Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

formation_des_mots:16._les_nouveautes_sur_l_etude_de_la_formation_des_mots_en_latin [2017/03/17 11:10]
fruyt
formation_des_mots:16._les_nouveautes_sur_l_etude_de_la_formation_des_mots_en_latin [2017/03/17 18:39] (Version actuelle)
ollivier
Ligne 76: Ligne 76:
  
  
-I) Le premier type de groupement est organisé selon une liste de lexèmes, qu'on peut appeler une série ou un paradigme lexical.+I) **Le premier type de groupement** est organisé selon une liste de lexèmes, qu'on peut appeler une série ou un paradigme lexical.
    
 Les lexèmes ont alors pour point commun leur valeur référentielle. Ils renvoient à des entités extralinguistiques appartenant à la même classe cognitive.  Les lexèmes ont alors pour point commun leur valeur référentielle. Ils renvoient à des entités extralinguistiques appartenant à la même classe cognitive. 
Ligne 88: Ligne 88:
  
  
-II) Le second type de groupement relève pour chaque lexème d'une configuration en "constante + variable". Les lexèmes ont en commun un radical latin synchronique à l'initiale de mot et ils se différencient par un élément final, par exemple des suffixes différents.+II) **Le second type de groupement** relève pour chaque lexème d'une configuration en "constante + variable". Les lexèmes ont en commun un radical latin synchronique à l'initiale de mot et ils se différencient par un élément final, par exemple des suffixes différents.
    
 Ils constituent un groupement "génétique" ou une "famille de mots" puisqu'ils ont en commun le même radical latin. Ils constituent un groupement "génétique" ou une "famille de mots" puisqu'ils ont en commun le même radical latin.
Ligne 100: Ligne 100:
  
  
-III) Le troisième type de groupement correspond à des structures au sens strict du mot, où chaque élément se définit par rapport aux autres (et non dans l'absolu). +III) **Le troisième type de groupement** correspond à des structures au sens strict du mot, où chaque élément se définit par rapport aux autres (et non dans l'absolu). 
  
 Cette organisation en structure se retrouve aussi bien au plan des lexèmes qu'au plan des entités extralinguistiques.  Cette organisation en structure se retrouve aussi bien au plan des lexèmes qu'au plan des entités extralinguistiques. 
Ligne 178: Ligne 178:
  
  
- 16.6. Lexèmes grammaticaux vs lexèmes lexicaux 
  
- La distinction entre : + 
- a) les lexèmes de fonction grammaticale (comme le pronom relatif qui ; les pronoms personnels ; les pronoms-adjectifs is, hic, iste, ille, ipse, etc.)  +===== 16.6. Lexèmes grammaticaux vs lexèmes lexicaux ===== 
- b) et les lexèmes de valeur sémantique lexicale (rex "roi", filius "fils", res publica "état, République")+ 
 + 
 + 
 +La distinction entre : 
 + 
 +a) les lexèmes de fonction grammaticale (comme le pronom relatif //qui// ; les pronoms personnels ; les pronoms-adjectifs //is, hic, iste, ille, ipse//, etc.) 
 +  
 +b) et les lexèmes de valeur sémantique lexicale (//rex// "roi", //filius// "fils", //res publica// "état, République") 
 est importante dans le lexique latin, puisque ces deux catégories de lexèmes jouent des rôles très différents dans l'organisation des énoncés et les informations véhiculées par ces énoncés. Ces différences fonctionnelles apparaissent dans les fréquences d'emploi. En premier lieu, les lexèmes grammaticaux les plus usuels sont les termes de la langue latine offrant la fréquence la plus élevée. En second lieu, ces différences apparaissent aussi au niveau du signifiant des lexèmes : les termes grammaticaux sont globalement plus courts que les termes lexicaux. Les lexèmes grammaticaux ont 1 ou 2 syllabes généralement, tandis que les lexèmes lexicaux de plus haute fréquence ont le plus souvent 2 ou 3 syllabes, certains en ayant 4 (ou 5 au maximum). est importante dans le lexique latin, puisque ces deux catégories de lexèmes jouent des rôles très différents dans l'organisation des énoncés et les informations véhiculées par ces énoncés. Ces différences fonctionnelles apparaissent dans les fréquences d'emploi. En premier lieu, les lexèmes grammaticaux les plus usuels sont les termes de la langue latine offrant la fréquence la plus élevée. En second lieu, ces différences apparaissent aussi au niveau du signifiant des lexèmes : les termes grammaticaux sont globalement plus courts que les termes lexicaux. Les lexèmes grammaticaux ont 1 ou 2 syllabes généralement, tandis que les lexèmes lexicaux de plus haute fréquence ont le plus souvent 2 ou 3 syllabes, certains en ayant 4 (ou 5 au maximum).
- La distinction entre lexèmes grammaticaux et lexèmes lexicaux se reflète aussi dans le sort réservé aux unités lexicales par le phénomène de la grammaticalisation, qui résulte des effets de l'évolution linguistique dans le domaine morpho-syntaxique. La grammaticalisation peut se manifester dans l'évolution d'un lexème de valeur lexicale qui devient un lexème grammatical, ou bien dans celle d'un lexème grammatical qui devient encore plus grammatical.  + 
- Pour le rappel de ce critère définitoire et une application au latin, voir :+La distinction entre lexèmes grammaticaux et lexèmes lexicaux se reflète aussi dans le sort réservé aux unités lexicales par le phénomène de la grammaticalisation, qui résulte des effets de l'évolution linguistique dans le domaine morpho-syntaxique. La grammaticalisation peut se manifester dans l'évolution d'un lexème de valeur lexicale qui devient un lexème grammatical, ou bien dans celle d'un lexème grammatical qui devient encore plus grammatical.
    
-FRUYT Michèle  2011 : « Grammaticalization in Latin », in Ph. Baldi & P. Cuzzolin (éds.), New Perspectives on Historical Latin Syntax. Complex Sentences, Grammaticalization, Typology, Berlin / Boston, Mouton de Gruytervol. IV, p. 661-864.+Pour le rappel de ce critère définitoire et une application au latinvoir :
  
 + 
 +    * **FRUYT** Michèle,  2011 : « Grammaticalization in Latin », in Ph. Baldi & P. Cuzzolin (éds.), //New Perspectives on Historical Latin Syntax. Complex Sentences, Grammaticalization, Typology//, Berlin / Boston, Mouton de Gruyter, vol. IV, p. 661-864.
  
- 16.7. L'innovation lexicale : une typologie en latin 
  
- 16.7.1. Le degré d'innovation 
  
- On trouvera dans l'article suivant une synthèse sur les différentes formes d'innovation lexicale et de créativité lexicale dans leurs degrés variables de réalisation, allant du "mot possible" ou "mot attestable" respectant les règles de formation à la création la plus excentrique hors normes : 
  
-FRUYT Michèle 2000 : «  La création lexicale : généralités appliquées au latin », in MFruyt & ChNicolas (éds.), La création lexicale en latin, Paris, PUPS, Collection Lingua Latina n°6, 2000, p.11-47.+===== 16.7L'innovation lexicale : une typologie en latin =====
  
- Cet article fut traduit en espagnol : 
  
-FRUYT Michèle 2009: « La creación léxica: consideraciones generales y su aplicación a la lengua latina », Estudios clásicos (136), 2009, p. 7-54.+ 
 +==== 16.7.1. Le degré d'innovation ==== 
 + 
 + 
 +On trouvera dans l'article suivant une synthèse sur les différentes formes d'innovation lexicale et de créativité lexicale dans leurs degrés variables de réalisation, allant du "mot possible" ou "mot attestable" respectant les règles de formation à la création la plus excentrique hors normes : 
 + 
 + 
 +    * **FRUYT** Michèle, 2000 : « La création lexicale : généralités appliquées au latin », in M. Fruyt & Ch. Nicolas (éds.), //La création lexicale en latin//, Paris, PUPS, Collection Lingua Latina n°6, 2000, p.11-47. 
 + 
 + 
 + 
 +Cet article fut traduit en espagnol : 
 + 
 + 
 +    * **FRUYT** Michèle, 2009: « La creación léxica: consideraciones generales y su aplicación a la lengua latina », //Estudios clásicos// (136), 2009, p. 7-54
 + 
 + 
 + 
 + 
 +==== 16.7.2. La création lexicale chez les auteurs latins ==== 
 + 
 + 
 + 
 +Certains auteurs latins sont très inventifs et utilisent la création lexicale comme un moyen comique avec des termes si innovants qu'ils sont surprenants et ne respectent pas les règles habituelles de la formation des mots en latin. Plaute est un grand créateur de termes à une finalité comique : 
 + 
 + 
 +    * **CRAMPON** Monique, 2000 : "Création de mots chez Plaute", in M. Fruyt & Ch. Nicolas (éds.), //La création lexicale en latin//, Paris, PUPS, p. 149-153. 
 + 
 + 
 + 
 +    * **FONTAINE** Michael, 2010 : //Funny Words in Plautine Comedy//, Oxford, Oxford University Press. 
 + 
 + 
 + 
 +    * **SÁNCHEZ-MANZANO** Maria Asunción, 2015 : "El neologismo en el vocabulario literario latino", in G. Haverling (éd.), //Latin Linguistics in the Early 21st Century (Acts of the 16th nternational Colloquium on Latin Linguistics//, Uppsala, June 6th-11th 2011), Uppsala, Acta Universitatis Upsaliensis, Studia Latina Upsaliensia 35, p. 133-143. 
 + 
 + 
 + 
 +Mais la plupart des auteurs latins, en fait, créent des mots qui respectent les règles de formation des mots et offrent donc un faible degré d'innovation. Ce sont, pour ainsi dire, des créations "attendues", ce qu'on appelle des mots possibles. Certains perdurent dans la langue, mais en général les créations d'auteur, même si elles sont conformes aux tendances de la langue, sont éphémères et on ne les retrouve plus ensuite dans les textes latins. 
 + 
 +  
 + 
 +    * **KIRCHER-DURAND** Chantal, 2005 : "Les procédés de création lexicale mis en oeuvre par Lucrèce", in G. Calboli (éd.), //Papers on Grammar// 9, 1, p. 15-323.
  
  
- 16.7.2. La création lexicale chez les auteurs latins 
  
- Certains auteurs latins sont très inventifs et utilisent la création lexicale comme un moyen comique avec des termes si innovants qu'ils sont surprenants et ne respectent pas les règles habituelles de la formation des mots en latin. Plaute est un grand créateur de termes à une finalité comique :+C'est aussi le cas de Pétrone, malgré la réputation d'originalité de cet auteur :
  
-CRAMPON Monique 2000 : "Création de mots chez Plaute", in M. Fruyt & Ch. Nicolas (éds.), La création lexicale en latin, Paris, PUPS, p. 149-153. 
  
-FONTAINE Michael 2010 : Funny Words in Plautine Comedy, Oxford, Oxford University Press. 
  
-SÁNCHEZ-MANZANO Maria Asunción 2015 : "El neologismo en el vocabulario literario latino", in GHaverling (éd.), Latin Linguistics in the Early 21st Century (Acts of the 16th nternational Colloquium on Latin Linguistics, Uppsala, June 6th-11th 2011), UppsalaActa Universitatis UpsaliensisStudia Latina Upsaliensia 35, p. 133-143.+    * **ONIGA** Renato, 2000 : "La création lexicale chez Pétrone", in MFruyt & Ch. Nicolas (éds.), //La création lexicale en latin//ParisPUPS, p. 11-48.
  
- Mais la plupart des auteurs latins, en fait, créent des mots qui respectent les règles de formation des mots et offrent donc un faible degré d'innovation. Ce sont, pour ainsi dire, des créations "attendues", ce qu'on appelle des mots possibles. Certains perdurent dans la langue, mais en général les créations d'auteur, même si elles sont conformes aux tendances de la langue, sont éphémères et on ne les retrouve plus ensuite dans les textes latins.  
  
-KIRCHER-DURAND Chantal 2005 : "Les procédés de création lexicale mis en oeuvre par Lucrèce", in G. Calboli (éd.), Papers on Grammar 9, 1, p. 15-323. 
  
- C'est aussi le cas de Pétrone, malgré la réputation d'originalité de cet auteur :+On trouvera des publications intéressantes sur la création lexicale dans :
  
-ONIGA Renato 2000 : "La création lexicale chez Pétrone", in M. Fruyt & Ch. Nicolas (éds.), La création lexicale en latin, Paris, PUPS, p. 11-48. 
  
- On trouvera des publications intéressantes sur la création lexicale dans : 
  
-CUPAIUOLO Fabio 1993 : Bibliografia della lingua latina (1949-1991), Napoli, Loffredo editore.+    * **CUPAIUOLO** Fabio1993 : //Bibliografia della lingua latina (1949-1991)//, Napoli, Loffredo editore.
  
  
Ligne 229: Ligne 269:
 \\ \\
  
-Aller au [[:formation_des_mots:§ 17. |§ 17]]+Aller au [[:formation_des_mots:§ 17. La suffixation - renouvellement des techniques d'analyse | § 17. La suffixation - renouvellement des techniques d'analyse]]