Ceci est une ancienne révision du document !


sŭperbus, -a, -um


4.1 Description des emplois et de leur évolution : résumé et exemples

A. « qui manifeste un comportement hautain »

  • Naev. Bel. Pun. 6, 39 (éd. Warmington) : Superbiter contemtim conterit legiones.
    « Par ses manières hautaines et méprisantes, il épuise ses légions. » (traduction J.-F. Thomas)

  • Enn. An. 8, 289 (éd. Vahlen) : His pernas succidit iniqua superbia Poeni.
    « La dure et cruelle supériorité du Carthaginois lui fit les amputer des jambes. » (traduction J.-F. Thomas)

  • Pl. Merc. 998-999 :
    Pergin tu autem ? heia ! superbe inuehere. Spero ego mihi quoque
    tempus tale euenturum, ut tibi gratiam referam parem
    « Tu continues, toi ? Holà, attaque en profitant de ta supériorité. J’espère moi aussi qu’un jour viendra où je te rendrai la pareille. » (traduction J.-F. Thomas) \\ 
  • Cic. Fam. 1, 10 (t. 3 n° 160) : […] te superbum esse dicunt, quod nihil respondeas […].
    « […] [ils] disent […] que tu es fier, parce que tu ne réponds pas […] » (traduction L.-A. Constans, 1960, CUF).

  • Cic. Sest. 26 : qua tum superbia caenum illud ac labes amplissimi ordinis preces et clarissimorum ciuium lacrimas repudiauit.
    « Avec quelle superbe cet homme, qui n’est que fange et que souillure, osa repousser alors les prières de l’ordre le plus considérable et les implorations des citoyens les plus éminents. » (traduction J. Cousin, 1965, CUF)

  • Hor. Ep. 2, 1, 215 : […] spectatoris fastidia ferre superbi.
    « […] supporter les dégoûts de spectateurs hautains. » (traduction J.-F. Thomas)

  • Liv. 9, 46, 8 : […] documentum aduersus superbiam nobilium plebeiae libertatis.
    « […] un fait qui est la preuve de l’indépendance de la plèbe devant l’orgueil des nobles. » (traduction J.-F. Thomas)

  • Tac. An. 4, 29, 3 : […]addideratque (Serenus) quaedam contumacius quam tutum apud aures superbas et offensioni proniores.
    « […] il avait ajouté certains mots trop fiers pour ne pas blesser sans danger des oreilles hautaines et promptes à s’offenser. » (traduction P. Wuilleumier, 1975, CUF)

  • Tac. H. 3, 66, 2 : Nec tantam Vespasiano superbiam ut priuatum Vitellium pateretur, ne uictos quidem laturos
    « Et puis, Vespasien n’avait pas un tel sentiment de sa supériorité qu’il pût souffrir Vitellius simple particulier : les vaincus eux-mêmes ne le supporteraient pas.» (traduction J. Hellegouarc’h, 1989, CUF)

  • Cic. Rep. 1, 62 : Tu non uides unius inportunitate et superbia Tarquini nomen huic populo in odium uenisse odium ?
    « Ne te rends-tu pas compte, toi, que c’est à cause de l’intraitable orgueil d’un seul, de Tarquin, que le titre de roi est devenu odieux à notre peuple ? » (traduction E. Bréguet, 1980, CUF)1)

  • Pl. Merc. 851-852 :
    Apparatus sum, ut uidetis. Abicio superbiam.
    Egomet mihi comes, calator, equus, agaso, armiger
    « Me voilà prêt, comme vous le voyez. Loin de moi tout faste orgueilleux. Je suis mon compagnon, mon domestique, mon cheval, mon palefrenier, mon écuyer.» (traduction A. Ernout, 1936, CUF)

  • Sall. J. 41, 3 : Sed ubi illa formido mentibus decessit, scilicet ea quae res secundae amant, lasciuia atque superbia, incessere.
    « Mais, dès que cette crainte eut disparu des esprits, mes maux amis de la prospérité, la licence et l’orgueil, apparurent à leur tour. » (traduction A. Ernout, 1941, CUF)

  • Sen. Ben. 7, 10, 6 : Cum bene ista, per quae diuitias suas disposuit ac fudit, circumspexerit superbumque se fecerit [].
    « Quand il aura bien promené ses regards sur toutes ces choses entre lesquelles il a réparti sa richesse à flots, et qu’il se sera rendu plein d’orgueil []. » (traduction J.-F. Thomas)

  • Cic. Agr. 2, 95 : Campani semper superbi bonitate agrorum et fructuum magnitudine … Ex hac copia atque omnium rerum adfluentia primum illa apta est adrogantia qua a maioribus nostris alterum Capua consulem postulauit [].
    « Les Campaniens se sont toujours enorgueillis de l’excellence de leurs terres et de l’abondance de leurs récoltes … C’est à cette abondance et à cette affluence de tous les biens qu’est liée tout d’abord cette arrogance qui engagea Capoue à réclamer à nos ancêtres le privilège de fournir l’un des deux consuls []. » (traduction A. Boulanger, 1931, CUF)

B. « qui montre une noble fierté »

  • Ov. M. 13, 16-18 :
    Praemia magna peto, fateor, sed demit honorem
    aemulus ; Aiaci non est tenuisse superbum,

  • Virg. En. 8, 682-684 :
    Parte alia uentis et dis Agrippa secundis
    arduos agmen agens, cui, belli insigne superbum,
    tempora nauali fulgent rostrata corona .
1) Cf. Cic. Rab. Perd. 13 ; Sall. Catil. 6, 7.