Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

dictionnaire:superbia5 [2012/12/16 13:13]
lestrade
dictionnaire:superbia5 [2014/12/19 11:16] (Version actuelle)
desiderio
Ligne 1: Ligne 1:
-<html><div class="titre">sŭperbia, -ae (f.)</div></html> +<html><class="lestitres">sŭperbia, -ae (f.)</p></html><html><center><big><big>(substantif)</big></big></center></html>  
- +\\
 ---- ----
 +\\
  
 ====== 5. Place dans le lexique latin ====== ====== 5. Place dans le lexique latin ======
Ligne 11: Ligne 10:
  
  
-La formation du substantif//superbia// est de date latine : il s’agit d’un suffixé en -//ia// avec, pour base de dérivation, le thème //superb//- de l’adjectif thématique //superbus. // Ce dernier est, en effet, analysable en un thème (partie immobile au cours de la flexion) //superb//- et un élément flexionnel (partie variable au cours de la flexion) -//us, -a, -um//.+La formation du substantif //superbia// est de date latine : il s’agit d’un suffixé en -//ia// avec, pour base de dérivation, le thème //superb//- de l’adjectif thématique //superbus. // Ce dernier est, en effet, analysable en un thème (partie immobile au cours de la flexion) //superb//- et un élément flexionnel (partie variable au cours de la flexion) -//us, -a, -um//. 
 + 
 + 
 +Le suffixe substantival -//ia// < %%*%%-//yā// (de i.-e. %%*%%-//yeh<sub>2 </sub>//) féminin est très productif en latin pour former des substantifs féminins (noms abstraits de qualité) à partir d’adjectifs, ce qu’on peut illustrer par les relations de suffixation suivantes : //audāx// (gén. //audāc-is//) « audacieux »  à //audāc-ia// « audace », //grāt-us // « reconnaissant »  à //[[:dictionnaire:grat-ia|grāt-ia]] // « reconnaissance », //potēns// (gén. //potēnt-is//; participe présent de %%*%%//potēre// « pouvoir ») « puissant »  à //[[:dictionnaire:potentia|potent-ia]] // « puissance ». A partir du cas précédent, où le suffixe -//ia// substantival se trouvait derrière un participe présent adjectivisé, se développa un allomorphe suffixal en -//ntia// (-//nt-ia//), qui fut également productif et étendit ses emplois en se plaçant directement derrière des thèmes verbaux d’//infectum//. Cette situation correspond probablement à la formation de //licentia// « licence, liberté excessive », qu’on peut expliquer directement à partir du thème verbal d’//infectum// //licē//- de //licet// (inf. //licēre//) « il est permis » (il n’est plus nécessaire, dans ce cas, de postuler un participe présent %%*%%//licēns, %%*%%licēnt-is// intermédiaire). 
 +===== 5.2. Les interprétations et ré-analyses synchroniques des auteurs latins ===== 
 + 
 +    * Char. //gramm//. p. 398, 4 B. **//superbia// ** //est ab superhabendo//. 
 + 
 +    * Isidore, //Diff//. 1, 504 : //dicta…**superbia**, quia super uult quam quod est//. 
 +=====5.3. « Famille » synchronique du terme =====  
 + 
 + 
 +L’adjectif //[[:dictionnaire:superbus|superbus]]// et le substantif //superbia// ont une évolution sémantique parfaitement parallèle. L’idée unificatrice de leurs valeurs, celle d’une supériorité sûre d’elle-même qui ne peut que chercher à se montrer (sème /qui manifeste sa prééminence/), se retrouve également dans les composés //superbiloquentia// (substantif avec un 1<sup>er</sup> terme de composé : //superbi-° // et un 2<sup>ème</sup> terme suffixé en -//ia//: //°-loquent-ia//) et //superbificus // (adjectif avec un 1<sup>er</sup> terme de composé : //superbi-° // et un 2<sup>ème</sup> terme de sens causatif : °//-fic-us// « qui rend, qui fait »), qui sont tous deux des hapax : 
 + 
 + 
 +    * Cic. //Tusc. // 4, 35 (vers cité à propos de Tantale) :  \\ //ob scelera animique inpotentiam et **superbiloquentiam**. // \\ « En châtiment de ses crimes, de ses débordements et de son **langage arrogant**. » (traduction J.-F. Thomas) 
 + 
 + 
 +    * Sén. //Herc. f.//, où Junon parle ainsi d’Hercule (v. 57-59) : \\ //At ille, rupto carcere umbrarum ferox,  // \\ //de me triumphat et **superbifica** manu // \\ //atrum per urbes ducit Argolicas canem. // \\ « Et lui, tout fier d’avoir brisé la prison des ombres, triomphe de moi et de ce bras **qui le rend si hautain**, il conduit parmi les villes argiennes le chien couleur de nuit. » (traduction F.-R. Chaumartin, 1996, CUF) 
 + 
 + 
 +On la retrouve aussi dans le verbe dénominatif //superbio, superbire//, qui est d’abord employé en poésie avec le sens d’« éprouver une noble fierté », par exemple chez Properce : 
 + 
 + 
 +    * Prop. 4, 1, 63 : \\ //ut nostris tumefacta **superbiat** Vmbria libris.// \\ « pour que l’Ombrie gonflée de satisfaction **soit fière** de mes livres. » (traduction J.-F. Thomas) 
 + 
 + 
 +Mais le verbe peut ensuite être employé en prose pour caractériser une fierté déplacée : 
 + 
 + 
 +    * Tac. //An. // 2, 36, 3 (à propos du consulat) : **//Superbire// ** //homines etiam annua designatione//. \\ « On **s’enorgueillissait** même d’être désigné pour un an. » (traduction P. Wuilleumier, 1974, CUF) 
  
 +===== 5.4. Associations synchroniques avec d’autres lexèmes =====
  
-Le suffixe substantival -//ia// < %%*%%-//yā// (de i.-e. %%*%%-//yeh<sub>2 </sub>//) féminin est très productif en latin pour former des substantifs féminins (noms abstraits de qualité) à partir d’adjectifs, ce qu’on peut illustrer par les relations de suffixation suivantes : //audāx// (gén. //audāc-is//) « audacieux »  à //audāc-ia// « audace », //grāt-us // « reconnaissant »  à [[:dictionnaire:grat-ia|//grāt-ia//]] « reconnaissance », //potēns// (gén. //potēnt-is//; participe présent de %%*%%//potēre// « pouvoir ») « puissant »  à [[:dictionnaire:potent-ia|//potent-ia//]] « puissance ». A partir du cas précédent, où le suffixe -//ia// substantival se trouvait derrière un participe présent adjectivisé, se développa un allomorphe suffixal en -//ntia// (-//nt-ia//), qui fut également productif et étendit ses emplois en se plaçant directement derrière des thèmes verbaux d’//infectum//. Cette situation correspond probablement à la formation de //licentia// « licence, liberté excessive », qu’on peut expliquer directement à partir du thème verbal d’//infectum// //licē//- de //licet// (inf. //licēre//) « il est permis » (il n’est plus nécessaire, dans ce cas, de postuler un participe présent %%*%%//licēns, %%*%%licēnt-is// intermédiaire). 
  
 +//[[:dictionnaire:superbus|Superbus]]// et //superbia// entretiennent une relation synonymique étroite avec //[[:dictionnaire:arrogans|arrogans]]// et //[[:dictionnaire:arrogantia|arrogantia]]// avec la signification d’« orgueil, comportement hautain », mais une relation plus distante avec la signification « vanité » de //[[:dictionnaire:gloria|gloria]]// //, // //[[:dictionnaire:uanitas|uanitas]]// et //[[:dictionnaire:arrogantia|arrogantia]]//.
  
-[[:dictionnaire:superbia4|Page précédente]] ou [[:dictionnaire:superbia|Retour au plan]] ou [[:dictionnaire:superbia6|Page suivante]]+\\
  
 +[[:dictionnaire:superbia4|Aller au § 4]] ou [[:dictionnaire:superbia|Retour au plan]] ou [[:dictionnaire:superbia6|Aller au § 6]]