Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

dictionnaire:signum6 [2013/06/26 14:38]
lecaude [6.1. Histoire au cours de la latinité. Evolution des emplois]
dictionnaire:signum6 [2015/10/23 16:36] (Version actuelle)
ollivier
Ligne 1: Ligne 1:
-<html><div class="titre">signum, -i (n.)</div></html> +<html><class="lestitres">signum, -i (n.)</p></html> <html><center><big><big>(substantif)</big></big></center></html>  
-\\+ 
 ---- ----
 \\ \\
Ligne 18: Ligne 19:
 ===== 6.2. Etymologie et origine =====    ===== 6.2. Etymologie et origine =====   
  
-Du fait de sa polysémie((Sur //signum//, voir J.-P. BRACHET (1994), S. DOROTHEE (2006) et, pour les emplois du mot dans la //Vulgate//, Cl. MOUSSY (2002). Pour une mise en perspective de //signum// dans le champ sémantique des différents « signes » de la religion romaine archaïque, voir l’article de J. CHAMPEAUX (2005).)), le substantif //signum// a fait l’objet d’un bon nombre de discussions : <html><a href= "" class="tooltip"><i>LEW</i><span>E. FRAENKEL, 1962-1965 : <i>Litauisches etymologisches Wörterbuch</i>,Heidelberg.</span></a></html> II : 534f., <html><a href= "" class="tooltip">EM<span>A. ERNOUT, A. MEILLET, 1959: Dictionnaire étymologique de la langue latine, Paris, Klincksieck.</span></a></html> 624, <html><a href= "" class="tooltip"><i>IEW</i><span>J. POKORNY, 1959 : <i>Indogermanisches etymologisches Wörterbuch</i>, Bern, Stuttgart.</span></a></html> 895,  <html><a href= "" class="tooltip"><i>EDLOIL</i><span>M. DE VAAN, 2008 : <i>Etymological Dictionary of Latin and the Other Italic Languages</i>, Leiden, Boston, Brill</span></a></html> (sous //signum//) ; on trouvera une proposition de synthèse chez V. Martzloff (2006, 98, 544-545).   +Du fait de sa polysémie((Sur //signum//, voir J.-P. BRACHET (1994), S. DOROTHEE (2006) et, pour les emplois du mot dans la //Vulgate//, Cl. MOUSSY (2002). Pour une mise en perspective de //signum// dans le champ sémantique des différents «signes» de la religion romaine archaïque, voir l’article de J. CHAMPEAUX (2005).)), le substantif //signum// a fait l’objet d’un bon nombre de discussions : <html><a href= "" class="tooltip"><i>LEW</i><span>E. FRAENKEL, 1962-1965: <i>Litauisches etymologisches Wörterbuch</i>,Heidelberg.</span></a></html> II : 534f., <html><a href= "" class="tooltip">EM<span>A. ERNOUT, A. MEILLET, 1959: <i>Dictionnaire étymologique de la langue latine</i>, Paris, Klincksieck.</span></a></html> 624, <html><a href= "" class="tooltip"><i>IEW</i><span>J. POKORNY, 1959 : <i>Indogermanisches etymologisches Wörterbuch</i>, Bern, Stuttgart.</span></a></html> 895,  <html><a href= "" class="tooltip"><i>EDLOIL</i><span>M. DE VAAN, 2008 : <i>Etymological Dictionary of Latin and the Other Italic Languages</i>, Leiden, Boston, Brill</span></a></html> (sous //signum//) ; on trouvera une proposition de synthèse chez V. Martzloff (2006, 98, 544-545).   
  
-//Signum // a des correspondants exacts en sabellique (<html><a href= "" class="tooltip"><i>WOU</i><span>J. UNTERMANN, 2000<i>Wörterbuch des Oskisch-Umbrischen</i>, Heidelberg, WInter.</span></a></html> 661-662) :  osque **segúnú** (Cm 3), σεγονω (Lu 5) [acc. pl.], **se[g]únúm ** (Ve 108 : Cm 9) [acc.sg.] « statue » < %%*%%//sek(h<sub>2</sub>)//-//no//; **segú[** (Sa 29) n’est pas exploitable. L’osque atteste un dénominatif   **seganatted  ** (Sa 35) [3sg. pf.] « signāuit ». On rencontre une graphie dialectale : //seino// / //seinq// (Poccetti, 1979 168-169, n°223) ; voir Marchese (1978 217), Wachter (1987 385-386, 403-404, 407-408). Les correspondants sabelliques permettent d’exclure une racine à labiovélaire (%%*%%//sek<sup>w</sup>//-).   +//Signum// a des correspondants exacts en sabellique (<html><a href= "" class="tooltip"><i>WOU</i><span>J. UNTERMANN, 2000<i>Wörterbuch des Oskisch-Umbrischen</i>, Heidelberg, Winter.</span></a></html> 661-662):  osque **segúnú** (Cm 3), σεγονω (Lu 5) [acc. pl.], **se[g]únúm ** (Ve 108 : Cm 9) [acc.sg.] «statue» < %%*%%//sek(h<sub>2</sub>)-no-// ; **segú[** (Sa 29) n’est pas exploitable. L’osque atteste un dénominatif   **seganatted** (Sa 35) [3sg. pf.] «signāuit». On rencontre une graphie dialectale : //seino// / //seinq// (Poccetti, 1979168-169, n°223); voir Marchese (1978217), Wachter (1987385-386, 403-404, 407-408). Les correspondants sabelliques permettent d’exclure une racine à labiovélaire (%%*%%//sek<sup>w</sup>-//).   
  
-L’existence d’un prototype %%*%%//sekh<sub>2</sub>‑no// ‑ (> %%*%%//sekano// ‑ > %%*%%//sekno//[syncope] > //signum//) ou %%*%%//sek‑no// ‑ (> %%*%%//sekno// ‑ > //signum//), comportant la racine((La laryngale finale (posée par le  LIV) est uniquement postulée pour expliquer le parfait  secuī)) de //secāre//, serait assurée pour l’italique en premier lieu par le nord-osque, qui livre un thème en -//ā////asignas// (« //caro// »((WOU a ‑ est discutée ( cf prosiciae ))?), en second lieu par des considérations morphologiques (le complexe dérivationnel //tignum// « poutresolive » ↔ //tigillum// « petite poutre » ↔ //teg(u)mentum// « ce qui couvre » ↔ //tēgula// « tuile » est le pendant de la chaîne //signum// ↔ //sigillum// « figurinecachet » ↔ //segmentum// « entailleincison » ↔ //sēcula// ((Pour la longue, probable, de  sēcula , voir  DELL sous  secāre))« faucille » [Varr. //L//. 5, 137]), et en troisième lieu par des considérations sémantiques : au sens de « statue((C’est le sens de  se[g]únúm))», « effigie », //signum// peut s’expliquer par la racine de //secāre //; la preuve en est fournie par l’osque et le sud-picénien où le lexème %%*%%//korā// ‑ (« effigie ») a été expliqué par Rix (1994) au moyen de la racine %%*%%//sker-//. La même année, Paolo Poccetti (1994) a proposé une nouvelle analyse de l’inscription sur galet Ve 161 (Sa 31) **pis : tiú : íív : kúru : púiiu : baíteís : aadiieís : avfineís ** (« – Qui es-tu ? – Je suis une %%*%%//korā// ‑. – (La %%*%%//korā// ‑) de qui ? – Celle de B. A. A. », traduction conjecturale) et conclut que **kúru** désignait le « symbole », le « signe », du personnage (p. 134). Les emplois de //signum// et de %%*%%//korā// ‑ pouvaient se correspondre en grande partie, mais les conditions d’attestation du mot sabellique interdisent d’être trop affirmatif sur ce point.   +L’existence d’un prototype %%*%%//sekh<sub>2</sub>‑no‑// (> %%*%%//sekano‑// > %%*%%//sekno-// [syncope] > //signum//) ou %%*%%//sek‑no‑// (> %%*%%//sekno‑// > //signum//), comportant la racine((La laryngale finale (posée par le  //LIV//) est uniquement postulée pour expliquer le parfait  //secuī//)) de //secāre//, serait assurée pour l’italique en premier lieu par le nord-osque, qui livre un thème en //-ā-// //asignas// (« //caro// »((WOU a ‑ est discutée (cf. //prosiciae//)))?), en second lieu par des considérations morphologiques (le complexe dérivationnel //tignum// «poutresolive» ↔ //tigillum// «petite poutre» ↔ //teg(u)mentum// «ce qui couvre» ↔ //tēgula// «tuile» est le pendant de la chaîne //signum// ↔ //sigillum// «figurinecachet» ↔ //segmentum// «entailleincision» ↔ //sēcula//((Pour la longue, probable, de  //sēcula//, voir  EM sous  //secāre//)) «faucille» [Varr. //L//. 5, 137]), et en troisième lieu par des considérations sémantiques: au sens de «statue((C’est le sens de  se[g]únúm))», « effigie », //signum// peut s’expliquer par la racine de //secāre //; la preuve en est fournie par l’osque et le sud-picénien où le lexème %%*%%//korā-// (« effigie ») a été expliqué par Rix (1994) au moyen de la racine *//sker-//. La même année, Paolo Poccetti (1994) a proposé une nouvelle analyse de l’inscription sur galet Ve 161 (Sa 31) **pis : tiú : íív : kúru : púiiu : baíteís : aadiieís : avfineís ** («– Qui es-tu ? – Je suis une %%*%%//korā// ‑. – (La %%*%%//korā// ‑) de qui ? – Celle de B. A. A.», traduction conjecturale) et conclut que **kúru** désignait le «symbole», le «signe», du personnage (p. 134). Les emplois de //signum// et de %%*%%//korā-// pouvaient se correspondre en grande partie, mais les conditions d’attestation du mot sabellique interdisent d’être trop affirmatif sur ce point.   
  
-Néanmoins, en s’appuyant sur une étude de Cl. Moussy (1988 [1992]), Ch. de Lamberterie (1996) a insisté sur les sens d’ « indice » et de « présage » que peut actualiser //signum//. //Signum// s’expliquerait alors sans peine à partir de la famille de //sāgīre// « avoir du flair, sentir finement, deviner » et de //praesāgīre// « prévoir, augurer, deviner ». Que le vocabulaire de l’enquête puisse être emprunté à celui de la chasse nous est confirmé par cette réplique de Palestrion dans le //Miles Gloriosus //:   +Néanmoins, en s’appuyant sur une étude de Cl. Moussy (1988 [1992]), Ch. de Lamberterie (1996) a insisté sur les sens d’«indice» et de «présage» que peut actualiser //signum//. //Signum// s’expliquerait alors sans peine à partir de la famille de //sāgīre// «avoir du flair, sentir finement, deviner» et de //praesāgīre// «prévoir, augurer, deviner». Que le vocabulaire de l’enquête puisse être emprunté à celui de la chasse nous est confirmé par cette réplique de Palestrion dans le //Miles Gloriosus //:   
  
     *Pl. //Mil//. 268-269 : \\ //Si ita non reperio, ibo odorans quasi canis uenaticus,// \\ //Vsque donec persecutus uolpem ero uestigiis.// \\  « Si je ne le trouve pas comme je l’espère, j’irai flairant comme un chien de chasse, jusqu’à ce que j’aie saisi la trace du renard ».      *Pl. //Mil//. 268-269 : \\ //Si ita non reperio, ibo odorans quasi canis uenaticus,// \\ //Vsque donec persecutus uolpem ero uestigiis.// \\  « Si je ne le trouve pas comme je l’espère, j’irai flairant comme un chien de chasse, jusqu’à ce que j’aie saisi la trace du renard ». 
  
-D’un point de vue strictement //formel//, le rapprochement entre //signum// « indiceprésage » et //praesāgīre// serait recevable. En effet, il serait possible d’établir, pour l’indo‑européen((Lamberterie (1996 138), modifiant une hypothèse de Lubotsky (1981).)), sur une base indépendante de la problématique de //signum//, une loi %%*%%//H >  / V _ DC//, où //D// note toute occlusive sonore et //C// toute consonne (une laryngale tombe, sauf maintien analogique, devant occlusive sonore non aspirée suivie de consonne, généralement de sonante) : \\   -lat. //pignus// < %%*%%//peh<sub>2</sub>ĝ‑n// ° (πήγνυμι, sk. //pajrá// ‑ « solide ») ; \\ //-bhadrá‑// « bon » ; gotique //batiza// « meilleur », //bota// « profit, aide » (racine %%*%%//b<sup>h</sup>eHd//) ; \\ -κεδνός « cher fidèle » / κήδομαι (< %%*%%//kād// ‑) ; \\ -ἑδανός   « suave », supposant %%*%%//swe(h<sub>2</sub>)d‑no// ‑ (Lamberterie 1999).   +D’un point de vue strictement //formel//, le rapprochement entre //signum// «indiceprésage» et //praesāgīre// serait recevable. En effet, il serait possible d’établir, pour l’indo‑européen((Lamberterie (1996138), modifiant une hypothèse de Lubotsky (1981).)), sur une base indépendante de la problématique de //signum//, une loi *//H >  / V _ DC//, où //D// note toute occlusive sonore et //C// toute consonne (une laryngale tombe, sauf maintien analogique, devant occlusive sonore non aspirée suivie de consonne, généralement de sonante) : \\   -lat. //pignus// < %%*%%//peh<sub>2</sub>ĝ‑n// ° (πήγνυμι, sk. //pajrá// ‑ « solide ») ; \\ //-bhadrá‑// « bon » ; gotique //batiza// « meilleur », //bota// « profit, aide » (racine %%*%%//b<sup>h</sup>eHd//) ; \\ -κεδνός « cher fidèle » / κήδομαι (< %%*%%//kād// ‑) ; \\ -ἑδανός   «suave», supposant %%*%%//swe(h<sub>2</sub>)d‑no-// (Lamberterie 1999).   
  
 Qui adopte cette perspective pourrait supposer que //signum// s’explique par la collision homonymique de deux lexèmes différents et reconstruire %%*%%//seh<sub>2</sub>g‑no‑m// > %%*%%//segnom// [« loi de Lubotsky »] > //signum// « indice », qui se confondrait formellement avec //signum// « objet découpé, statue, effigie », issu de %%*%%//sek‑no//‑ (//cf//. nord-osque //asignas//). Finalement, en vertu de la loi citée, le degré //plein// de la racine %%*%%//seh<sub>2</sub>g-// aurait une double représentation en pré-latin, %%*%%//sāg// ‑ et %%*%%//seg// ‑.    Qui adopte cette perspective pourrait supposer que //signum// s’explique par la collision homonymique de deux lexèmes différents et reconstruire %%*%%//seh<sub>2</sub>g‑no‑m// > %%*%%//segnom// [« loi de Lubotsky »] > //signum// « indice », qui se confondrait formellement avec //signum// « objet découpé, statue, effigie », issu de %%*%%//sek‑no//‑ (//cf//. nord-osque //asignas//). Finalement, en vertu de la loi citée, le degré //plein// de la racine %%*%%//seh<sub>2</sub>g-// aurait une double représentation en pré-latin, %%*%%//sāg// ‑ et %%*%%//seg// ‑.