Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

formation_des_mots:14._latin_et_contacts_de_langues [2017/03/17 10:18]
fruyt
formation_des_mots:14._latin_et_contacts_de_langues [2017/03/17 10:31] (Version actuelle)
fruyt
Ligne 223: Ligne 223:
  
  
-FRUYT Michèle, 1987 : "Emprunt suffixal du latin au grec", Bulletin de la Société de linguistique de Paris 82, 1, p. 227-255.+    * **FRUYT** Michèle, 1987 : "Emprunt suffixal du latin au grec", //Bulletin de la Société de linguistique de Paris// 82, 1, p. 227-255. 
 + 
    
-FRUYT Michèle, 1987 : "Grec -ικός en latin. Etude quantitative", Revue de philologie 61, 1987, p. 261-276.+    * **FRUYT** Michèle, 1987 : "Grec -ικός en latin. Etude quantitative", //Revue de philologie// 61, 1987, p. 261-276. 
 + 
 + 
 + 
 +    * **FRUYT** Michèle, 2002 : "Les dérivés en //-cus, -ca, -cum//", in Ch. Kircher-Durand (éd.), //Création lexicale : la formation des noms par dérivation suffixale//, Peeters (= //Grammaire fondamentale du latin// tome IX), p. 67-84 et en particulier p. 71-74. 
  
-FRUYT Michèle, 2002 : "Les dérivés en -cus, -ca, -cum", in Ch. Kircher-Durand (éd.), Création lexicale : la formation des noms par dérivation suffixale, Peeters (= Grammaire fondamentale du latin tome IX), p. 67-84 et en particulier p. 71-74. 
  
   
-14.4. Code-switching et jeux de mots bilingues dans les textes latins+===== 14.4. Code-switching et jeux de mots bilingues dans les textes latins ===== 
 + 
 + 
 + 
 +Le grand nombre des individus bilingues en latin et en grec a entraîné, dans certaines sphères de la société, une situation de bilinguisme, avec des passages de code-switching par exemple dans les lettres de Cicéron, ce qui devait refléter aussi du code-switching dans certaines conversations familières entre personnes du même milieu. On observe aussi dans certains textes latins (les lettres de Cicéron, certains discours) des jeux de mots à cheval sur les deux langues, le latin et le grec, ce qui présuppose une parfaite connaissance du grec chez l'allocutaire ou le destinataire de la lettre. Ces jeux de mots sont des créations éphémères de discours, qui ne sont pas destinées à s'implanter dans la langue de la communauté linguistique, mais remplissent des fonctions stratégiques du point de vue de l'argumentation développée par le locuteur ou l'auteur de la lettre. Certains textes nous donnent des indices de jeux de mots bilingues : 
 + 
 + 
 +    * **BIVILLE** Frédérique, 2000 : « Bilinguisme gréco-latin et créations éphémères de discours », in M. Fruyt & Ch. Nicolas (éds.), //La création lexicale en latin//, Paris, PUPS, Collection Lingua Latina n°6, p. 91-107.
  
- Le grand nombre des individus bilingues en latin et en grec a entraîné, dans certaines sphères de la société, une situation de bilinguisme, avec des passages de code-switching par exemple dans les lettres de Cicéron, ce qui devait refléter aussi du code-switching dans certaines conversations familières entre personnes du même milieu. On observe aussi dans certains textes latins (les lettres de Cicéron, certains discours) des jeux de mots à cheval sur les deux langues, le latin et le grec, ce qui présuppose une parfaite connaissance du grec chez l'allocutaire ou le destinataire de la lettre. Ces jeux de mots sont des créations éphémères de discours, qui ne sont pas destinées à s'implanter dans la langue de la communauté linguistique, mais remplissent des fonctions stratégiques du point de vue de l'argumentation développée par le locuteur ou l'auteur de la lettre. Certains textes nous donnent des indices de jeux de mots bilingues : 
  
-BIVILLE Frédérique, 2000: « Bilinguisme gréco-latin et créations éphémères de discours », in M. Fruyt & Ch. Nicolas (éds.), La création lexicale en latin, Paris, PUPS, Collection Lingua Latina n°6, p. 91-107. 
  
 On a pu également étudier les situations de bilinguisme entre latin et étrusque : On a pu également étudier les situations de bilinguisme entre latin et étrusque :
  
- HADAS-LEBEL Jean, 2004 : Le bilinguisme étrusco-latin. Contribution à l'étude de la romanisation de l'Etrurie, Louvain / Paris / Dodley Ma., Peeters.+ 
 + 
 +    * **HADAS-LEBEL** Jean, 2004 : //Le bilinguisme étrusco-latin. Contribution à l'étude de la romanisation de l'Etrurie//, Louvain / Paris / Dodley Ma., Peeters. 
 + 
  
 Pour toutes les questions posées par le bilinguisme de manière générale, voir : Pour toutes les questions posées par le bilinguisme de manière générale, voir :
  
-ADAMS James Noël, 2003: Bilingualism and the Latin Language, Cambridge, Cambridge University Press.+ 
 +    * **ADAMS** James Noël, 2003 : //Bilingualism and the Latin Language//, Cambridge, Cambridge University Press. 
 + 
  
 On peut citer également pour un point particulier de terminologie qui met aussi en cause les concepts et la perception du bilinguisme dans l'Antiquité : On peut citer également pour un point particulier de terminologie qui met aussi en cause les concepts et la perception du bilinguisme dans l'Antiquité :
  
-DUBUISSON Michel, 1983 : "Recherches sur la terminologie antique du bilinguisme", Revue de Philologie 57, 1983, p. 203-226.+ 
 +    * **DUBUISSON** Michel, 1983 : "Recherches sur la terminologie antique du bilinguisme", //Revue de Philologie// 57, 1983, p. 203-226. 
 + 
 + 
 + 
 + 
 +===== 14.5. La question de l’influence syntaxique du grec sur le latin =====
  
  
-14.5. La question de l’influence syntaxique du grec sur le latin 
  
 Si les influences du vocabulaire grec sur le vocabulaire latin sont indéniables à plusieurs époques et dans plusieurs types de situations d'énonciation, il est plus délicat de détecter des influences du grec sur la syntaxe latine.  Si les influences du vocabulaire grec sur le vocabulaire latin sont indéniables à plusieurs époques et dans plusieurs types de situations d'énonciation, il est plus délicat de détecter des influences du grec sur la syntaxe latine. 
 La question des hellénismes dans le domaine syntaxique est débattue depuis longtemps. On peut citer pour les travaux récents (incluant la bibliographie plus ancienne) : La question des hellénismes dans le domaine syntaxique est débattue depuis longtemps. On peut citer pour les travaux récents (incluant la bibliographie plus ancienne) :
  
-CUZZOLIN Pierluigi, 2014 : « Grecismi sintattici antichi e grecismi sintattici tardi : osservazioni per un riesame anche terminologico », in P. Molinelli, P. Cuzzolin & C. Fedriani (éds.), Latin vulgaire, latin tardif X, Actes du Xe colloque international sur le latin vulgaire et tardif, Bergamo, 5-9 septembre 2012, vol. I, Bergamo, Bergamo University Press-Sestante,  247-262.  
  
-14.6. Le latin comme langue de départ : influence du latin sur une autre langue+    * **CUZZOLIN** Pierluigi, 2014 : « Grecismi sintattici antichi e grecismi sintattici tardi : osservazioni per un riesame anche terminologico », in P. Molinelli, P. Cuzzolin & C. Fedriani (éds.), //Latin vulgaire, latin tardif// X, Actes du Xe colloque international sur le latin vulgaire et tardif, Bergamo, 5-9 septembre 2012, vol. I, Bergamo, Bergamo University Press-Sestante,  247-262. 
 + 
 +  
 + 
 +===== 14.6. Le latin comme langue de départ : influence du latin sur une autre langue ===== 
 + 
  
 Dans la question des contacts de langue mettant en cause le latin, furent également étudiées des situations où le latin était la langue de départ, c.-à-d. où le latin eut une influence sur une autre langue.  Dans la question des contacts de langue mettant en cause le latin, furent également étudiées des situations où le latin était la langue de départ, c.-à-d. où le latin eut une influence sur une autre langue. 
 De nombreuses situations ont pu se présenter à toutes les époques depuis l'Antiquité jusqu'à l'époque contemporaine. On peut citer par exemple pour les publications récentes : De nombreuses situations ont pu se présenter à toutes les époques depuis l'Antiquité jusqu'à l'époque contemporaine. On peut citer par exemple pour les publications récentes :
  
-BRACHET Jean-Paul, 2009 : « Vieil-islandais handtaka : composition verbale et influence latine », Historische Sprachforschung, 122, 2009, p. 294-304.+ 
 +    * **BRACHET** Jean-Paul, 2009 : « Vieil-islandais //handtaka// : composition verbale et influence latine », //Historische Sprachforschung//, 122, 2009, p. 294-304. 
 + 
  
 Les influences du latin sur le grec furent également étudiées : Les influences du latin sur le grec furent également étudiées :
  
-DUBUISSON Michel, 1985 : Le latin de Polybe, Paris, Klincksieck. 
  
-GITTON-RIPOLL Valérie, 2012 : "Les latinismes dans les textes hippiatriques grecs", in F. Biville, M.-K. Lhommé & D. Vallat (éd.), Latin vulgaire - latin tardif X (Actes du IXe coll. internat. sur le latin vulgaire et tardif, Lyon, 2-6 septembre 2009), Lyon, Maison de l'Orient et de la Méditerranée (n°49, Série linguistique et philologique n° 8), p. 837-849.+    * **DUBUISSON** Michel, 1985 : //Le latin de Polybe//, Paris, Klincksieck. 
 + 
 + 
 + 
 +    * **GITTON-RIPOLL** Valérie, 2012 : "Les latinismes dans les textes hippiatriques grecs", in F. Biville, M.-K. Lhommé & D. Vallat (éd.), //Latin vulgaire - latin tardif// X (Actes du Xe coll. internat. sur le latin vulgaire et tardif, Lyon, 2-6 septembre 2009), Lyon, Maison de l'Orient et de la Méditerranée (n°49, Série linguistique et philologique n° 8), p. 837-849. 
 + 
  
 Pour les effets des contacts de langues sur les prénoms de l'Italie ancienne, on peut citer l'ouvrage collectif : Pour les effets des contacts de langues sur les prénoms de l'Italie ancienne, on peut citer l'ouvrage collectif :
  
-POCCETTI Paolo (éd.), 2008 : Les prénoms de l'Italie antique, Pisa / Roma, Fabrizio Serra Editore.+ 
 +    * **Poccetti** P. (éd.), 2008 : //Les prénoms de l'Italie antique//, Pisa / Roma, Fabrizio Serra Editore. 
 + 
  
 et en particulier l'article suivant : et en particulier l'article suivant :
  
-POCCETTI Paolo, 2008 : "Reflets des contacts de langues dans les prénoms de la Campanie ancienne", in P. Poccetti (éd.) : Les prénoms de l'Italie antique, Pisa / Roma, Fabrizio Serra Editore, p. 133-150.+ 
 +    * **POCCETTI** Paolo, 2008 : "Reflets des contacts de langues dans les prénoms de la Campanie ancienne", in P. Poccetti (éd.) : //Les prénoms de l'Italie antique//, Pisa / Roma, Fabrizio Serra Editore, p. 133-150. 
 + 
 + 
 + 
 + 
 +===== 14.7. Les domaines d'expérience des hellénismes en latin =====
  
  
-14.7. Les domaines d'expérience des hellénismes en latin 
  
 Les domaines techniques sont particulièrement fertiles pour l'étude de toutes les sortes d'hellénismes : médecine, phytonymie, zoologie, etc. Voir dans le DHELL, 2e partie "Langues techniques". Les domaines techniques sont particulièrement fertiles pour l'étude de toutes les sortes d'hellénismes : médecine, phytonymie, zoologie, etc. Voir dans le DHELL, 2e partie "Langues techniques".
  
-ERNOUT Alfred, 1954 : Aspects du vocabulaire latin, Paris, Klinksieck. 
  
-ANDRÉ Jacques, 1963 : « Remarques sur les traductions des mots grecs dans les textes médicaux du Ve siècle (Cassius Félix et Caelius Aurélianus) », Revue de  Philologie 37, 1, p. 47-67.+    * **ERNOUT** Alfred, 1954 : //Aspects du vocabulaire latin//, Paris, Klinksieck. 
 + 
 + 
 + 
 +    * **ANDRÉ** Jacques, 1963 : « Remarques sur les traductions des mots grecs dans les textes médicaux du Ve siècle (Cassius Félix et Caelius Aurélianus) », //Revue de Philologie// 37, 1, p. 47-67
 + 
 + 
 + 
 +    * **FRUYT** Michèle, 1986 : //Problèmes méthodologiques de dérivation à propos des suffixes latins en// ...cus, Paris, Klincksieck.  \\ Voir en particulier le suffixe latin //-icus// par rapport au suffixe grec -ικός, p. 35-86. 
 + 
 + 
 + 
 +    * **FRUYT** Michèle, 1987 : "Emprunt suffixal du latin au grec", //Bulletin de la Société de linguistique de Paris// 82, 1, p. 227-255.
  
-FRUYT Michèle, 1986 : Problèmes méthodologiques de dérivation à propos des suffixes latins en ...cus, Paris, Klincksieck. Voir en particulier le suffixe latin -icus par rapport au suffixe grec -ικός, p. 35-86. 
  
-FRUYT Michèle, 1987 : "Emprunt suffixal du latin au grec", Bulletin de la Société de linguistique de Paris 82, 1, p. 227-255. 
    
-FRUYT Michèle, 1987 : "Grec -ικός en latin. Etude quantitative", Revue de philologie 61, 1987, p. 261-276.+    * **FRUYT** Michèle, 1987 : "Grec -ικός en latin. Etude quantitative", //Revue de philologie// 61, 1987, p. 261-276
 + 
 + 
 + 
 +    * **BIVILLE** Frédérique, 1993 : "La réception des hellénismes dans le lexique phytonymique latin (d'après Pline, //Histoire naturelle//)", in //Les phytonymes grecs et latins// (Actes du coll. internat., Nice, mai 1992), Université de Nice-Sophia Antipolis, p. 47-61. 
 + 
 + 
 + 
 +    * **FRAISSE** Anne, 1998 : « Place et fonction des hellénismes dans la dénomination des maladies chez Cassius Félix », in A. Debru & G. Sabbah (éds.), //Nommer la maladie. Recherches sur le lexique gréco-latin de la pathologie//, St.Étienne, Publications de l'Université de St.Étienne, 121-132.
  
-BIVILLE Frédérique, 1993 : "La réception des hellénismes dans le lexique phytonymique latin (d'après Pline, Histoire naturelle)", in Les phytonymes grecs et latins (Actes du coll. internat., Nice, mai 1992), Université de Nice-Sophia Antipolis, p. 47-61. 
  
-FRAISSE Anne, 1998 : « Place et fonction des hellénismes dans la dénomination des maladies chez Cassius Félix », in A. Debru & G. Sabbah (éds.), Nommer la maladie. Recherches sur le lexique gréco-latin de la pathologie, St.Étienne, Publications de l'Université de St.Étienne, 121-132. 
  
-ADAMS James Noël, 2003: Bilingualism and the Latin Language, Cambridge, Cambridge University Press.+   * **ADAMS** James Noël, 2003 : //Bilingualism and the Latin Language//, Cambridge, Cambridge University Press.