Warning: session_write_close() [function.session-write-close]: write failed: Disk quota exceeded (122) in /var/www/clients/client6/web37/web/doku.php on line 81

Warning: session_write_close() [function.session-write-close]: Failed to write session data (files). Please verify that the current setting of session.save_path is correct (/var/lib/php5) in /var/www/clients/client6/web37/web/doku.php on line 81

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /var/www/clients/client6/web37/web/doku.php:81) in /var/www/clients/client6/web37/web/inc/actions.php on line 162
formation_des_mots:11._nouvelles_perspectives_synchroniques_sur_la_formation_des_mots [Dictionnaire Historique et Encyclopédie Linguistique du Latin]
 

La formation des mots

Bibliographie raisonnée

Michèle FRUYT

Université de Paris-Sorbonne (Paris 4)


§ 11. Nouvelles perspectives synchroniques sur la formation des mots

Parallèlement à la linguistique générale (dans les travaux portant sur les langues contemporaines et notamment sur la langue française), la linguistique latine a connu ces dernières années une nouvelle démarche : elle tend à la valorisation de la perception synchronique de la communauté linguistique avec les notions de ‘conscience linguistique’, ‘étymologie populaire’, ‘analogie’. Ce renouvellement concerne tout particulièrement le domaine de l’étude du lexique.

11.1. L'interprétation synchronique du sujet parlant

Pour la notion d’interprétation synchronique du sujet parlant appliquée au latin, voir :

  • FRUYT Michèle, 1994 : «Lexique et conscience linguistique : la motivation», in D. Conso, N. Fick & B. Poulle (éds.), Mélanges François Kerlouégan, Annales littéraires de l’Université de Besançon (515), Paris, Les Belles Lettres, 1994, p. 255-267.
  • FRUYT Michèle, 1996 : “Lexique et conscience linguistique en latin : sens fonctionnel et sens parallèle”, in M. Fruyt & C. Moussy (éds.), Structures lexicales du latin (Actes de la table ronde du 7e colloque international de linguistique latine, Jérusalem, 20 avril 1993), Paris, PUPS (coll. Lingua Latina n°3), p. 97-119.
  • FRUYT Michèle, 1997 : « La création lexicale : généralités appliquées au domaine latin », in La création lexicale en latin, M. Fruyt & C. Nicolas (éds.), Actes de la table ronde du 9e colloque international de linguistique latine, Madrid, 16 avril 1997, Paris, PUPS (Collection Lingua Latina n° 6), p. 11-50.
  • FRUYT Michèle, 1999 : “Les deux types de motivation dans certaines langues indo-européennes (français, latin, …)”, in M. Fruyt & P. Valentin, Lexique et cognition, Paris, PUPS (coll. Linguistica Palatina).
  • FRUYT Michèle, 2009 : « La creación léxica : consideraciones generales y su aplicación a la lengua latina », Estudios clásicos (136), 2009, p. 7-54.
  • MOREL Aude, 2011 : L’énoncé étymologique latin : formes et sens, thèse de l’Université de Paris-Sorbonne (Paris 4), soutenue le 28-11-2011, inédite.

11.2. Ré-analyse et étymologie populaire

Les notions de ‘réanalyse’ et ‘étymologie populaire’ ont également connu un renouveau chez les latinistes.

Dans les dernières décennies, la notion d’‘étymologie populaire’ fut revalorisée comme une forme de réanalyse synchronique et, de ce fait, comme un concept linguistique efficient pour expliquer et décrire l’évolution du lexique des langues. Les principaux travaux sur cette question ont commencé à propos du français : ce sont ceux de Jean-Pierre Chambon (sur les parlers gallo-romans et le français notamment) et de Marie-José Béguelin (sur la langue française essentiellement) dans le cadre de la prise en compte de l’interprétation synchronique du sujet parlant selon la conception de Ferdinand de Saussure.

  • CHAMBON Jean-Pierre, 1986 : “Remarques sur la notion d’étymologie populaire”, TRANEL 11, Université de Neuchâtel, p. 37-50.
  • Béguelin M.-J., Corminboeuf G. & Johnsen L. A. (éds.), 2014 : Réanalyse et changement linguistique, dans la revue Langages 196.
  • BEGUELIN Marie-José, 2014 : “Deux points de vue sur le changement linguistique”, in M.-J. Béguelin, G. Corminboeuf & L. A. Johnsen (éds.) : Réanalyse et changement linguistique, dans la revue Langages 196, p. 13-24.

Voir pour le latin :

  • MOREL Aude, 2011 : L’énoncé étymologique latin : formes et sens, thèse de l’Université de Paris-Sorbonne (Paris 4), soutenue le 28-11-2011, inédite.

On peut considérer que l’helléniste Pierre Chantraine fut un précurseur à cet égard par son article de 1970 :

  • CHANTRAINE Pierre, 1970 : “Etymologie historique et étymologie statique”, Académie royale de Belgique, Bulletin de la classe de lettres 56, p. 47-61.

11.3. Réanalyse et analogie : leur rôle dans l'évolution du lexique latin

  • MOREL Aude, 2011 : L’énoncé étymologique latin : formes et sens, thèse de l’Université de Paris-Sorbonne (Paris 4), soutenue le 28-11-2011, inédite.
  • FRUYT Michèle, 2013 : “Les conditions des ré-analyses : le témoignage du latin”, Bulletin de la Société de Linguistique de Paris CVIII, 1, p. 223-241.

11.4. La notion de 'morphème' dans le lexique latin

11.4.1. Morphème vs élément morphologique

Dans l’analyse des lexèmes, la linguistique latine emploie la notion de ‘morphème’ telle qu’elle est définie par Christian Touratier, par exemple dans la partie de la synthématique (p. 309-319) contenue dans son ouvrage de syntaxe :

  • TOURATIER Christian, 1994 : Syntaxe latine, Louvain-la-Neuve, Peeters.

Le morphème est défini comme “l’unité minimale de signification”. Ainsi peut-on opposer le morphème, comme unité minimale pertinente, et l’élément morphologique. Le substantif fr. pomme de terre, par exemple, constitue un seul morphème (qui se trouve ici être aussi un lexème ou morphème libre), mais il contient trois éléments morphologiques (pomme, de, terre). Fr. pomme de terre correspond à un seul morphème et un seul lexème parce qu’il entre dans le paradigme lexical de fr. poireau, carotte, navet et de tous les termes dénotant des légumes. La séquence des trois éléments morphologiques ou “mots” est lexicalisée et figée, et le sujet parlant n’a pas ici de liberté de choix ou de permutation des éléments.

Nous pouvons appliquer cette analyse au latin, notamment dans les lexèmes résultant d’une agglutination : ainsi le substantif res publica “l’Etat, la République” constitue-t-il un seul lexème analysable en deux éléments morphologiques ou “mots”, res (associable au substantif res, gén. rei F. “chose”) et publica (associable à l’adjectif publicus, -a, -um). C’est l’ensemble des deux “mots” qui est pourvu ici de la signification. La valeur référentielle de l’ensemble formé par res publica est différente de celle du substantif res tout seul.

Voir pour la notion de ‘morphème’ appliquée notamment à la langue latine :

  • TOURATIER Christian, 1996 : “Les unités minimales de la description linguistique”, in A. Bammesberger & F. Heberlin (éds.), Akten des VIII internationalen Kolloquiums zur lateinischen Linguistik, Heidelberg, C. Winter, p. 108-116.
  • TOURATIER Christian, 2002 : Morphologie et morphématique. Analyse en morphèmes, Collection Langues et langage n°8, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence.

La notion de morphème est liée à celle de phonème, puisque le morphème est considéré comme la première articulation de la langue, tandis que le phonème est la seconde articulation. Il est certain qu’une étude lexicale doit tenir compte aussi de la prononciation des énoncés, des lexèmes qui forment les énoncés et, de manière générale, des unités linguistiques pertinentes à l’oral. Christian Touratier est donc aussi l’éditeur d’un ouvrage collectif sur la phonologie du latin :

  • Touratier C. (éd.), 2005 : Essais de phonologie latine, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, Collection Langues et langage n°11 (Actes de l’atelier des 12-13 avril 2002, Aix-en-Provence).
    On y lira avec profit, entre autres, les articles suivants sur différents aspects de la phonologie du latin :
    * TOURATIER Christian : “Système des consonnes”, p. 61-134, et “Système des voyelles”, p. 213-228.
    * ALVAREZ-HUERTA Olga : “Neutralisation consonantique en latin”, p. 135-155.
    * LEHMANN Christian : “La structure de la syllabe latine”, p. 157-206.

11.4.2. Les deux sortes de morphèmes

Comme le latin est une langue flexionnelle, on distingue les morphèmes lexicaux et les morphèmes grammaticaux. Ainsi, dans une forme fléchie particulière rencontre-t-on:

a) un morphème de sens lexical, qui correspond au thème du lexème c.-à-d. à la partie immobile qui ne change pas au cours de la flexion,

b) et un morphème final de fonction grammaticale, qui correspond à la désinence et qui est la partie variable dans le paradigme flexionnel.

Par exemple, la forme dominōs d’accusatif pluriel (de dominus, -i M. “le maître”) est analysable en synchronie en deux morphèmes : domin-, morphème de sens lexical et thème du lexème dominus, et -ōs morphème grammatical de fonction morpho-syntaxique, qui renvoie à la fonction syntaxique ou morpho-syntaxique de la forme dans la phrase.

11.5. Ouvrages généraux sur le lexique latin

En amont des perspectives récentes que nous venons de développer, le lexique latin a fait l’objet, depuis au moins la fin du XIXe siècle, de nombreuses études qui demeurent pertinentes encore aujourd’hui.

Il faut mentionner les ouvrages généraux qui traitent de la langue latine et du lexique latin en particulier. Les travaux de Jules Marouzeau demeurent très utiles malgré leur ancienneté et ils concernent très largement le lexique latin, même lorsqu’ils traitent principalement de stylistique:

  • MAROUZEAU Jules : “Notes sur la fixation et formation du latin classique I-V”, in Mémoires de la Société de Linguistique de Paris 17, 1911-1912, p. 266-280 ; 18, 1914, p. 146-162 ; 20, 198, p. 77-88 ; 22, 1922, p. 174-181 et 236-272.
  • MAROUZEAU Jules, 1925 : “Le latin, langue de paysans”, in Mélanges linguistiques offets à M. J. Vendryes, Paris, p. 251-264.
  • MAROUZEAU Jules, 1935 : Traité de stylistique appliquée au latin, Paris ; Traité de stylistique latine 3e éd. 1954, 4e éd. 1962, Paris.
  • MAROUZEAU Jules, 1949: Quelques aspects de la formation du latin littéraire, Klincksieck, Paris (collection Linguistique n° 53).

L’ouvrage, plus récent, d’Hannah Rosén, renouvelle l’approche de la langue latine en général et du lexique latin en particulier:

  • ROSÉN Hannah, 1999: Latine loqui, Munich, Trends and Directions in the Crystallization of Classical Latin.

Une bibliographie systématique des lexèmes latins rangés par ordre alphabétique fut commencée par Otto Hiltbrunner ; par exemple, le volume 1, à la lettre A, va de la préposition ab à l’adjectif acutus :

  • HILTBRUNNER Otto, 1981 : Bibliographie zur lateinischen Wortforschung, Bern und München, Francke Verlag.


Aller au § 12. Nouvelles perspectives en sémantique lexicale du latin