Les présents déverbatifs en -ā- du latin

M. de Vaan



Conclusion

Les réflexions qui précèdent immédiatement sont, comme je l’ai dit, assez hypothétiques, et la question de l’origine des différents suffixes -ā- du latin ne saurait être résolue en dehors du cadre comparatif des autres langues indo-européennes. L’aspect le plus important du présent travail, me semble-t-il, est de réinstaurer une vue unitaire des présents déverbatifs en -āre et de rediscuter leur préhistoire, en tenant un plus grand compte de la sémantique qu’on ne l’a fait ces dernières décennies.

Aller au §VI. ou Retour au plan ou Aller à l’appendice