, mai 1992), Université de Nice-Sophia Antipolis, p. 135-188.
  • BIVILLE Frédérique, 1993 : “La réception des hellénismes dans le lexique phytonymique latin (d’après Pline, Histoire naturelle)”, in Les phytonymes grecs et latins (Actes du coll. internat. de Nice, mai 1992), Université de Nice-Sophia Antipolis, p. 47-61.
  • GAIDE Françoise, 1996 : “Les noms latins des plantes médicinales comme vestiges d’une tradition orale. Analyses lexicologique et ethnologique”, in J. Dangel & C. Moussy (éds.), Les structures de l’oralité (Actes du colloque du centre A. Ernout, Paris IV, juin 1994), Paris, PUPS, p. 99-108.
  • GAIDE Françoise, 1996 : “Les noms des ‘plantes des femmes’ dans les textes médicaux latins. Lexicologie et ethnologie”, in M. Fruyt & C.Moussy (éds.), Structures lexicales du latin (Actes de la table ronde du 7e coll. internat. de linguistique latine, Jérusalem, 20 avril 1993), Paris, PUPS, p. 85-95.
  • GAIDE Françoise, 1998 : “Les noms des plantes vulnéraires dans les textes médicaux latins”, in B. Bureau & Ch. Nicolas (éds.), Moussylanea, Mélanges de linguistique et de littérature anciennes offerts à C. Moussy, Louvain / Paris, Peeters, p. 163-168.
  • FRUYT Michèle, 1999 : “Les deux types de motivation dans certaines langues indo-européennes (français, latin, …)”, in M. Fruyt & P. Valentin, Lexique et cognition, Paris, PUPS (coll. Linguistica Palatina).
  • FRUYT Michèle, 2014 : “Aspects de la phytonymie en latin”, in I. Boehm & N. Rousseau (éds.), L’expressivité du lexique médical en Grèce et à Rome. Hommage à Françoise Skoda, Paris, PUPS (collection Hellenica), p. 101-114.
  • BONET Valérie, 2014 : La pharmacopée végétale d’Occident dans l’oeuvre de Pline l’Ancien, Bruxelles, éditions Latomus, Collection Latomus n° 346 (513 pages).

9.4.4. Vocabulaire de la cuisine et de l'alimentation

Voir CHRISTOL Alain, DHELL 2e partie “Langues techniques”, sous-partie “Alimentation et cuisine” : pour les viandes et poissons dans les recettes d’Apicius.

Pour les végétaux en cuisine et les verbes opérateurs dans les recettes d’Apicius (avec une ample bibliographie) :

  • CHRISTOL Alain, 2016 : Le vocabulaire des cuisiniers en latin, Paris, PUPS.

9.4.5. Vocabulaire de l'arpentage

  • GUILLAUMIN Jean-Yves, 1995 : “Les agrimensores romains et la géométrie grecque”, in Actes du 28e Congrès de l’APLAES (Saint-Etienne, 19-21 mai 1995), Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, p. 39-63, et en particulier p. 48-52 pour le vocabulaire latin des arpenteurs, en grande partie emprunté au grec.
  • CONSO Danièle, 2006 : “Arpentage et lexicologie”, in J.-P. Brachet & C. Moussy (éds.), Latin et langues techniques, Paris, PUPS.

Voir tous les travaux de l’ISTA, Université de Franche-Comté, Besançon (Jean-Yves Guillaumin, Claude Brunet, Danièle Conso, etc.).

Voir les commentaires et les notes dans les éditions des textes d’arpentage, en particulier récemment :

  • GUILLAUMIN Jean-Yves, 2014 : Les arpenteurs romains tome III. Commentaire anonyme sur Frontin. Texte établi et traduit par Jean-Yves Guillaumin , Paris, Belles Lettres, CUF. (texte anonyme, commentaire partiel au traité d’arpentage de Frontin, l’auteur des Aqueducs et des Stratagèmes).

9.4.6. Médecine et art vétérinaire

Le vocabulaire de la médecine et de l’art vétérinaire fut l’objet, depuis longtemps, de nombreuses études et il continue à l’être, avec sans cesse de nouvelles publications. On peut citer entre autres parmi les travaux anciens :

  • HERAEUS W., 1906 : “Zur Sprache der Mulomedicina Chironis”, ALL 14, 119-124.
  • AHLQUIST H., 1909: Studien zur spätlateinischen Mulomedicina Chironis, Uppsala.

On trouvera une ample bibliographie pour les travaux dans ce domaine jusqu’en 1999 dans :

  • SABBAH Guy, 1987: Bibliographie des textes médicaux latins. Antiquité et haut moyen-âge, Publications de l’université de St.-Etienne.
  • FISCHER K.-D., 2000 : Bibliographie des textes médicaux latins. Antiquité et haut moyen-âge. Premier supplément 1986-1999, Publications de l’université de St.-Etienne.

Ouvrages généraux :

  • Sabbah Guy (éd.), 1991 : Le latin médical. La constitution d’un langage scientifique (Actes du 3e coll. intern. “Textes médicaux latins antiques”, Saint-Etienne, 11-13 septembre 1989), Publications de l’Université de Saint-Etienne.
  • Sabbah G. & Mudry P. (éds.), 1994 : La médecine de Celse. Aspects historiques, scientifiques et littéraires, Mémoires 13, Centre Jean Palerne, St.-Etienne, Publications de l’Université de St.-Etienne.
  • LANGSLOW David R., 1994 : “Celsus and the making of the Latin medical terminology”, in G. Sabbah & P. Mudry (éds.) 1994 : La médecine de Celse. Aspects historiques, scientifiques et littéraires, Mémoires 13, Centre Jean Palerne, St.-Etienne, Publications de l’Université de St.-Etienne, p. 297-318.
  • ADAMS J. N., 1995: Pelagonius and Latin Veterinary Terminology in the Roman Empire, Leiden.
  • Debru A. & Sabbah G. (éds.), 1998 : Nommer la maladie. Etude sur le vocabulaire gréco-latin de la pathologie. Mémoires 17. Centre Jean Palerne, St.-Etienne, Publications de l’Université de St.-Etienne.
  • URSO A. M., 1999 : “Il vocabolario nosologico di Celio Aureliano tra tradizione ed innovazione”, in Ph. Mudry (éd.), Caelius Aurélianus, nouvelles approches (Actes du coll. internat., Lausanne, 28-30 nov. 1996), Lausanne, p. 213-258.
  • LANGSLOW David R., 2000 : Medical Latin in the Roman Empire, Oxford.
  • Pigeaud A. & J., (éds.), 2000: Les textes médicaux latins comme littérature (Actes du 6e coll. internat. sur les textes médicaux latins, Nantes, 1-3 sept. 1998), Nantes, p. 113-126.
  • ANDRÉ Jean-Marie, 2006 : La médecine à Rome, Paris.
  • Cam Marie-Thérèse (éd.) 2007 : La médecine vétérinaire antique. Sources écrites, archéologiques, iconographiques, Rennes, Presse universitaires de Rennes.
    (On trouvera dans cet ouvrage des informations sur les termes latins suffixés et composés suivants dans leur emploi médical et vétérinaire spécialisé: appiosus, aptura, caballio, capitellum, circumcisorium, contractio,curatio, defixio, depletura, diaeresis, diplangistrum, equarius, equile, excisorius, famex, fistula, flagellum, foetor, forcipes, forfex, hinnire, iumentarius, iumentum, liquamen, malliolum, manducare, mulomedica, mulomedicus, organulum, ossicisorium, ossilago, pecus, pistulus, purgatura, sagitta, saliuatum, sarcolabis, scalpellum, securicella, signa, solutio, stremma, strictura, strigilis,subcutaneus, sublimiter, subrumi, succisorium, suffusio, tonsura, tormentum, trepidarius, ueterinarius, uilla, uirga, ungula)
  • Boehm I. & Rousseau (N. éds.), 2014 : L’expressivité du lexique médical en Grèce et à Rome. Hommage à Françoise Skoda, Paris, PUPS (collection Hellenica).

Travaux sur des points particuliers du vocabulaire des médecins et des vétérinaires :

  • SINIC’A V. G., 1979 : “Dalla storia dei termini medici latini che finiscono in -tio (-sio)”, Pytann’a Klasycnoji Filolohiji 16, p. 70-75.
  • GAIDE Françoise, 1996 : “Les noms latins des plantes médicinales comme vestiges d’une tradition orale. Analyses lexicologique et ethnologique”, in J. Dangel & C. Moussy (éds.), Les structures de l’oralité (Actes du coll. du centre A. Ernout, Paris IV, juin 1994), Paris, PUPS, p. 99-108.
  • GAIDE Françoise, 1996 : “Les noms des ‘plantes des femmes’ dans les textes médicaux latins. Lexicologie et ethnologie”, in M. Fruyt & C.Moussy (éds.), Structures lexicales du latin (Actes de la table ronde du 7e coll. internat. de linguistique latine, Jérusalem, 20 avril 1993), Paris, PUPS, p. 85-95.
  • GAIDE Françoise, 1998 : “Les noms des plantes vulnéraires dans les textes médicaux latins”, in B. Bureau & Ch. Nicolas (éds.), Moussylanea, Mélanges de linguistique et de littérature anciennes offerts à C. Moussy, Louvain / Paris, Peeters, p. 163-168.
  • GOUREVITCH Danièle, 2000 : “Une création lexicale continue, les dérivés en -osus dans le vocabulaire pathologique des médecins et des vétérinaires”, in A. & J. Pigeaud (éds.), Les textes médicaux latins comme littérature (Actes du 6e coll. internat. sur les textes médicaux latins, Nantes, 1-3 sept. 1998), Nantes, p. 113-126.
  • LANGSLOW David R., 2005 : ” ‘Langues réduites au lexique’? The languages of Latin technical prose”, in Reinhardt, Lapidge & Adams (éds.), Aspects of the Language of Latin Prose, Proceedings of the British Academy 129, Oxford University Press, p. 287-302.
  • GITTON-RIPOLL Valérie, 2006 : « Traits de langue tardive chez Pélagonius », in C. Arias-Abellàn (éd.), Latin vulgaire et latin tardif VII, Actes du 7e colloque international sur le latin vulgaire et tardif (Séville, 2-6 septembre 2003), Séville, Universidad di Sevilla, p. 329-343.
  • ORLANDINI Anna, 2006 : “Lexique et sémantique du diagnostic dans les maladies chroniques de Caelius Aurelianus”, in J.-P. Brachet & C. Moussy (éds.), Latin et langues techniques, Paris, PUPS.
  • BERTOCCHI Alessandra & ORLANDINI Anna, 2007 : “L’expression de la modalité dans les textes de médecine vétérinaire antique”, in M.-Th. Cam (éd.) 2007: La médecine vétérinaire antique. Sources écrites, archéologiques, iconographiques, Rennes, Presse universitaires de Rennes, p. 169-177.
  • VIRE Chislaine, 2007 : “La langue de la Mulomedicina de Végèce : tradition et innovation”, in M.-Th. Cam (éd.) 2007: La médecine vétérinaire antique. Sources écrites, archéologiques, iconographiques, Rennes, Presse universitaires de Rennes, p. 211-219.
  • CAM Marie-Thérèse, 2008 : “Nomenclature des realia de la vie rurale : étude du vocabulaire des installations et des équipements de l’écurie dans les textes latins de médecine vétérinaire (IVe s. - Ve s.)”, in R. Wright (éd.), Latin vulgaire, latin tardif VIII (Actes du VIIIe coll. intern. sur le latin vulgaire et tardif, Oxford, 6-9 septembre 2006), Hildesheim,Olms-Weidmann, p. 21-290.
  • CAM Marie-Thérèse, 2012 : “Les choix lexicaux de Végèce dans les Digesta Artis Mulomedicinalis”, in F. Biville, M.-K. Lhommé & D. Vallat, Latin vulgaire - latin tardif X (Actes du IXe coll. internat. sur le latin vulgaire et tardif, Lyon, 2-6 septembre 2009), Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée (n°49, Série linguistique et philologique n° 8), p. 823-835.

9.4.7. Vocabulaire de l’anatomie

  • VÄÄNÄNEN Veiko, 1937 : Le latin vulgaire des inscriptions pompéiennes, Helsinki, Imprimerie de la Société de Littérature Finnoise.
  • SCHÖNBERGER J. K., 1939 : “Zur Sprache der Priapen”, Glotta 18, 1-2, p. 88-99.
  • ERNOUT Alfred, 1951 : « Sur les noms de quelques parties du corps en latin », CRAI 1951, p. 32-33 (étude sur les substantifs en -r- / -n-).
  • ERNOUT Alfred, 1951 : « Les noms des parties du corps en latin », Latomus 10, 1951, p. 3-12 ; = Philologica II, Paris, Klincksieck, 1957, p. 57-65.
  • BONFANTE G., 1956 : « Nota sui nomi indoeuropei delle parti del corpo umano in latino, in Hommages à M. Niedermann, Bruxelles, Latomus, p. 71-81 (étude portant sur 32 termes latins, dont 28 sont présentés comme ayant conservé la forme attendue héritée de l’indo-européen, tandis que 4 sont des innovations).
  • GOUREVITCH Danièle, 1976 et 1977 : « Les noms latins de l’estomac », Revue de Philologie 50, 1976, p. 85-110 ; et 51, 1977, p. 56-74.
  • BORK H. D. 1977 : « Lateinisch–romanisch auris / auricula / auditus und die partitiven Diminutiven », Glotta 55, 1977, p. 120-154.
  • ADAMS James N., 1980 : « Anatomical terminology in Latin epic », BICS 27, 1980, p. 50-62.
  • ADAMS James N., 1982 : « Anatomical terms transferred from animals to humans in Latin », Indogermanische Forschungen 87, 1982, p. 90-109.
  • ADAMS James N., 1982 : « Anatomical terms used pars pro toto in Latin », Proceedings of the African Classical Association 16, 1982, p. 37-45.
  • ADAMS James N., 1982: The Latin Sexual Vocabulary, London, G. Duckworth, Baltimore, John Hopkins Universuty Press.
  • COOTJANS G. & GOUREVITCH Danièle, 1983 : « Les noms des dents en grec et en latin », Revue de Philologie 57, 1983, p. 189-192.
  • ANDRE Jacques, 1991: Le vocabulaire latin de l’anatomie, Paris, Belles Lettres.
  • WATSON P., 2002 : “The Originality of Martial’s Language”, Glotta 78, 1-4, p. 222-257.
  • CALLEBAT Louis, 2008 : “Sur le langage des Priapea”, in R. Wright (éd.), Latin vulgaire, latin tardif VIII (Actes du VIIIe coll. intern. sur le latin vulgaire et tardif, Oxford, 6-9 septembre 2006), Hildesheim,Olms-Weidmann, p. 84-90.
  • CALLEBAT Louis, 2012 : Priapées. Texte établi, traduit et commenté par Louis CALLEBAT ; étude métrique par Jean SOUBIRAN, Paris, Belles Lettres, CUF. (voir les commentaires de L. Callebat à ce texte des Priapea)
  • MOUSSY Claude 2014 : “Palma et uola : deux noms de la paume en latin”, in I. Boehm & N. Rousseau (éds.), L’expressivité du lexique médical en Grèce et à Rome. Hommage à Françoise Skoda, Paris, PUPS (collection Hellenica), p. 299-319.
  • LECAUDE Peggy 2014 : “De medicamentorum facultatibus : un emploi original de lat. facultas dans la Médecine de Celse”, in I. Boehm & N. Rousseau (éds.), L’expressivité du lexique médical en Grèce et à Rome. Hommage à Françoise Skoda, Paris, PUPS (collection Hellenica), p. 321-333.
  • KIRCHER-DURAND Chantal 2014 : “Les désignations de la femme enceinte dans les langues d’Europe et notamment en français, en latin et en grec ancien”, in I. Boehm & N. Rousseau (éds.), L’expressivité du lexique médical en Grèce et à Rome. Hommage à Françoise Skoda, Paris, PUPS (collection Hellenica), p. 403-413.

9.4.8. Vocabulaire de la banque et des affaires

  • HAKAMIES R., 1954 : Zur Entstehung der europäischen Kaufmannsprache, Liiketaloudellinen aikakauskirjan 1954, 3 (Helsinki).
  • NADJO Léon, 1970 : « Peculium chez Plaute », Caesarodunum 5, 1970, p. 179-181.
  • NADJO Léon, 1971 : « Res et ses emplois dans la langue des affaires chez Horace », Latomus 30, 1971, p. 1100-1007.
  • CRAMPON Monique, 1985 : « Recherches stylistiques dans la palliata de Plaute sur le thème de la richesse et de l’enrichissement », Index 13, 1985, p. 17-25.
  • CRAMPON Monique, 1985 : Salue lucrum ou L’expression de la richesses et de la pauvreté chez Plaute, Annales littéraires de l’université de Besançon 319, Centre de recherche d’histoire ancienne, Paris, Belles Lettres.
  • MASELLI G., 1986 : Argentaria. Banche e banchieri nella Roma republicana. Organizzazione, prosopografia, terminologia, Bari, Adriatica Editr. (voir la section 4 pour un lexique des termes dénotant les différentes opération bancaires).
  • NADJO Léon, 1989 : L’argent et les affaires à Rome des origines au IIe siècle avant J.-C.. Etude d’un vocabulaire technique, Louvain / Paris, Peeters.
  • DE MEO C., 1989 : « Appunti sull’uso del linguaggio del commercio e degli affari in Plauto », in Mnemosynum. Studi in onore di A. Ghiselli, Bologna, Patron, p. 195-205.
  • CAPAIUOLO Fabio, 1993 : Bibliografia della lingua latina (1949-1991), Napoli, Loffredo editore : p. 472-499 : Lingue tecniche e settori linguistici speciali ; Affari, banca, commercio, richezza, p. 473.

9.4.9. Vocabulaire de l’architecture et de la mécanique

  • CALLEBAT Louis, 1974 : « Le vocabulaire de l’hydraulique dans le livre 8 du De architectura de Vitruve », Revue de Philologie 47, 1974, p. 13-329.
  • FLEURY Philippe, 1981 : « Vitruve et la nomenclature des machines de jet romaines », Revue des Etudes latines 59, 1981, p. 216-234 (pour les termes balista, catapulta, onager, scorpio).
  • CALLEBAT Louis, 1990 : « Le vocabulaire de l’hydrologie et des sciences auxiliaires dans le livre 8 du De architectura de Vitruve », Voces 1, 1990, p. 9-22.
  • FASCE S., 1990 : « Aquilex : un termine tecnico dell’idraulica », Studi Noniani 13, Fac. di Lett. Genova 1990, p. 121-128 (terme attesté en Nonius 69,14 M.)
  • FLEURY Philippe, 1993 : La mécanique de Vitruve, Caen, Presses universitaires de Caen.
  • FLEURY Philippe, 1997-1998 : “Dénomination générique, dénominations particulières. L’exemple des machines de levage en latin”, Voces 8-9 (Actas del Encuentro internacional sobre lexico latino, Salamanca 18-29 noviembre 1999), Universidad de Salamanca / Université de Caen, p. 171-189.

Voir pour ce domaine tous les travaux de Philippe Fleury et du centre de recherches de l’université de Caen.

9.4.10. Vocabulaire de la météorologie et de l’astronomie-astrologie

  • CRAMER A., 1882 : De Manilii qui dicitur elocutione, Diss. Strassburg 1882.
  • BOUCHÉ-LECLERCQ A., 1899 (1979) : L’astrologie grecque, Paris, 1899, Aalen 1979.
  • CAPELLE W., 1935 : s.v. « Meteorologie », Real Encyclopedie 6e suppl., col. 315-358.
  • BUESCU V., 1936 : « Les phénomènes météorologiques dans la langue, la pensée et l’expérience latines », Revue des Etudes latines 14, p. 39-42.
  • LE BOEUFFLE A., 1970 : Le vocabulaire latin de l’astronomie, Thèse, Paris, 1970 (atelier de Lille III, 1973).
  • LE BOEUFFLE A., 1977 : Noms latins d’astres et de constellations, Paris, Les Belles Lettres, 1977.
  • BARA J.-F., 1980 : « Apotélesmatique et initiatives », in Documents pour l’histoire du vocabulaire scientifique, n°1. Publications de l’Institut de la Langue française, Paris, 1980, p. 45-90.
  • BECKER O., 1981 : Lexikon der Astrologie-Astronomie-Kosmologie, Freiburg.
  • HÜBNER Wolfgang, 1982 : Die Eigenschaften der Tierkreiszeichen in der Antike. Ihre Darstellung und Verwendung unter besondere Berücksichtigung des Manilius, Wiesbaden (Sudhoffs Archiv. Beiheft. 22).
  • HÜBNER Wolfgang, 1983 : “L’astrologie dans l’Antiquité”, Pallas 30, p. 1-24.
  • LE BOEUFFLE A., 1987 : Astronomie, astrologie, lexique latin, Paris, Picard, 1987.
  • WACHT Manfred, 1990 : Concordantia in Manilii Astronomica, Olms-Weidmann, Hildesheim-Zürich-New-York.
  • ORLANDO C. & TORRE R., 1991 : « Lessico astronomico-astrologico greco », in P. Radici Colace & M. Caccamo Caltabiano, Atti del I Seminario di Studi sui lessici tecnici greci e latini, Messina, p. 291-309.
  • FLEURY Philippe, 1991 : « Les roses des vents latines », Euphrosyne 19, p. 61-88.
  • ABRY J.-H., 1993 : « Les noms des décans chez Firmicus Maternus (Mathesis IV, 22) », Revue de Philologie 1993, LXVII, 2, p. 197-228.
  • CALCANTE C. M., 1996 : « Il signum e l’influsso : semiosi del linguaggio astrologico negli Astronomica di Manilio », in Lingua e stile, XXXI, 2, 1996, p. 239-265.
  • DEL REAL FRANCIA Pedro José, 1998 : Lexicon Manilianum, Olms-Weidmann, Hildesheim-Zürich-New-York.
  • DUCOS Michèle, 1998 : « Les phénomènes atmosphériques chez les poètes latins », in J. Ducos & C. Thomasset (éds.), Le temps qu’il fait au Moyen-âge, Paris, p. 139-150.
  • RADICI COLACE P. 2002 : “Astrologia”, in Letteratura scientifica e tecnica di Grecia e Roma, Roma, p. 87-137.
  • BACKHOUCHE Béatrice, 2002 : L’astrologie à Rome, Louvain / Paris, BEC, Peeters.
  • Cusset Ch.(éd.) 2003 : La météorologie dans l’Antiquité : entre science et croyance, Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, Centre Jean Palerne.
  • ZEHNACKER Hubert, 2003 : « La météorologie dans les Questions naturelles de Sénèque », in Ch. Cusset (éd.) 2003 : La météorologie dans l’Antiquité : entre science et croyance, Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, Centre Jean Palerne, p. 379-393.
  • SOUBIRAN Jean, 2003 : « La météorologie à Rome : thèmes et textes », in Ch. Cusset (éd.) 2003 : La météorologie dans l’Antiquité : entre science et croyance, Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, Centre Jean Palerne, p. 49-64.
  • DENNINGMANN S., 2005 : Die astrologische Lehre der Doryphorie. Eine soziomorphe Metapher in der antiken Planetenastrologie, München- Leipzig.
  • DOROTHÉE Stéphane, 2006 : A l’origine du signe : le latin signum, Paris, L’Harmattan.

9.4.11. Vocabulaire de l’artisanat et des artisans

  • NEUMANN G., 1981 : « Zur Bildung der lateinischen Handwerkerbezeichnungen », in Das Handwerk in vor- und frühgeschichtlichen Zeit, Göttingen, Vandenhoeck-Ruprecht I, 1981, p. 133-140.
  • ALBERT S., 1987 et 1988 : « De opificibus Romanis atque de opificum nomenclatione », Vox Latina 23, 1987, p. 520-535 ; et 24, 1988, p. 42-55.

9.4.12. L’encyclopédie de Pline l’Ancien

La grande encyclopédie de Pline l’Ancien (Histoire naturelle, Historia naturalis) a pu récemment faire l’objet d’études linguistiques portant sur tous les aspects de la langue :

  • PINKSTER Harm, 2005 : “The Language of Pliny the Elder”, in Reinhardt T., Lapidge M. & Adams J. N. 2005 : Aspects of the Language of Latin Prose, Proceedings of the British Academy 129, Oxford University Press, p. 239-255.

ou plus spécifiquement sur le lexique des plantes chez Pline l’Ancien en liaison avec les développements des sciences à l’époque de la Renaissance :

  • FRUYT Michèle, 2006 : “Formation des mots chez Pline l’Ancien et prolongements dans le néo-latin botanique”, in J.-P. Brachet & C. Moussy (éds.), 2006: Latin et langues techniques, Paris, PUPS, p. 11-33.

Voir aussi :

  • Cova Pier V. et alii (éds.), 1986 : Studi sulla lingua di Plinio il Vecchio, Milano.
  • NAAS Valérie 2002 : Le projet encyclopédique de Pline l’Ancien, Roma.
  • BONET Valérie 2014 : La pharmacopée végétale d’Occident dans l’oeuvre de Pline l’Ancien, Bruxelles, éditions Latomus, Collection Latomus n° 346 (513 pages).

9.4.13. Vocabulaire juridique

Une bibliographie abondante sur les termes juridiques est donnée par :

  • CAPAIUOLO Fabio, 1993 : Bibliografia della lingua latina (1949-1991), Napoli, Loffredo editore, aux pages 481-485.

On peut citer en outre:

  • WATKINS Calvert, 1970 : “Studies in Indo-European legal language, institutions and mythology”, in G. Cardona, M. Hoenigswald & A. Senn (éds.), Indo-European and Indo-Europeans, Philadelphia, p. 321-354. (le verbe usurpare ; les syntagmes aut noxiam sarcire aut noxae dedere)
  • DUCOS Michèle, 1984 : Les Romains et la loi. Recherches sur les rapports de la philosophie grecque et de la tradition romaine à la fin de la République, Paris, Les Belles Lettres.
  • KIRCHER Chantal, 1987 : “Un micro-système lexical : les épithètes de lex en -aria”, Bulletin du centre de romanistique et latinité tardive, Université de Nice, 1987, 3, p. 5-12.
  • DUCOS Michèle 1997-1998 : “La formation du lexique juridique latin : des pontifes aux prudents”, Voces 8-9 (Actas del Encuentro internacional sobre lexico latino, Salamanca 18-29 noviembre 1999), Universidad de Salamanca / Université de Caen, p. 155-170.
  • POWELL J. G. F., 2005 : “Cicero’s Adaptation of Legal Latin in the De legibus”, in Reinhardt T., Lapidge M. & Adams J. N. 2005: Aspects of the Language of Latin Prose, Proceedings of the British Academy 129, Oxford University Press, p. 117-149.
  • HUMBERT M., 2005 : “Il valore semantico e giuridico di VSVS nelle Dodici Tavole”, in M. Humbert (éd.), Le Dodici tavole. Dai decemviri agli umanisti, Pavia, IUSS Press, p. 377-400.
  • DUCOS Michèle, 2006 : “Querela : la plainte en justice”, in J.-P. Brachet & C. Moussy (éds.), 2006: Latin et langues techniques, Paris, PUPS, p. 263-277.
  • POWELL J. G. F. 2011 : “Legal Latin”, in J. Clackson (éd.), A Companion to the Latin Language, Wiley-Blackwell. p. 464-483.

9.4.14. Vocabulaire du théâtre latin

  • GRIMAL Pierre, 1978 : Le théâtre antique, Paris.
  • DUMONT J.-C. & GARELLI Marie-Hélène, 1998 : Le théâtre à Rome, Paris.
  • GONZÁLEZ-VÁZQUEZ Carmen, 2004 : Diccionario del theatro latino. Léxico, dramaturgia, escenografía, Madrid, Ediciones Clasicas.

9.4.15. Vocabulaire intellectuel : métalangage, modalités, énonciation, rhétorique, grammaire, philosophie

  • ERNESTI I. Chr. Th., 1797, réimpression 1962 : Lexicon technologiae Latinorum rhetoricae, Hildesheim, Georg Olms.
  • YON A., 1933 : Ratio et les mots de la famille de reor. Contribution à l’étude historique du vocabulaire latin, Paris, Champion.
  • HELLEGOUARC’H Joseph, 1972 : Le vocabulaire latin des relations et des partis politiques sous la République, Paris.
  • MORESCHINI Cl., 1979 : « Osservazioni sul lessico filosofico di Cicerone », Ann. Sc. Norm. Pisa, Cl. Lettere s. III, vol. IX, 1, p. 99-178.
  • COLEMAN Robert, 1989 : « The formation of specialized vocabularies in philosophy, grammar and rhetoric : winner and loosers », in M. Lavency & D. Longrée (éds.), Cahiers de l’Institut de linguistique de l’univ. Catholique de Louvain 15, 1989, p. 77-89 (Actes du colloque intern. de linguistique latine de Louvain-la-Neuve / Borzée).
  • MOUSSY Claude, 1996 : ”Oratio, sermo, contentio”, in J. Dangel & C. Moussy (éds.) : Les structures de l’oralité en latin, Paris, PUPS (collection Lingua Latina n°4), p. 35-44.
  • THOMAS Jean-François, 2002 : Gloria et laus. Etude sémantique, Louvain / Paris / Dudley Ma., Peeters.
  • FONTANIER J.-M., 2005 : Le vocabulaire latin de la philosophie de Cicéron à Heidegger, Paris, Ellipses.
  • DOROTHEE Stéphane, 2006 : ”Signum et le métalexique : la notion de signe linguistique chez Augustin”, in J.-P. Brachet & C. Moussy (éds.), Latin et langues techniques, Paris, PUPS, p. 155-169.
  • MOUSSY Claude, 2006 : “Les emplois de probabilis dans le vocabulaire de la rhétorique”, in J.-P. Brachet & C. Moussy (éds.) 2006: Latin et langues techniques, Paris, PUPS, p. 171-183.
  • GAVOILLE Laurent, 2006 : “Les emplois de oratio dans la langue de la critique littéraire”, in J.-P. Brachet & C. Moussy (éds.), 2006: Latin et langues techniques, Paris, PUPS, p. 185-201.
  • DOROTHÉE Stéphane, 2006 : A l’origine du signe: le latin signum, Paris, L’Harmattan.
  • GAVOILLE Laurent, 2007 : Oratio ou la parole persuasive. Etude sémantique et pragmatique, Louvain / Paris / Dodley Ma., Peeters.
  • THOMAS Jean-François, 2007 : Déshonneur et honte en latin: étude sémantique, Louvain / Paris / Dudley Mass., Peeters.
  • SCHAD S., 2007 : A Lexicon of Latin Grammatical Terminology, Pisa / Roma, Fabrizio Serra.
  • GUILLAUMIN Jean-Baptiste, 2008 : Aethera cantibus numerisque laetificans. La musique dans l’oeuvre de Martianus Capella. Edition, traduction et commentaire du livre IX des Noces de Philologie et de Mercure. Thèse, Université de Caen.
  • LECAUDÉ Peggy, 2010 : La notion de puissance : les équivalents latins du grec δύναμις, thèse de l’Université de Paris-Sorbonne (Paris 4), soutenue le 11-12-2010, inédite.
  • GUTIÉRREZ Marco A., 2013 : DECOTGREL. Diccionario Electrónico Concordado de Términos Gramaticales y Retóricos latinos, San Millán de la Cogolla (La Rioja, Espagne), Instituto Historia de la lengua.
    (Cet ouvrage a sélectionné les termes suivants : section 1 : ars (grammatica, rhetorica, poetica, etc.), auctor ; section 2 : sermo, constructio, oratio ; section 3 : uerbum, participium, nomen, pronomen, praepositio, aduerbium, coniunctio, interiectio, articulus ; section 4 : declinatio, modus, tempus, persona, genus, numerus, uox, comparatio, qualitas, quantitas ; section 5 : littera, diphtongus, syllaba ; section 6 : sonus, accentus, distinctio ; section 7 : per adiectionem, per detractionem, per immutationem, per transmutationem ; section 8 : metrum.
  • SÁNCHEZ-MANZANO M. Asunción, 2014 : “Semántica y uso de la palabra intentio en la retórica y en la filosofía”, in C. Cabrillana & C. Lehmann (éds.), Acta XIV Colloquii Internationalis Linguisticae Latinae, Madrid, Ediciones Clásicas, p. 103-114.
  • CONSO Danièle, 2015 : Forma. Etude sémantique et étymologique, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, ISTA (Institut des Sciences et Techniques de l’Antiquité).

9.4.16. Vocabulaire religieux, théologique et biblique

Ce vocabulaire a, naturellement, fait l’objet de très nombreuses publications, par exemple :

A) Religion romaine

  • DUMÉZIL G., 1974 : La religion romaine archaïque, Paris, Payot.
  • MANTOVANELLI P., 1981 : Profundus. Studi di un campo semantico dal latino arcaico al latino cristiano, Roma.
  • CHAMPEAUX Jacqueline, 1998 : La religion romaine, Paris, LGF.
  • CHAPOT Frédéric & LAUROT B., 2001 : Corpus des prières grecques et romaines : textes réunis, traduits et commentés, Turnhout, Recherches sur les Rhétoriques religieuses 2.
  • GUITTARD Charles, 2002 : ”Siue deus siue dea : les Romains pouvaient-ils ignorer la nature de leurs divinités?”, Revue des Etudes Latines 80, p. 25-54.
  • LECAUDÉ Peggy, 2010 : La notion de puissance : les équivalents latins du grec δύναμις, thèse de l’Université de Paris-Sorbonne (Paris 4), soutenue le 11-12-2010, inédite.
  • CHAMPEAUX Jacqueline, 2010 : ”Certis precationibus : une prière ritualisée”, in S. Roesch, Prier dans la Rome antique. Etudes lexicales (« Le vocabulaire latin de la prière », Tours, 22 mai 2007), Paris, L’Harmattan, p. 13-33.
  • GUITTARD Charles, 2010 : “Les noms de l’offrande dans les prières latines”, in S. Roesch, Prier dans la Rome antique. Etudes lexicales (« Le vocabulaire latin de la prière », Tours, 22 mai 2007), Paris, L’Harmattan, p. 35-45.
  • GUILLAUMONT François, 2010 : “Le vocabulaire de la prière dans les traités de Cicéron”, in S. Roesch, Prier dans la Rome antique. Etudes lexicales (« Le vocabulaire latin de la prière », Tours, 22 mai 2007), Paris, L’Harmattan, p. 47-61.
  • CHAPOT Frédéric, 2010 : “Le vocabulaire de la prière dans la première littérature latine chrétienne : innovations et emprunts”, in S. Roesch, Prier dans la Rome antique. Etudes lexicales (« Le vocabulaire latin de la prière », Tours, 22 mai 2007), Paris, L’Harmattan, p. 115-135.

Les travaux suivants furent effectués récemment dans le cadre de l’analyse sémique de l’Ecole de Claude Moussy :

  • ROESCH Sophie, 2010 : « Supplicare : approche sémantique», in S. Roesch (éd.), Prier dans la Rome antique. Etudes lexicales (« Le vocabulaire latin de la prière », Tours, 22 mai 2007), Paris, L’Harmattan, p. 75-97.
  • DOROTHEE Stéphane 2010 : “Le sens et les acceptions du verbe latin precor”, in S. Roesch (éd.), Prier dans la Rome antique. Etudes lexicales (« Le vocabulaire latin de la prière », Tours, 22 mai 2007), Paris, L’Harmattan, p. 63-72.
  • MOUSSY Claude, 2010 : “La prière d’action de grâces. Etude lexicale”, in S. Roesch (éd.), Prier dans la Rome antique. Etudes lexicales (« Le vocabulaire latin de la prière », Tours, 22 mai 2007), Paris, L’Harmattan, p. 99-113.

B) Latin biblique et christianisme

  • BARR J., 1962 : Biblical Words for Time, London, SCM Press.
  • MANDOUZE André, 1963 : « A propos de sacramentum chez S. Augustin. Polyvalence lexicologique et foisonnement théologique », in Mélanges offerts à Mademoiselle Christine Mohrmann, Utrecht / Anvers, Spectrum, p. 222-231.
  • BRAUN René, 1977 : Recherches sur le vocabulaire doctrinal de Tertullien, Paris, Institut d’Etudes Augustiniennes.
  • MANTOVANELLI P., 1981 : Profundus. Studi di un campo semantico dal latino arcaico al latino cristiano, Roma.
  • SZNAJDER Lyliane, 2002 : « Les emplois de impius et impietas dans la Vulgate, un problème de filiation sémantique », in L.Mary & M.Sot (éds.), Impies et païens entre Antiquité et Moyen Age, Paris, Picard, p. 31-54.
  • SZNAJDER Lyliane, 2006 : “Impietas et iniquitas dans la Vulgate: latin biblique et latin chrétien”, in J.-P. Brachet & C. Moussy (éds.), 2006: Latin et langues techniques, Paris, PUPS, p. 295-316.
  • SZNAJDER Lyliane, 2006 : « La parole et la voix dans la Vulgate », in P. Brillet-Dubois & E.Parmentier (éds.), Φιλολογία. Mélanges offerts à M. Casewitz, Maison de l’Orient et de la Méditérranée, Lyon, p. 329-338.
  • SZNAJDER Lyliane, 2008 : « Non facietis uobis idolum et sculptile (Vulg. Lev. 26, 1) », in E.Wolff & D. Auger (éds.), Culture classique et Christianisme, Mélanges offerts à J. Bouffartigue, Paris, Picard, p. 399-411. (sur le renouvellement du vocabulaire de la statuaire en latin biblique et chrétien)
  • SZNAJDER Lyliane, 2008 : « Gloria dans la Vulgate ou le double poids de la traduction biblique latine », in G. Viré (éd.), Autour du lexique latin, Bruxelles, Latomus, vol. 316, p. 203- 217 (communication au 13e Colloque International de Linguistique Latine, 4-9 avril 2005).
  • SZNAJDER Lyliane, 2009 : « De la Bible hébraïque à la Vulgate : ce que traduisent les choix lexicaux de St. Jérôme », in T. Milliaressi (éd.), La traduction : philosophie, linguistique et didactique, Lille, UL3, p. 69-72.
  • SZNAJDER Lyliane, 2009 : « L’étranger immigré dans le texte biblique du Pentateuque d’une langue à une autre : traduction ou transposition pour quelle transmission », in B. Bortolussi, M. Keller, S. Minon & L. Sznajder (éds.), Traduire, transposer, transmettre dans l’Antiquité gréco-romaine, Paris, Picard (collection Tima), p. 29-48.
  • SZNAJDER Lyliane, 2009 : « Migrants, immigrants, émigrants : les avatars lexicaux de leur représentation dans la Bible », in P. Rouillard (éd.), Portraits de migrants, portraits de colons I, Paris, De Boccard (Colloques de la Maison René-Ginouvès, 5), p. 17-28.
  • LECAUDÉ Peggy, 2010 : La notion de puissance : les équivalents latins du grec δύναμις, thèse de l’Université de Paris-Sorbonne (Paris 4), soutenue le 11-12-2010, inédite.
  • SZNAJDER Lyliane, 2011 : « La Bible latine entre fidélité et adaptation : les choix de Jérôme traducteur de la Bible hébraïque », in T. Milliaressi & Ch. Berner (éds.), La traduction : philosophie et tradition, Presses Universitaires du Septentrion, Lille, p. 229-246.
  • SZNAJDER Lyliane, 2011 : « L’expression de la longue durée et de l’éternité dans la Vulgate », in Cl. Moussy (dir.), Espace et temps en latin, Paris, PUPS, p. 109-124.
  • LECAUDÉ Peggy, 2014 : “Lat. uirtus dans les textes bibliques : un calque sémantique tardif du grec δύναμις ?”, in C. Cabrillana & C. Lehmann (éds.), Acta XIV Colloquii Internationalis Linguisticae Latinae, Madrid, Ediciones Clásicas, p. 59-77.
  • SZNAJDER Lyliane : “Le latin biblique”, voir le DHELL, 2e partie, “Langues techniques”.

Les travaux suivants furent effectués récemment dans la perspective sémantique de l’école de l’analyse sémique (Ecole de Claude Moussy) :

  • ROESCH Sophie, 1998 : Verbum. Etude sémantique, thèse de l’Université de Paris IV-Sorbonne, inédite. Voir une présentation résumée synthétique dans le DHELL, 1ère partie, “Lexique latin”, s.u. uerbum.
  • ROESCH Sophie, 2006: ”Verbum, le ‘verbe divin’ : de la langue courante au vocabulaire théologique”, in J.-P. Brachet & C. Moussy (éds.) 2006: Latin et langues techniques, Paris, PUPS (collection Lingua latina n°9), p. 317-330.

On trouvera une synthèse récente sur la constitution du vocabulaire spécifiquement chrétien dans :

  • BURTON Philip, 2011 : “Christian Latin”, in J. Clackson (éd.), A Companion to the Latin Language, Wiley-Blackwell. p. 485-501; voir en particulier : p. 489-490 le paragraphe intitulé : “The Lexicon of Christian Latin”.

9.4.17. Vocabulaire de la sculpture et de la peinture

On trouvera une abondante bibliographie sur le vocabulaire de la sculpture et de la peinture ainsi que sur la constitution de ces vocabulaires techniques en latin dans l’ouvrage suivant :

  • DUARTE Pedro, 2010 : Le vocabulaire latin de la sculpture et de la peinture (Ier siècle avant notre ère - Ier siècle de notre ère), thèse de l’Université de Paris-Sorbonne (Paris 4), soutenue le 3-12-2010, inédite.

Voir aussi les articles suivants :

- pour le vocabulaire de Pline l’Ancien :

  • DUARTE Pedro, 2014 : ” ‘Le mieux est l’ennemi du bien’. Etude sémantique autour de diligentia dans le vocabulaire plinien de la critique d’art”, in C. Cabrillana & C. Lehmann (éds.), Acta XIV Colloquii Internationalis Linguisticae Latinae, Madrid, Ediciones Clásicas, p. 11-23.

- pour le vocabulaire chrétien :

  • SZNAJDER Lyliane, 2008 : « Non facietis uobis idolum et sculptile (Vulg. Lev. 26, 1) », in E.Wolff & D. Auger (éds.), Culture classique et Christianisme, Mélanges offerts à J. Bouffartigue, Paris, Picard, p. 399-411. (sur le renouvellement du vocabulaire de la statuaire en latin biblique et chrétien)

9.4.18. La dénomination des couleurs en latin

Pour le vocabulaire des couleurs en latin, voir le DHELL, 1ère partie “Lexique latin” :

- 2e sous-partie “Domaines sémantiques”, “Couleur” : Michel BROUILLARD sur tous les adjectifs de couleur dans la poésie latine du Ier s. avant J.-C. ; et Alain CHRISTOl sur flos et flauus.

- ainsi que 1ère sous-partie “Dictionnaire”, s.u. flos, flauus, uiola, etc.

Le premier travail synthétique sur le vocabulaire chromatique latin est l’ouvrage de Jacques André (1949), qui reste fondamental encore aujourd’hui :

  • ANDRE Jacques, 1949 : Etude sur les termes de couleur dans la langue latine, Paris, Klincksieck.
  • MAROUZEAU Jules, 1949 : “Les noms de couleur en latin”, in Mélanges Picard, Paris, p. 700-704. (à propos des points de vue de J. André 1949)
  • BARAN N. V., 1983 : “Les caractéristiques essentielles du vocabulaire chromatique latin. Aspects généraux, étapes de développement, sens figurés, valeur stylistique, circulation”, ANRW II, 29, 1, Berlin, De Gruyter, p. 321-411. (avec une abondante bibliographie)
  • ARIAS-ABELLÁN Carmen, 1984 : ”Albus-candidus, ater-niger and ruber-rutilus in Ovid’s Metamorphoses. A structural research”, Latomus 43, 1984, p. 111-117.
  • GROSSMANN M., 1988 : Colori e lessico: studi sulla struttura semantica degli aggettivi di colore in catalano, castigliano, italiano, rumeno, latino e ungherese, Tübinger Beitr. zur Linguistik, 310, Tübingen, Narr.
  • NICOLAS Christian, 1989 : “Contribution à l’étude de l’opposition blanc / noir en latin dans un passage des Métamorphoses d’Ovide”, Revue de Philologie 63, p. 247-254.
  • ARIAS-ABELLÁN Carmen, 1994 : Estructura semantica de los adjetivos de color en los tratadistas latinos de agricultura y parte de la Enciclopedia de Plinio, Sevilla, Universidad de Sevilla. Cet ouvrage analyse, entre autres, les termes chromatiques suivants :
    albicans, albidulus, albidus, albineus, albulus, albus, argenteus, ater, aureolus, aureus, aurosus, badius, bicolor, buxeus, caeruleus, caesius, candens, candicans, candidulus, candidus, canens, canescens, canus, cereus, cerinus, ceruinus, cineraceus, cinereus, coccinus, color, coloratus, columbinus, concolor, crocatus, croceus, crocinus, dealbatus, decolor, discolor, erythraeus, exalbescere, exalbidus, flauens, flauescens, flauidus, flauus, fuluus, furfurosus, furuus, fuscus, giluus, glaucus, guttatus, heluolus, heluus, herbaceus, herbidus, herbosus, igneus, incanescere, incanus, incolor, infuscare, infuscatus, infuscus, lacteus, lagea, leucargillos, luridus, luteolus, luteus, maculosus, melleus, murinus, myrteus, nigellus, niger, nigrans, nigrescens, nigricans, niueus, obscurus, onychinus, pallidus, piceus, picinus, pressus, pullus, purpuratus, purpureus, rauidus, rauus, rauuscula, robeus, roseus, rubelliana, rubellus, rubens, ruber, rubeus, rubicundus, rubricosus, rufulus, rufus, russeolus, russeus, rutilans, rutilus, sanguineus, sarranus, scutulatus, spadix, spumeus, subalbicans, subalbidus, subalbus, subcandidus, subflauus subniger, subruber, subrubeus, subrufus, subrutilus, subuiridis, syricus, testaceus, unicolor, uarius, uersicolor, uirens, uiridis, uitellina, uiolaceus.
    Dans ce corpus lexical étudié par C. Arias-Abellán (1994), on peut déceler du point de vue de la formation des mots, à notre avis, les groupements principaux suivants : a) des adjectifs composés bahuvrīhi ayant pour second terme °-color ; b) le préfixe sub-° en fonction d’atténuateur devant des adjectifs dénotant une couleur franche ; c) plusieurs suffixes adjectivaux dé-substantivaux productifs, qui sont ici en emploi chromatique spécialisé : -eus, -inus, -tus (-ātus), -osus ; d) des allomorphes du suffixe “diminutif” adjectival et dé-adjectival -ulus, -lus (-el-lus) qui sont ici en emploi atténuateur. On note de même un emploi particulier du suffixe -dus / -idus, ici adjectival et dé-adjectival pour servir d’atténuateur ; e) des participes présents adjectivisés tirés soit de verbes d’état (-ēns), soit de verbes en -scĕre dérivés de verbes d’état (-ēscēns), soit de verbes en -ĭcāre (-ĭcāns). Ces trois types d’adjectifs portent des sèmes différents pour ce qui est de la couleur.
  • FRUYT Michèle, 2006 : “La lexicalisation et la conceptualisation de la couleur dans les textes techniques et scientifiques latins”, in C. Thomasset (éd.), L’écriture du texte scientifique au Moyen Âge, Paris, PUPS, p. 13-47.
  • FRUYT Michèle, 2006 : “Formation des mots chez Pline l’Ancien et prolongements dans le néo-latin botanique”, in J.-P. Brachet & C. Moussy, Latin et langues techniques, Paris, PUPS, p. 11-33.
  • BRADLEY Mark, 2009 : Colour and Meaning in Ancient Rome, Cambridge, Cambridge University Press, Cambridge Classical Studies.
  • FRUYT Michèle, 2010 : “La dénomination des sols et des terres en latin. L’apport du lexique latin à la connaissance des notions géologiques”, in C. Thomasset, J. Ducos & J.-P. Chambon (éds.), Aux origines de la géologie de l’Antiquité au Moyen Âge, Paris, Champion, p.27-73.
  • GOLDMAN Rachael, B. 2013 : Color-Terms in Social and Cultural Context in Ancient Rome, Gorgias Press, Piscataway (N. J., U.S.A.) (Gorgias Studies in Classical and Late Antiquity n°3).

9.5. Interface entre langue technique et langue commune

L’utilisation en emploi technique spécialisé d’un terme de la langue commune courante est un schéma usuel dans les vocabulaires techniques du latin. Pour une description explicite du phénomène, on peut citer par exemple :

  • CALLEBAT Louis, 1990 : “Langues techniques et langue commune”, in G. Calboli (éd.), Latin vulgaire et latin tardif II, Actes du 2e coll. internat., Tübingen, Max Niemeyer Verlag, p. 45-56.

Mais le phénomène est aussi illustré dans un grand nombre de travaux sur les vocabulaires techniques, par exemple pour les termes uerbum “mot”, signum “signe”, oratio “discours”, querela “plainte”, etc. :

  • ROESCH Sophie, 1998 : Verbum. Etude sémantique, thèse de l’Université de Paris IV-Sorbonne, inédite. Voir une présentation résumée synthétique dans le DHELL, 1ère partie, “Lexique latin”, s.u. uerbum.
  • ROESCH Sophie, 2006 : ”Verbum, le ‘verbe divin’: de la langue courante au vocabulaire théologique”, in J.-P. Brachet & C. Moussy (éds.) 2006: Latin et langues techniques, Paris, PUPS, p. 317-330.
  • DOROTHÉE Stéphane, 2006 : A l’origine du signe: le latin signum, Paris, L’Harmattan.
  • DOROTHEE Stéphane, 2006 : ”Signum et le métalexique : la notion de signe linguistique chez Augustin”, in J.-P. Brachet & C. Moussy (éds.) 2006: Latin et langues techniques, Paris, PUPS, p. 155-169.
  • GAVOILLE Laurent, 2006 : “Les emplois de oratio dans la langue de la critique littéraire”, in J.-P. Brachet & C. Moussy (éds.) 2006: Latin et langues techniques, Paris, PUPS, p. 185-201.
  • DUCOS Michèle, 2006 : ”Querela : la plainte en justice”, in J.-P. Brachet & C. Moussy (éds.) 2006: Latin et langues techniques, Paris, PUPS, p. 263-277.
  • DUARTE Pedro, 2010 : Le vocabulaire latin de la sculpture et de la peinture (Ier siècle avant notre ère - Ier siècle de notre ère), thèse de l’Université de Paris-Sorbonne (Paris 4), soutenue le 3-12-2010, inédite.
  • LECAUDÉ Peggy, 2010 : La notion de puissance : les équivalents latins du grec δύναμις, thèse de l’Université de Paris-Sorbonne (Paris 4), soutenue le 11-12-2010, inédite.


Aller au § 10. Les noms propres