Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

dictionnaire:somnus4resume [2014/10/04 16:44]
bothua créée
dictionnaire:somnus4resume [2014/12/17 11:33] (Version actuelle)
desiderio
Ligne 1: Ligne 1:
-<html><div class="titre">somnus, -ī  (m.)</div></html> \\  <html><center><big><big>(substantif)</big></big></center></html> +<html><class="lestitres">somnus, -ī  (m.)</p></html> <html><center><big><big>(substantif)</big></big></center></html> 
- +\\
 ---- ----
 \\ \\
Ligne 10: Ligne 9:
     * Définition de Pline //H.N.// 75, 98 : \\ //Est somnus nihil aliud quam animi in medium sese recessus.// \\ « Le sommeil n’est rien d’autre que le retrait de l’esprit sur lui-même ».     * Définition de Pline //H.N.// 75, 98 : \\ //Est somnus nihil aliud quam animi in medium sese recessus.// \\ « Le sommeil n’est rien d’autre que le retrait de l’esprit sur lui-même ».
  
-==== A.1. En bonne part, //somnus// dénote la tranquillité =====+==== A.1. En bonne part ===== 
 + 
 +Par extension de ce sens propreen bonne part //somnus// dénote la tranquillité, comme //quies//. Un passage de Lucrèce (IV, 907-908, [[:dictionnaire:somnus4.2.|Aller au § 4.2.]]) illustre l’association des deux termes, //somnus// étant présenté comme la cause efficiente de //quies//. 
 + 
 +==== A.2.  En mauvaise part ==== 
 + 
 +En mauvaise part, //somnus// dénote l’inertie, la paresse comme dans le passage du //Pro Sestio// de Cicéron (//Sest.// 138, [[:dictionnaire:somnus4.2.|Aller au § 4.2.]]). //Somnus// est alors associé au champ sémantique du déshonneur ou, du moins, de ce qui n’est pas glorieux et digne d’estime, aux côtés de //desidia//, et opposé à celui de la gloire. 
 + 
 +===== B. Métaphoriquement ===== 
 + 
 +==== B.1. Le sommeil est assimilé à la mort conçue comme une cessation définitive de la vie active. ==== 
 +Cette assimilation est bien visible dans les inscriptions funéraires, païennes ou chrétiennes, qui attestent souvent les formules //Requiescant in pace// « qu’ils reposent en paix » ou encore, plus explicites, du type //Hic requiescit in somno pacis// « Ici il repose dans le sommeil de la paix », c’est-à-dire « dans un sommeil paisible ». 
 +Avec cette connotation, //somnus// est volontiers qualifié de //longus// « long », //frigidus// « froid » ou //niger// « noir ». C’est ce qu’illustrent respectivement Horace (//O//. 3, 11, 38), Valerius Flaccus (3, 178) et Silius Italicus (7, 633). 
 + 
 +==== B.2. Chez les auteurs chrétiens dans la langue spécifiquement chrétienne====  
 + 
 +Chez les auteurs chrétiens dans la langue spécifiquement chrétienne, //somnus// peut dénoter **la vie dans le péché avant la conversion**, conçue comme une résurrection, une naissance à la vie - de lumière - avec Dieu : ainsi dans le chapitre 13 de l’//Epitre// de Paul //aux Romains// [[:dictionnaire:somnus4.2.|Aller au § 4.2.]]. 
 + 
 +===== C. Par métonymie =====    
 + 
 +==== C.1. La nuit ==== 
 + 
 +Le sommeil ayant généralement lieu la **nuit** ((A l’exception des siestes méridiennes comme celle qui est évoquée par Plaute dans le passage de la //Mostellaria// [[:dictionnaire:somnus3.|Aller au § 3.]])), par un passage de la dénotation de l’état à la dénotation du moment où se réalise cet état, //somnus// équivaut souvent à //nox// « nuit » et s’oppose à //dies// « jour, lumière du jour » de par le sème de luminosité et peut-être aussi celui d’activité.  
 + 
 +==== C.2. Les songes ==== 
 + 
 +Par métonymie aussi, de l’état à ses résultats à ce qu’il engendre, //somnus// a pu, comme //somnium//, désigner les **songes** et tous les simulacres imaginaires de la réalité. C’est ce qu’illustrent les passages de Lucrèce (//De rerum natura//, IV, 962-1036) et de Cicéron (//Diu.// 1, 20, 40) [[:dictionnaire:somnus4.2.|Aller au § 4.2.]]. 
 + 
 +===== D. Dans le vocabulaire mythologique =====    
 +Dans le vocabulaire mythologique, //somnus// est souvent personnifié et divinisé pour désigner le fils de l’Erèbe et de la nuit comme //Ὓπνος// attesté dès Homère avec cette acception. Cette filiation mythologique résume bien les deux liens sémantiques fondamentaux de la notion de ‘sommeil’ dans la culture de l’Antiquité gréco-romaine héritée dans l’Europe médiévale et moderne - et qui se retrouve dans de nombreuses civilisations médiévales et modernes : mort et nuit, plus ou moins associées à la notion d’obscurité. 
 + 
 + 
 + 
 +[[:dictionnaire:somnus4|Retour au plan du § 4]] \\ 
 + 
 +[[:dictionnaire:somnus4detaille|Lire l'exposé détaillé]] 
 + 
 +\\ 
 + 
 +[[:dictionnaire:somnus3|Aller au § 3]] ou [[:dictionnaire:somnus|Retour au plan]] ou [[:dictionnaire:somnus5|Aller au § 5]] 
  
-Par extension de ce sens propre, en bonne part //somnus// dénote la tranquillité, comme //quies//. Un passage de Lucrèce (IV, 907-908 cité en [[:dictionnaire:somnus4.2.|Aller au § 4.2.]]) illustre l’association des deux termes, //somnus// étant présenté comme la cause efficiente de //quies//.