Warning: session_write_close() [function.session-write-close]: write failed: Disk quota exceeded (122) in /var/www/clients/client6/web37/web/doku.php on line 81

Warning: session_write_close() [function.session-write-close]: Failed to write session data (files). Please verify that the current setting of session.save_path is correct (/var/lib/php5) in /var/www/clients/client6/web37/web/doku.php on line 81

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /var/www/clients/client6/web37/web/doku.php:81) in /var/www/clients/client6/web37/web/inc/actions.php on line 162
formation_des_mots:12._nouvelles_perspectives_en_semantique_lexicale_du_latin [Dictionnaire Historique et Encyclopédie Linguistique du Latin]
 

La formation des mots

Bibliographie raisonnée

Michèle FRUYT

Université de Paris-Sorbonne (Paris 4)


§ 12. Nouvelles perspectives en sémantique lexicale du latin

12.1. L'analyse sémique appliquée au latin : Claude Moussy

Les travaux de Claude Moussy et de ses élèves ont renouvelé le domaine de la sémantique lexicale en introduisant en latin la méthode de l’analyse sémique (dans la perspective de François Rastier).

Voir à ce sujet le DHELL, 4e partie “Encyclopédie linguistique du latin”, “Notions de linguistique”, “Sémantique”.

Voir aussi le DHELL, 1ère partie “Lexique latin”, “Dictionnaire”, pour les termes traités sémantiquement (dans le § 5) selon l’analyse sémique, en particulier : signum, uerbum.

Claude Moussy a également contribué à redéfinir et à actualiser les notions lexicales fondamentales en usage parmi les philologues, stylisticiens et linguistes : la polysémie, l’antonymie, la métaphore lexicalisée. Certains de ses travaux antérieurs sont repris dans deux ouvrages récents:

  • MOUSSY Claude, 2010 : Synonymie et antonymie en latin, Paris, L’Harmattan.
  • MOUSSY Claude, 2011 : La polysémie en latin, Paris, PUPS.

12.1.1. Polysémie

Pour la notion de polysémie, voir également :

- le DHELL, 4e partie, “Notions linguistiques”, “Sémantique”, article de Jean-François THOMAS intitulé “Les écarts de sens et les formes de polysémie en latin”, où l’on trouvera, entre autres, les apports de Robert Martin sur les différentes sortes de polysémie.

  • MOUSSY Claude, 1966 : Gratia et sa famille, Paris.
  • THOMAS Jean-François, 2001 : “Les fonctions linguistiques de la synonymie lexicale en latin”, in C. Moussy (éd.), De lingua latina nouae quaestiones (Actes du 10e Colloque international de Linguistique latine, Paris / Sèvres, avril 1999), Louvain – Paris, Peeters, p. 875-890.
  • THOMAS Jean-François, 2006 : “Les noms d’instruments agricoles en latin : monosémie, polysémie, homonymie”, in J.-P. Brachet & C. Moussy (éds.), Latin et langues techniques (Actes du Colloque International du Centre A. Ernout, juin 2002), Paris, PUPS, p. 61-78.
  • THOMAS Jean-François, 2008 : “La question de l’unité du polysème et la notion de vecteur sémique”, in G. Viré (éd.), Autour du lexique latin, Actes du XIIIe Colloque international de Linguistique latine (Bruxelles, avril 2005), Bruxelles, Editions Latomus, volume 316 de la collection Latomus, p. 94-105.
  • THOMAS Jean-François, 2011 : “Problèmes de polysémie et de synonymie dans la lexicalisation de l’espace et du temps”, in Cl. Moussy (éd.), Espace et temps en latin, Paris, PUPS, p. 47-60.

12.1.2. Métaphore lexicalisée

Pour la métaphore lexicalisée réinterprétée selon l’analyse sémique, voir dans C. MOUSSY 2011, le 2e chapitre intitulé : “Les métaphores lexicalisées et l’analyse sémique”, qui reprend:

  • MOUSSY Claude, 1989 : “Les métaphores lexicalisées et l’analyse sémique”, in M. Lavency & D. Longrée (éds.), Cahiers de l’Institut de linguistique de Louvain (Actes du 5e colloque international de linguistique latine, Louvain-Borzée), Louvain-la-Neuve, p. 309-319.

12.1.3. Antonymie

Pour l’antonymie en général et en latin en particulier , voir dans C. MOUSSY 2010, le chapitre n°11 intitulé “Les problèmes de l’antonymie en latin”, p. 143-154, qui reprend :

  • MOUSSY Claude, 1996 : “Les problèmes de l’antonymie en latin”, in A. Bammesberger & F. Heberlin (éds.), Akten des VIII internationalen Kolloquiums zur lateinischen Linguistik, Heidelberg, C. Winter, p. 473-486.

et le chapitre “La création lexicale par antonymie”, p. 177-184, qui reprend :

  • MOUSSY Claude, 2000 : « La création lexicale par antonymie », in M. Fruyt & C. Nicolas (éds.), La création lexicale en latin (Actes de la table ronde du 9e Colloque international de Linguistique latine, Madrid, 16 avril 1997), Paris, PUPS (Collection Lingua latina n° 6), p. 51-60.

ainsi que le chapitre “L’antonymie lexicale en latin”, p. 155-165, qui reprend :

  • MOUSSY Claude, 1998 : “L’antonymie lexicale en latin”, in P. Valentin & M. Fruyt (éds.), Lexique et cognition, Paris, PUPS, collection Linguistica Palatina 4, p. 109-120.

12.1.4. Structure du signifié

Pour les questions posées par la structure du signifié des lexèmes, les problèmes du sens et de la signification ainsi que les nouvelles solutions apportées par l’analyse sémique, voir dans C. MOUSSY, 2011 le 1er chapitre intitulé “La structure du signifié : utilité et limites de l’analyse en traits pertinents (avec application au latin)”, qui reprend :

  • MOUSSY Claude, 1991 : “La structure du signifié : utilité et limites de l’analyse en traits pertinents (avec application au latin)”, in R. Coleman (éd.), New Studies in Latin Linguistics, J. Benjamins, Amsterdam / Philadelphie, p. 63-73.

12.1.5. Etude sémantique de termes latins particuliers

Des études lexicales sur des termes latins particuliers relancèrent aussi les analyses lexicales portant sur la langue latine :

  • MOUSSY Claude, 1966 : Gratia et sa famille, Paris, PUF.

Plusieurs ouvrages traitent également de termes latins dans la perspective méthodologique de Claude Moussy (en recourant notamment pour certains à l’analyse sémique) :

  • ROESCH Sophie, 1998 : Verbum. Etude sémantique, thèse de l’Université de Paris IV-Sorbonne, inédite.
  • THOMAS Jean-François, 2002 : Gloria et laus. Etude sémantique, Louvain / Paris / Dudley Ma., Peeters.
  • BRUNET Claude à paraître : Etude sémantique de beneficium, iniuria et d’autres noms désignant des actes de bienfaisance et de malfaisance en latin dans un rapport d’antonymie, thèse inédite (soutenue le 18-12-2002), à paraître aux PUFC (Université de Franche-Comté, Besançon) dans la collection ISTA.
  • DOROTHEE Stéphane, 2006 : A l’origine du signe: le latin signum, Paris, L’Harmattan (collection Kubaba, série “Grammaire et linguistique”) ; thèse de l’Université de Paris IV-Sorbonne.
  • DOROTHEE Stéphane, 2006 : ”Signum et le métalexique : la notion de signe linguistique chez Augustin”, in J.-P. Brachet & C. Moussy (éds.) 2006 : Latin et langues techniques, Paris, PUPS (Collection Lingua Latina), p. 155-169.
  • GAVOILLE Laurent, 2006 : “Les emplois de oratio dans la langue de la critique littéraire”, in J.-P. Brachet & C. Moussy (éds.) 2006 : Latin et langues techniques, Paris, PUPS (Collection Lingua latina), p. 185-201.
  • GAVOILLE Laurent, 2007 : Oratio ou la parole persuasive. Etude sémantique et pragmatique, Louvain / Paris / Dodley Ma., Peeters.
  • THOMAS Jean-François, 2007 : Déshonneur et honte en latin : étude sémantique, Louvain / Paris / Dudley Mass., Peeters.
  • CONSO Danièle, 2015 : Forma. Etude sémantique et étymologique, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté. Thèse soutenue en 1990 à l’Université de Paris IV-Sorbonne.
  • BRUNET Claude, à paraître : Etude sémantique de beneficium, iniuria et d’autres noms désignant des actes de bienfaisance et de malfaisance en latin dans un rapport d’antonymie, à paraître aux PUFC (Besançon, Presses de l’Université de Franche-Comté), Besançon, collection ISTA ; thèse de l’Université de Franche-Comté, Besançon, soutenue le 18-12-2002.

12.2. Autres travaux de sémantique

On lira également avec grand intérêt l’ouvrage du latiniste Christian Touratier sur la sémantique en général:

  • TOURATIER Christian, 2005 : La sémantique, Paris, Armand Colin.

Dans son ouvrage de 1980, Benjamin Garcia-Hernandez pose les principes de sa méthode d’analyse sémantique structurale (influencée par les travaux d’Eugenio Coseriu) centrée sur le verbe latin:

  • GARCIA-HERNANDEZ Benjamin, 1980 : Semantica estructural y lexematica del verbo, Ediciones Avesta, Reus (Tarragona).

Pour les principes méthodologiques de la sémantique structurale de B. GARCIA-HERNANDEZ, voir le DHELL, 4e partie “Encyclopédie linguistique”, sous-partie “Sémantique”.

On trouvera ci-dessous au § 12.5.4. la mention de quelques travaux de sémantique lexicale fondés sur cette méthode dans des publications de thèses dirigées par B. Garcia-Hernandez.

Ces travaux portent sur des domaines lexicaux définis à partir des procès extralinguistiques et exprimés par des verbes latins :

  • LÓPEZ-MOREDA Santiago, 1987 : Los grupos lexemáticos de facio y ago en el latín arcaico y clásico. Estudio estructural, Universidad de León, Secretariado de Publicaciones.
  • SANCHEZ-MANZANO Maria Asuncion, 1991 : Estudio estructural delos verbos de la muerte en el latin arcaico y clasico, Universidad de León, Secretariado de Publicaciones.
  • MARTÍN-RODRÍGUEZ Antonio M., 1994 : El campo semántico dedar en latin arcaico y clásico. Estudio estructural, ETD Micropublicaciones, Universidad Autonoma de Madrid, Madrid.
  • DOMÍNGUEZ-DOMÍNGUEZ Juan Francisco, 1995 : Lexematica latina. estudio de los verbos de encontrar, Universidad de León, Secretariado de Publicaciones.
  • DELGADO-SANTOS José Angel, 1996 : El campo verbal de la aprehensión en el latín arcaico y clásico, Servicio de Publicaciones, Universidad de Córdoba.
  • MARTÍN-RODRÍGUEZ Antonio M., 1999 : Los verbos de dar en latin arcaico y clásico. Análisis estructural de un campo semántico, Las Palmas de Gran Canaria.

Les travaux de l’école sémantique de B. Garcia-Hernandez furent influencés à l’origine par ceux d’Eugenio Coseriu et notamment par un article de sémantique qui eut un grand retentissement :

  • COSERIU Eugenio, 1964 : “Sémantique diachronique structurale”, Travaux de Linguistique et de Littérature 2, 1 (Centre de philologie et de littératures romanes de l’Université de Strasbourg), p. 139-186.

et fut suivi, entre autres, par :

  • COSERIU Eugenio 1966 : “Introducción al estudio estructural del léxico”, in Principios de semántica estructural, version espagnole de Marcos Martinez-Hernandez, revue par l’auteur, Madrid, 1981 (2e éd.), p. 87-142.

12.3. Evolution sémantique des lexèmes

Au croisement entre la sémantique lexicale et l’évolution linguistique (ou le changement linguistique, angl. linguistic change) se trouve l’évolution sémantique des lexèmes. Le sujet est omniprésent dans le lexique latin et il figure dans un grand nombre d’études lexicales portant sur le latin soit de manière implicite et quasi empirique, soit de manière plus théorique.

Nous pouvons mentionner un article récent exposant le point de vue d’un savant suédois plus ancien, Löfstedt, dont la démarche scientifique fut l’objet d’un colloque à Rome :

  • BRACHET Jean-Paul, 2007 : « L’évolution sémantique selon Löfstedt : esquisse d’un programme », in P. Poccetti (éd.) 2007 : Einar Löfstedt nei percorsi della linguistica e della filologia latina (Atti del convegno internazionale. Roma, 6-7 maggio 2004), Roma, Fabrizio Serra Editore, p. 127-131.

12.4. Métaphore et métonymie lexicalisées

Nous avons rappelé ci-dessus (§ 12.1.) les travaux de Claude Moussy sur la métaphore lexicalisée dans le cadre de l’analyse sémique.

D’autres travaux de linguistique latine ont traité de la métaphore et de la métonymie lexicalisées d’un point de vue cognitif en partant des traits saillants sélectionnés dans les entités extralinguistiques à dénommer. Les notions de métaphore et de métonymie appliquées au lexique comme phénomènes lexicalisés ont enrichi les analyses lexicales du latin dans le domaine de la dénomination des entités appartenant aux catégories naturelles :

  • FRUYT Michèle, 1989 : “Métaphore, métonymie et synecdoque dans le lexique latin”, Glotta 67, p. 106-122.
  • FRUYT Michèle, 1989 : “Le rôle de la métaphore et de la métonymie en latin”, Revue des Etudes latines 67, p. 236-257.

Les mêmes procédés dénominatifs se retrouvent en grec dans les vocabulaires techniques, comme l’a montré Françoise Skoda à propos du vocabulaire médical du grec ancien :

  • SKODA Françoise, 1988 : Médecine ancienne et métaphore. Le vocabulaire de l’anatomie et de la pathologie en grec ancien, Paris, Peeters / Selaf.

Voir aussi ci-dessous le § 13 pour les créations lexicales relevant des schémas métaphoriques par transfert de dénomination à la suite de traits de ressemblance perçus entre l’entité comparante et l’entité comparée ainsi que des schémas métonymiques dûs à la contiguïté des entités extralinguistiques.

12.5. Etudes par domaines sémantico-référentiels et champs lexicaux

Au lieu d’aborder une étude lexicale par le biais de lexèmes particuliers, un grand nombre d’études procèdent par onomasiologie et partent d’une notion ou d’un domaine extralinguistique ou sémantico-référentiel pour examiner la manière dont il est dénoté dans le lexique latin, à l’intérieur d’un champ lexical, par une pluralité de lexèmes particuliers.

12.5.1. Le DHELL

Le DHELL traite un grand nombre de ces domaines dans la 1ère partie, “Lexique latin”, 2e sous-partie “Domaines sémantiques” : voir en particulier les notions de :
sentiment, bonheur, joie, crainte, vanité, impermanence, silence, mémoire, honneur, déshonneur, honte, pouvoir, idée de prochain.
Pour des notions concrètes portant sur l’espace : lieux, territoire, paysage.
Plusieurs contributions traitent aussi du domaine de la couleur.

12.5.2. Pour ces domaines sémantiques et ce type d'étude, voir en outre:

  • BARR J., 1962 : Biblical Words for Time, London, SCM Press.
  • BARAN N., 1976 : “L’expression du temps et de la durée en latin”, in R. Chevallier (éd.), AIÔN : le temps chez les Romains, Paris, Picard, p. 1-30.
  • LÓPEZ-MOREDA Santiago, 1987 : Los grupos lexemáticos de facio y ago en el latín arcaico y clásico. Estudio estructural, Universidad de Leon
    (étude lexicale selon la méthode d’analyse sémantique de B. Garcia-Hernandez ; pour l’exposé détaillé de cette méthode, voir le DHELL, 4e partie “Encyclopédie linguistique”, sous-partie “Sémantique”).
  • SANCHEZ-MANZANO Maria Asuncion, 1991 : Estudio estructural delos verbos de la muerte en el latin arcaico y clasico, Universidad de Leon, Secretariado de Publicaciones \\ (étude lexicale selon la méthode d’analyse sémantique de B. Garcia-Hernandez ; pour l’exposé détaillé de cette méthode, voir le DHELL, 4e partie “Encyclopédie linguistique”, sous-partie “Sémantique”).
  • ARIAS-ABELLÁN Carmen, 1994 : Estructura semantica de los adjetivos de color en los tratadistas latinos de agricultura y parte de la enciclopedia de Plinio, Universidad de Sevilla.
  • MARTÍN-RODRÍGUEZ Antonio M., 1994 : El campo semántico de dar en latin arcaico y clásico. Estudio estructural, ETD Micropublicaciones, Universidad Autonoma de Madrid, Madrid.
  • DOMÍNGUEZ-DOMÍNGUEZ Juan Francisco, 1995 : Lexematica latina. estudio de los verbos de encontrar, Universidad de León, Secretariado de Publicaciones
    (étude lexicale selon la méthode d’analyse sémantique de B. Garcia-Hernandez ; pour l’exposé détaillé de cette méthode, voir le DHELL, 4e partie “Encyclopédie linguistique”, sous-partie “Sémantique”).
  • GARCÍA-JURADO Francisco, 1995 : Los verbos de vestir en la lengua latina, Amsterdam.
  • MARTÍN-RODRÍGUEZ Antonio M., 1996 : “Le fonctionnment des uerba promittendi dans le champ sémantique de donner”, in H. Rosén (éd.), Aspects of Latin (Papers from the 7th International Colloquium on Latin Linguistics, Jerusalem, 1995), Innsbruck, p. 653-663.
  • DELGADO-SANTOS José Angel, 1996 : El campo verbal de la aprehensión en el latín arcaico y clásico, Servicio de Publicaciones Universidad de Córdoba
    (étude lexicale selon la méthode d’analyse sémantique de B. Garcia-Hernandez ; pour l’exposé détaillé de cette méthode, voir le DHELL, 4e partie “Encyclopédie linguistique”, sous-partie “Sémantique”).
  • THOMAS Jean-François, 1998 : “Observations sur le vocabulaire de la vanité et de l’ostentation en latin”, Revue de Philologie 72, 1, p. 95-116.
  • MOUSSY Claude, 1999 : “Les vocables latins servant à désigner le sens et la signification”, in M. Baratin & C. Moussy (éds.), Conceptions latines du sens et de la signification, Paris, PUPS, p. 13-27 ; = MOUSSY Claude 2010, Synonymie et antonymie en latin, Paris, L’Harmattan p. 11-24.
  • THOMAS Jean-François, 1999 : “Le vocabulaire de la crainte en latin : problèmes de synonymie nominale”, Revue des Études Latines 77, p. 216-233.
  • MARTÍN-RODRÍGUEZ Antonio M., 1999 : Los verbos de dar en latin arcaico y clásico. Análisis estructural de un campo semántico, Las Palmas de Gran Canaria.
  • THOMAS Jean-François, 2000 : “Le champ sémantique de la notoriété et de la gloire en latin : problèmes de synonymie nominale”, Revue de Philologie 74 1-2, p. 231-256.
  • THOMAS Jean-François, 2002 : “La lexicalisation de l’idée de moitié dans la composition nominale en latin”, Bulletin de la Société de Linguistique de Paris 97, 1, 2002, p. 219-244.
  • UNCETA-GÓMEZ Luis, 2006 : “Aspectos de un entramado conceptual : preguntar, pedir y buscar en latin”, Revista Española de Lingüística 36, p. 263-283.
  • THOMAS Jean-François, 2007 : “Vocabulaire et symbolique des armes en latin”, in P. Sauzeau & Th. Van Campernolle (éds.), Les armes dans l’Antiquité : de la technique à l’imaginaire (Actes du Colloque International du CERCAM de Montpellier III, mars 2003), Montpellier, PULM, p. 35-52.
  • THOMAS Jean-François, 2006 (2008): “Sur l’expression de la notion de paysage en latin : étude sémantique”, Revue de Philologie 80-1, p.105-125 (publié en mars 2008).
  • THOMAS Jean-François, 2007 (2008) : “ Déclarer et conduire la guerre en latin: observations sémantiques à partir d’Aulu-Gelle 16, 4, 1”, Revue des Etudes Latines 7, 2007, p. 77-98 (publié en mai 2008).
  • FURTADO Rodrigo, 2008 : “From gens to imperium : a study of Isidore’s political lexicon”, in R. Wright (éd.), Latin vulgaire, latin tardif VIII (Actes du VIIIe coll. intern. sur le latin vulgaire et tardif, Oxford, 6-9 septembre 2006), Hildesheim,Olms-Weidmann, p. 408-413.
  • THOMAS Jean-François, 2009 : “L’expression de l’idée d’événement en latin”, in Fr. Rousseau (éd.), La fabrique de l’événement (Actes du Colloque international organisé par le groupe CRISES de Montpellier III en septembre 2008), Paris, Fr. Houdiart éditeur, p. 59-73.
  • UNCETA-GÓMEZ Luis, 2009 : La petición en latin. Estudio léxico, semántico y pragmático, Madrid.
  • LECAUDE Peggy, 2010 : La notion de puissance : les équivalents latins du grec δύναμις, thèse de l’Université de Paris-Sorbonne (Paris 4), soutenue en décembre 2010, inédite.
  • ORLANDINI Anna & POCCETTI Paolo, 2011 : “La référence spatio-temporelle et métalinguistique des verbes de mouvement en latin et leurs évolutions romanes”, in C. Moussy (éd.), Espace et temps en latin, Paris, PUPS, p. 25-45.
  • THOMAS Jean-François, 2011 : “Problèmes de polysémie et de synonymie dans la lexicalisation de l’espace et du temps”, in Cl. Moussy (éd.), Espace et temps en latin, Paris, PUPS, p. 47-60.
  • GARCIA-HERNANDEZ Benjamin, 2011 : “L’espace, le temps, le mouvement et l’aspect. Perspectives sur leur organisation linguistique”, in Cl. Moussy (éd.), Espace et temps en latin, Paris, PUPS, p. 13-23.
  • MOUSSY Claude 2011 : ”Continuus, perpetuus et iugis. L’expression de la continuité dans l’espace et le temps”, in Cl. Moussy (éd.), Espace et temps en latin, Paris, PUPS, p. 91-107.
  • SZNAJDER Lyliane, 2011 : “L’expression de la longue durée et de l’éternité dans la Vulgate”, in Cl. Moussy (éd.), Espace et temps en latin, Paris, PUPS, p. 109-123.
  • DUCOS Michèle, 2011 : “L’expression du temps et son interprétation chez les juristes romains”, in Cl. Moussy (éd.), Espace et temps en latin, Paris, PUPS, p. 219-229.
  • THOMAS Jean-François, 2012 : “Le champ lexical de la honte en latin : problèmes de polysémie et de synonymie”, in R. Alexandre, Ch. Guerin & M. Jacotot (éds.), Rubor et pudor vivre et penser la honte dans la Rome ancienne, Paris, Editions Rue d’Ulm, p. 13-31.
  • THOMAS Jean-François, 2012 : “Le champ lexical du vrai et du faux en latin : problèmes d’évolutions sémantiques”, in A. Christol & O. Spevak (éds.), Les évolutions du latin, Paris, L’Harmattan, p. 139-164.
  • UNCETA-GOMEZ Luis, 2012 : “La inserción de mando y su grupo en el campo léxico de la directividad : de Plauto al latin tardio”, in F. Biville, M.-K. Lhommé & D. Vallat, Latin vulgaire - latin tardif X (Actes du IXe coll. internat. sur le latin vulgaire et tardif, Lyon, 2-6 septembre 2009), Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée (n°49, Série linguistique et philologique n° 8), p. 633-644.
  • THOMAS Jean-François, 2012 : “Sur le champ lexical du pouvoir en latin”, Vita Latina n° 185-186, 2012, p. 237-249.
  • THOMAS Jean-François, 2012 : “Le champ lexical du conflit en latin”, in H. Ménard & P. Sauzeau (éds.), La pomme d’Eris. Le conflit et sa représentation dans l’Antiquité, Montpellier, PULM, p. 90-105.
  • TAOUS Tatiana, 2013 : Les verbes latins signifiant “combattre” dans la poésie épique, d’Ennius aux poètes flaviens (IIIe s. av. J.-C. - Ier s. ap. J.-C.). Approche sémantique, morphologique et syntaxique, thèse soutenue à l’Université de Paris-Sorbonne (Paris 4) le 2-12-2013, inédite.
  • THOMAS Jean-François, 2014 : « L’expression lexicale de l’idée de nouveauté en latin », in L. Échalier, Ch. Guérin, S. Luciani & Br. Pérez, Quid noui ? Vivre, penser et dire la nouveauté, Montpellier, PULM, p. 47-75.
  • THOMAS Jean-François, 2014 : “Loci – loca et quelques termes exprimant l’idée de territoire : problèmes de polysémie et de synonymie”, in Cl. Brunet (éd.), Territoires et dépendances. Approches linguistiques, Besançon, PU de Franche-Comté, p. 51-72.
  • THOMAS Jean-François, 2014 : “Le champ lexical des noms de la cause en latin”, in A. Morel-Alizon & J.-F. Thomas (éds.), La causalité en latin (Actes du colloque du centre Alfred Ernout, juin 2012), Paris, L’Harmattan, p.43-65.
  • MARTIN-RODRIGUEZ Antonio M., 2014 : “Lagunas léxicas y campo semántico. Unidades léxicas efectivamente materializadas y unidades virtuales no lexicalizadas en la expresión verbal de la donación en latin”, in C. Cabrillana & C. Lehmann (éds.), Acta XIV Colloquii Internationalis Linguisticae Latinae, Madrid, Ediciones Clásicas, p. 79-91.

Voir aussi le DHELL, 4e partie “Encyclopédie linguistique du latin”, sous-partie “Sémantique”, “Lacunes lexicales” (Antonio M. MARTIN-RODRIGUEZ).

  • POIRIER Michel, 2014 : “Réflexions sur le vocabulaire latin de la jalousie et de l’envie”, in C. Cabrillana & C. Lehmann (éds.), Acta XIV Colloquii Internationalis Linguisticae Latinae, Madrid, Ediciones Clásicas, p. 93-101.
  • THOMAS Jean-François, 2012 (2014) : “De terror à uereri : enquête lexicale sur les formes de peur et de crainte en latin”, Revue de Philologie 86-2, 2012, p. 143-163 (paru en nov. 2014).
  • TAOUS Tatiana, 2015 : “Les dénominations du champ de bataille dans l’Iliade, l’Ilias Latina, la Thébaïde et le Roman de Thèbes. Linguistique et poésie”, in M.-A. Julia (éd.), Nouveaux horizons sur l’espace antique et moderne, Bordeaux, Ausonius Editions, Scripta Receptoria 2, p. 243-271 (diffusion De Boccard,Paris).

12.5.3. L'expression des modalités en latin

Pour les principaux lexèmes latins (verbes, adverbes, adjectifs) exprimant la modalité et les différentes sortes de modalités (aléthique, déontique, épistémique, etc.), voir :

  • FRUYT Michèle & ORLANDINI Anna, 2003 : “L’expression de la modalité et les verbes perfecto-présents en latin”, Revue belge de philologie et d’histoire 81, p. 693-728.
  • FRUYT Michèle & ORLANDINI Anna, 2008 : “Some Cases of Linguistic Evolution and Grammaticalisation in the Latin Verb”, in R. Wright (éd.), Latin vulgaire, latin tardif VIII (Actes du VIIIe colloque international sur le latin vulgaire et tardif, Oxford, 6-9 septembre 2006), Hildesheim, Olms-Weidmann, p. 230-237.
  • LECAUDÉ Peggy, 2015 : “Le sens lexical plein de possum”, in G. Haverling (éd.), Latin Linguistics in the Early 21st Century (Acts of the 16th International Colloquium on Latin Linguistics, Uppsala, June 6th-11th 2011), Uppsala, Acta Universitatis Upsaliensis, Studia Latina Upsaliensia 35, p. 456-466.

On trouvera en outre des articles sur les modalités en latin dans l’ouvrage collectif suivant :

  • Fruyt M. & Moussy C. (éds.), 2002 : Les modalités en latin (Actes du Colloque international du Centre A. Ernout, juin 1998), Paris, PUPS (Collection Lingua latina).

Dans cet ouvrage, on lira en particulier sur la modalité épistémique :

  • BERTOCCHI Alessandra & ORLANDINI Anna, 2002 : “Impossible n’est pas latin. Sur les concepts modaux de possible et d’impossible et leur réalisation en latin”, in M. Fruyt & Cl. Moussy (éds.) 2002, Les modalités en latin (Actes du Colloque international du Centre A. Ernout, juin 1998), Paris, PUPS, p. 9-23.
  • GAIDE Françoise, 2002 : “Quelques réflexions à propos des modalités épistémiques, appréciatives et injonctives dans les textes médicaux latins”, in M. Fruyt & Cl. Moussy (éds.) 2002, Les modalités en latin (Actes du Colloque International du Centre A. Ernout, juin 1998), Paris, PUPS, p. 67-75.
  • NÚÑEZ Salvador, 2002 : “Les adverbes modalisateurs profecto et certe : remarques sur la subjectivité épistémique en latin”, in M. Fruyt & Cl. Moussy (éds.) 2002, Les modalités en latin (Actes du Colloque International du Centre A. Ernout, juin 1998), Paris, PUPS, p. 187-199.

sur la modalité déontique :

  • THOMAS Jean-François 2002 : “Observations sur l’expression de la modalité d’obligation chez Plaute”, in Cl. Moussy & M. Fruyt (éds.), Les modalités en latin (Actes du Colloque international du Centre A. Ernout, juin 1998), Paris, PUPS, p. 95-109.
  • LE BOURDELLES Henri, 2002 : “Adjectifs de modalité déontique et de possibilité passive à travers le passage du latin vers les langues romanes”, in M. Fruyt & Cl. Moussy (éds.) 2002, Les modalités en latin (Actes du Colloque international du Centre A. Ernout, juin 1998), Paris, PUPS, p. 241-246.

sur la modalité “impressive” :

  • SÁNCHEZ-MANZANO A., 2002 : “Définition de la modalité impressive en latin”, in M. Fruyt & Cl. Moussy (éds.) 2002, Les modalités en latin (Actes du Colloque International du Centre A. Ernout, juin 1998), Paris, PUPS, p. 111-119.

sur la volition et les emplois du verbe uolo “vouloir” :

  • BORTOLUSSI Bernard, 2002 : ”Ne uelit et l’expression de la défense en latin”, in M. Fruyt & Cl. Moussy (éds.) 2002, Les modalités en latin (Actes du Colloque International du Centre A. Ernout, juin 1998), Paris, PUPS, p. 121-131.

sur la modalité “radicale” aux limites de la modalité :

  • MOUSSY Claude, 2002 : ”Nequeo est-il un verbe modal?”, in M. Fruyt & Cl. Moussy (éds.) 2002, Les modalités en latin (Actes du Colloque International du Centre A. Ernout, juin 1998), Paris, PUPS, p. 133-147.
  • NADJO Léon, 2002 : “Les dérivés en -bilis et le verbe pouvoir ”, in M. Fruyt & Cl. Moussy (éds.) 2002, Les modalités en latin (Actes du Colloque International du Centre A. Ernout, juin 1998), Paris, PUPS, p. 219-227.

Pour le suffixe -bilis considéré comme un suffixe de modalité, voir aussi le DHELL, 3e partie, ci-dessous, le § sur “Suffixation”, “Suffixes formant des adjectifs”.

Pour la modalité déontique, on peut ajouter :

  • ARJOCA-IEREMIA Egenia, 2008 : “L’expression des modalités déontiques : le cas de la conjugaison périphrastique passive”, in R. Wright (éd.), Latin vulgaire, latin tardif VIII (Actes du VIIIe colloque international sur le latin vulgaire et tardif, Oxford, 6-9 septembre 2006), Hildesheim, Olms-Weidmann, p. 138-146.

Voir aussi pour l’expression de la modalité déontique en emploi performatif :

  • THOMAS Jean-François, 2014 : “« J’ordonne » chez Plaute et Térence : aspects sémantiques et pragmatiques”, in A. Garcea, M.-K. Lhommé & D. Vallat (éds.), Polyphonia Romana : Hommages à Frédérique Biville, Hildesheim, Olms, volume 1, p. 293-305.

Pour la polysémie du verbe modal debeo “devoir” :

  • ORLANDINI Anna, 1998 : “La polysémie du prédicat debeo”, in B. Bureau & C. Nicolas (éds.), Moussyllanea. Mélanges de linguistique et de littérature anciennes offerts à Claude Moussy, Louvain / Paris, Peeters, p. 253-263.
  • MARTÍN-RODRÍGUEZ Antonio, 2002 : ”Debeo, verbe de modalité”, in M. Fruyt & Cl. Moussy (éds.) 2002, Les modalités en latin (Actes du Colloque International du Centre A. Ernout, juin 1998), Paris, PUPS.

12.5.4. L'expression de la quantification

Voir l’ouvrage collectif :

  • Fruyt M. & Spevak O. (éds.) 2010, La quantification en latin (Actes du colloque du centre Alfred Ernout), Paris, L’Harmattan.

On trouvera dans cet ouvrage les articles suivants, où sont traités différents aspects de la quantification (numérique, floue, lexicale, grammaticale), des degrés d’intensité, de la réciprocité, des indéfinis, de l’intensifieur ipse :

A) sur ipse et les intensifieurs :

  • KÖNIG Ekkehard, 2010 : “Le latin ipse et ses équivalents dans d’autres langues : essai de typologie des intensifieurs”, in M. Fruyt & O. Spevak (éds.) 2010, La quantification en latin (Actes du colloque du centre Alfred Ernout), Paris, L’Harmattan, p. 21-37.
  • FRUYT Michèle, 2010 : “Interprétation du latin ipse comme un ‘intensifieur’”, in M. Fruyt & O. Spevak (éds.) 2010, La quantification en latin (Actes du colloque du centre Alfred Ernout), Paris, L’Harmattan, p. 39-74.

B) sur l’expression de la réciprocité :

  • BORTOLUSSI Bernard, 2010 : ”Alius : réciprocité et distributivité”, in M. Fruyt & O. Spevak (éds.) 2010, La quantification en latin (Actes du colloque du centre Alfred Ernout), Paris, L’Harmattan, p. 75-91.

C) sur les lexèmes quantificateurs flous de la grande quantité :

  • THOMAS Jean-François, 2010 : “Le groupe plerusque, reliquus, ceterus : quantification et nombre grammatical chez Plaute et Térence”, in M. Fruyt & O. Spevak (éds.) 2010, La quantification en latin (Actes du colloque du centre Alfred Ernout), Paris, L’Harmattan, p. 377-392.

D) sur les noms de nombre :

  • BRUNET Claude, 2010 : “La quantification numérique dans les Libri coloniarum”, in M. Fruyt & O. Spevak (éds.) 2010, La quantification en latin (Actes du colloque du centre Alfred Ernout), Paris, L’Harmattan, p. 395-407.
  • LASAGNA Mauro, 2010 : “Le lexique du nombre ‘trois’ dans le Griphus ternarii numeri d’Ausone”, in M. Fruyt & O. Spevak (éds.) 2010, La quantification en latin (Actes du colloque du centre Alfred Ernout), Paris, L’Harmattan, p. 409-423.
  • DOROTHEE Stéphane & ROESCH Sophie, 2010 : ” Les emplois de numerus et numerare”, in M. Fruyt & O. Spevak (éds.) 2010, La quantification en latin (Actes du colloque du centre Alfred Ernout), Paris, L’Harmattan, p. 437-457.
  • MOUSSY Claude, 2010 : “La polysémie de secundus”, in M. Fruyt & O. Spevak (éds.) 2010, La quantification en latin (Actes du colloque du centre Alfred Ernout), Paris, L’Harmattan, p. 425-435 (grammaticalisation concernant un nom de nombre).
  • BERTOCCHI Alexandra, MARALDI Mirka & ORLANDINI Anna, 2010 : “La quantification binaire en latin”, in M. Fruyt & O. Spevak (éds.) 2010, La quantification en latin (Actes du colloque du centre Alfred Ernout), Paris, L’Harmattan, p. 141-155.

E) sur les indéfinis :

  • GIACALONE - RAMAT Anna & SANSO Andrea, 2010 : “L’emploi indéfini de homo en latin tardif : aux origines d’un européanisme”, in M. Fruyt & O. Spevak (éds.) 2010, La quantification en latin (Actes du colloque du centre Alfred Ernout), Paris, L’Harmattan, p. 93-115.

F) sur les verbes en emploi impersonnel :

  • CUZZOLIN Pierluigi, 2010 : “Impersonnels et quantificateurs en latin”, in M. Fruyt & O. Spevak (éds.) 2010, La quantification en latin (Actes du colloque du centre Alfred Ernout), Paris, L’Harmattan, p. 117-125.

G) sur la quantification dans des domaines spécifiques :

  • FRY Carole, 2010 : “Les expressions latines de la pluralité extensive et de la singularité compréhensive (omnes homines / omnis homo)”, in M. Fruyt & O. Spevak (éds.) 2010, La quantification en latin (Actes du colloque du centre Alfred Ernout), Paris, L’Harmattan, p. 127-139.
  • CALBOLI Gualtiero, 2010 : “La quantification et les textes juridiques latins”, in M. Fruyt & O. Spevak (éds.) 2010, La quantification en latin (Actes du colloque du centre Alfred Ernout), Paris, L’Harmattan, p. 157-168.

H) sur la quantification dans le syntagme nominal :

  • TOURATIER Christian, 2010 : “Syntagme nominal et quantification en latin”, in M. Fruyt & O. Spevak (éds.) 2010, La quantification en latin (Actes du colloque du centre Alfred Ernout), Paris, L’Harmattan, p. 171-180.

I) sur la quantification exprimée par des adverbes de sens lexical :

  • PINKSTER Harm, 2010 : “Les adverbes de fréquence en latin”, in M. Fruyt & O. Spevak (éds.) 2010, La quantification en latin (Actes du colloque du centre Alfred Ernout), Paris, L’Harmattan, p. 183-191.

J) sur la quantification exprimée par des suffixes :

  • GARCIA-HERNANDEZ Benjamin, 2010 : “Quantification dans l’action verbale : intensité, fréquence et réitération”, in M. Fruyt & O. Spevak (éds.) 2010, La quantification en latin (Actes du colloque du centre Alfred Ernout), Paris, L’Harmattan, p. 193-204.
    Voir aussi DHELL, 3e partie, le § sur la “Suffixation”, “Suffixes formant des verbes”.
  • VAN LAER Sophie, 2010 : “La quantification des procès : le cas des verbes fréquentatifs”, in M. Fruyt & O. Spevak (éds.) 2010, La quantification en latin (Actes du colloque du centre Alfred Ernout), Paris, L’Harmattan, p. 207-222.
    Voir aussi DHELL, 3e partie, le § sur la “Suffixation”, “Suffixes formant des verbes”.
  • HAVERLING Gerd, 2010 : “La suffixation diminutive du latin préclassique et classique au latin tardif”, in M. Fruyt & O. Spevak (éds.) 2010, La quantification en latin (Actes du colloque du centre Alfred Ernout), Paris, L’Harmattan, p. 225-257.
  • KIRCHER Chantal 2010 : “Le suffixe -osus est-il un quantificateur?”, in M. Fruyt & O. Spevak (éds.) 2010, La quantification en latin (Actes du colloque du centre Alfred Ernout), Paris, L’Harmattan, p. 259-272.
    Voir aussi DHELL, 3e partie, le § sur la “Suffixation”, “Suffixes formant des adjectifs”.

K) sur les comparatifs et superlatifs et les degrés d’intensité :

  • POCCETTI Paolo, 2010 : ”Vltimus et proximus entre fonctions anaphoriques et fonctions déictiques du latin et des langues sabelliques aux développements romans”, in M. Fruyt & O. Spevak (éds.) 2010, La quantification en latin (Actes du colloque du centre Alfred Ernout), Paris, L’Harmattan, p. 273-289.
  • POIRIER Michel, 2010 : “Superlatif relatif et superlatif absolu : cette distinction est-elle pertinente ?”, in M. Fruyt & O. Spevak (éds.) 2010, La quantification en latin (Actes du colloque du centre Alfred Ernout), Paris, L’Harmattan, p. 291-301.
  • MARTÍN-RODRÍGUEZ Antonio María, 2010 : “Comparación léxica y comparación gramatical en latin. Los verbos comparativos”, in M. Fruyt & O. Spevak (éds.) 2010, La quantification en latin (Actes du colloque du centre Alfred Ernout), Paris, L’Harmattan, p. 303-317.

L) sur les lexèmes grammaticaux quantificateurs quam, quantus, tantus :

  • GALLEGO Julie, 2010 : “Les structures en comparatif + quam + ut + subjonctif”, in M. Fruyt & O. Spevak (éds.) 2010, La quantification en latin (Actes du colloque du centre Alfred Ernout), Paris, L’Harmattan, p. 319-333.
  • BODELOT Colette, 2010 : ”Quam : marqueur de degré interrogatif et / ou exclamatif ?”, in M. Fruyt & O. Spevak (éds.) 2010, La quantification en latin (Actes du colloque du centre Alfred Ernout), Paris, L’Harmattan, p. 335-353.
  • AYGON Jean-Pierre, 2010 : “Quantifier l’émotion? Quelques emplois exclamatifs de tantus et quantus dans la poésie latine”, in M. Fruyt & O. Spevak (éds.) 2010, La quantification en latin (Actes du colloque du centre Alfred Ernout), Paris, L’Harmattan, p. 353-374.

Voir en outre pour l’expression de la quantification dans d’autres publications :

  • THOMAS Jean-François, 2002 : “La lexicalisation de l’idée de moitié dans la composition nominale en latin”, Bulletin de la Société de linguistique de Paris 97, 1, p. 219-244.
  • THOMAS Jean-François, 2005 : “Les composés nominaux latins à premier élément exprimant l’idée de deux”, in C. Moussy (éd.), La composition et la préverbation en latin, Actes du Colloque international du Centre A. Ernout (juin 2000), Paris, PUPS (Collection Lingua Latina), 2005, p. 135-156.
  • THOMAS Jean-François, 2011 : “Le groupe plerusque, reliquus, ceterus : quantification et nombre grammatical chez Plaute”, in M. Fruyt & O. Spevak (éds.), La quantification en latin, 2011, Paris, L’Harmattan, p. 377-394.


Aller au § 13. Néologie lexicale. Création lexicale. Innovation lexicale