u̯ĭŏla, -ae (f.)

(substantif)



3. Distribution dans les textes au cours de la latinité

3.0. Généralités

3.0.1. Première occurrence dans les textes ou inscriptions

  • Cic. Tusc. 5, 73 : – Etiamne in cruciatu atque tormentis ? – An tu me in uiola putabas aut in rosa dicere ?
    « – Jusque dans les tortures et les supplices ? – Pensais-tu que j’allais dire : ‘sur les violettes et les roses’ ? »

3.0.2. Répartition et distribution des occurrences dans les textes au cours de la latinité

Viola apparaît dans les textes à l’époque classique ; sa fréquence reste de faible à très faible durant toute la latinité, avec un sommet au premier siècle après J.-C., qui est dû à sa représentation dans l’abondante littérature attachée à la description de la nature (Pline 23 occurrences, Columelle 9 occurrences).

3.0.3. Fréquence comparée des formes flexionnelles

3.1. Distribution diachronique (périodes d’attestation)

Période Nombre d’occurrences Fréquence relative
( pour 1 000 000 mots)
IIIe-IIesiècle av. J.-C. 0 0
Iersiècle av. J.-C. 10 6
Iersiècle ap. J.-C. 44 16
IIesiècle ap. J.-C. 1 1
IIIesiècle ap. J.-C. 2 3
IVesiècle ap. J.-C. 10 2
Vesiècle ap. J.-C. 7 1
Total 74 3

3.2. Distribution diastratique (diaphasique)

Viola apparaît dans un texte de prose (voir § 3.0.1.), mais au sein d’un énoncé autonymique plaisant où le terme est investi d’une valeur poétique ; comme pour d’autres noms de fleurs, si la valeur dénotative relève de la prose (voir § 3.0.2.), les sens associés se prêtent bien évidemment à une utilisation « poétique » (4 occurrences chez Virgile, 6 chez Ovide, 3 chez Claudien, 1 chez Prudence).

3.3. Distribution diatopique (dialectale, régionale)

3.4. Distribution par auteur, par œuvre