terrēre

(verbe)



3. Distribution dans les textes au cours de la latinité

3.0. Généralités

3.0.1. Première occurrence dans les textes ou inscriptions

Le verbe terrēre est attesté dès l’époque archaïque, dans les fragments de tragédies et d’épopées au sens causatif de « terroriser (quelqu’un) » avec un complément à l’accusatif dénotant la personne terrorisée :

  • Enn. Ann. 244 W :
    Dum censent terrere minis, hortantur ibi sos
    « En décidant de les terroriser par des menaces, ils poussent les leurs à l’action. » (traduction J.-F. Thomas)
  • Pacuv. Inc. 27 W :
    Quid med obtutu terres, mulces laudibus ?
    « Pourquoi me fais-tu trembler de peur par ton regard et m’apaises-tu par les louanges ? » (traduction J.-F. Thomas)

Pour autant que l’on puisse en juger par le nombre d’occurrences très réduit en latin préclassique, terrēre est un verbe appartenant au style noble de la tragédie et de l’épopée, tandis que la comédie de Plaute et de Térence utilise son fréquentatif-intensif en -tā-re : terrĭtāre :

  • Pl. Bac. 885 :
    Quid illi molestu’s ? quid illum morte territas?
    « Pourquoi viens-tu l’ennuyer ? Pourquoi le presses-tu par la peur de la mort ? »

3.0.2. Répartition et distribution des occurrences dans les textes au cours de la latinité

3.0.3. Fréquence comparée des formes flexionnelles

3.1. Distribution diachronique//// (périodes d’attestation)

Période Nombre d’occurrences
IIIe-IIes. av. J.-C. 3
Iers. av. J.-C. 82
Iers. ap. J.-C. 189
IIes. ap. J.-C. 54
IIIes. ap. J.-C. 35
IVes. ap. J.-C. 301
Ves. ap. J.-C. 510

3.2. Distribution diastratique (diaphasique)

3.3. Distribution diatopique (dialectale, régionale)

3.4. Distribution par auteur, par œuvre