uerbum, -i (n.)

(substantif)



3. Distribution dans les textes au cours de la latinité

La première occurrence du lexème se rencontre dans un fragment de Livius Andronicus :

  • Liv. Andr. Odusia, fr. 3, p. 221): mea puera, quid uerbi ex tuo ore supra fugit ?
    « Ma fille, quelle parole s’est échappée de tes lèvres ? »

Le terme traverse la latinité. Il apparaît dès les œuvres de Plaute, pour figurer en bonne place dans celle d’Augustin. C’est un lexème de très haute fréquence, qui compte plusieurs milliers d’occurrences au cours de la latinité, avec un accroissement notable à partir du IVe siècle de notre ère2).

3.1. Distribution diachronique (périodes d’attestation)

Période Nombre d’occurrences
IIIe-IIesiècle av. J.-C. 208
Iersiècle av. J.-C. 1994
Iersiècle ap. J.-C. 1378
IIesiècle ap. J.-C. 1364
IIIesiècle ap. J.-C. 644
IVesiècle ap. J.-C. 8003
Vesiècle ap. J.-C. 13243


3.2. Distribution diastratique (diaphasique)

Le lexème associe le sens usuel de « mot » à des emplois techniques dans le vocabulaire spécialisé (rhétorique, grammatical, théologique).

Ainsi, uerbum s’emploie dans le vocabulaire courant au sens de « mot » ou d’« ensemble de mots » (qu’il s’agisse de la « phrase », de l’« expression », ou, chez Plaute, du « proverbe ») ; au pluriel, le terme désigne soit des « mots », soit des « paroles ».

Dans le vocabulaire technique de la rhétorique (Cicéron, Quintilien), à ce terme de « mot » est associée implicitement l’idée que le mot se caractérise par des traits sonores et sémantiques qui lui permettent de contribuer à l’ornatio du discours (qualités euphoniques, aptitude à s’associer à d’autres termes dans des figures de style). On voit aussi apparaître chez les rhéteurs, quand ils réfléchissent à l’interprétation du texte écrit, un sens technique pour le pluriel uerba, qui peut alors désigner la « lettre » de la loi par opposition à l’intention supposée du législateur (qui en constitue l’esprit).

Chez un grammairien comme Varron, le lexème continue à désigner le « mot » (mais cette notion est alors associée à celle, grammaticale, de flexion). Chez Varron apparaît aussi un nouvel emploi technique du terme pour désigner le « verbe » (caractérisé par un temps et une personne) au sens moderne du terme.

Enfin, à époque chrétienne, le terme sert notamment à renvoyer au Christ, « Verbe divin ».

3.3. Distribution diatopique (dialectale, régionale)

3.4. Distribution par auteur, par œuvre (jusqu’au IVe siècle ap. JC)

Le lexème se rencontre aussi bien en prose, en poésie, que dans les littératures techniques.

• Période I. Plaute : des origines à la mort d’Ennius

Plaute
219

• Période II. Térence : de Caton à l’époque de Sulla

Térence Caton
67 8

• Période III. Cicéron : la fin de la République (80-43)

Cicéron César Salluste Varron Lucrèce Catulle
1305 12 33 215 29 5

Sur les 1305 occurrences cicéroniennes, 513 se trouvent dans ses ouvrages rhétoriques : Brutus, De Oratore, De optimo genere oratorum, Orator, Partitiones oratoriae, De inuentione, Topiques.

• Période IV. Virgile : le siècle d’Auguste (43 av. JC-14 ap. JC)

Virgile Horace Ovide Tite-Live Vitruve
27 48 412 195 5

• Période V. Sénèque : la dynastie julio-claudienne

Sénèque Lucain Celse Columelle Pline l’Ancien Pétrone Quinte-Curce Valère Maxime
294 11 7 1 49 32 12 48

• Période VI. Tacite : des Flaviens à Trajan (69-117 ap. J.-C)

Quintilien Tacite Pline le Jeune Stace Juvénal Martial
490 105 36 46 11 34

• Période VII. Apulée : Hadrien et les Antonins (117-192)

Apulée Suétone Aulu-Gelle
83 61 781

• Période VIII. Tertullien et l’Histoire auguste : des Sévères à Constantin (193-337)

Tertullien Minucius Felix Arnobe Histoire Auguste Cyprien Lactance
165 8 56 52 108 130

• Période IX : du milieu du IVe s. au début du Ve siècle, l’Empire après Constantin jusqu’à Honorius (337-423)

Augustin Jérôme Ammien Marcelin Egérie Macrobe Donat Martianus Capella Ausone
9925 2715 55 3 194 549 151 49

• Période X : du milieu du Ve à la fin du VIe siècle

Grégoire de Tours Priscien
292 957




Page précédente ou Retour au plan ou Page suivante


1) Fragmenta poetarum Latinorum, J. Blänsdorf (éd.), Teubner, 1995.
2) Les chiffres des tableaux suivants sont établis à partir de la base de données Library of Latin Texts.