Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

formation_des_mots:6._les_textes_latins_les_plus_proches_de_l_oral [2017/02/28 09:22]
fruyt
formation_des_mots:6._les_textes_latins_les_plus_proches_de_l_oral [2017/02/28 10:11] (Version actuelle)
ollivier
Ligne 232: Ligne 232:
  
  
- 6.8. Les Sermons d'Augustin 
  
- Les Sermons (lat. Sermones) d'Augustin ont également été étudiés dans le but d'y retrouver des éléments de latin évolué en usage à l'époque dans la langue parlée. Ils reflètent la variante de langue employée par un prédicateur s'adressant à une population non lettrée dont il entend se faire comprendre. On peut citer, entre autres études sur la langue des Sermones d'Augustin : 
  
-REGNIER Adolphe 1886: De la latinité des Sermons de Saint Augustin, Paris.+===== 6.8. Les Sermons d'Augustin =====
  
-BARRY I. 1926 : A Study of  the Rhetorical Qualities of St. Augustine's Sermones ad populum, Washington (Patristic Studies VI, Catholic University of America). 
  
-MOHRMANN C1932: Die altchristliche Sondersprache in den Sermones des hlAugustinus, Nimègue.+Les //Sermons// (lat//Sermones//) d'Augustin ont également été étudiés dans le but d'y retrouver des éléments de latin évolué en usage à l'époque dans la langue parléeIls reflètent la variante de langue employée par un prédicateur s'adressant à une population non lettrée dont il entend se faire comprendreOn peut citer, entre autres études sur la langue des //Sermones// d'Augustin :
  
-MULDONEY M. S. 1937: Word-order in the Works of St. Augustine, Washington, Catholic University. 
  
-MOHRMANN C. 1948: "Les éléments vulgaires du latin des chrétiens", in Vigiliae Christianae 1948, p. 89-101 et 163-184. 
  
-MOHRMANN C. 1948 "L'adjectif et le génitif adnoinal dans le latin des chrétiens", in Mélanges de philologie, de littérature et d'histoire ancienne offerts  à J. Marouzeau, Paris, Belles Lettres, p. 437-443.+    * **REGNIER** Adolphe, 1886 //De la latinité des Sermons de Saint Augustin//, Paris.
  
-BARTELINK Gerhardus Johannes Marinus 1982 : « Augustin und die lateinische Umgangssprache », Mnemosyne 35, 3-4, 283-289. 
  
- On trouvera des informations sur l'usage des préverbes et des pronoms is, hic, iste, ille dans les Sermons d'Augustin dans : 
  
-VAN LAER Sophie 2012 : "Quelle valeur pour le préverbedes verbes en -sco? L'exemple de ad-, in- et ob-", in F. Biville, M.-K. Lhommé & D. Vallat (éds.), Latin vulgaire - latin tardif IX (Actes du IXe colloque international sur le latin vulgaire et tardif, Lyon, 2-6 septembre 2009), Lyon (Université Lyon 2, Maison de l'Orient et de la Méditerranée), p. 693-704.+    * **BARRY** I., 1926 : //A Study of  the Rhetorical Qualities of St. Augustine's// Sermones ad populum, Washington (Patristic Studies VI, Catholic University of America). 
 + 
 + 
 + 
 +    * **MOHRMANN** Christine, 1932 : //Die altchristliche Sondersprache in den// Sermones //des hl. Augustinus//, Nimègue. 
 + 
 + 
 + 
 +    * **MULDONEY** M. S., 1937 : //Word-order in the Works of St. Augustine//, Washington, Catholic University. 
 + 
 + 
 + 
 +    * **MOHRMANN** Christine, 1948 : "Les éléments vulgaires du latin des chrétiens", in //Vigiliae Christianae// 1948, p. 89-101 et 163-184. 
 + 
 + 
 + 
 +    * **MOHRMANN** Christine, 1948 : "L'adjectif et le génitif adnominal dans le latin des chrétiens", in //Mélanges de philologie, de littérature et d'histoire ancienne offerts  à J. Marouzeau//, Paris, Belles Lettres, p. 437-443. 
 + 
 + 
 + 
 +    * **BARTELINK** Gerhardus Johannes Marinus, 1982 : « Augustin und die lateinische Umgangssprache », //Mnemosyne// 35, 3-4, 283-289. 
 + 
 + 
 + 
 +On trouvera des informations sur l'usage des préverbes et des pronoms //is, hic, iste, ille// dans les Sermons d'Augustin dans : 
 + 
 + 
 + 
 +    * **VAN LAER** Sophie2012 : "Quelle valeur pour le préverbe des verbes en //-sco//? L'exemple de //ad-, in-// et //ob-//", in F. Biville, M.-K. Lhommé & D. Vallat (éds.), //Latin vulgaire - latin tardif// IX (Actes du IXe colloque international sur le latin vulgaire et tardif, Lyon, 2-6 septembre 2009), Lyon (Université Lyon 2, Maison de l'Orient et de la Méditerranée), p. 693-704. 
 + 
 + 
 + 
 +    * **ANDRE** Aurélie & **FRUYT** Michèle, 2012 : "Le rôle de is dans les changements de l'endophore et de la déixis en latin", in F. Biville, M.-K. Lhommé & D. Vallat (éds.), //Latin vulgaire - latin tardif// IX (Actes du IXe colloque international sur le latin vulgaire et tardif, Lyon, 2-6 septembre 2009), Lyon (Université Lyon 2, Maison de l'Orient et de la Méditerranée), p. 291-307. 
  
-ANDRE Aurélie & FRUYT Michèle 2012 : "Le rôle de is dans les changements de l'endophore et de la déixis en latin", in F. Biville, M.-K. Lhommé & D. Vallat (éds.), Latin vulgaire - latin tardif IX (Actes du IXe colloque international sur le latin vulgaire et tardif, Lyon, 2-6 septembre 2009), Lyon (Université Lyon 2, Maison de l'Orient et de la Méditerranée), p. 291-307. 
  
   
- 6.9. L'appendix Probi+===== 6.9. L'appendix Probi =====
  
- Le texte dit de l'Appendix Probi (dont la date fut encore récemment l'objet de discussions) est particulièrement instructif pour les phénomènes contemporains de prononciation et de graphie (les deux perspectives étant parfois mêlées). On peut citer, entre autres : 
  
-HERAEUS W. 1900 : "Die Appendix Probi", ALL 11, 301-331. 
  
-FISCHER Iancu 2003 : « Phonétique et graphie dans l’Appendix Probi », in Latin vulgaire et latin tardif VI, H. Solin, M. Leiwo & H. Halla-aho (éds.)Actes du 6e colloque international sur le latin vulgaire et tardif, Helsinki, 29 août-2 septembre 2001, Zürich, Hildesheim, p. 237-244.+Le texte dit de l'//Appendix Probi// (dont la date fut encore récemment l'objet de discussions) est particulièrement instructif pour les phénomènes contemporains de prononciation et de graphie (les deux perspectives étant parfois mêlées)On peut citerentre autres :
  
-POWELL J. G. F. 2007: "A new text of the Appendix Probi", Classical Quarterly 57, p. 687-700. 
  
-POWELL J. G. F. 2011:"The Appendix Probi as a linguistic evidence : a reassesment", in Ferri 2011, p. 75-119. 
  
 +    * **HERAEUS** W., 1900 : "Die //Appendix Probi//", //ALL// 11, 301-331.
  
- 6.10. Les grammairiens latins 
  
- Les grammairiens latins tardifs sont des sources précieuses pour le latin évolué en usage à leur époque. On peut citer, entre autres : 
  
-MALTBY Robert, 2003 : « Evidence for Late and Colloquial Latin in the Commentaries of Porphyrio, Donatus and Servius », in Latin vulgaire et latin tardif VI, H. Solin, M. Leiwo & H. Halla-aho (éds.), Actes du 6e colloque international sur le latin vulgaire et tardif, Helsinki, 29 août-2 septembre 2001, Zürich, Hildesheim, p. 256-276.+    * **FISCHER** Iancu, 2003 : « Phonétique et graphie dans l’//Appendix Probi// », in //Latin vulgaire et latin tardif// VI, H. Solin, M. Leiwo & H. Halla-aho (éds.), Actes du 6e colloque international sur le latin vulgaire et tardif, Helsinki, 29 août-2 septembre 2001, Zürich, Hildesheim, p. 237-244.
  
  
- 6.11. Médecins et vétérinaires 
  
- La langue des médecins et des vétérinaires de l'époque tardiven'ayant pas un but littérairemais cherchant au contraire essentiellement à communiquer des informations pratiques utilesest souvent proche de ce qu'on peut supposer être la langue usuelle de ces professions, un idiolecte important dans la société contemporaineElle fut étudiée dans de nombreux travaux et cela, anciennement dans la recherche philologique : +    * **POWELL** J. G. F.2007 : "A new text of the //Appendix Probi//"//Classical Quarterly// 57p. 687-700.
  
-HERAEUS W. 1906 : "Zur Sprache der Mulomedicina Chironis", ALL 14, 119-124. 
  
-AHLQUIST H. 1909 : Studien zur spätlateinischen Mulomedicina Chironis, Uppsala. 
  
- On pourrait citer de nombreuses publications plus récentespar exemple:+    * **POWELL** J. G. F.2011 :"The //Appendix Probi// as a linguistic evidence : a reassesment", in Ferri 2011, p. 75-119.
  
-ILIESCU Maria & SLUSANSKI Dan 1991 : Du latin aux langues romanes. Choix de textes traduits et commentés (du IIe siècle avant J.C. juqu'au Xe siècle après J.C.), Wilhelmsfeld, Gottfried Egert Verlag. (pour les commentaires linguistiques sur les textes des médecins et vétérinaires) 
  
-ADAMS J. N. 1995 : Pelagonius and Latin Veterinary Terminology in the Roman Empire, Leiden. 
  
-LANGSLOW David R. 2000 : Medical Latin in the Roman Empire, Oxford. 
  
-GITTON-RIPOLL Valérie 2006 : « Traits de langue tardive chez Pélagonius », in C. Arias- Abellan (éd.), Latin vulgaire et latin tardif VII, Actes du 7e colloque international sur le latin vulgaire et tardif (Séville, 2-6 septembre 2003), Sevilla, Universidad di Sevilla, p. 329-343.+===== 6.10. Les grammairiens latins ===== 
 + 
 + 
 + 
 +Les grammairiens latins tardifs sont des sources précieuses pour le latin évolué en usage à leur époque. On peut citer, entre autres : 
 + 
 +     * **MALTBY** Robert, 2003 : « Evidence for Late and Colloquial Latin in the Commentaries of Porphyrio, Donatus and Servius », in //Latin vulgaire et latin tardif// VI, H. Solin, M. Leiwo & H. Halla-aho (éds.), Actes du 6e colloque international sur le latin vulgaire et tardif, Helsinki, 29 août-2 septembre 2001, Zürich, Hildesheim, p. 256-276. 
 + 
 + 
 + 
 + 
 +===== 6.11. Médecins et vétérinaires ===== 
 + 
 + 
 + 
 +La langue des médecins et des vétérinaires de l'époque tardive, n'ayant pas un but littéraire, mais cherchant au contraire essentiellement à communiquer des informations pratiques utiles, est souvent proche de ce qu'on peut supposer être la langue usuelle de ces professions, un idiolecte important dans la société contemporaine. Elle fut étudiée dans de nombreux travaux et cela, anciennement dans la recherche philologique :  
 + 
 + 
 + 
 +    * **HERAEUS** W., 1906 : "Zur Sprache der //Mulomedicina Chironis//", //ALL// 14, 119-124. 
 + 
 + 
 + 
 +    * **AHLQUIST** H., 1909 : //Studien zur spätlateinischen// Mulomedicina Chironis, Uppsala. 
 + 
 + 
 + 
 +On pourrait citer de nombreuses publications plus récentes, par exemple : 
 + 
 + 
 + 
 +    * **ILIESCU** Maria & **SLUSANSKI** Dan, 1991 : //Du latin aux langues romanes. Choix de textes traduits et commentés (du IIe siècle avant J.C. juqu'au Xe siècle après J.C.)//, Wilhelmsfeld, Gottfried Egert Verlag. (pour les commentaires linguistiques sur les textes des médecins et vétérinaires) 
 + 
 + 
 + 
 +    * **ADAMS** J. N., 1995 : //Pelagonius and Latin Veterinary Terminology in the Roman Empire//, Leiden. 
 + 
 + 
 + 
 +    * **LANGSLOW** David R., 2000 : //Medical Latin in the Roman Empire//, Oxford. 
 + 
 + 
 + 
 +    * **GITTON-RIPOLL** Valérie2006 : « Traits de langue tardive chez Pélagonius », in C. Arias- Abellan (éd.), //Latin vulgaire et latin tardif// VII, Actes du 7e colloque international sur le latin vulgaire et tardif (Séville, 2-6 septembre 2003), Sevilla, Universidad di Sevilla, p. 329-343. 
 + 
  
 Voir aussi dans cette 3e partie le § 9.4.6. sur le vocabulaire latin des médecins et des vétérinaires. Voir aussi dans cette 3e partie le § 9.4.6. sur le vocabulaire latin des médecins et des vétérinaires.
  
  
- 6.12. Le latin mérovingien 
  
- Avant la réforme carolingienne, les textes écrits à l'époque mérovingienne dans le Nord de la France sont précieux pour essayer de connaître la langue usuelle de l'époque. Ils offrent des niveaux de langue variables, plus ou moins bas ou élevés  et reflètent donc plus ou moins la langue évoluée de leur époque. 
- Grégoire de Tours, qui était lui-même un grand lettré de son époque, a délibérément employé une langue relevant en grande partie du latin évolué : c'est une langue de compromis entre le latin "grammatical" enseigné à l'époque dans les écoles et la langue usuelle en usage à cette même époque. Grégoire de Tours écrivait, en effet, pour être compris de ses contemporains et il savait que, pour cela, il devait sacrifier certains aspects du latin qu'il avait appris dans ses études. Après l'ouvrage fondamental de M. Bonnet sur Grégoire de Tours : 
  
-BONNET M. 1890 : Le latin de Grégoire de Tours, Paris, Hachette; = Hildesheim, Olms, 1968.+===== 6.12. Le latin mérovingien ===== 
 + 
 + 
 + 
 +Avant la réforme carolingienne, les textes écrits à l'époque mérovingienne dans le Nord de la France sont précieux pour essayer de connaître la langue usuelle de l'époque. Ils offrent des niveaux de langue variables, plus ou moins bas ou élevés  et reflètent donc plus ou moins la langue évoluée de leur époque. 
 + 
 + 
 +Grégoire de Tours, qui était lui-même un grand lettré de son époque, a délibérément employé une langue relevant en grande partie du latin évolué : c'est une langue de compromis entre le latin "grammatical" enseigné à l'époque dans les écoles et la langue usuelle en usage à cette même époque. Grégoire de Tours écrivait, en effet, pour être compris de ses contemporains et il savait que, pour cela, il devait sacrifier certains aspects du latin qu'il avait appris dans ses études. Après l'ouvrage fondamental de M. Bonnet sur Grégoire de Tours : 
 + 
 + 
 + 
 +    * **BONNET** M.1890 : //Le latin de Grégoire de Tours//, Paris, Hachette; = Hildesheim, Olms, 1968. 
 + 
 + 
 + 
 + On peut citer tout particulièrement pour le vocabulaire : 
 + 
 + 
 + 
 +    * **VIELLIARD** Jeanne, 1927 : //Le Latin des diplômes royaux et chartes privées de l’époque mérovingienne//, Bibliothèque de l’école des hautes études, n° 27, Paris, Champion.  
 + 
 + 
 + 
 +    * **ADAMS** James Noel, 1976 : //The Text and Language of a Vulgar Latin Chronicle (Anonymus Valesianus II)//, University of London, Institute of Classical Studies, Suppl. n° 36. 
 + 
 + 
 + 
 +    * **ADAMS** J. N., 1977: "The vocabulary of the //Annales regni Francorum//", //Glotta// 55, p. 257-282. 
 + 
 + 
 +    * **CALBOLI** Gualtiero, 1987 : « Aspects du latin mérovingien », in //Latin vulgaire et latin tardif// I, J. Herman (éd.), Actes du 1er colloque international sur le latin vulgaire et tardif, Pécs, 2-5 septembre 1985, Tübingen, Niemeyer, p. 19-35. 
 + 
 + 
 + 
 +    * **HERMAN** József, 1992 : « Sur quelques aspects du latin mérovingien : langue écrite et langue parlée », in //Latin vulgaire et latin tardif// III, M. Iliescu & W. Marxgut (éds.), Actes du 3e colloque international sur le latin vulgaire et tardif (Innsbruck, 2-5 septembre 1991), Tübingen, Niemeyer, p. 173-185. 
 + 
 + 
 + 
 +    * **FLOBERT** Pierre, 1999 : « Le latin à la cour de Clovis selon Anthime », in //Latin vulgaire et latin tardif// V, H. Petersmann & R. Kettemann (éds.), Actes du 5e colloque international sur le latin vulgaire et tardif (Heidelberg, 5-8 septembre 1997), Heidelberg, Winter, p. 19-29. 
 + 
 + 
 + 
 +    * **FLOBERT** Pierre, 2002 : « Latin-Frankish Bilingualism in Sixth-century Gaul : the Latin of Clovis », in //Bilingualism in Ancient Society : Language Contact and the Written Text//, J.N. Adams, M. Janse & S. Swain (éds.), Oxford University Press, Oxford. 
 + 
 + 
 + 
 +Pour les constructions absolues (ablatif absolu, accusatif absolu, nominatif absolu) chez Grégoire de Tours ainsi que d'autres auteurs mérovingiens des VIe et VIIe siècles, voir : 
 + 
 + 
 + 
 +    * **GAYNO** Maryse, 2015 : //Le participe latin aux VIe et VIIe s. après J.-C. Syntaxe et sémantique//, Paris, L'Harmattan. 
 + 
 + 
 + 
 +Voir aussi : 
 + 
 + 
 + 
 +    * **GOUGENHEIM** Georges, 1955 : « La survivance du latin en Gaule à l’époque mérovingienne », in //L’Information littéraire// n° 7, p. 85-88. 
 + 
 + 
 + 
 +Parallèlement au latin mérovingien, d'autres régions de la Romania ont fourni des documents tardifs, par exemple le latin tardif de Ravenne : 
 + 
 + 
 + 
 +    * **CARLTON** Charles Merritt, 1973 : //A Linguistic Analysis of a Collection of Late Latin Documents Composed in Ravenna between A. D. 445-700//, Collection Janua linguarum, La Haye. 
 + 
  
- on peut citer tout particulièrement pour le vocabulaire :+Voir en outre 
  
-VIELLIARD Jeanne, 1927 : Le Latin des diplômes royaux et chartes privées de l’époque mérovingienne, Bibliothèque de l’école des hautes études, n° 27, Paris, Champion.  
  
-ADAMS James Noel, 1976 : The Text and Language of a Vulgar Latin Chronicle (Anonymus Valesianus II), University of London, Institute of Classical Studies, Suppl. n° 36. 
  
-ADAMS J. N. 1977"The vocabulary of the Annales regni Francorum"Glotta 55p. 257-282.+    * **VÄÄNÄNEN** Veikko, 1981 //Recherches et récréations latino-romanes//NaplesBibliopolis.
  
-HERMAN József, 1992 : « Sur quelques aspects du latin mérovingien : langue écrite et langue parlée », in Latin vulgaire et latin tardif III, M. Iliescu & W. Marxgut (éds.), Actes du 3e colloque international sur le latin vulgaire et tardif (Innsbruck, 2-5 septembre 1991), Tübingen, Niemeyer, p. 173-185. 
  
-CALBOLI Gualtiero, 1987 : « Aspects du latin mérovingien »in Latin vulgaire et latin tardif IJ. Herman (éd.), Actes du 1er colloque international sur le latin vulgaire et tardif, Pécs, 2-5 septembre 1985, Tübingen, Niemeyer, p. 19-35.+ainsi que les travaux récents de Paolo GRECO sur le latin des actes notariés du Sud de l'Italiebien qu'ils portent sur une période plus récente (IXeXe s.) que les textes mérovingienspar exemple :
  
-FLOBERT Pierre, 1999 : « Le latin à la cour de Clovis selon Anthime », in Latin vulgaire et latin tardif V, H. Petersmann & R. Kettemann (éds.), Actes du 5e colloque international sur le latin vulgaire et tardif (Heidelberg, 5-8 septembre 1997), Heidelberg, Winter, p. 19-29. 
  
-FLOBERT Pierre, 2002 : « Latin-Frankish Bilingualism in Sixth-century Gaul : the Latin of Clovis », in Bilingualism in Ancient Society : Language Contact and the Written Text, J.N. Adams, M. Janse & S. Swain (éds.), Oxford University Press, Oxford. 
  
- Pour les constructions absolues (ablatif absoluaccusatif absolu, nominatif absolu) chez Grégoire de Tours ainsi que d'autres auteurs mérovingiens des VIe et VIIe sièclesvoir :+    * **GRECO** Paolo2012 : //Aspetti della subordinazione completiva in alcune cronache latine dell'Italia centro-meridionale (secoli X-XII)//Napoli, Liguori.
  
-GAYNO Maryse 2015 : Le participe latin aux VIe et VIIe s. après J.-C. Syntaxe et sémantique, Paris, L'Harmattan. 
  
- Voir aussi : 
  
-GOUGENHEIM Georges, 1955 « La survivance du latin en Gaule à l’époque mérovingienne »in L’Information littéraire n° 7p85-88.+    * **GRECO** Paolo 2015 "Le discours rapporté dans les actes notariés de la Langobardia minor (IXe siècle)", //Revue de linguistique latine du centre Alfred ErnoutDe Lingua Latina// n°10janvier 2015, //Le discours rapporté en latin//, FFleck & L. Sznajder (éds.) (Actes du colloque Ernout des 2-4 juin 2014), 5e article de la Partie I.
  
- Parallèlement au latin mérovingien, d'autres régions de la Romania ont fourni des documents tardifs, par exemple le latin tardif de Ravenne : 
  
-CARLTON Charles Merritt, 1973 : A Linguistic Analysis of a Collection of Late Latin Documents Composed in Ravenna between A. D. 445-700, Collection Janua linguarum, La Haye. 
  
-Voir en outre:  
  
-VÄÄNÄNEN Veikko, 1981 : Recherches et récréations latino-romanes, Naples, Bibliopolis. 
-ainsi que les travaux récents de Paolo GRECO sur le latin des actes notariés du Sud de l'Italie, bien qu'ils portent sur une période plus récente (IXe, Xe s.) que les textes mérovingiens, par exemple: 
  
-GRECO Paolo 2012 : Aspetti della subordinazione completiva in alcune cronache latine dell'Italia centro-meridionale (secoli X-XII), Napoli, Liguori.+\\
  
-GRECO Paolo 2015"Le discours raporté dans les actes notariés de la Langobardia minor (IXe siècle)", Revue de linguistique latine du centre Alfred Ernout, De Lingua Latina n°10, janvier 2015, Le discours rapporté en latin, FFleck & L. Sznajder (éds.) (Actes du colloque Ernout des 2-4 juin 2014), 5e article de la Partie I.+Aller au [[:formation_des_mots:§ 7. La variation diatopique du lexique latin|§ 7La variation diatopique du lexique latin]] 
 +