Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

dictionnaire:signum [2015/10/23 16:11]
ollivier
dictionnaire:signum [2015/10/23 16:42] (Version actuelle)
ollivier
Ligne 8: Ligne 8:
  
  
-<html><p class="lestitres">signum, -i (n.)</p></html> <html><center><big><big>(substantif)</big></big></center></html>  
  
  
----- 
-====== 1. Graphie, phonétique, phonologie ====== 
  
- 
-===== 1.1. Graphie et variantes graphiques ===== 
- 
- 
-La graphie usuelle et conservatrice est <//signum// >, mais on trouve aussi : 
- 
- 
-- <//signu// > : le <//m// > n’est pas noté dans les inscriptions archaïques pré-littéraires, il manque la plupart du temps dans les inscriptions de Pompéi (en 79 ap. J.-C.) et l’on observe d’importants flottements dans la graphie de certains textes en latin tardif (sa présence est souvent aléatoire derrière préposition) ; 
- 
- 
-- <//sinnu// > : <html><a href= _fckg_QUOT__fckg_QUOT_ class="tooltip"><i>CIL</i><span><i>Corpus Inscriptionum Latinarum</i>, 1863 <i>sqq.</i></span></a></html> IX 2893 ;  - <//singnifer// > : <html><a href= _fckg_QUOT__fckg_QUOT_ class="tooltip"><i>CIL</i><span><i>Corpus Inscriptionum Latinarum</i>, 1863 <i>sqq.</i></span></a></html> VI 3637) pour l’adverbe <//signifer// > ; 
- 
- 
-- <//seino// > et <//seinq// > en latin dialectal (cf. [[#realisation_phonetique|§ 1.2.1.]] et [[#histoire_du_lexeme|§ 6]] ). 
- 
- 
-Ces graphies sont le reflet d’évolutions phonétiques (cf. [[#realisation_phonetique|§ 1.2.1.]] ). 
- 
- 
-===== 1.2. Phonétique et phonologie ===== 
- 
- 
-==== 1.2.1. Réalisation phonétique ==== 
- 
- 
-À la graphie <//signum// >, la plupart des latinistes assignent une prononciation **[ˈsiŋ.num]** : 
- 
- 
-- avec une [[:dictionnaire:nasale_velaire_ŋ|nasale vélaire]] [ŋ] à la fin (coda) de la première syllabe, 
- 
- 
-- avec un groupe consonantique intérieur [ŋn] hétérosyllabique (la frontière de syllabe passant entre les deux nasales)((X. BALLESTER (1996, 31, § 18 sur la syllabation de < gn >) montre que la position de certains grammairiens latins selon laquelle les deux nasales seraient homosyllabiques (et donc, dans   signum , toutes deux à l’initiale de la seconde syllabe : [ˈsi.gnum]) n’est pas tenable ; elle relève de faits graphiques et non phonétiques.)), 
- 
- 
-- et avec une voyelle brève (i bref) dans la première syllabe, qui est fermée et porte l’accent de mot. 
- 
- 
-Il faut supposer, en outre, une variante diastratique et diachronique sans nasale finale   [ˈsiŋ.nu], le –//m// final étant débile (cf. [[#graphies_et_variantes_graphiques|§ 1.1.]] ). Si l’on fait l’hypothèse (généralement admise) que la graphie <//signum// > reflète une ancienne prononciation du lexème et qu’elle est authentiquement liée à la formation du mot, l’évolution du groupe consonantique ancien [g.n] en [ŋ.n] s’explique par une assimilation régressive de nasalité. L’occlusive [g]((L’occlusive [g] est appelée  vélaire par A.  TRAINA, W. S.  ALLEN, X.  BALLESTER et  gutturale par A. MANIET  (qui met le terme entre guillemets). En France, la tendance est actuellement à employer le terme  "dorsale" (équivalent de  "gutturale" chez A. MANIET) afin de subsumer, par cette dénomination unique, les termes de  "palatale"  (réalisation au niveau de l’avant du palais – calque savant de lat.   pălātum – devant voyelle d’avant) et de  "vélaire" (réalisation plus à l’arrière au niveau du voile du palais – calque savant de lat.   uēlum – devant voyelle d’arrière). À l’époque classique, en effet, il existe seulement un phonème avec de légères variantes phonétiques de prononciation selon qu’il était suivi d’une voyelle d’avant ou d’arrière. Mais l’appellation de "vélaire" pour les occlusives /k/ (sourde ou non voisée) et /g/ (sonore ou voisée) se justifie également dans la mesure où la nasale qui en est issue par assimilation de nasalité est bien une nasale vélaire (et non une nasale palatale).))située à la finale (à la coda) de la première syllabe est devenue une nasale vélaire par influence de la nasale dentale subséquente, qui se trouvait à l’initiale (à l’attaque) de la deuxième syllabe. Une consonne nasale (ici dentale) a assimilé une consonne orale (qui est ici une //dorsale, gutturale// ou //vélaire//), laquelle est devenue nasale vélaire. On est donc passé d’une prononciation [ˈsig.num] à une prononciation [ˈsiŋ.num] sans changement graphique, en maintenant la graphie ancienne <//gn// >. 
- 
- 
-Ce traitement phonétique est bien attesté par ailleurs en latin pour l’occlusive sonore [g]   (voir //lignum, tignum//, etc.). On le rencontre également pour d’autres occlusives dans cette position devant [n], par exemple pour la labiale sourde [p] : [p.n] donne en latin [m.n] dans lat. //somnus// « sommeil » de %%*%%//sop-no-s// (> %%*%%//sob-no-s > som-nus//) à côté de lat. //sop-or, -ōr-is// M. « torpeur, sommeil profond », lat. //sōpīre // « endormir, faire dormir » (tr.), sk. //svapna-s// « sommeil, torpeur », sk. //svap-a-ti// « dormir », //svāp-aya-ti// (causatif) « faire dormir », gr. ὕπνος « sommeil », lit. //sãpnas//, etc.((On peut citer en outre : a) pour la labiale sonore [b.n] > [m.n] :   scamnum « escabeau, banc » de %%*%% scab-nom (cf. le diminutif   scăbellum « escabeau ») ; %%*%% Sab-niom >  Sam-nium (cf.   Sab-īnī ) ; une variante du préverbe   ab- abnuit >  amnuit ;    b) pour la dentale sonore [d.n] > [n.n] : une variante du préverbe  ad- adnuo >  annuo mercēd-n-ārius > mercēnnārius / mercēnārius « mercenaire, payé » (sur le thème   mercēd - du substantif   mercēs, -ēdis F. « salaire ») ;    c) pour la dentale sourde [t.n] > [n.n]   : %%*%% pet-nā > %%*%% ped-nā >  pen-na)). 
- 
- 
-Selon la plupart des auteurs, il existerait un indice de la prononciation en nasale vélaire [ŋ] du signe graphique <//g// > au sein du groupe <//gn// > dans les graphies en <//ngn// > rencontrées dans certaines inscriptions : <//singnifer// > (<html><a href= _fckg_QUOT__fckg_QUOT_ class="tooltip"><i>CIL</i><span><i>Corpus Inscriptionum Latinarum</i>, 1863 <i>sqq.</i></span></a></html> VI 3637) pour <//signifer// >((ingnes > pour  ignēs , < ingnominiae > pour  ignōminiae ; dans  ignōscō « pardonner » de %%*%% in-gnōscō et  cognātus de %%*%% cŏn-gnātus , il suppose dans un premier temps la séquence %%*%% < ingniis > pour < ignis > « feu » ( < html> < a href= _fckg_QUOT fckg_QUOT_ class="tooltip"> < i>CIL < /i> < span> < i>Corpus Inscriptionum Latinarum < /i>, 1863  < i>sqq. < /i> < /span> < /a> < /html> IV, 3121, à Pompéi) et < dingnissime > pour le superlatif adverbial de  dignus « digne » : < dignissime > ( < html> < a href= _fckg_QUOT fckg_QUOT_ class="tooltip"> < i>CIL < /i> < span> < i>Corpus Inscriptionum Latinarum < /i>, 1863  < i>sqq. < /i> < /span> < /a> <)).   D’autre part, avons-nous des indices d’autres prononciations ? A. Traina (2002, 61) estime que la graphie <//sinnu// > pour <//signum// > dans le <html><a href= _fckg_QUOT__fckg_QUOT_ class="tooltip"><i>CIL</i><span><i>Corpus Inscriptionum Latinarum</i>, 1863 <i>sqq.</i></span></a></html> IX 2893 pourrait dénoter une variante diatopique de prononciation préfigurant l’évolution phonétique du sarde((Voir pour cette évolution  infra § 7.))en <//nn// > [nn] avec deux nasales dentales((Cf. sarde  mannu de lat.  magnu m)). On pourrait, cependant, avancer l’argument que, dans cette graphie <//nn// >, la première nasale pourrait dénoter non une nasale dentale, mais une nasale vélaire comme c’est le cas dans d’autres termes latins pour les groupes graphiques <//nc// > (//uncus// « recourbé »), <//ng// > (//angulus// « angle, coin ») ou encore <//nq// >, <//nx// >((infra)). 
- 
- 
-Les correspondants de lat. //signum// en sabellique((Mentionnés  infra au § 6.))paraissent confirmer que la graphie latine <//gn// > a dû renvoyer, à une certaine époque, à une prononciation [gn], que le latin a ensuite fait évoluer par assimilation régressive de nasalité pour faciliter la prononciation de ce groupe consonantique difficile et instable. Les langues sabelliques offrent, en effet, des graphies comportant l’occlusive <//g// > et une voyelle entre <//g// > et <//n// >. Cette voyelle pourrait être une voyelle d’anaptyxe illustrant une technique autre que celle du latin pour adapter la prononciation du groupe hétérosyllabique [g.n]. 
- 
- 
-Selon P. Poccetti((Opinion émise dans une communication privée.)), dans les graphies du latin dialectal <//seino// > et <//seinq// > (cf. [[#histoire_du_lexeme|§ 6]] ), le signe <//i// > pourrait dénoter un phénomène de palatalisation de la nasale suivante, ce qui préfigurerait peut-être la nasale palatale [ɲ] qui est le résultat de l’évolution attestée dans le groupe italo-occidental des langues romanes. 
- 
- 
-La question de la dénotation phonétique effectuée par la séquence graphique <//gn// > en latin se pose également pour d’autres termes((Tels  agnus « agneau » (diminutif   agnellus lignum « bois » ( lign-ā-rī « aller à la provision de bois », etc.),   dignus « digne » ( dign-ā-rī « juger digne », etc.),  pugnus « poing »,   pugna « combat » ( pugnā-re « combattre »,  pugn-āx « combattif », etc.),   cognōmen « cognomen, surnom »,   ignōminia « déshonneur, ignominie »,   tignum « poutre »,   ignis « feu », etc. Cf. aussi tous les cas où un préfixe-préverbe terminé par  n in - négatif,   in - élément de relation,   con -) s’est trouvé devant un groupe ancien   gn - à l’initiale d’un lexème :   cognōscere « connaître »,   dīgnōscere « discerner »,   ignōscere « pardonner »,   ignōrāre « ne pas connaître »,   ignōtus « inconnu »,   ignārus « qui ne connaît pas »,   ignāuus « paresseux »,   ignōbilis « inconnu, obscur », etc.)). En outre, l’existence d’une nasale vélaire à l’oral comme réalisation phonétique de <//n// > est très probable pour les séquences graphiques <//ng// >, <//nc// >, <//nqu// >, <//nx// ><sup>((11)))</sup>. 
- 
- 
-==== 1.2.2. Séquence phonologique /ˈsig.num/ ==== 
- 
- 
-Comme nous venons de le voir, la nasale vélaire [ŋ] est généralement considérée comme une réalisation phonétiquement conditionnée correspondant au signe graphique <//g// > dans le groupe <//gn// > hétérosyllabique. 
- 
- 
-Mais la question de savoir s’il existe ou non en latin un phonème /ŋ/ en nasale vélaire reste très débattue : les tenants du statut phonématique invoquent comme argument l’existence de paires minimales opposant une séquence [ŋn] à une séquence [nn], telles<sup>((12)))</sup>: //agnī// (génitif sg. d’//agnus// « agneau ») vs //amnī// (dat.-abl. sg. d’//amnis// « fleuve ») ou bien //magnus// « grand » (adjectif, quand il est fléchi au masculin) vs //mannus// « petit cheval » (substantif masculin). 
- 
- 
-Mais ces paires minimales sont jugées par d’autres trop peu nombreuses et fragiles. De toute façon, si l’on faisait l’hypothèse de l’existence en latin d’un phonème nasal vélaire, il faudrait reconnaître qu’il aurait un rendement très faible et que de fortes contraintes pèseraient sur ses occurrences. 
- 
- 
-L’opinion la plus fréquemment admise est, en fait, de considérer que la nasale vélaire n’est pas un phonème, mais seulement la réalisation phonétique [ŋ] notée <//g// > servant d’allophone à deux phonèmes distincts /g/ et /n/, selon un phénomène appelé en anglais dans le vocabulaire technique de la phonologie //overlapping//, fr. //recouvrement//. Il s’agit ici d’un //recouvrement partiel//, conclusion à laquelle parvient X. Ballester (1996, 37), après un examen de la question aussi bien dans une perspective phonétique que phonologique. Il prend parti pour l’existence d’un archiphonème |ŋ|, interprété fonctionnellement comme la réalisation des deux phonèmes /g/ et de /n/ et comme le résultat de neutralisations. 
- 
- 
----- 
- 
- 
-====== 2. Morphologie ====== 
- 
- 
-===== 2.1. Indications grammaticales ===== 
- 
- 
-- Substantif de la 2<sup>e</sup>déclinaison des neutres du type //templum// \\  - Flexion :  \\  Singulier : nomin.-acc. //sign-ŭm//, gén. //sign-ī//, dat.-abl. //sign-ō// \\  Pluriel : nomin.-acc. //sign-ă//, gén. //sign-ōrŭm//, dat.-abl. //sign-īs// \\  Thème en synchronie (constant dans la flexion) : //sign-// \\  Désinence de Nt. Pl. nomin.-acc. : -//ă// provenant d’un ancien suffixe de collectif (%%*%%-//h<sub>2</sub>//). 
-===== 2.2. Variantes morphologiques ===== 
- 
- 
-==== 2.2.1. Elimination de la catégorie grammaticale du genre neutre ==== 
- 
- 
-On observe, entre le latin et les langues romanes, la disparition de la catégorie grammaticale du genre neutre pour les substantifs latins. Ils sont passés dans les langues romanes soit au masculin (à partir des formes flexionnelles du singulier, l’acc. sg. nt. en –//ŭ(m)// étant réinterprété comme un masculin), soit au féminin (à partir des formes flexionnelles du pluriel, le nomin.-acc. pl. nt. en –//ă// étant réinterprété comme un féminin sg.). 
- 
- 
-Dans certains cas, la même langue romane possède donc deux substantifs différents, l’un masculin et issu du singulier en latin, l’autre féminin et issu du pluriel en latin. C’est le type français //un grain// m. vs //une graine// f. ou bien //un voile// m. vs //une voile// f. 
- 
- 
-Pour les descendants de //signum// dans les langues romanes, on peut citer (cf. //infra// [[#descendance_du_lexeme_dans_les_langues_romanes_version_provisoire|§ 7]] ) : a.-occ. //senh// m. vs //senha// f. 
-==== 2.2.2. Les variations de genre grammatical en latin ==== 
- 
- 
-Des flottements de genre grammatical, notamment entre neutre et masculin, sont déjà observables en latin dans les textes de l’époque archaïque pour certains lexèmes. Il doit s’agir en grande partie de variations diastratiques, dans des niveaux de langue bas, proches de la langue parlée quotidienne des gens peu cultivés. Le phénomène se retrouve dans les mêmes niveaux de langue bas à l’époque post-classique((Voir par exemple lat.  lac , gén. sg.   lact-is Nt., représenté par ne forme d’acc. sg. masculin   lactem chez Pétrone ( Sat. : extrême fin du I er s. ou début du II e s. ap. J.-C.).))et tardive. Le latin de l’époque mérovingienne, par exemple, en offre des exemples assez nets : Grégoire de Tours (fin du VI<sup>e</sup>s. ap. J.-C.) emploie dans le même passage, à quelques mots de distance, le terme //gaudium// « joie » tantôt au neutre //gaudium//, tantôt au féminin //gaudia// (genre grammatical qui se maintiendra dans fr. //la joie// f.). 
- 
- 
-Pour lat. //signum//, les textes latins ne nous donnent pas d’indice d’un tel phénomène. 
-===== 2.3. Formation du lexème ===== 
- 
- 
-Thème thématique, formé avec la voyelle thématique %%*%%-//ŏ//- : nomin.-acc. sg. : %%*%%-//ŏ-m > -ŭm// par fermeture d’une voyelle brève en syllabe finale fermée à l’époque archaïque pré-littéraire.   Pour ce type de flexion, la forme ancienne avec un //ŏ// bref à la finale de mot (après amuïssement de la nasale finale) est encore attestée dans les inscriptions de l’époque archaïque pré-littéraire.   **\\  **  
- 
- 
----- 
- 
- 
-====== 3. Distribution dans les textes au cours de la latinité ====== 
- 
- 
-===== 3.0. Généralités ===== 
- 
- 
-==== 3.0.1. Première occurrence dans les textes ou inscriptions ==== 
- 
- 
-La première occurrence de //signum// se trouve dans le fragment de Naevius (//Bel. Pun. fr.// 1, 4) cité deux fois par Priscien (//Inst. gram//., <html><a href= _fckg_QUOT__fckg_QUOT_ class="tooltip"><i>GLK</i><span><i>Grammatici Latini</i>, éd. H. Keil, Leipzig, Teubner, 1855-1880.</span></a></html> II, 6, 198 et 217) :  //inerant signa expressa  // //quo modo Titani // / //Bicorpores Gigantes magnique Atlantes//, « étaient insérées des représentations en relief figurant de quelle manière les Titans, les Géants à deux corps et les grands Atlantes… ».     ==== 3.0.2. Répartition et distribution des occurrences au cours de la latinité ====     Attesté dès la période archaïque, le lexème est de très grande fréquence durant toute la latinité.     ==== 3.0.3. Fréquence comparée des formes flexionnelles ====     ===== 3.1. Distribution diachronique (périodes d’attestation) =====     ^ Période ^ Occurrences |  ^ III<sup>e</sup>-II<sup>e</sup>s. av. J.-C. |  62  | ^ I<sup>er</sup>s. av. J.-C. |  800  |  ^ I<sup>er</sup>s. ap. J.-C |  1042  |  ^ II<sup>e</sup>s. ap. J.-C |  321  |  ^ III<sup>e</sup>s. ap. J.-C |  224  |  ^ IV<sup>e</sup>s. ap. J.-C |  2698  |  ^ V<sup>e</sup>s. ap. J.-C |  2749  |     ===== 3.2. Distribution diastratique (diaphasique) =====     Très présent dans le vocabulaire latin de la vie quotidienne, par exemple lorsqu’il a le sens de « cachet », //signum// est aussi un lexème spécifique à des disciplines comme la rhétorique, la médecine, la divination ou encore l’arpentage, qui intègrent alors un vocable de la langue courante à leur vocabulaire technique. //Signum// est également bien représenté dans les textes poétiques, où il lui arrive d’avoir des emplois particuliers (cf. [[#description_des_emplois_et_de_leur_evolution|§ 4]] ).    ===== 3.3. Distribution diatopique (dialectale, régionale) =====    ===== 3.4. Distribution par auteur, par œuvre =====   Lexème très polysémique et employé dans tous les genres littéraires, //signum// est attesté chez la plupart des auteurs latins, dès l’époque archaïque : on le trouve aussi bien dans les comédies de Plaute et de Térence que dans les fragments des poètes anciens (outre sa première occurrence chez Naevius, il est attesté sept fois chez Ennius et quatre fois chez le satiriste Lucilius), ou encore chez Caton. Tout au long de la latinité, il reste fréquent à la fois en prose, en poésie et dans les différentes littératures techniques.   \\  •   Période I. Plaute : des origines à la mort d’Ennius  ^ Auteurs ^ Occurrences |   ^ Plaute |  46  |  •   Période II. Térence : de Caton à l’époque de Sulla   ^ Auteurs ^ Occurrences |  ^ Térence |  12  |  ^ Caton |  6  |   •   Période III. Cicéron : la fin de la République (80-43)   ^ Auteurs ^ Occurrences |       ^ Cicéron |  317  | ^ César |  82  | ^ Salluste |  36  | ^ Varron |  43  | ^ Lucrèce |  25  | ^ Catulle |  3  |      Le corpus cicéronien est particulièrement intéressant pour //signum//, dans la mesure où il mêle des textes en prose « courante » et des traités dans lesquels sont attestés les sens techniques du lexème. Il faut noter en particulier le nombre important d’occurrences dans le //De diuinatione // (45) et dans la //Seconde action contre Verrès // (82) ; dans ce discours, plus de la moitié des attestations se trouvent au livre IV, dans le //De signis// (44), qui porte précisément sur les statues volées par Verrès et où //signum // a son sens usuel de « statue ».     •   Période IV. Virgile : le siècle d’Auguste (43 av. J.C.-14 ap. J.C.)   ^ Auteurs ^ Occurrences |  ^ Virgile |  58  | ^ Horace |  16  | ^ Ovide |  168  | ^ Tite-Live |  756  | ^ Vitruve |  63  |     •   Période V. Sénèque : la dynastie julio-claudienne   ^ Auteurs ^ Occurrences |  ^ Sénèque |  100  | ^ Lucain |  80  | ^ Celse |  34  | ^ Columelle |  21  | ^ Pline l’Ancien |  129  | ^ Pétrone |  11  | ^ Quinte-Curce |  45  | ^ Valère Maxime |  17  |     •   Période VI. Tacite : des Flaviens à Trajan (69-117 ap. J.-C)    ^ Auteurs ^ Occurrences |  ^ Quintilien |  55  | ^ Tacite |  100  | ^ Pline le Jeune |  15  | ^ Stace |  75  | ^ Juvénal |  9  | ^ Martial |  7  |     •   Période VII. Apulée : Hadrien et les Antonins (117-192)    ^ Auteurs ^ Occurrences |  ^ Apulée |  30  |  ^ Suétone |  38  | ^ Aulu-Gelle |  21  |     •   Période VIII. Tertullien et l’Histoire auguste : des Sévères à Constantin (193-337)  ^ Auteurs ^ Occurrences |       ^ Tertullien |  96  | ^ Minucius Felix |  5  | ^ Arnobe |  37  | ^ Histoire Auguste |  40  | ^ Cyprien |  43  | ^ Lactance |  41  |     •   Période IX : du milieu du IV<sup>e</sup>au début du V<sup>e</sup>s., l’Empire après Constantin jusqu’à Honorius (337-423)     ^ Auteurs ^ Occurrences | ^ Augustin |  1052  | ^ Jérôme |  467  | ^ Ammien Marcelin |  96  | ^ Egérie |  3  | ^ Macrobe |  78  | ^ Donat |  37  | ^ Martianus Capella |  61  | ^ Ausone |  21  |     •   Période X : du milieu du V<sup>e</sup>à la fin du VI<sup>e</sup>s.  ^ Auteurs ^ Occurrences |  ^ Grégoire de Tours |  195  |  ^ Priscien |  41  |   \\  —– \\  ====== 4. Description des emplois et de leur évolution ======     ===== 4.1. Plan =====     <html><a href="#Référents concrets">A. Référents concrets</a></html> \\  <html><a href="#Statue"> A.1. « Statue »</a></html> \\  <html><a href="#Enseigne militaire"> A.2. « Enseigne militaire »</a></html> \\  <html><a href="#Unité armée"> A.2.1. « Unité armée »</a></html>  \\  <html><a href="#Enseigne commerciale"> A.2.2. « Enseigne commerciale » </a></html> \\  <html><a href="#Cachet"> A.3. « Cachet »</a></html> \\  <html><a href="#Marque de reconnaissance"> A.4. « Marque de reconnaissance » </a></html>  \\  <html><a href="#Signa pedum"> A.4.1. <i>Signa pedum</i> + contexte agricole et arpentage</a></html> \\  <html><a href="#Mot de passe"> A.4.2. « Mot de passe »</a></html>  \\  <html><a href="#Figure"> A.5. « Figure » <i>Signum pictum</i> + (emplois poétiques) : « figure brodée ou ciselée ».</a></html> \\  <html><a href="#Signe">B. Signe</a></html>  \\  <html><a href="#Vocabulaire technique"> B.1. Vocabulaire technique</a></html> \\  <html><a href="#Point géométrique"> B.1.1. « Point géométrique » </a></html>  \\  <html><a href="#Rhétorique"> B.1.2. Vocabulaire de la rhétorique</a></html>  \\  <html><a href="#Médecine"> B.1.3. Vocabulaire médical</a></html>    \\  <html><a href="#Métalangage"> B.1.4. Le métalangage</a></html>  \\  <html><a href="#Emploi spécifique"> B.2. Emploi spécifique : le signe précurseur</a></html> \\  <html><a href="#Présage"> B.3. « Présage »</a></html>  \\  <html><a href="#Constellation"> B.4. « Constellation », « étoile »</a></html> \\  <html><a href="#Signal"> B.5. « Signal »</a></html> \\  <html><a href="#Miracle"> B.6. « Miracle »</a></html> \\  ===== 4.2. Exposé détaillé =====     <html><a name="Référents concrets"><b>A. Les référents concrets</b></a></html>     Dès Plaute, //signum // possède trois sens dont les référents sont concrets : « statue », « enseigne militaire » et « cachet ».   <html><a name ="Statue"><b>A.1. Sens de « statue »</b></a></html>   Dans les textes archaïques, à l’un des sens les plus courants de //signum//, celui de « statue », est attachée une connotation religieuse, puisque le lexème dénote quasi exclusivement des statues de divinités :   %%*%%Pl. //Ru.// 688-690 : \\  //Quid istaec ara// \\  //prodesse nobis // <//plus> potest quam **signum** in fano hic intus// \\  //__ueneris__, quod amplexae modo, unde abreptae per uim miserae//? \\  « En quoi cet autel peut-il mieux nous être utile qu’ici, au fond du temple, la statue de Vénus, que nous tenions embrassée tout à l’heure et de laquelle nous avons été arrachées par la force, malheureuses que nous sommes ? » \\  __ Sémème__: /Représentation/ /artistique/ /sculptée/ /d’une divinité/, où le sème /d’une divinité/ permet de distinguer //signum // de //statua//.    Et, à partir de l’époque classique, par extension de sens (et disparition d’un sème spécifique) : /Représentation/ /artistique/ /sculptée/. Le lexème est alors employé au pluriel et se trouve fréquemment en collocation avec //tabula// ou //pictura//, qui dénotent des œuvres peintes.\\  <html><a name="Enseigne militaire"><b>A.2. Sens d’« enseigne militaire »</b></a></html>   Ce n’est pas le sens le plus courant à l’époque archaïque. Et il faut noter, dès les comédies de Plaute, la tendance du lexème à devenir constituant de lexies, tendance qui se développera tout au long de la latinité :    \\  %%*%%Pl. //Cas.// 352 : //Nunc nos **conlatis signis** depugnabimus.// \\  « Nous allons maintenant combattre en bataille rangée ».   %%*%%Pl. //Cas.// 720 : //Vide, fur, ut sentis **sub signis** ducas//. \\  « Fais en sorte, voleur, de mener en bon ordre tes ronces ».    Les travaux de Ch. Renel nous indiquent que les enseignes militaires permettaient, certes, aux soldats romains de reconnaître leurs troupes, leurs légions, mais qu’elles représentaient surtout le dieu sous la protection duquel les soldats se plaçaient.    __ Sémème __: /Représentation/ /symbolique/ /d’un dieu/ /protecteur / /d’une unité armée/ /et permettant de/ /reconnaître cette dernière/.   <html><a name="Unité armée"><b>A.2.1. Acception dérivée : « unité armée »</b></a></html>     L’acception d’« unité armée » n’est pas attestée dans les textes archaïques et elle est encore très rare à l’époque cicéronienne. En revanche, hors lexie, elle apparaît très fréquemment dans l’œuvre de Tite-Live, où le sens d’« enseigne militaire » était déjà très répandu :   %%*%%Liv. XXV, 23, 16 : […] //signi unius milites ferre scalas iussit//. \\  « […] il ordonna aux soldats d’une seule unité d’apporter les échelles ».    Le sémème de //signum // semble alors dériver, par métonymie, du sens d’« enseigne militaire » que l’on retrouve comme sème spécifique :   __ Sémème__: /Ensembles d’hommes/ /accompagné/ /d’une enseigne militaire/.   <html><a name="Enseigne commerciale"><b>A.2.2. Acception d’« enseigne commerciale »</b></a></html>     Chez Quintilien est attesté un hapax où //signum // signifie « enseigne commerciale » :   %%*%%Quint. VI, 3, 38 : […] //qui cum Heluio Manciae saepius obstrepenti sibi diceret : « Iam ostendam qualis sis », isque plane instaret interrogatione qualem tandem se ostensurus esset, digito demonstrauit imaginem Galli in scuto Cimbrico pictam, cui Mancia tum simillimus est uisus : tabernae autem erant circa forum ac scutum illud **signi** gratia positum.// \\  « […] Comme celui-ci [C. Iulius] disait à Helvius Mancia, qui couvrait trop souvent sa voix par du bruit : ‘je vais te montrer à l’instant quel type d’homme tu es’, et que ce dernier le pressait vivement par des questions de lui montrer enfin ce qu’il était, il lui montra du doigt l’image peinte sur un bouclier cimbrique d’un Gaulois à qui Mancia ressemblait alors énormément : il y avait du reste des boutiques autour du forum et ce bouclier était exposé pour servir d’enseigne ».   Le caractère unique de cette occurrence rend difficile l’explication de l’origine du sens de //signum//, même si le lien avec le sens d’« enseigne militaire » est évident dans la mesure où nous retrouvons de nombreux traits sémiques communs :   __ Sémème__: /Représentation / /symbolique/ /permettant / /de reconnaître/ /une boutique/.  <html><a name="Cachet"><b>A.3. Sens de « cachet »</b></a></html>     C’est le sens le plus fréquemment attesté chez Plaute. On remarque alors que le rôle le plus couramment assigné au cachet est de permettre de reconnaître un expéditeur d’une lettre ou le propriétaire d’un objet :   %%*%%Pl. //Amp. // 420-423 : \\  //ME. in cistula,// \\  //Amphitruonis obsignata **signo** est// \\  //SO. **Signi** dic quid est ?// \\  //ME. Cum quadrigis Sol exoriens//.  \\  « Mercure : dans une cassette, scellée avec le sceau d’Amphitryon. – Sosie : Dis-moi, quel genre de sceau est-ce ? – Mercure : Un soleil levant avec son quadrige ».    __ Sémème__: /Marque/ /imprimée/ /sur de la cire/ /représentant/ /une personne/ /et permettant/ /de la reconnaître/.   Le latin //signum // au sens de « cachet » dénote les mêmes référents que le français //cachet //: il peut, en effet, faire référence à la marque laissée par le sceau, comme c’est le cas dans l’occurrence précédemment citée, mais aussi à l’objet en lui-même, au sceau, que l’on peut, par exemple, tenir en main (Pl. //Tri. // 790-797 ; Cic. //Att. // XI, 9, 2).   <html><a name="Marque de reconnaissance"><b>A.4. « Marque de reconnaissance »</b></a></html>    D’autres sémèmes de //signum // possèdent, comme le sens de « cachet », les sèmes /qui permet/ /de reconnaître/. Ainsi, dès l’époque archaïque, est attestée l’acception de « marque de reconnaissance ». //Signum // est alors en emploi anaphorique, dans la mesure où le substantif définit l’objet qui permet de reconnaître quelqu’un :  \\  %%*%%Pl. //Amp.// 144-145 : \\  //Tum meo patri autem torulus inerit aureus// \\  //sub petaso : id **signum** Amphitruoni non erit//. \\  « D’autre part, mon père aura une torsade d’or sous son chapeau : signe de reconnaissance que n’aura pas Amphitryon ».   __ Sémème__: /Marque/ /qui renvoie/ /à quelqu’un d’autre/ /et qui permet/ /de reconnaître/ /ce quelqu’un/.   <html><a name="signa pedum"><b>A.4.1. Emplois particuliers de « marque de reconnaissance »</b></a></html>     Le lexème, avec l’acception de « marque de reconnaissance », est souvent utilisé dans des emplois particuliers :   • Un emploi poétique : le syntagme //signa pedum//. \\  En poésie est attesté un syntagme //signa pedum // signifiant « trace de pied ». Le lexème //signum // seul continue alors de signifier « marque de reconnaissance » :   %%*%%Ov. //M//. IV, 543-544 : \\  //Sidoniae comites, quantum ualuere, secutae // \\  //**signa pedum**, primo uidere nouissima saxo// ; \\  « Les Sidoniennes, ses compagnes, autant qu’elles le purent, suivirent les traces de ses pas, elles virent les plus récentes aux abords du rocher ».   • Contexte technique : \\  -celui de l’agriculture :   %%*%%Virg. //G//. I, 257- 263 : \\  //Frigidus agricolam si quando continet imber,// \\  //multa, forent quae mox caelo properanda sereno,// \\  //maturare datur : durum procudit arator// \\  //uomeris obtusi dentem, cauat arbore lintris ;// \\  //aut pecori **signum ** aut numeros impressit aceruis//. \\  « Si parfois une pluie froide retient l’agriculteur, il lui est donné de mener à leur fin de nombreux travaux, qui, ensuite, par un ciel serein, devraient être précipités : le laboureur travaille au marteau la pointe dure du soc émoussé, il creuse des auges dans l’arbre, ou il a imprimé une marque sur son bétail et des numéros sur ses tas. »  Le //signum // permet ici de reconnaître le propriétaire du bétail.   -Le vocabulaire de l’arpentage, avec Frontin((FRONTIN,   L’oeuvre gromatique , éd. O. Behrends, M. Clavel-Lévêque, D. Conso, A. Gonzales, Ph. Von Cranach, J.Y. Guillaumin, M.J. Pena, S. Ratti, Luxembourg, OPOCE, 1998 ;   Gromatici ueteres. Die Schriften der rômischen Feldmesser , F. Blume-K. Lachmann-A. Rudorff (éd.), Berlin, vol. 1, 1848 ; réimprimé en 1967, Hildesheim.)). \\  //Signum// signifie toujours « marque de reconnaissance », mais désigne celle qui permet de reconnaître le propriétaire d’une terre :   %%*%%Frontin. //De Controuersiis// 32-33 : //Haec autem controuersia frequenter in arcifiniis agris uariorum **signorum ** demonstrationibus exercetur, ut __fossis, fluminibus, arboribus ante missis, aut culturae discrimine__ //. \\  « Or, cette controverse se manifeste fréquemment dans les terres arcifinales avec la description des diverses marques de reconnaissance comme les fossés, les cours d’eau, les arbres que l’on a fait pousser antérieurement ou la différence de culture ».   <html><a name="Mot de passe"><b>A.4.2. L’acception de « mot de passe »</b></a></html>     Cette acception est rare à l’époque archaïque. L’œuvre de Plaute n’en offre qu’un seul exemple :   %%*%%Pl. //Mil.// 1015-1016 : //PA. : Infidos celas : ego sum tibi firme fidus.// \\  //MI. : Cedo **signum**, si __harunc Baccharum__ es.// \\  « Palestrion : Tu le caches aux gens peu sûrs, mais tu peux absolument te fier à moi. \\  Milphidippa : Donne-moi le mot de passe, si tu es de nos Bacchanales ».   L’acception est bien plus répandue à partir de l’époque impériale :         %%*%%Suet. //Ner.// 9 :  //Primo etiam imperii die **signum ** excubanti tribuno **dedit **"optimam matrem" ac deinceps eiusdem saepe lectica per publicum simul uectus est.// \\  « Le premier jour de son principat, il [Néron] donna même comme mot de passe au tribun de la garde ‘la meilleure des mères’, et ensuite, il se fit souvent transporter en même temps qu’elle, en public, dans la litière de celle-ci ».     __ Sémème__: /Parole/ /qui permet/ /de reconnaître/ /une personne/ /comme appartenant à un groupe/. On note à nouveau les sèmes /qui permet/ /de reconnaître/, communs à « cachet », puis à « marque de reconnaissance ».   <html><a name="Figure"><b>A.5. Sens « figure »</b></a></html>     C’est un sens qui n’apparaît que dans des emplois spécifiques. Il est à rapprocher des sens précédemment évoqués, dans la mesure où il est fondé sur le sème /représentation/, présent sous une forme ou sous une autre, dans tous les sémèmes définis jusqu’à maintenant.  Le sens de « figure » est attesté seulement deux fois chez Plaute et uniquement dans le syntagme //signum pictum //: \\  %%*%%Pl. //Ep.// 624 : \\  //Estne consimilis quasi cum **signum pictum ** __pulchre__ aspexeris ? // \\  « N’est-elle pas comme lorsque l’on regarde une figure, peinte à merveille ? »   %%*%%Pl. //Merc. // 314-315 :  //Nam meo quidem animo uetulus decrepitus senex \\  tantidemst quasi sit **signum pictum** in pariete.// \\  « En effet, à mon sens, un vieillard décrépit a assurément la même valeur qu’aurait une figure peinte sur un mur ».    //Signum pictum // dénote alors la figure peinte.    Mais c’est surtout dans des emplois poétiques que l’on retrouve le sens de « figure » : \\  -une figure brodée :   %%*%%Lucr. V, 1426-1429 : \\  //Frigus enim nudos sine pellibus excruciabat// \\  //terrigenas; at nos nil laedit ueste carere// \\  //purpurea atque auro **signisque** ingentibus apta,// \\  //dum plebeia tamen sit, quae defendere possit//. \\  « En effet, sans peaux, le froid torturait les fils de la terre qui restaient nus ; mais ne nous crée en rien du tort le fait de manquer de vêtements de pourpre et garnis d’énormes figures brodées en or, pourvu que, toutefois, il y ait un tissu plébéien qui puisse nous protéger ».   -une figure ciselée :          %%*%%Virg. //En//. V, 266-267 : \\  //Tertia dona facit geminos ex aere lebetas// \\  //cymbiaque argento perfecta atque __aspera__ **signis** //. \\  « La troisième récompense est constituée de deux bassins d’airain et de coupes d’argent d’un travail achevé et en relief du fait de représentations ».   __ Sémème__: /Représentation/ /de quelqu’un ou de quelque chose/.   <html><a name="Signe"><b>B. Le sens de « signe »</b></a></html>    Jusqu’à présent, //signum // désignait un objet déterminé, qui était interprété comme un signe et, partant, le lexème devait adopter les significations de « statue », « étendard », « marque de reconnaissance » ou « cachet ». Or, dès l’époque archaïque, le lexème peut aussi ne signifier rien d’autre que « signe » :   %%*%%Pl. //Cas.// 2-4 : \\  //Si uerum dixi, **signum** clarum date mihi,// \\  //ut uos mi esse aequos iam inde a principio sciam.// \\  « Si j’ai dit vrai, donnez m’en un signe éclatant, pour que je sache dès le début que vous êtes bienveillants à mon égard. »   Un peu après Plaute, chez Térence, on note déjà la propension du lexème à être accompagné d’un génitif adnominal :   %%*%%Tér. //And.// 876-878 : \\  « //ita praedicant » ? O ingentem confidentiam !// \\  //Num cogitat quid dicat ? Num facti piget ? \\  Vide num eius color __pudoris__ **signum** usquam indicat//.  \\  « ‘On l’affirme’?  l’énorme effronterie !    Pense-t-il à ce qu’il dit ? Regrette-t-il son acte ? Vois si sa mine montre quelque part un signe de pudeur. »     __ Sémème__: /ce qui renvoie/ /à quelque chose d’autre/ /et qui en est caractéristique/.    <html><a name="Vocabulaire technique"><b>B.1. <i>Signum</i> dans le vocabulaire technique</b></a></html>     <html><a name="Point géométrique"><b>B.1.1. La géométrie</b></a></html>     • //Signum // en emploi technique  \\  La prose technique, et en particulier celle de Vitruve, a permis au « signe » de devenir concret, puisque le lexème //signum // est employé, chez cet auteur, pour désigner la marque à partir de laquelle des arcs de cercle seront tracés ; les //signa//-marques sont alors des sortes de repères :   %%*%%Vitr. I, 6,7 : //Ex his duobus **signis ** circino decusatim describendum et per decusationem et medium centrum linea perducenda ad extremum ut habeatur meridiana et septentrionalis regio//. \\  « À partir de ces deux marques, à l’aide d’un compas, il faut faire un tracé avec intersection et, par l’intersection et le centre, on doit mener une ligne jusqu’à l’extrémité opposée de telle sorte que l’on ait la direction du sud et du nord ».   • Un nouveau sens « point géométrique »    Il semble que ce ne soit que plus tard, au II<sup>e</sup>s. ap. J.-C., avec Balbus, que //signum// signifie le « point géométrique ». Les définitions de l’auteur latin correspondent à celles données par Euclide :   %%*%%Lach.((Présentation systématique de toutes les figures. Podismus et textes connexes , J.Y. Guillaumin (éd.), Naples, Jovene, 1996.))p. 99 : //Linea est longitudo sine latitudine. Lineae autem fines signa//. \\  « Une ligne est une longueur sans largeur. En outre, les limites de la ligne sont des points. »   %%*%%Lach. p. 97 : **//Signum // ** //est cuius pars nulla est//. \\  « Un point est ce qui n’a pas de partie ».   Ici, le //signum // n’est plus « une marque », un point de repère concret à partir duquel on fait un tracé, mais bien « un point géométrique ». Notre lexème bénéficie alors d’un nouveau sens.     __ Sémème__: /la plus petite portion / /d’espace/ /représentée/ / par un signe/.   Même si les définitions de Balbus ont été influencées par celles d’Euclide, il n’en reste pas moins que //signum//, parce qu’il désigne tout ce qui « représente » autre chose que lui-même ou ce qui « renvoie » à autre chose, en vient logiquement, par le truchement d’un emploi technique, à évoluer vers le sens de « point géométrique ». Un point géométrique peut, en effet, être représenté par une marque.   <html><a name="Rhétorique"><b>B.1.2. Emploi de <i>signum</i> en rhétorique</b></a></html>     Emploi attesté dès l’époque cicéronienne :   %%*%%Cic. //Inv.// I, 48 : //**Signum** est quod sub sensum aliquem cadit et quiddam significat quod ex ipso profectum uidetur, quod aut ante fuerit aut ipso negotio aut post sit consecutum et tamen indiget testimonii et grauioris confirmationis ut cruor, fuga, pallor, puluis, et quae his sunt similia//. \\  « L’indice est ce qui tombe sous l’un des sens et signifie quelque chose qui semble être sorti du fait même : il peut s’être produit avant, ou pendant l’acte lui-même ou l’avoir, mais il a besoin d’un témoignage et d’une confirmation plus solide, par exemple du sang, la fuite, la pâleur, de la poussière et d’autres choses de ce genre.»   Plus tard, avec Quintilien, lorsque le lexème est employé seul, c’est-à-dire sans être accompagné des épithètes //necessarium// ou //non necessarium//, il apparaît que //signum// désigne encore un indice matériel((Or, malgré une équivalence revendiquée par les auteurs latins entre lat.  signum et gr. σημεῖον, le lexème grec désigne avant tout l’indice comme prémisse d’un enthymème ou d’un syllogisme (cf. Ar.,   Rh.)):   %%*%%Quint. V, 9, 9 : //**Signum** uocatur, ut dixi //, σημεῖον   //(quamquam id quidam indicium, quidam uestigium nominauerunt), per quod alia res intellegitur, ut per sanguinem caedes. At sanguis uel ex hostia respersisse uestem potest uel e naribus profluxisse ; non utique, qui uestem cruentam habuerit, homicidium fecerit.// \\  « On appelle indice, comme je l’ai déjà dit, σημεῖον (bien que certains nomment celui-ci //indicium // et aussi //uestigium//) par l’intermédiaire de quoi on saisit une autre chose, comme le meurtre par l’intermédiaire du sang. Mais du sang peut, en venant d’une victime expiatoire, avoir éclaboussé un vêtement ou bien peut s’être écoulé du nez ; et celui qui aura un vêtement taché de sang n’aura pas forcément commis un homicide ».    Lorsque //signum // désigne un indice, il ne s’agit que d’un emploi technique du sens de « signe » dû au contexte précis de la rhétorique.  <html><a name="Médecine"><b>   B.1.3. Le symptôme en médecine </b></a></html>     //Signum// au sens de « signe » dénote le symptôme en médecine. Dès l’époque cicéronienne, //signum // peut dénoter un symptôme tout en conservant son sens général de « signe » :   %%*%%Varr. //R.// II, 21,8 : //Nam animaduertendum, quae cuiusque __morbi__ sit __causa__, quaeque **signa earum** causarum sint, et quae quemque morbum [cu]ratio curandi sequi debeat.// \\  « Il faut en effet examiner quelle est la cause de chaque maladie, quels sont les symptômes dues à ces causes et quel traitement doit suivre chaque maladie. »   //Signum // , dans un traité médical comme le //De Medicina// de Celse, devient, à nouveau, le correspondant grec du  σημεῖον  du //Corpus hippocraticum// ((Cf.  C.H. Pron. XII, 15-17 ; XVII, 1-4.)):   %%*%%Cels. V, 26, 31B ://Omnis autem cancer non solum id corrumpit, quod occupauit, sed etiam serpit ; deinde aliis aliisque **signis** discernitur//. \\  « Or, tout cancer ronge non seulement ce qu’il a d’abord attaqué, mais il se propage aussi ; ensuite, on le décèle par divers symptômes ».   <html><a name="Métalangage"><b>B.1.4. Emploi métalinguistique</b></a></html>     //Signum// connaît un emploi technique dans le vocabulaire du métalangage. Saint Augustin fut le premier auteur latin à définir le mot comme un signe linguistique :   %%*%%Aug. //Mag//. IV, 9 (p. 68) : //Dicimus enim et signa uniuersaliter omnia, quae significant aliquid, ubi etiam uerba esse inuenimus// ((AUGUSTIN (saint),   De magistro , in   Dialogues philosophiques , III :  De l’âme à Dieu , Bibliothèque augustinienne, éd. et trad. G. Madec, 1976.)). \\  « Nous appelons signes de façon générale tout ce qui signifie quelque chose, catégorie dans laquelle nous trouvons aussi les mots. »   Le mot, comme signe linguistique, est alors défini par Augustin comme étant composé de deux éléments, qui correspondraient respectivement à notre « signifiant » et à notre « signifié » :          %%*%%Aug. //Mag. // X, 34 (p. 130) : //In quo tamen **signo** cum duo sint, __sonus et significatio__, sonum certe non per **signum ** percipimus, sed eo ipso aure pulsata, significationem autem re, quae significatur, aspecta//. \\  « Or, comme dans ce signe, il y a deux éléments, le son et la signification ; le premier n’est pas perçu, certes, par l’intermédiaire du signe, mais par lui-même parce que le souffle frappe l’air ; quant à la signification, elle ne l’est qu’en voyant la chose signifiée ».   <html><a name="Signe précurseur"><b>B.2. « Signe précurseur »</b></a></html>     Dans un emploi particulier, //signum // dénote un « signe précurseur ». L’étude des occurrences dans lesquelles le lexème //signum // dénote « un signe précurseur » ne concerne pas, comme on pourrait le penser, exclusivement le contexte divinatoire. En effet, à partir de l’époque cicéronienne, le substantif est certes entré dans le vocabulaire technique de la divination, en signifiant « présage », mais il a également pu dénoter un « signe précurseur ». Il est très souvent question de phénomènes climatiques :   %%*%%Cic. //Div//. II, 14 : //Atqui ne illa quidem diuinantis esse dicebas, __uentos aut imbres __ inpendentes quibusdam __praesentire__ **signis** // […]. \\  « Mais tu disais que prévoir, grâce à certains signes, des vents ou des pluies imminents n’était pas non plus de l’ordre de la divination ».   Mais //signum // peut également concerner tout type d’événement futur :   %%*%%Suet. //Dom//. 11 : //Et quo contemptius abuteretur patentia hominum, numquam tristiorem sententiam sine praefatione clementiae pronuntiauit, ut non aliud iam certius __atrocis exitus __ **signum ** esset quam principii lenitas//. \\  « Et pour abuser avec encore plus de mépris de la patience des hommes, il [Domitien] ne prononça jamais une sentence de mort sans un préambule clément, si bien qu’il n’y avait désormais rien de plus certain, comme signe d’une issue atroce, que la douceur du prince ».   <html><a name="Présage"><b>   B.3. L’acception de « présage »</b></a></html>     La langue française ne distingue pas le simple « signe précurseur », qui peut être, par exemple, d’ordre météorologique, de celui qui est « envoyé par les dieux ». Les deux notions sont exprimées par le lexème //présage//. Or, comme le signe envoyé par les dieux est, en latin, une nouvelle acception de //signum//, et non pas un simple emploi particulier du sens de « signe », nous réservons, pour plus de clarté, le terme de « présage » au second type de signe. Cette nouvelle acception est attestée à partir de l’époque cicéronienne :   %%*%%Cic. //Div. // I, 121 : //Idemque mittit et **signa ** nobis eius generis qualia permulta historia tradidit, quale scriptum illud uidemus : si luna paulo ante solis ortum defecisset in signo Leonis, fore ut armis Dareus et Persae ab Alexandro et Macedonibus uincerentur Dareusque moreretur //; […] \\  « Et le même [dieu] nous envoie aussi des signes du type que l’histoire a rapportés en grand nombre, tel ce texte que nous lisons : si la lune s’éclipsait dans le signe du Lion, peu avant le lever du soleil, il arriverait qu’au combat, Darius et les Perses seraient vaincus par Alexandre et les Macédoniens et que Darius mourrait ».   Le contexte de la divination impose l’ajout de sèmes au sémème de //signum//, lorsqu’il définissait le sens de « signe » ; ce sont les sèmes spécifiques /envoyé par les dieux/ et /futur/.    __ Sémème__: /Signe/ /envoyé par les dieux/ /caractéristique d’/ /un événement/ /futur/.   <html><a name="Constellation"><b>B.4. « Constellation » et « étoile »</b></a></html>   **B.4.1. « Constellation »** //Signum  // peut signifier « constellation ». L’œuvre de Plaute n’offre qu’un seul exemple de //signum // avec l’acception de « constellation » :   %%*%%Pl. //Amp.// 275-276 : \\  //Nec __Iugulae neque Vesperugo neque Vergiliae__ occidunt. // \\  //ita statim stant **signa ** neque nox quoquam concedit die//. \\  « Ni Orion, ni Vesper, ni les Pléiades ne se couchent : les constellations restent sur place et la nuit ne cède nulle part la place au jour ».   Dans la majorité des occurrences du contexte astronomique, //signum// désigne une constellation zodiacale :   %%*%%Varr. //L. // VII, 14 : //Signa dicuntur eadem et sidera// ((Il convient également de noter le rapport de synonymie partielle, établi entre les lexèmes   signum et   sidus , qui suivent tous deux la même évolution dans le vocabulaire de l’astronomie : les deux signifient d’abord « constellation », et s’opposent en cela à   stella , puis « une étoile », mais comme astre appartenant à une « constellation ».)). //Signa quod aliquid significent, ut libra aequinoctium// ; \\  « //Signa// veut dire la même chose que //sidera// ‘constellations’. Elles sont appelées //signa// parce qu’elles signifient quelque chose, ainsi la Balance signifie l’équinoxe ».   %%*%%Ov. //M//. XIII, 617-619 : //Praepetibus subitis nomen facit auctor : ab illo Memnonides dictae, cum sol __duodena__ peregit **signa**, parentali moriturae more rebellant//. \\  « Leur père [Memnon] donne un nom à ces créatures soudainement ailées : c’est à cause de lui qu’elles sont appelées Memnonnides, quand le soleil a parcouru les douze constellations zodiacales, sur le point de mourir, elles se révoltent à la manière d’un jour de deuil. »     __ Sémème__: /Ensemble d’astres/ /annonciateur/ /d’un événement/ /futur/.   //Signum// a été choisi pour dénoter une constellation parce que ce référent renvoie à autre chose qu’à lui-même en annonçant un événement à venir. Aussi est-il probable que le sens de « constellation » dérive de l’acception de « présage ».     **B.4.2 « toile » ** En dehors de la prose, //signum // a pu signifier, dès l’époque archaïque, « étoile ». Cependant, les occurrences sont moins nombreuses que pour le sens de « constellation » :   %%*%%Pl. //Ru//. 3-4 : \\  //Ita sum, ut uidetis, splendens __stella__ candida, \\  **signum ** quod semper tempore exoritur suo//. \\  « Je [il s’agit de l’étoile Arcturus] suis, comme le voyez, une étoile d’une blancheur resplendissante, un astre qui se lève toujours au moment déterminé. »   %%*%%Ov. //F//. V, 111-114 : \\  //Nascitur Oleniae **signum ** pluuiale Capellae :// \\  //illa dati caelum praemia lactis habet//. \\  « Il se lève l’astre pluvieux de la Chèvre d’Olène : elle habite le ciel comme récompense du lait qu’elle a donné ».     Il s’agit à chaque fois d’une étoile appartenant à une constellation : Arcturus appartient à la constellation du Bouvier et l’étoile de la Chèvre à celle du Cocher.   __ Sémème__: /Corps céleste/ /constitutif/ /d’une constellation/.   <html><a name="Signal"><b>B.5. Le sens de « signal »</b></a></html>     Ce sens est très rarement attesté à l’époque archaïque. Deux des trois occurrences présentes chez Plaute montrent la tendance du lexème, avec le sens de « signal », à être employé dans des lexies, comme //signum dare //:   %%*%%Pl. //Bac//. 757-758 : \\  //Hoc atque etiam ubi erit accubitum semel \\  ne quoquam exsurgatis, donec a me erit **signum ** __datum__ //. \\  « Encore ceci : une fois que vous serez à table, ne vous levez en aucune façon jusqu’à ce que je vous donne le signal ».   L’autre occurrence de la lexie se trouve en //Bac.// 939. Le //signum // reste, certes, « un signe », mais celui d’une action qui va avoir lieu. Celle-ci sera accomplie par le destinataire, parce qu’il a été exhorté à le faire par l’émetteur du signe. Et, ce qui est sans doute l’essentiel, le « signe », pour qu’il engendre une action, doit être convenu entre l’émetteur et celui qui le perçoit.   __ Sémème__: /Signe/ /conventionnel/ /poussant à/ /agir/, où le sème /conventionnel/ est inhérent au sémème de « signal ».   <html><a name="Miracle"><b>   B.6. L’acception de « miracle »</b></a></html>   Chez les auteurs chrétiens, //signum // a signifié « miracle » :   %%*%%Tert. //Marc.// III, 13, 4 : //Praestruxit enim fidem incredibili rei rationem edendo, quod in **signum** esset futura : ‘propterea, inquit, dabit uobis Dominus **signum** : ecce uirgo concipiet in utero et pariet filium’. **Signum** autem __a Deo__, nisi __nouitas aliqua monstruosa__, iam **signum ** non fuisset.// \\  « En effet, il [le prophète] a fondé notre foi en cette chose incroyable en invoquant la raison de celle-ci, à savoir qu’elle existerait pour être un miracle : ‘c’est pourquoi, dit-il, le Seigneur vous donnera un miracle : voici qu’une vierge concevra en son ventre et accouchera d’un fils’. Or, un miracle de Dieu, s’il n’y avait pas eu en lui de nouveauté extraordinaire, n’aurait plus été un miracle ».     __ Sémème__: /Signe/ /sortant de l’ordinaire/ envoyé par Dieu /.   Le sémème définissant « le signe » réapparaît en entier dans ce sémème et les sèmes spécifiques /sortant de l’ordinaire/ et /envoyé par Dieu/ sont afférents puisqu’ils dépendent du contexte chrétien dans lequel ils se trouvent : tous les signes envoyés par Dieu ne sont pas miraculeux, le trait sémique /sortant de l’ordinaire/ dépend donc d’un contexte où, par exemple, un fait extraordinaire, comme la maternité de la Vierge, est évoqué. En outre, le sème /envoyé par Dieu/ s’explique par un contexte où des théologiens comme Tertullien et Augustin relatent et commentent les critures.      Selon M. Poirier, cet emploi chrétien du mot //signum// dépend de l’utilisation que fait l’Evangile selon Jean((Chez les autres évangélistes, le mot est présent, mais il sert avant tout à énoncer l’exigence avancée par les pharisiens que Jésus accomplisse devant eux un « signe » plus ou moins magique pour s’accréditer, ou encore la question inquiète des disciples sur ce que seront les signes de l’arrivée des grandes tribulations et de la fin des temps. En Lc 23, 8 on voit Hérode se réjouir que lui soit envoyé Jésus qu’on vient d’arrêter, il espère lui voir accomplir un « signe » extraordinaire, et il sera déçu.))du mot σημεῖον, « signe », toujours traduit par //signum// en latin, pour parler des miracles de Jésus. Cet emploi ne relève pas de l’arbitraire d’un style particulier, il a une signification théologique. Pour Jean, il ne suffit pas qu’un phénomène soit extraordinaire, rationnellement inexplicable, pour être un σημεῖον, il faut qu’il soit le signe d’une réalité qui se révèle ainsi à la foi, en l’espèce la condition de « Fils de Dieu » qui permet à Jésus d’exercer cette puissance au service de la miséricorde. La première occurrence de σημεῖον dans cet emploi se situe en Jn 2, 11, à propos du miracle de l’eau changée en vin à Cana :   %%*%%Jn 2, 11: //Hoc fecit initium signorum Iesus in Cana Galilaeae et manifestauit gloriam suam et crediderunt in eum discipuli eius.// \\  « Cela, Jésus le fit en commencement de ses signes, à Cana en Galilée, et il rendit visible sa gloire, et ses disciples crurent en lui ».  Cet arrière-plan théologique ne cessera jamais de connoter σημεῖον et //signum// dans les textes chrétiens. Un tel emploi de σημεῖον était préparé par l’utilisation du mot dans la traduction grecque de l’Ancien Testament : en Ex 4, 8-9 il qualifie les miracles que Moïse, envoyé par Dieu auprès du pharaon pour exiger la libération des Israélites, devra accomplir pour accréditer sa mission si elle est mise en doute. On peut citer aussi Ps 64 (65), 9.   \\  —– \\  ====== 5. Place dans le lexique latin ======     ===== 5.1. Analyse synchronique du lexème. Formation du mot en latin =====  //Signum// semble immotivé et non construit synchroniquement en latin même ; son thème //sign//- semble fonctionner comme un seul morphème, qui, en synchronie, n’est pas analysable en unités plus petites.   Peut-être y a-t-il eu un allomorphe en //sĭg-// issu de la ré-analyse du diminutif de //signum//: //sĭgillum// « statuette, petite figure » en //sĭg-illum// avec un suffixe diminutif en //–illum//. Mais l’analyse en //sĭgil-lum// (conforme à la formation de ce diminutif en //%%*%%-lo-//) était également possible, de même qu’elle était possible dans //tignum// « poutre »    à   //tigillum// (//tigil-lum// / //tig-illum//), //asinus// à   //asellus// (//asel-lus// / //as-ellus//).  ===== 5.2. Les interprétations et ré-analyses synchroniques des auteurs latins =====   Cela est confirmé par le fait que les réflexions métalinguistiques rencontrées chez les auteurs latins (selon R. Maltby 1991, p. 567) ne portent pas sur une analyse interne au mot et se contentent de le rapprocher de //significāre// « indiquer, montrer, signifier », verbe composé offrant en premier terme le thème nu de //signum//.   Les commentaires des auteurs latins portent sur le sémantisme de //signum//: on évoque sa signification générale de « signe, indice perceptible renvoyant à une entité absente non perceptible », son sens technique de « signes du zodiaque » (dans une relation de synonymie occasionnelle avec //sidera // « constellations, astres ») et sa valeur sémantique de « signe précurseur annonçant quelque chose » :   %%*%%Varr. //L.// 7, 14 : //Signa dicuntur eadem et sidera, signa quod aliquid significent, ut libra aequinoctium. // \\  « //Signa// ‘signes du zodiaque’ signifie la même chose que //sidera// ‘constellations’. Les //signa// sont aussi appelés ainsi parce qu’ils //significant// ‘indiquent’ quelque chose, comme la Balance indique l’équinoxe ».   %%*%%Cassiod. //In Psalm//. 85, 17 l.317 A.: //Signum dicitur ab eo quod uentura significet //; 134,9 l. 168 A. \\  « Le terme //signum// vient de ce que le //signum// indique les événements à venir ».     Selon Ch. Kircher-Durand (1982), //signum// peut toutefois être rapproché d’un groupe de substantifs (neutres) à suffixe –//num // (//lignum//, //tignum// à côté de //regnum// ((Regnum  se distingue phonétiquement des trois autres termes, mais devait, plus nettement qu’eux, être mis par le sujet parlant latin en rapport avec un verbe.))) entretenant chacun avec un verbe (respectivement //lego//, //tego//, //rego // et //seco// ((Ch. Kircher-Durand ne défend plus la formation de  signum à partir de la racine indo-européenne  %%*%%sek w %%*%%sek-))pour //signum//) des relations plus ou moins nettes que l’on peut généralement définir comme la relation qu’entretient avec ces verbes le complément dénotant le siège du procès qu’ils expriment. Par son suffixe (et son signifié global) au moins, //signum// serait alors motivé et seule la base de dérivation serait devenue opaque.   \\  ===== 5.3. « Famille » synchronique du terme =====     //Signum  // entretient des relations d’association (synchronique, diachronique ou les deux à la fois) avec : //ante-sign-ānus, dē-sign-āre, in-sign-is, re-sign-āre, sigil-lum//,//signi-fer, signi-fic-āre, sign-iāre, sign-āre.// ==== 5.3.1. Sur le radical sigill- (ou sig- ?) ====     //Sigillum//, i, n : (Cic.) « petite représentation », « statuette », « petite figure », « empreinte d’un cachet », « cachet, sceau », tard. « signe, marque ». Apparaît soit comme le diminutif de //signum//, soit comme son synonyme partiel.   Et ses dérivés : //sigillāria, orum//, n. pl. (Sén.) « statuettes », « cadeaux envoyés pendant les Sigillaires » ; //Sigillāria, ium (orium)//, n. pl. (Suét.) « Sigillaires » [fête qui suivait les Saturnales] ; //sigillāriārius, ii//, m. (<html><a href= _fckg_QUOT__fckg_QUOT_ class="tooltip"><i>CIL</i><span><i>Corpus Inscriptionum Latinarum</i>, 1863 <i>sqq.</i></span></a></html> VI, 9895) « fabricant de statuettes » ; //sigillaricius, a, um// (Vop.) « servant à cacheter » ; //sigillārius, ii//, m. (<html><a href= _fckg_QUOT__fckg_QUOT_ class="tooltip"><i>CIL</i><span><i>Corpus Inscriptionum Latinarum</i>, 1863 <i>sqq.</i></span></a></html> VI, 9894) « fabriquant de cachets » ; //sigillārius, a, um// (Tert.) « de figurine, de marionnette » ; //sigillātus, a, um // (Cic.) « orné de figurines, de reliefs, ciselé » ; //sigilliolum, i//, n. (Arn.) « figurine, statuette » ; //sigillō, āre// (tard.) « empreindre » (Fulg.), « marquer du signe de la croix, chasser par le signe » (Fort.).   ==== 5.3.2. Sur le radical sign- ====     //Signō, āre// (Pl.) (dénominatif de //signum// à côté de //signum // « cachet » et « signe de reconnaissance », « signe ») : \\  1. « marquer d’un signe » (Pl.) puis « indiquer », « désigner » \\  2. « cacheter » (Pl.) ; « apposer son cachet pour authentifier » (imp.) \\  3. « reconnaître, distinguer », « délimiter (un champ) » (poés.)     Et ses préverbés : \\  //adsignō, āre// (Cic.) (à côté de //signum// « signe distinctif, signe de reconnaissance ») : \\  1. « assigner » (Sémème : /attribuer/ quelque chose/ /à quelqu’un/ /et le reconnaître/ /comme le propriétaire de cette chose/) \\  2. « imputer » (Sémème : /attribuer/ /un fait/ /à quelqu’un ou à un fait/ /et le reconnaître/ /comme le responsable/ /de ce fait/) \\  3. « confier à » (Sémème : /attribuer/ /quelqu’un/ /à une entité/ /que l’on reconnaît/ /momentanément/ /comme le propriétaire/) \\  //consigno, are// (Pl.) (à côté de //signum// « cachet, sceau ») : \\  1. « sceller » (Pl.) \\  2. « certifier en apposant un sceau » (imp.) \\  3. « consigner, mentionner avec les caractères de l’authenticité » (Pl.) \\  4. « inscrire » (sans caractère officiel) (Cic.) \\  5. « marquer d’un sceau pour initier » (Tert).     //dēsigno, are// (à côté de //signum// « signe ») : \\  1. « tracer, représenter » \\  2. « indiquer » (Sémème : /faire voir/ / quelque chose/ / par des signes/) \\  3. « désigner (procès appliqué aux mots) », (Sémème : /être signe/ /de quelque chose/) \\  4. « choisir, désigner » (Sémème : /faire voir/ /par des signes/ /un choix/) \\  5. « disposer, arranger » (Sémème : /indiquer/ /par signes/ /une place/) \\  6. « montrer, indiquer » (Tert.), « désigner, appeler », « symboliser »   //dissigno, are// (Pl.) (à côté de //signum// « cachet, sceau ») : « perpétrer » ; « briser, corrompre », à partir d’un sens non attesté de « briser, détruire le cachet »     //obsignō, āre// (Pl.) (à côté de //signum// « cachet, sceau ») : \\  1. « cacheter », « sceller » (Pl.) \\  2. « apposer un cachet pour authentifier, pour certifier » (Cic.) \\  3. « marquer d’un signe, imprimer » (Lucr., IV, 565-567)  \\  4. « attester » (Tert.).     //resigno, are// (Pl.) (à côté de //signum// « cachet, sceau ») : \\  1. « décacheter, briser, retirer le sceau » \\  2. « annuler, retirer, briser » (Cic.) \\  3. « ouvrir ce qui a été fermé », « dévoiler, expliquer » (poés.) \\  4. (→ //resignaculum// « cachet », « empreinte laissée par le cachet » (Tert.) « apposer un cachet » (rar., tard.)     //subsigno, are// (Cic.) (à côté de //signum// « cachet, sceau », mais ses acceptions, relevant du vocabulaire juridique, semblent avoir perdu tout lien direct avec le substantif) : \\  1. « consigner (en dessous ou à la suite) » (jur.) \\  2. « consigner en tant que garantie », « offrir en garantie » (jur.) \\  3. « consigner » (imp., hors du domaine juridique) \\  4. « garantir » (Tert.).     Et également :   //signaculum, -i//, n. (tard.) : synonyme partiel de //signum// au sens de « marque, signe », « cachet » ; de même //resignaculum, -i//, n.     //insigne, -is//, n. (subst.) (Pl.) (à côté de //signum// « signe de reconnaissance ») : « insigne, emblème », « signe de reconnaissance » (Pl.), « décoration ».   //insignis, e// (adj.) (Pl.) (à côté de //signum// « signe de reconnaissance ») : « qui porte une marque distinctive », « qui porte un //signum// » (Sémème : /qui permet/ /de reconnaître/).   ==== 5.3.3. Le composé significo, -are et ses dérivés ====     //significo, are// (Pl.) (à côté de //signum// « signe ») \\  1. « faire des signes » (Pl.) (Sémème : /Faire/ /des signes/) \\  2. « indiquer, faire voir » (Cic.) (Sémème : /Faire voir/ /quelque chose/ /par des signes/) \\  3. « laisser voir, montrer » (Sémème : /Etre signe/ /de quelque chose/) \\  4. « être présage de » (Sémème : /Etre signe/ /d’événements futurs/) \\  5. « signifier » (Varr.)     //significatio, onis//, f. (Cic.) : \\  1. « Signe, indication » (Sémème : /ce qui indique/ /quelque chose/ /d’autre que lui-même/) : le lexème désigne toutes sortes de signes (signes conventionnels, présages, preuves), ses acceptions et emplois sont proches de ceux de //signum//. \\  2. « Signe d’approbation », « expression du visage » \\  3. « Sens, signification » (Sémème : /ce qui est indiqué/ /par le mot ou par un ensemble de mots/) \\  4. « Allusion » (Sémème : /fait d’indiquer/ /plus que/ /le sens/ /des mots/)     //significatus, us//, m. : « signe », « signification ». En relation de synonymie partielle avec //significatio//.     Ainsi que //significabilis, significans, significanter, significantia//.   ===== 5.4. Associations synchroniques avec d’autres lexèmes =====     //Signum // entretient des relations de synonymie en contexte avec plusieurs substantifs, le plus souvent au sein d’un domaine de spécialité particulier, pour un sens ou un emploi précis.   - Lorsque //signum// a le sens de « statue », il entre en relation de synonymie partielle avec **//statua// **, dès l’époque archaïque, et //**simulacrum** // à partir de l’époque classique.    **//Statua// (//-ae//, f.)** fait presque toujours référence à la statue d’un être humain représenté en pied, qu’il soit debout (//statua pedestris//) ou à cheval (//statua equestris//), alors que //signum// dénote en premier lieu des statues de divinités avant d’être étendu à toute représentation artistique sculptée.   __ Sémème de //statua//__: /Représentation/ /artistique/ /sculptée/ /d’un homme/ /en pied/.   Mais, comme //signum//, //statua// a pu également servir de terme générique pour désigner une œuvre sculptée en face de //tabula// ou //pictura//, qui dénotaient des œuvres peintes.   Quant à **//simulācrum// (//i, // n.)**, ce n’est qu’à partir de l’époque cicéronienne qu’il est attesté avec le sens de « statue ». Il s’applique à tous les types de statue, divinité, homme, ou encore animal.     __ Sémème de //simulacrum//__(au sens de « statue ») : /Représentation/ /artistique/ /ressemblante/ /sculptée/.   Ce sens est obtenu par restriction (et addition de sèmes spécifiques) à partir du sens de « représentation ressemblante » que //simulacrum// possède à l’époque archaïque.   Par rapport à //signum//, qui dénote la statue par laquelle la divinité manifeste sa présence effective, //simulacrum// permet, au contraire, d’insister sur le fait que la statue ne fait que ressembler à la divinité, manifestant alors l’absence de cette dernière plutôt que sa présence effective.   - Dans le domaine de la rhétorique, où il dénote l’indice, //signum// entretient des relations de proximité sémantique avec **//indicium// **, **//argumentum// **, ainsi que la [[:dictionnaire:lexie_complexe|lexie complexe]] **//uestigium facti// **.   Il commute avec **//indicium // (-i, n.)** dans certains contextes, notamment lorsque l’un ou l’autre lexème est coordonné à //argumentum// (voir par exemple Cic., //Verr. Prim// 17 et //Her//. II, 11). La différence entre les deux lexèmes tient surtout au statut de cet emploi au sein de leur sémantisme global : dans la mesure où //indicium// fait partie d’une famille de mots relevant du vocabulaire juridique (en latin, //iudex// « juge » ou //dicere// au sens de « plaider »), cet emploi constitue en réalité l’un de ces principaux sens. En revanche, dans le cas de //signum//, il ne s’agit que d’une application particulière, dans un domaine technique, du sens plus général de « signe », défini comme /ce qui renvoie/ /à quelque chose d’autre/ /et qui en est caractéristique/. Par conséquent, //indicium// est plus technique que //signum//.   Au sein du vocabulaire latin de la preuve, //signum// est souvent considéré comme l’équivalent latin de σημεῖον, qui dénote soit l’indice en général, soit l’indice seulement probable (Arist., //Pr. Anal//., II, 70a), l’indice nécessaire recevant alors le nom de τεκμήριον (Arist., //Rhét//. I, 1357b). En latin, c’est **//argumentum// (-i, n.)** qui semble être l’équivalent de τεκμήριον. Ainsi, la plupart du temps, les deux lexèmes sont bien distincts : s’ils dénotent tous deux les indices qui permettent d’augmenter le soupçon et de confirmer l’accusation, ils diffèrent quant au degré de certitude de ces indices. L’//argumentum// étant « ce par quoi l’on confirme l’accusation à l’aide de preuves plus certaines et par des soupçons plus solides (//Her//. II, 8) », son sémème se distingue de celui de //signum// par l’ajout d’un sème spécifique  /de façon plus assurée/. C’est pourquoi il convient de le traduire par « preuve » en français, là où //signum// est traduit par « indice ».     Cependant, les rapports entre les deux lexèmes latins et les deux lexèmes grecs sont plus complexes qu’il n’y paraît. En effet, //argumentum// est défini de la même manière dans la //Rhétorique à Hérennius// (II, 8) que σημεῖον dans le traité de rhétorique pré-aristotélicien intitulé //Rhétorique à Alexandre// (12, 1430b), c’est-à-dire comme « ce qui se produit d’habitude avant la chose, ou en même temps que la chose, ou après la chose((Trad. du grec P. Chiron, C.U.F., 2002.))». En outre, dans les //Partitiones oratoriae//, Cicéron n’emploie presque jamais //signum// pour désigner les indices et « réunit toutes les preuves techniques sous le nom d’//argumenta// » (Moussy, 1988, 176).   La [[:dictionnaire:lexie|lexie]] **//uestigia facti// ** commute avec //signa// dans son emploi rhétorique. Comme le lexème simple, elle est définie comme « ce qui est perceptible par les sens » (//quicquid sensu percipi possit//, Cic., //Part//. 39) et s’applique à des référents similaires à ceux de //signum//, la pâleur ou le sang (voir Cic. //Inu//. I, 48 et //Part//. 39 et 114).     - Dans son emploi métalinguistique, //signum// subsume les noms **//dictio// (-//onis,// f.)** et **//[[:dictionnaire:uerbum|uerbum]] // (//-i//, n.)**, chez Augustin. En effet, dénotant le signe linguistique composé d’une face signifiante (//sonus//) et d’une face signifiée (//significatio//), le //signum// peut être une //dictio//, c’est-à-dire « un signe linguistique proféré qui désigne autre chose que lui-même » (Dorothée : 2006, 311) ou un //[[:dictionnaire:uerbum|uerbum]] //, //i. e.// un mot autonyme, qui renvoie à lui-même.   - Dans le vocabulaire technique de la géométrie, de son emploi au sens de « marque » visible à partir de laquelle les arcs de cercle sont tracés, chez Vitruve, //signum// acquiert le sens de « point géométrique » chez Balbus. Il est alors le synonyme partiel de **//punctum// (-//i//, n.)**, qui a pu dénoter à la fois la marque servant de repère pour tracer les cercles (Vitr., //De arch//. I, 6, 6) et le point géométrique.   - Lorsqu’il sert à désigner les miracles chez les auteurs chrétiens, //signum // entre dans le paradigme sémantique des noms chrétiens du miracle à côté de **//[[:dictionnaire:uirtus|uirtus]] // (//-tutis// f.)**, **//mirabilia// **, **//miraculum// (-//i//, n.)**, **//prodigium// (-//i//, n.)**, **//portentum// (-//i//, n.)**, **//magnalia// **, **//monstrum// (-//i//, n.)**, **//ostentum// (-//i//, n.)**.     - Dans le sens de « constellation » et « étoile », //signum// se trouve en relation de synonymie partielle avec **//sidus// (-//eris//, n.)** et **//stella// (-//ae//, f.)**, deux lexèmes qui dénotent spécifiquement ces réalités.     ===== 5.5. Influence possible de mots grecs =====     - //Signum// a servi d’équivalent de traduction au grec σημεῖον pour plusieurs emplois de ce dernier. Ainsi, le lexème latin traduit un emploi technique de σημεῖον en médecine chez Celse, tout en conservant le même sémème que lorsqu’il a le sens courant de « signe » ou « signe précurseur » ; il peut aussi être utilisé pour rendre le lexème grec dans le domaine de la rhétorique ; enfin, il apparaît comme son équivalent de traduction privilégié dans la //Bible//.   Malgré l’influence de σημεῖον, il n’y a pas lieu de considérer le substantif latin comme un [[:dictionnaire:calque_semantique|calque sémantique]] du lexème grec : l’histoire sémantique du substantif latin suffit, en elle-même, à expliquer toutes les significations et emplois de //signum//.     - Lorsqu’il a le sens de « cachet », //signum// a pour équivalent grec σύμβολον, dont le calque phonématique latin est //symbolus//, « signe de reconnaissance ». Par conséquent, il arrive que //signum// et //symbolus// soient en relation contextuelle de synonymie, comme dans l’exemple suivant où, plus précisément, //symbolus// fonctionne comme l’hyperonyme de //signum//:   %%*%%Pl. //Ps//., //arg//. II, 5-6 : \\  //Scortum reliquit ad lenonem ac __symbolum__, // \\  //ut, qui attulisset **signum** simile cetero // \\  //cum pretio, se cum aueheret emptam mulierem//. \\  « Il a laissé la fille et le signe de reconnaissance chez le proxénète pour que celui qui aura rapporté la même empreinte de cachet avec le reste de la somme puisse emmener avec lui la femme achetée. »     \\  —– \\  ====== 6. Histoire du lexème ======     ===== 6.1. Histoire au cours de la latinité. Evolution des emplois =====     L’étymologie de //signum// permet d’accréditer l’idée que le lexème dénotait, à l’origine, une entaille faite sur un arbre pour « renvoyer à » quelque chose (voir Brachet : 1994). De là, il a pu servir à désigner toute entité renvoyant à autre chose qu’elle-même. Le sens de « statue », malgré son implantation ancienne, ne serait qu’une application référentielle de cette valeur sémantique parmi d’autres, et ne constituerait pas le sens premier du lexème dont les autres seraient dérivés. En effet, ce sont les sèmes /représentation/ (pour les sens concrets) et /qui renvoie à/ (pour les sens abstraits) qui permettent de rendre compte de l’ensemble des sens, des acceptions et des emplois de //signum//. Ainsi, les sens de « statue », « figure », « cachet », « enseigne militaire » et « enseigne commerciale » sont définis à partir de l’archisémème /représentation/ sans qu’il soit toujours aisé de les hiérarchiser.   De là, chacun de ses sens a pu donner lieu à des acceptions dérivées ; par exemple, de « cachet », on obtient les acceptions « signe de reconnaissance » et « mot de passe », dans la mesure où leurs sémèmes contiennent les sèmes /qui permet/ /de reconnaître/ /quelqu’un/, spécifiques au sémème de « cachet » ; du sens d’« enseigne militaire » dérive, par métonymie, celui d’« unité armée », et, par métaphore, celui d’« enseigne commerciale » (selon la terminologie de R. Martin (1992)).     Parallèlement à l’archisémème de /représentation/ se développe celui de /ce qui renvoie à/, que l’on trouve dans les différentes applications de //signum// « signe », soit en tant qu’archisémème, dans les acceptions de « signe précurseur », « présage », « constellation », « miracle » et « signal », soit en tant que sème spécifique, par exemple dans le sémème définissant //signum//-« point géométrique » : //signum // acquiert ce dernier sens par métonymie.   Quant aux autres sémèmes, dans la mesure où ils partagent le même archisémème et se différencient par ajout et effacement de sèmes spécifiques, ils sont en relation de polysémie étroite les uns par rapport aux autres.    ===== 6.2. Etymologie et origine =====     Du fait de sa polysémie((Sur  signum Vulgate signum)), le substantif //signum// a fait l’objet d’un bon nombre de discussions : <html><a href= _fckg_QUOT__fckg_QUOT_ class="tooltip"><i>LEW</i><span>E. FRAENKEL, 1962-1965 : <i>Litauisches etymologisches Wörterbuch</i>,Heidelberg.</span></a></html> II : 534f., <html><a href= _fckg_QUOT__fckg_QUOT_ class="tooltip">EM<span>A. ERNOUT, A. MEILLET, 1959: Dictionnaire étymologique de la langue latine, Paris, Klincksieck.</span></a></html> 624, <html><a href= _fckg_QUOT__fckg_QUOT_ class="tooltip"><i>IEW</i><span>J. POKORNY, 1959 : <i>Indogermanisches etymologisches Wörterbuch</i>, Bern, Stuttgart.</span></a></html> 895,  <html><a href= _fckg_QUOT__fckg_QUOT_ class="tooltip"><i>EDLOIL</i><span>M. DE VAAN, 2008 : <i>Etymological Dictionary of Latin and the Other Italic Languages</i>, Leiden, Boston, Brill</span></a></html> (sous //signum//) ; on trouvera une proposition de synthèse chez V. Martzloff (2006, 98, 544-545).     //Signum // a des correspondants exacts en sabellique (<html><a href= _fckg_QUOT__fckg_QUOT_ class="tooltip"><i>WOU</i><span>J. UNTERMANN, 2000: <i>Wörterbuch des Oskisch-Umbrischen</i>, Heidelberg, WInter.</span></a></html> 661-662) :  osque **segúnú** (Cm 3), σεγονω (Lu 5) [acc. pl.], **se[g]únúm ** (Ve 108 : Cm 9) [acc.sg.] « statue » < %%*%%//sek(h<sub>2</sub>)//-//no//- ; **segú[** (Sa 29) n’est pas exploitable. L’osque atteste un dénominatif   **seganatted  ** (Sa 35) [3sg. pf.] « signāuit ». On rencontre une graphie dialectale : //seino// / //seinq// (Poccetti, 1979 : 168-169, n°223) ; voir Marchese (1978 : 217), Wachter (1987 : 385-386, 403-404, 407-408). Les correspondants sabelliques permettent d’exclure une racine à labiovélaire (%%*%%//sek<sup>w</sup>//-). 
-L’existence d’un prototype %%*%%//sekh<sub>2</sub>‑no// ‑ (> %%*%%//sekano// ‑ > %%*%%//sekno//- [syncope] > //signum//) ou %%*%%//sek‑no// ‑ (> %%*%%//sekno// ‑ > //signum//), comportant la racine((La laryngale finale (posée par le  LIV) est uniquement postulée pour expliquer le parfait  secuī))de //secāre//, serait assurée pour l’italique en premier lieu par le nord-osque, qui livre un thème en -//ā//- //asignas// (« //caro// »((WOU a ‑ est discutée ( cf prosiciae))?), en second lieu par des considérations morphologiques (le complexe dérivationnel //tignum// « poutre, solive » ↔ //tigillum// « petite poutre » ↔ //teg(u)mentum// « ce qui couvre » ↔ //tēgula// « tuile » est le pendant de la chaîne //signum// ↔ //sigillum// « figurine, cachet » ↔ //segmentum// « entaille, incison » ↔ //sēcula// ((Pour la longue, probable, de  sēcula , voir  DELL sous  secāre))« faucille » [Varr. //L//. 5, 137]), et en troisième lieu par des considérations sémantiques : au sens de « statue((C’est le sens de  se[g]únúm))», « effigie », //signum// peut s’expliquer par la racine de //secāre //; la preuve en est fournie par l’osque et le sud-picénien où le lexème %%*%%//korā// ‑ (« effigie ») a été expliqué par Rix (1994) au moyen de la racine %%*%%//sker-//. La même année, Paolo Poccetti (1994) a proposé une nouvelle analyse de l’inscription sur galet Ve 161 (Sa 31) **pis : tiú : íív : kúru : púiiu : baíteís : aadiieís : avfineís ** (« – Qui es-tu ? – Je suis une %%*%%//korā// ‑. – (La %%*%%//korā// ‑) de qui ? – Celle de B. A. A. », traduction conjecturale) et conclut que **kúru** désignait le « symbole », le « signe », du personnage (p. 134). Les emplois de //signum// et de %%*%%//korā// ‑ pouvaient se correspondre en grande partie, mais les conditions d’attestation du mot sabellique interdisent d’être trop affirmatif sur ce point. 
-Néanmoins, en s’appuyant sur une étude de Cl. Moussy (1988 [1992]), Ch. de Lamberterie (1996) a insisté sur les sens d’ « indice » et de « présage » que peut actualiser //signum//. //Signum// s’expliquerait alors sans peine à partir de la famille de //sāgīre// « avoir du flair, sentir finement, deviner » et de //praesāgīre// « prévoir, augurer, deviner ». Que le vocabulaire de l’enquête puisse être emprunté à celui de la chasse nous est confirmé par cette réplique de Palestrion dans le //Miles Gloriosus //: 
- 
- 
-    * Pl. //Mil//. 268-269 : \\  //Si ita non reperio, ibo odorans quasi canis uenaticus,// \\  //Vsque donec persecutus uolpem ero uestigiis.// \\  « Si je ne le trouve pas comme je l’espère, j’irai flairant comme un chien de chasse, jusqu’à ce que j’aie saisi la trace du renard ». 
- 
- 
-D’un point de vue strictement //formel//, le rapprochement entre //signum//  « indice, présage » et //praesāgīre//  serait recevable. En effet, il serait possible d’établir, pour l’indo‑européen<sup>((29)))</sup>, sur une base indépendante de la problématique de //signum//, une loi %%*%%//H >  / V _ DC//, où //D//  note toute occlusive sonore et //C//  toute consonne (une laryngale tombe, sauf maintien analogique, devant occlusive sonore non aspirée suivie de consonne, généralement de sonante) : \\  -lat. //pignus//  < %%*%%//peh<sub>2</sub>ĝ‑n// ° (πήγνυμι, sk. //pajrá//  ‑ « solide ») ; \\  //-bhadrá‑//  « bon » ; gotique //batiza//  « meilleur », //bota//  « profit, aide » (racine %%*%%//b<sup>h</sup>eHd//) ; \\  -κεδνός « cher fidèle » / κήδομαι (< %%*%%//kād//  ‑) ; \\  -ἑδανός   « suave », supposant %%*%%//swe(h<sub>2</sub>)d‑no// ‑ (Lamberterie 1999). 
- 
- 
-Qui adopte cette perspective pourrait supposer que //signum//  s’explique par la collision homonymique de deux lexèmes différents et reconstruire %%*%%//seh<sub>2</sub>g‑no‑m// > %%*%%//segnom//  [« loi de Lubotsky »] > //signum//  « indice », qui se confondrait formellement avec //signum//  « objet découpé, statue, effigie », issu de %%*%%//sek‑no// ‑ (//cf//. nord-osque //asignas//). Finalement, en vertu de la loi citée, le degré //plein//  de la racine %%*%%//seh<sub>2</sub>g-// aurait une double représentation en pré-latin, %%*%%//sāg//  ‑ et %%*%%//seg//  ‑. 
- 
- 
-Conclusion. Deux hypothèses paraissent concevables : (1) rattachement unique de //signum//  à la famille de //secāre//; (2) double origine de //signum//, issu de la collision homonymique de deux lexèmes, l’un apparenté à //secāre//, l’autre à //sāgīre//  . 
- 
- 
----- 
- 
- 
-====== 7. Descendance du lexème dans les langues romanes (version provisoire) ====== 
- 
- 
-===== 7.1. Les descendants du lexème dans les langues romanes par la voie phonétique ===== 
- 
- 
-==== 7.1.1. Evolution phonétique : la position de Jean-Pierre Chambon ==== 
- 
- 
-Selon J.-P. Chambon, la proto-forme latine pour toutes les langues romanes est :  **[ˈsɪɣnu]**  avec [ɣ] notant la spirante vélaire sonore((Qui correspond à un [g] relâché.)). Apparaissent ainsi des différences entre cette reconstruction romane et celle des latinistes en  **[ˈsiŋ.num]**  concernant la qualité de la voyelle accentuée ainsi que la nature de la consonne en coda dans la 1<sup>ère</sup>syllabe et, de manière attendue, la nasale finale((Tandis que cette reconstruction de J.-P. Chambon se situe sur le plan de la réalisation phonétique, celle du  D.E.Rom en  /ˈsɪgnu/ est phonologique, ce qui explique la différence concernant la consonne en coda dans la 1 ère syllabe. Bien que la plupart des formes romanes remontent à un «  i bref » latin, dans le sens de « nœud (d’arbre) » en moyen-français, franco-provençal, occitan, il convient, selon J.-P. Chambon, de partir d’un «  i long » : %%*%%/si:gn-u/   F.E.W. 11, 607a, SIGNUM ; discussion dans le F.E.W. 11, 609ab). Mais le  D.E.Rom semble partir d’un i bref pour cette valeur sémantique.)). 
- 
- 
-A partir de cette prononciation  **[ˈsɪɣnu]**, selon la méthode de la grammaire comparée appliquée aux parlers romans du point de vue du « latin global », J.-P. Chambon classe divers traitements selon un critère géo-linguistique : « On obtient, pour les premiers siècles de notre ère, un panorama relativement riche et géo-linguistiquement diversifié de l’allophonie de /g/ devant /n/ ainsi que des changements qui ont abouti à l’évincement de ce phonème dans ce groupe (cf. Rohlfs § 259, début) ». 
- 
- 
-Le raisonnement de J.-P. Chambon est le suivant : 
- 
- 
-A) Il existe, entre les parlers romans, des correspondances, que l’on peut formaliser selon l’équation suivante : italo-occidental((On observe une vaste aire massive présentant un traitement (presque) unitaire : on trouve [ɲ] « nasale palatale » (consonne simple) en istriote, frioulan, italien septentrional, romanche, franco-provençal, français, occitan, gascon, catalan, aragonais, espagnol, asturien, galaïco-portugais. A cette aire se rattache l’italien central (toscan), qui a [ɲɲ], une « nasale palatale géminée » (ou « longue »). Cette aire correspond à peu près à l’aire italo-occidentale caractérisée par le vocalisme heptasyllabique %%*%%/ i e ɛ a ɔ o u/. On reconstruit donc %%*%%[ɲɲ] pour le proto-roman italo-occidental, cette nasale géminée s’étant maintenue là où les autres consonnes géminées se sont maintenues (c.-à-d. en italien central), alors qu’elle s’est simplifiée là où les autres géminées se sont simplifiées (partout ailleurs dans cette aire).))%%*%%[ɲɲ] = roumain et dalmate [mn] = sarde et certains parlers italiens méridionaux [nn]. De l’existence de cette équation, on peut conclure que l’on a affaire à trois issues différentes d’un même groupe ancien de deux nasales dans une phase du proto-roman plus ancienne que le proto-italo-occidental. 
- 
- 
-B) Parmi les diverses solutions possibles, il est alors préférable de retenir %%*%%[ŋn], ce qui permet d’expliquer les trois traitements : \\  a) en italo-occidental %%*%%[ɲɲ] comme une assimilation réciproque partielle (la nasale vélaire et la nasale dentale deviennent toutes deux des nasales palatales) ;   \\  b) en roumain et dalmate [mn] comme une différenciation ;  \\  c) en sarde et dans certains parlers italiens méridionaux [nn] comme une assimilation régressive((Il existe un autre traitement ancien du groupe dans les parlers italiens méridionaux : l’inversion, donnant %%*%%[ŋg]. Mais ce traitement, limité à quelques rares lexèmes (atosc.  punga pour it.   pugna , nap. cal.  singo pour it.  segno ), n’entre pas dans des correspondances régulières.)). 
- 
- 
-C) Mais le double résultat (aréologiquement intriqué) de certains parlers italiens méridionaux : [•n] et [•n] postule un point de départ susceptible d’une double vocalisation et compatible avec la reconstruction précédente %%*%%[ŋn]. Ainsi s’explique la reconstruction d’un groupe **[ɣn]**  - donc un lexème  **[ˈsɪɣnu]**  - pour l’ensemble des données romanes, et cela pour trois raisons : en premier lieu, le stade %%*%%[ŋn] indique qu’il s’est produit antérieurement une assimilation de nasalité ; en second lieu, la filière conduisant de [ɣn] à [•n] et [•n] se trouve précisément dans des zones connues par ailleurs pour leur archaïsme. La troisième raison est développée dans le point suivant. 
- 
- 
-D) Ainsi, selon J.-P. Chambon, si l’on fait, en reconstruction interne, l’hypothèse selon laquelle %%*%%[ɣ] devant %%*%%[n] provient de %%*%%[g], on a : \\  (1) %%*%%[gn] > [ɣn] partout dans les langues romanes ; \\  (2) %%*%%[ɣn] > %%*%%[ŋn] dans presque toutes les langues romanes ; \\  (3) %%*%%[ŋn] > %%*%%[nn] en sarde et dans certains parlers italiens méridionaux. \\  Sont ainsi illustrées les diverses étapes d’un procès d’assimilation régressive complète : \\  (1)   assimilation de mode d’articulation : une continue assimile une occlusive ; \\  (2)   assimilation de nasalité : une nasale assimile une orale ; \\  (3) assimilation de point d’articulation : une dentale (ou apico-alvéolaire) assimile une vélaire. 
- 
- 
-==== 7.1.2. Evolution sémantique ==== 
- 
- 
-D’après l’article %%*%%/‘sign-u/ du <html><a href= _fckg_QUOT__fckg_QUOT_ class="tooltip"><i>DERom</i><span><i>Dictionnaire étymologique des langues romanes</i>, ATILF.</span></a></html>.  **A. Référents concrets**     A.1. Le sens de « statue » semble avoir disparu dans les formes romanes.   A.2. Le sens d’« enseigne militaire » s’est maintenu dans **it. //segno//  **  s.m. (dp. déb. 13<sup>e</sup>s., selon le <html><a href= _fckg_QUOT__fckg_QUOT_ class="tooltip"><i>GDLI</i><span>Battaglia Salvatore, 1961–2008: <i>Grande dizionario della lingua italiana</i>, 21 volumes et deux suppléments, Turin, UTET.</span></a></html>) ; **acat. //seny//  **  (2<sup>e</sup>m. 13<sup>e</sup>s. – 1482, selon CICA, DCVB ; Aguilo) < %%*%%/‘sign-u/ ; **aoccit. //senha//  **  s.f. (1188/1205 – 1318, Raynouard ; Levy ; <html><a href= _fckg_QUOT__fckg_QUOT_ class="tooltip"><i>FEW</i><span>Wartburg (Walther von) et al., 1922–2002: <i>Französisches Etymologisches Wörterbuch. Eine darstellung des galloromanischen sprachschatzes</i>, 25 volumes, Bonn/Heidelberg/Leipzig-Berlin/Bâle, Klopp/Winter/Teubner/Zbinden.</span></a></html> 11, 605ab ; **agasc. //senha//  **  (2<sup>e</sup>m. 15<sup>e</sup>s. [date du ms. ; //sehne//  pl.], ForsBéarnOG 160 = <html><a href= _fckg_QUOT__fckg_QUOT_ class="tooltip"><i>FEW</i><span>Wartburg (Walther von) et al., 1922–2002: <i>Französisches Etymologisches Wörterbuch. Eine darstellung des galloromanischen sprachschatzes</i>, 25 volumes, Bonn/Heidelberg/Leipzig-Berlin/Bâle, Klopp/Winter/Teubner/Zbinden.</span></a></html> 11, 605b) < %%*%%/‘sign-a/ : « symbole de commandement servant de signe de ralliement pour les troupes, étendard ».   Les acceptions dérivées « unité armée » et « enseigne commerciale » n’ont pas survécu. 
- 
- 
-A.3. Le sens de « cachet » ne s’est pas maintenu. 
- 
- 
-A.4. En revanche, le sens de « marque de reconnaissance » est passé dans les langues romanes à travers plusieurs emplois : 
- 
- 
-- en agriculture, lorsqu’il dénote une « marque imprimée sur le bétail », //signum//  est passé dans **dacoroum. //semn//.**  s. amb. « bandeau colorié attaché à la toison d’un mouton pour marquer la propriété » (NALR–O 62%%*%% ; NALR–MD 320%%*%% ; NALR–MXXIII%%*%% ; NALR–//T//  53%%*%% ; NALR–MB 168%%*%%) ; **aroum. //semnu//  **  « clochette attachée au cou d’un animal domestique, sonnaille » (DDA   2), **it. //segno//  **  « marque de propriété sur un objet ou sur le bétail » (dp. 1XXX, GDLI), **sard. //sinnu//  **  s.m. « marque de propriété sur le bétail » (dp. 12<sup>e</sup>s., CSNT XX ; Wagner, AR 24, 23 ; DES //s.v.//  //sinnare//; CasuVocabolario). 
- 
- 
-- De même, son emploi technique dans le vocabulaire de l’arpentage, avec le sens de « marque permettant de reconnaître le propriétaire d’une terre et de délimiter celle-ci » (//signum//  désigne alors des fossés, des cours d’eau, des arbres), s’est maintenu et développé avec le sens de « marque de délimitation dans le terrain » dans **dacoroum. //semn//.**  s.amb. « marque servant à délimiter ou à jalonner une surface de terrain » (dp. 1671/1686, DLR ; ALR SN 1295 [« marque que doit atteindre le joueur qui a frappé le ballon dans un jeu populaire »]) ; **afr. //sain//  **  s.m. « marquer pour délimiter le bois où l’on chasse aux filets, borne » (//ca//  1170 – //ca//  1275, <html><a href= _fckg_QUOT__fckg_QUOT_ class="tooltip"><i>FEW</i><span>Wartburg (Walther von) et al., 1922–2002: <i>Französisches Etymologisches Wörterbuch. Eine darstellung des galloromanischen sprachschatzes</i>, 25 volumes, Bonn/Heidelberg/Leipzig-Berlin/Bâle, Klopp/Winter/Teubner/Zbinden.</span></a></html> 11, 605a) < %%*%%/‘sign-u/ ; **sard. //sinna//  **  s.f. « marque servant à délimiter une propriété foncière, borne » (dp. 1206, BlascoCrestomazia, 1, 77 ; Wagner, AR 24, 23 ; DES //s.v. sinnare//; AIS 1421 p 938), **afrpr. //segny//  **  « marque faite à une mesure ou à tout autre objet, repère d’arpentage » (1366 – 1578, PierrehumbertSuisse //s.v. seigne//; Gdf //s.v. segnye//; <html><a href= _fckg_QUOT__fckg_QUOT_ class="tooltip"><i>FEW</i><span>Wartburg (Walther von) et al., 1922–2002: <i>Französisches Etymologisches Wörterbuch. Eine darstellung des galloromanischen sprachschatzes</i>, 25 volumes, Bonn/Heidelberg/Leipzig-Berlin/Bâle, Klopp/Winter/Teubner/Zbinden.</span></a></html> 11, 605b) < %%*%%/‘sign-a/. 
- 
- 
-- Enfin, l’acception de « mot de passe » s’est maintenue dans l’**aoccit. ˹//senha//  ˺**  s.f. « formule convenue destinée à se faire reconnaître en tant qu’appartenant à une armée, mot de passe » (1318, GuilhBarraM 88 = Levy), **port. //senha//  **  (Morais   10) < %%*%%/‘sign-a/. 
- 
- 
-1.5. Le sens de « figure », notamment « figure brodée ou ciselée », paraît avoir disparu dans les langues romanes. 
- 
- 
-**B. Signe**  \\  Ce sens s’est maintenu dans **dacoroum. //semn//  **  s. amb. (dp. 1491/1516 [date du ms. ; //semnu//]), **istroroum. //sǎmn//  **  ; **méglénoroum. //semn//  **, **aroum. //semnu//  **  (dp. 1770) ; **istriot. ˹//‘šeńo//  ˺**  m. ; **it. //segno//  **  (dp. //ca//  1230/1250 [//segno di merzede//  « signe de grâce »]) ; **sard. //sinnu//  **  (dp. 1206) ; **frioul. //segn//  **  (dp. 17<sup>e</sup>s. [//sen//]) ; **lad. //sëgn//  **  (dp. 1763 [//segn//]) ; **romanch. //segn//  **. (dp. 1560 [sching]) ; **fr. //seing//  **  (dp. //ca//  1165) ; **aoccit. //senh//  **  (12<sup>e</sup>-15<sup>e</sup>s.), **acat. //seny//  **  (1494) ; aast. ˹//sinnu//  ˺ (1245 [//sinno//] – 1530 [//sino//]), port. //senho//  (dp. 16<sup>e</sup>s.). < %%*%%/‘sign-u/, avec le sens de « phénomène perceptible qui permet de conclure à l’existence ou à la vérité d’une chose, signe ».   Et dans **cal. //singa//  **  s.f. « signe » ; **sard. //sinna//  **; **aoccit. ˹//senha//  ˺ ;**  **cat. //senya//  **  (dp. déb. 14<sup>e</sup>s.) ; **esp. //seña//  **  (dp. //ca//  1140) ; **ast.**  **//seña //  **  (dp. 1282 [//senna//]) ; **port. //senha//  **  (dp. 1664) < %%*%%/‘sign-a/. 
- 
- 
-B.1. Vocabulaire technique  \\  Il est probable que l’emploi technique de //signum//  en médecine, au sens de « symptôme », soit à la source du sens de « marque sur le corps humain » des cognats romans suivants : **it. //segno//  **  s.m. « interruption congénitale ou acquise de l’uniformité de l’épiderme » (dp. av. 1375, GDLI) ; **fr. //seing//  **  « malformation congénitale de la peau se présentant sous la forme d’une tache, tache de naissance » (//ca//  1174 – 1675, <html><a href= _fckg_QUOT__fckg_QUOT_ class="tooltip"><i>FEW</i><span>Wartburg (Walther von) et al., 1922–2002: <i>Französisches Etymologisches Wörterbuch. Eine darstellung des galloromanischen sprachschatzes</i>, 25 volumes, Bonn/Heidelberg/Leipzig-Berlin/Bâle, Klopp/Winter/Teubner/Zbinden.</span></a></html> 11, 606a), **frpr. //sẽ//  **  (<html><a href= _fckg_QUOT__fckg_QUOT_ class="tooltip"><i>FEW</i><span>Wartburg (Walther von) et al., 1922–2002: <i>Französisches Etymologisches Wörterbuch. Eine darstellung des galloromanischen sprachschatzes</i>, 25 volumes, Bonn/Heidelberg/Leipzig-Berlin/Bâle, Klopp/Winter/Teubner/Zbinden.</span></a></html> 11, 606a), **occit. ˹//seing//  ˺**  (<html><a href= _fckg_QUOT__fckg_QUOT_ class="tooltip"><i>FEW</i><span>Wartburg (Walther von) et al., 1922–2002: <i>Französisches Etymologisches Wörterbuch. Eine darstellung des galloromanischen sprachschatzes</i>, 25 volumes, Bonn/Heidelberg/Leipzig-Berlin/Bâle, Klopp/Winter/Teubner/Zbinden.</span></a></html> 11, 606a). Les autres emplois techniques du lexème latin ne se sont pas maintenus dans les formes romanes qui en sont héritées.   B.2. / B.3. Les formes romanes n’ont pas conservé l’emploi spécifique de //signum//  au sens de « signe précurseur », ni son sens de « présage ».   B.4. Les sens de « constellation » et d’« étoile » ont perduré dans **it. //segno//  **  s.m. « groupe apparent d’étoiles présentant une figure conventionnelle vue de la Terre, constellation » (dp. 1282 [« signe du zodiaque »], TLIOCorpus ; GAVI, GDLI) ; **afr. //seigne//  **  « une des douze parties de l’écliptique (nommée chacune par la constellation la plus proche) que le soleil semble parcourir dans l’intervalle d’une année tropique, signe du zodiac » (déb. 13<sup>e </sup>s., AND<sub>1 </sub>//s.v. signe//) < %%*%%/‘sign-u/ ; **frpr.[‘ʃeɲɛ]**  s.f.pl. « constellation de la Grande Ourse » (GPRS 3, 507 ; <html><a href= _fckg_QUOT__fckg_QUOT_ class="tooltip"><i>FEW</i><span>Wartburg (Walther von) et al., 1922–2002: <i>Französisches Etymologisches Wörterbuch. Eine darstellung des galloromanischen sprachschatzes</i>, 25 volumes, Bonn/Heidelberg/Leipzig-Berlin/Bâle, Klopp/Winter/Teubner/Zbinden.</span></a></html> 11, 606a) ; **aocc. //senha//  **  sg. « ensemble des groupes apparents d’étoiles présentant une figure conventionnelle vue de la Terre, des constellations » (ca 1200, Levy ; <html><a href= _fckg_QUOT__fckg_QUOT_ class="tooltip"><i>FEW</i><span>Wartburg (Walther von) et al., 1922–2002: <i>Französisches Etymologisches Wörterbuch. Eine darstellung des galloromanischen sprachschatzes</i>, 25 volumes, Bonn/Heidelberg/Leipzig-Berlin/Bâle, Klopp/Winter/Teubner/Zbinden.</span></a></html> 11, 606a ; DAO n°49) < %%*%%/‘sign-a/.   B.5. Le sens de « signal » s’est maintenu dans **it. //signo//  (//segno//?)**  s.m. « signe convenu annonçant une opération militaire, signal d’attaque » (dp. av. 1292, GDLI) ; **afr. ˹//seigne//  ˺**  « cri poussé par des troupes montant à l’assaut, cri de guerre » (déb. 13<sup>e</sup>s. – //ca//  1210, AND<sub>1 </sub>//s.v. signe//) < %%*%%/’sign-u/ ; **aoccit. ˹//senha//  ˺**  s.f. « cri poussé par des troupes montant à l’assaut, cri de guerre » (1106/1130 – 1188/1205, AppelChrestomathie 35, Raynouard ; Levy) < %%*%%/‘sign-a/.   On peut y relier aussi les réalisations romanes qui actualisent le sens de « signal acoustique » : **it. //segno//  **  s.m. « son des cloches d’une église annonçant l’heure ou un service » (dp. av. 1484, GDLI ; <html><a href= _fckg_QUOT__fckg_QUOT_ class="tooltip"><i>FEW</i><span>Wartburg (Walther von) et al., 1922–2002: <i>Französisches Etymologisches Wörterbuch. Eine darstellung des galloromanischen sprachschatzes</i>, 25 volumes, Bonn/Heidelberg/Leipzig-Berlin/Bâle, Klopp/Winter/Teubner/Zbinden.</span></a></html>), **frioul.**  **//segn//  **  (dp. 19<sup>e</sup>s., Faggin), **frpr. //sein//  **  « signe sonore conventionnel destiné à véhiculer une information, signal acoustique » (dp. fin 16<sup>e</sup>s., TuaillonPoèmes 122 [« signal matérialisé par un cri d’appel »] ; <html><a href= _fckg_QUOT__fckg_QUOT_ class="tooltip"><i>FEW</i><span>Wartburg (Walther von) et al., 1922–2002: <i>Französisches Etymologisches Wörterbuch. Eine darstellung des galloromanischen sprachschatzes</i>, 25 volumes, Bonn/Heidelberg/Leipzig-Berlin/Bâle, Klopp/Winter/Teubner/Zbinden.</span></a></html> 11, 606b), **aoccit. //senh//  **  « son de cloche » (av. 1218 – 1272, Levy ; AppelChrestomathie ; DAO n°24), **gasc. [‘seɲ]**  « tintement d’une cloche d’église annonçant les obsèques d’un fidèle, glas » (<html><a href= _fckg_QUOT__fckg_QUOT_ class="tooltip"><i>FEW</i><span>Wartburg (Walther von) et al., 1922–2002: <i>Französisches Etymologisches Wörterbuch. Eine darstellung des galloromanischen sprachschatzes</i>, 25 volumes, Bonn/Heidelberg/Leipzig-Berlin/Bâle, Klopp/Winter/Teubner/Zbinden.</span></a></html> 11, 606b). 
- 
- 
-L’organisation de l’article du //DERom//  permet de penser que c’est à ce sens de « signal acoustique » qu’il faut relier celui de « cloche », non attesté pour //signum//  dans le corpus étudié par S. Dorothée, mais représenté par les descendants romans suivants : **romanch. //zenn/sain//  **  s.m. « objet creux en métal sonore dont on tire des vibrations retentissantes, cloche » (HWBRätoromanisch ; AIS 788 ; 788%%*%%), **fr. //seing//  **  (ca 1170 – 1660, <html><a href= _fckg_QUOT__fckg_QUOT_ class="tooltip"><i>FEW</i><span>Wartburg (Walther von) et al., 1922–2002: <i>Französisches Etymologisches Wörterbuch. Eine darstellung des galloromanischen sprachschatzes</i>, 25 volumes, Bonn/Heidelberg/Leipzig-Berlin/Bâle, Klopp/Winter/Teubner/Zbinden.</span></a></html> 11, 606a), **afrpr. //saing//  **  (ca 1180, GirRoussH 2, 436), **occit. //senh//  **  (dp. av. 1211, Raynouard ; Levy ; <html><a href= _fckg_QUOT__fckg_QUOT_ class="tooltip"><i>FEW</i><span>Wartburg (Walther von) et al., 1922–2002: <i>Französisches Etymologisches Wörterbuch. Eine darstellung des galloromanischen sprachschatzes</i>, 25 volumes, Bonn/Heidelberg/Leipzig-Berlin/Bâle, Klopp/Winter/Teubner/Zbinden.</span></a></html> 11, 606ab ; OlivierAuvergnat), **gasc. //senh//  **  (dp. 1341, ArchHistGironde 11, 105 ; LespyR ; DECat 7, 811 ; <html><a href= _fckg_QUOT__fckg_QUOT_ class="tooltip"><i>FEW</i><span>Wartburg (Walther von) et al., 1922–2002: <i>Französisches Etymologisches Wörterbuch. Eine darstellung des galloromanischen sprachschatzes</i>, 25 volumes, Bonn/Heidelberg/Leipzig-Berlin/Bâle, Klopp/Winter/Teubner/Zbinden.</span></a></html> 11, 606a), **acat. ˹//seny//  ˺**  (ca 1200 [sein] – 1524, DECat 7, 810 ; DCVB ; MollSuplement n°3029 ; Aguiló ; CICA).  Le sens de « cloche », selon le //REW//, est attesté pour //signum//  en latin tardif, chez Grégoire de Tours, « peut-être comme une traduction du grec //semantron//  ». À cette date (VIe s.), il est aussi possible que le latin écrit soit influencé par la langue parlée.  ===== 7.2. Les emprunts savants faits à lat. signum dans les langues anciennes et contemporaines =====   À côté de ces formes héritées, les langues romanes et, plus largement, les langues européennes ont parfois emprunté lat. //signum//, ce qui a pu donner lieu à des doublets, par exemple :   - en espagnol : à côté de la forme héritée //seña//  (< %%*%%/‘sign-a/ (lat. //signa//)), l’emprunt //signo //  (m.) (avec une variante //sino//) « signe » (//DCECH//) a, par exemple, les sens de « constellation » et « signe de ponctuation, point » (d’exclamation, d’interrogation).   - en français : à côté des formes héritées //seing//, //seigne//  et //sain//, on a l’emprunt //signe//  (m.), ainsi que //signa//, qui a ensuite disparu. Selon le //DHLF//, //signe//, apparu à la fin du X<sup>e</sup>siècle, s’est substitué à la plupart des emplois de //seing//  et a exprimé l’ensemble des acceptions de lat. //signum//  « signe ».   - l’italien n’a pas de forme empruntée à côté de //segno//, mais a //signifero//  « porte-enseigne », //significante//, //significare//, //significativo//, //significato//, //significazione//.   - Lat. //signum//  a été emprunté de bonne heure en anglais (voir le //Middle English Dictionary//  (//MED//)), qui donne les formes suivantes : sīgne (n.), sign, sigin(e, sing(e,  singne, sin(n)e, cine & segn(e, senge, sene, seni(e, senni, seigne, sein(e, siegne, ceni, saing & (erreurs)  semy,  vaygne, ygne ; pl. signes, etc. &  si(n)gnus, singnesse, sighnes, (erreur)  syungnes.   [OE  seg(e)n,  segin,  seng,  seign & OF seing, sei(g)n,  sain,  saing & L signum , AL  singnum,  ci(n)gnum.]   —-  ====== 8. Bibliographie ======     ALVAREZ-HUERTA    Olga, 1998 : « Some considerations concerning ŋ in Latin », in //Estudios de Lingüística Latina, Actas del IX Coloquio Internacional de//  //Lingüística Latina//, Benjamin García-Hernández (éd.), Madrid, Ediciones Clásicas, 3-11.     AYGON    Jean-Pierre, 2003 : « Météo et épidémie : le //topos//  de la peste chez les poètes latins », in //La Météorologie dans l’Antiquité//, C. Cusset (éd.), 275-289.   BARTOLI   Matteo Giulio, 2000 : //Il Dalmatico : resti di un’antica lingua romanza parlata da Veglia a Ragusa e sua collocazione nella Romania appennino-balcanica.//  Trad. de : //Das Dalmatische : Altromanische Sprachreste von Veglia bis Ragusa und ihre Stellung in der Apennino-balkanischen Romània. I, Einleitung und Ethnographie Illyriens; 2, Glossare und Texte-Grammatik und Lexikon//  (a cura di Aldo Duro), Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana.     BALLESTER Xaberio, 1996 : //Fonemática del latín clásico : consonantismo//, Zaragoza, Departamento de Ciencias de la Antigüedad, Universidad de Zaragoza ; Barcelona, Universitad de Barcelona.     BRACHET   Jean‑Paul, 1994 : « Esquisse d’une histoire de lat. //signum//  », //Revue de Philologie//  68, 33‑50.     CHAMPEAUX   Jacqueline, 2005 : « Permission, monition, prédiction : les signes de la divination romaine », in //Signe et prédiction dans l’antiquité, Actes du Colloque International Interdisciplinaire de Créteil et de Paris, 22-23-24 mai 2003//, J. Kany‑Turpin (éd.), Saint‑tienne, centre Jean-Palerne, 211-222.     COROMINAS   Joan, 1955 : //Diccionario crítico//  //etimológico de la//  //lengua castellana//, Madrid, Editorial Gredos, Berna, A. Francke AG.     COROMINAS   Joan, P ascual José Antonio, 1980-1991 : //Diccionario crítico etimológico castellano e hispánico//, Madrid, Editorial Gredos.     CHOUQUER   Gérard et  FAVORY François, 2001 : //L’arpentage romain : histoire des textes, droit, techniques, //  Errance, Paris.   DOROTHEE    Stéphane, 2005 : //tude sémantique de latin __signum__  //, préparée sous la direction de M. Fruyt, soutenue le 17.12.2005 à l’Université de Paris IV-Sorbonne.   DOROTHEE   Stéphane, 2006 : //A l’origine du signe : le latin __signum__  //, Paris, L’Harmattan, collection Kubaba, série « Grammaire et linguistique » n°1.   EICHENHOFER   Wolfgang, 1999 : //Historische Lautlehre des Bündnerromanischen//, Tübingen und Basel, Francke Verlag.   GRMEK   Mirko D., 1994 : //Maladies à l’aube de la civilisation occidentale//, Payot, Paris.   GUILLAUMONT   François, 1984 : //Philosophie et augure. Recherches sur la théorie cicéronienne de la divination//, collection Latomus 184, Bruxelles.   HALL   Robert A. Jr., 1976 : //Comparative Romance Grammar, //  vol. II ://Proto-Romance Phonology//, New York/Oxford/Amsterdam, Elsevier.     KANY-TURPIN    José, 2003 : « Météorologie et signes divinatoires dans le //De diuinatione //  de Cicéron », in //Météorologie dans l’Antiquité//, C. Cusset (éd.), 367-378.   KIRCHER-DURAND    Chantal, 1982 : //Les noms en//  –nus, -na, -num //du latin classique//, Nice, Centre de recherches sur la Méditerranée ancienne.   KRAMER    Johannes (dir.), 1988–1998 : //Etymologisches Wörterbuch des Dolomitenladinischen//, Hambourg, Buske (8 vol.).   LAMBERTERIE   Charles (de), 1996 : « Latin //pignus//  et la théorie glottalique », in //Aspects of Latin. //  //Papers from the Seventh International Colloquium on Latin Linguitics, Jerusalem, April 1993 //  , H. Rosén (éd.), Innsbruck, 135‑152.     LAMBERTERIE   Charles (de), 1999 : « L’adjectif grec    ἑδανός   ‘suave’ », in //Gering und doch von Herzen, 25. indogermanische Beiträge, Bernhard Forssman zum 65. Geburtstag//, J. Habisreitinger, R. Plath, S. Ziegler (éds), Reichert, 153‑166.     LAUSBERG   Heinrich, 1966-1970 : //Lingüística//  //románica//, Madrid, Editorial Gredos (2 vol.).   LUBOTSKY   Alexander, 1981 : « Gr. //pḗgnumi//: Skr. //pajrá‑//  and the loss of laryngeals before mediae in Indo‑Iranian », //MSS//  40, 133‑138.     MANDOUZE   André, 1975 : « //Quelques principes de linguistique augustinienne dans le __De Magistro __  //  », in //Forma futuri//. //Studi in onore del Cardinale M. Pellegrino//, Turin, 790-795.     MANETTI   Giovanni, 1993 : //Theories of the Sign in classical Antiquity, //  trad.    Christine Richardson, Indiana University Press, Blommington and Indianapolis.   MANIET   Albert, 1975 : //La phonétique historique du latin dans le cadre des langues indo-européennes//, Paris, Klincksieck.     MARCHESE Maria Pia, 1978 : « Marso //seino//  (ex %%*%%//seinq//) = latino //signum//. Sulle palatalizzazioni di ‑//kn//- -//gn//- nell’italico e nei dialetti italo-romanzi », //Studi Etruschi//  46, 213-221.     MARTIN   Robert, //Pour une logique du sens//, Paris, Presses Universitaires de France, 1992 (1983).     MARTZLOFF   Vincent, 2006 : //Les thèmes de présent en yod dans l’épigraphie italique et en latin archaïque//, Thèse, Université Lumière -Lyon II.     MEYER-LÜBKE Wilhelm, 1890-1906 : //Grammaire des langues romanes//, trad. fr. E. Rabiet (vol. 1), A. et G. Doutrepont (vol. 2-4), Paris-Leipzig, H. Welter (4 vol.).     MEYER-LÜBKE Wilhelm, 1911 : //Romanisches etymologisches Wörterbuch//, Heidelberg, C. Winter.     MOUSSY   Claude, 1988 [1992] : « //Signum//  et le nom latin de la preuve : l’héritage de divers termes grecs », //Ktéma//  13, 167‑177.     MOUSSY   Claude, 2002 : « //Signa//  //et//  //portenta//  », in, //Donum grammaticum, Studies in Latin and Celtic Linguistics in Honour of Hannah Rosén//, Lea Sawicki, Donna Shalev (éds), //Orbis//  / //Supplementa//  18, 265‑275.     PELLIZER   Antonio,  PELLIZER Giovanni, 1992 : //Vocabulario del dialetto di Rovigno d’Istria//, Trieste, Università popolare di Trieste ; Rovigno, Centro di ricerche storiche (2 vol.).   POCCETTI   Paolo, 1979 : //Nuovi Documenti Italici a complemento del Manuale di E. Vetter//, Pisa, Giardini Editori e Stampatori.     POCCETTI   Paolo, 1994 : « Per un dossier documentario dei riflessi di dottrine misteriche e sapienziali nelle culture indigene dell’Italia antica, Note sulle iscrizioni osche Ve 161, 185 ; Po 103 », //Forme di religiosità e tradizioni sapienziali in Magna Grecia, Atti del convegno (Napoli, 14-15 dicembre 1993)//, A.C. Cassio, P. Poccetti (éds.), Annali dell’Istituto universitario orientale di Napoli, Dipartimento di studi del mondo classico e del Mediterraneoantico, Sezione filologico-letteraria 16, 109-136.     RENEL   Charles, 1903 : //Cultes militaires de Rome : les enseignes//, Annales de l’Université de Lyon.   RIX    Helmut, 1994 : « Südpikenisch //kduíú//  », //History of Science//  107, 105-122.     ROHLFS   Gerhard, 1949 : //Historische Grammatik der italienischen Sprache und ihrer Mundarten//, Bern, A. Francke.     STOTZ   Peter, 1996–2004 : //Handbuch zur lateinischen Sprache des Mittelalters//, Munich, Beck (5 vol.).     VECCHIO   Sebastiano, 1994 : //Le parole come segni ; introduzione alla linguistica agostiniana, //  Novecento, Palermo.   WACHTER   Rudolf, 1987 : //Altlateinische Inschriften. Sprachliche und epigraphische Untersuchungen zu den Dokumenten bis etwa 150 v. Chr.//, Berne / Francfort-sur-le Main / New York / Paris, Peter Lang.     WALLACE   Rex, 1984 : //The Sabellian Languages//, Ohio State University.    \\  —— \\  ====== 9. Rédaction et révision ======     § 1. Michèle Fruyt  \\  § 2. Peggy Lecaudé \\  § 3. Peggy Lecaudé \\  § 4. Stéphane Dorothée \\  § 5. Michèle Fruyt, Peggy Lecaudé d’après la thèse de Stéphane Dorothée  \\  § 6. Vincent Martzloff  \\  § 7. L’équipe du //DERom//  sous la direction d’Eva Buchi ; Jean-Pierre Chambon (texte provisoire ; résumé par M. Fruyt d’un texte de J.-P. Chambon)  \\  § 8. Stéphane Dorothée, Vincent Martzloff. Mise en œuvre : Peggy Lecaudé \\  Mise en œuvre de l’ensemble de l’article : Peggy Lecaudé   __  
-__  __  
- 
- 
-__ 
-__