Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

encyclopedie_linguistique:notions_linguistiques:argumentation:arguments_emotionnels4 [2014/04/14 09:40]
lestrade
encyclopedie_linguistique:notions_linguistiques:argumentation:arguments_emotionnels4 [2014/07/11 11:13] (Version actuelle)
lestrade
Ligne 114: Ligne 114:
 ===== 3. L’argument de la définition ===== ===== 3. L’argument de la définition =====
  
-(Pour **les arguments de la définition** cf. Kienpointner 1992a : 250ff. ; Zarefsky 2006 ; Walton 2006 ; Macagno/Walton 2014).+(Pour les arguments de la définition cf. Kienpointner 1992a : 250ff. ; Zarefsky 2006 ; Walton 2006 ; Macagno/Walton 2014).
 L’impossibilité d’un compromis ou d’un renoncement partiel à la liberté est aussi confirmé par Cicéron avec l’inséparabilité de la paix d’avec la liberté, et avec la définition de la servitude comme le plus grand mal. L’impossibilité d’un compromis ou d’un renoncement partiel à la liberté est aussi confirmé par Cicéron avec l’inséparabilité de la paix d’avec la liberté, et avec la définition de la servitude comme le plus grand mal.
  
Ligne 160: Ligne 160:
  
  
-**Les arguments //ad hominem // selon Douglas Walton: ** +==== 5. 1. Les arguments « ad hominem » selon Douglas Walton: ====
  
  
-Walton distingue quatre sous-types d’argument //ad hominem// (cf. Walton 1998: 261): 
  
 {{:encyclopedie_linguistique:notions_linguistiques:argumentation:syllogisme_disjonctif:argemot4.png?600|}} {{:encyclopedie_linguistique:notions_linguistiques:argumentation:syllogisme_disjonctif:argemot4.png?600|}}
Ligne 176: Ligne 175:
  
  
-Finalement, **les arguments « Situationally Disqualifying //ad hominem// » ** tentent de montrer qu’une personne se trouve dans une situation dans laquelle elle ne peut pas juger sérieusement un problème (cf. Walton 1998 : 240).+Finalement, les arguments ** « Situationally Disqualifying //ad hominem// » ** tentent de montrer qu’une personne se trouve dans une situation dans laquelle elle ne peut pas juger sérieusement un problème (cf. Walton 1998 : 240).
  
  
Ligne 197: Ligne 196:
  
  
-Pour évaluer ces **arguments « Direct ad hominem », ** Walton (1998 : 250) propose **les questions critiques (= « critical questions » = « CQ »**) suivantes :+Pour évaluer ces arguments « Direct ad hominem », Walton (1998 : 250) propose les questions critiques (= « critical questions » = « CQ ») suivantes:
  
  
Ligne 209: Ligne 208:
  
  
-Dans ce contexte, on peut négliger les passages où Cicéron utilise des insultes peu vérifiables, par exemple, quand il caractérise **Marc Antoine **  +Dans ce contexte, on peut négliger les passages où Cicéron utilise des insultes peu vérifiables, par exemple, quand il caractérise Marc Antoine comme une prostituée (//scortum//, Cic. //Phil//. 2.44), comme un ivrogne et un satyre notoire (Cic. //Phil//. 2.62-63), ou même comme une bête énorme et détestable (cf. Cic. //Phil//. 4.12 : //non est vobis res, Quirites, cum scelerato homine ac nefario, sed cum immani taetraque belua// et de même //Phil//. 6.7).
- +
- +
-comme une prostituée (//scortum//, Cic. //Phil//. 2.44), +
- +
- +
-comme un ivrogne et un satyre notoire (Cic. //Phil//. 2.62-63), +
- +
- +
-ou même comme une bête énorme et détestable (cf. Cic. //Phil//. 4.12 : //non est vobis res, Quirites, cum scelerato homine ac nefario, sed cum immani taetraque belua// et de même //Phil//. 6.7). +
  
 Ces invectives ne sont pas de vrais arguments (cf. Walton 1998 : 217). Ces invectives ne sont pas de vrais arguments (cf. Walton 1998 : 217).
  
  
-**4.5.1 ** Le premier exemple est un **« Negative Ethotic //Ad Hominem// Argument from Cognitive Skills » : ** +==== 5.2. « Negative Ethotic Ad Homine Argument from Cognitive Skills »: ==== 
  
  
 Avec cet argument, Cicéron réagit au reproche d’Antoine, qui critiquait Cicéron pour avoir mobilisé des troupes pour protéger le sénat, Rome et d’autres villes pendant la conjuration de Catilina en octobre 63 avant J.-C. (cf. Cic. //Catil.// 1.1, 1.7-8). Cicéron souligne la différence entre sa protection militaire pour le sénat contre la conjuration de Catilina et le fait que Marc Antoine s’accordait comme gardes du corps 6000 soldats en 44 av. J-C. (cf. Cic. //Phil//. 2.112). Avec cet argument, Cicéron réagit au reproche d’Antoine, qui critiquait Cicéron pour avoir mobilisé des troupes pour protéger le sénat, Rome et d’autres villes pendant la conjuration de Catilina en octobre 63 avant J.-C. (cf. Cic. //Catil.// 1.1, 1.7-8). Cicéron souligne la différence entre sa protection militaire pour le sénat contre la conjuration de Catilina et le fait que Marc Antoine s’accordait comme gardes du corps 6000 soldats en 44 av. J-C. (cf. Cic. //Phil//. 2.112).
  
 +Mais Cicéron ne se contente pas de critiquer la prétendue intention d’Antoine de préparer un coup d’état avec ces troupes. Tandis que cette suspicion était plutôt plausible, Cicéron en même temps attaque Antoine comme personne incapable de penser sans tomber dans des contradictions.
  
-Mais Cicéron ne se contente pas de critiquer la prétendue intention d’Antoine de préparer un coup d’état avec ces troupes. Tandis que cette suspicion était plutôt plausible, Cicéron en même temps attaque **Antoine comme personne incapable de penser sans tomber dans des contradictions. * +    * (10) //Haec tu non propter audaciam dicis tam impudenter, sed, qui tantam rerum repugnantiam non videas, nihil profecto sapis. // //Quid est enim dementius quam, cum rei publicae perniciosa arma ipse ceperis, obicere alteri salutaria? //  \\  (Cic. //Phil//. 2.19)
- +
- +
-(10) //Haec tu non propter audaciam dicis tam impudenter, sed, qui tantam rerum repugnantiam non videas, nihil profecto sapis. // //Quid est enim dementius quam, cum rei publicae perniciosa arma ipse ceperis, obicere alteri salutaria? //  +
- +
- +
-(Cic. //Phil//. 2.19)+
  
  
Ligne 242: Ligne 226:
  
  
-**4.5.2** Le prochain exemple est un **« Negative Ethotic //Ad Hominem// Argument from Morals »**. Avec le même but de caractériser Marc Antoine comme une personne irresponsable, Cicéron lui reproche d’avoir été informé de l’attentat contre César. Ce reproche peut avoir quelque plausibilité (Halfmann 2011: 61), mais Cicéron ne se contente pas d’argumenter contre la légitimité de la position pro-césarienne affichée par Marc Antoine. Il ajoute un reproche de lâcheté. +==== 5.3. « Negative Ethotic Ad Hominem Argument from Morals »: ==== 
 +Avec le même but de caractériser Marc Antoine comme une personne irresponsable, Cicéron lui reproche d’avoir été informé de l’attentat contre César. Ce reproche peut avoir quelque plausibilité (Halfmann 2011: 61), mais Cicéron ne se contente pas d’argumenter contre la légitimité de la position pro-césarienne affichée par Marc Antoine. Il ajoute un reproche de lâcheté.
  
 Selon Cicéron, Antoine n’était pas un « vrai homme » (//Virum res illa quaerebat//), et donc était trop lâche pour accomplir l’attentat. Dans cette perspective, Antoine est décrit comme une personne peu respectable en ce qui concerne la morale, parce qu’il n’était pas loyal à César, auquel il devait tout, et aussi trop lâche pour participer à l’attentat (Cic. //Phil//. 2.34) : Selon Cicéron, Antoine n’était pas un « vrai homme » (//Virum res illa quaerebat//), et donc était trop lâche pour accomplir l’attentat. Dans cette perspective, Antoine est décrit comme une personne peu respectable en ce qui concerne la morale, parce qu’il n’était pas loyal à César, auquel il devait tout, et aussi trop lâche pour participer à l’attentat (Cic. //Phil//. 2.34) :
  
- +    * (11) //Quamquam, si interfici Caesarem voluisse crimen est, vide, quaeso, Antoni, quid tibi futurum sit, quem et Narbone hoc consilium cum C. Trebonio cepisse notissimum est, et ob eius consili societatem, cum interficeretur Caesar, tum te a Trebonio vidimus sevocari. // //Ego autem (vide, quam tecum agam non inimice!), quod bene cogitasti aliquando, laudo, quod non indicasti, gratias ago, quod non fecisti, ignosco.  // //Virum res illa quaerebat // .
-(11) //Quamquam, si interfici Caesarem voluisse crimen est, vide, quaeso, Antoni, quid tibi futurum sit, quem et Narbone hoc consilium cum C. Trebonio cepisse notissimum est, et ob eius consili societatem, cum interficeretur Caesar, tum te a Trebonio vidimus sevocari. // //Ego autem (vide, quam tecum agam non inimice!), quod bene cogitasti aliquando, laudo, quod non indicasti, gratias ago, quod non fecisti, ignosco.  // //Virum res illa quaerebat // . +
  
 Mais ici, encore une fois, l’argument //ad hominem// formulé par Cicéron est fallacieux. Personne ne pouvait vraisemblablement douter du courage d’Antoine, qu’il avait montré plusieurs fois dans la guerre (cf. CQ1). Mais ici, encore une fois, l’argument //ad hominem// formulé par Cicéron est fallacieux. Personne ne pouvait vraisemblablement douter du courage d’Antoine, qu’il avait montré plusieurs fois dans la guerre (cf. CQ1).
  
  
-**4.5.3 ** Le dernier exemple peut illustrer un **« Negative Ethotic //Ad Hominem// Argument from Veracity »** (Cic. //Phil//. 2.93, 2.100) : +==== 5.4. « Negative Ethotic Ad Hominem Argument from Veracity »: ====
- +
- +
-(12) //Vbi est septiens miliens, quod est in tabulis, quae sunt ad Opis? funestae illius quidem pecuniae, sed tamen quae nos, si iis, quorum erat, non redderetur, a tributis posset vindicare // […] //Acta enim Caesaris pacis causa confirmata sunt a senatu; quae quidem Caesar egisset, non ea, quae egisse Caesarem dixisset Antonius. // //Vnde ista erumpunt, quo auctore proferuntur? Si sunt falsa, cur probantur? si vera, cur veneunt? // +
  
 +    * (12) //Vbi est septiens miliens, quod est in tabulis, quae sunt ad Opis? funestae illius quidem pecuniae, sed tamen quae nos, si iis, quorum erat, non redderetur, a tributis posset vindicare // […] //Acta enim Caesaris pacis causa confirmata sunt a senatu; quae quidem Caesar egisset, non ea, quae egisse Caesarem dixisset Antonius. // //Vnde ista erumpunt, quo auctore proferuntur? Si sunt falsa, cur probantur? si vera, cur veneunt? //  \\  (Cic. //Phil//. 2.93, 2.100)
  
 Cicéron ici met en doute la véracité d’Antoine, et cette attaque a plus de plausibilité que les autres discutées ci-dessus. Il n’est pas possible de dire avec certitude combien d’argent Marc Antoine a vraiment détourné quand il s’est emparé du trésor public conservé dans le temple d’Ops (il s’agit de 700 millions de sesterces). Cicéron ici met en doute la véracité d’Antoine, et cette attaque a plus de plausibilité que les autres discutées ci-dessus. Il n’est pas possible de dire avec certitude combien d’argent Marc Antoine a vraiment détourné quand il s’est emparé du trésor public conservé dans le temple d’Ops (il s’agit de 700 millions de sesterces).
Ligne 264: Ligne 244:
  
 Mais il est peu probable qu’il n’ait pas utilisé cette opportunité pour se débarrasser de ses dettes et pour s’enrichir considérablement (cf. CQ1 et Halfmann 2011 : 69). La véracité de Marc Antoine est donc au moins plausiblement mise en doute par cette attaque //ad hominem//, qui donc n’est pas un cas évident de sophisme, mais appartient au type d’arguments émotionnels qui sont relativement plausibles. Mais il est peu probable qu’il n’ait pas utilisé cette opportunité pour se débarrasser de ses dettes et pour s’enrichir considérablement (cf. CQ1 et Halfmann 2011 : 69). La véracité de Marc Antoine est donc au moins plausiblement mise en doute par cette attaque //ad hominem//, qui donc n’est pas un cas évident de sophisme, mais appartient au type d’arguments émotionnels qui sont relativement plausibles.
 +
 +\\ \\ [[:encyclopédie_linguistique:notions_linguistiques:argumentation:arguments_emotionnels3|Revenir au § II]] ou [[:encyclopédie_linguistique:notions_linguistiques:argumentation:arguments_emotionnels|Retour au plan]] ou [[:encyclopédie_linguistique:notions_linguistiques:argumentation:arguments_emotionnels5|Aller à la Conclusion]]