Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

dictionnaire:signum4detaille [2012/01/25 14:41]
paddy créée
dictionnaire:signum4detaille [2012/01/25 15:05] (Version actuelle)
paddy
Ligne 3: Ligne 3:
 ---- ----
 \\ \\
-====== 4. Description des emplois et de leur évolution ====== 
  
-===== 4.0. Plan ===== 
-[[:dictionnaire:signum4|Retour au plan du § 4]] 
  
-===== 4.1Résumé ===== +====== 4.2Description des emplois et de leur évolution : exposé détaillé ======
-[[:dictionnaire:signum4résumé|Lire le résumé]]+
  
-===== 4.2. Exposé détaillé ===== +[[:dictionnaire:signum4|Revenir au plan du § 4]] 
- +\\ 
-<html><a name="Référents concrets"><b>A. Les référents concrets</b></a></html>  +\\ 
 +[[:dictionnaire:signum4résumé|Voir les exemples]] 
 +\\ 
 +\\ 
 +===== A. Les référents concrets =====  
    
-Dès Plaute, //signum // possède trois sens dont les référents sont concrets : « statue », « enseigne militaire » et « cachet ». +Dès Plaute, //signum// possède trois sens dont les référents sont concrets : « statue », « enseigne militaire » et « cachet ». 
  
-<html><a name ="Statue"><b>A.1. Sens de « statue »</b></a></html> +==== A.1. Sens de « statue » ==== 
  
 Dans les textes archaïques, à l’un des sens les plus courants de //signum//, celui de « statue », est attachée une connotation religieuse, puisque le lexème dénote quasi exclusivement des statues de divinités :  Dans les textes archaïques, à l’un des sens les plus courants de //signum//, celui de « statue », est attachée une connotation religieuse, puisque le lexème dénote quasi exclusivement des statues de divinités : 
Ligne 25: Ligne 25:
 __Sémème__: /Représentation/ /artistique/ /sculptée/ /d’une divinité/, où le sème /d’une divinité/ permet de distinguer //signum // de //statua//.    Et, à partir de l’époque classique, par extension de sens (et disparition d’un sème spécifique) : /Représentation/ /artistique/ /sculptée/. Le lexème est alors employé au pluriel et se trouve fréquemment en collocation avec //tabula// ou //pictura//, qui dénotent des œuvres peintes.\\ __Sémème__: /Représentation/ /artistique/ /sculptée/ /d’une divinité/, où le sème /d’une divinité/ permet de distinguer //signum // de //statua//.    Et, à partir de l’époque classique, par extension de sens (et disparition d’un sème spécifique) : /Représentation/ /artistique/ /sculptée/. Le lexème est alors employé au pluriel et se trouve fréquemment en collocation avec //tabula// ou //pictura//, qui dénotent des œuvres peintes.\\
  
-<html><a name="Enseigne militaire"><b>A.2. Sens d’« enseigne militaire »</b></a></html> +==== A.2. Sens d’« enseigne militaire » ==== 
  
 Ce n’est pas le sens le plus courant à l’époque archaïque. Et il faut noter, dès les comédies de Plaute, la tendance du lexème à devenir constituant de lexies, tendance qui se développera tout au long de la latinité :    \\ Ce n’est pas le sens le plus courant à l’époque archaïque. Et il faut noter, dès les comédies de Plaute, la tendance du lexème à devenir constituant de lexies, tendance qui se développera tout au long de la latinité :    \\
Ligne 37: Ligne 37:
 __ Sémème __: /Représentation/ /symbolique/ /d’un dieu/ /protecteur / /d’une unité armée/ /et permettant de/ /reconnaître cette dernière/.     __ Sémème __: /Représentation/ /symbolique/ /d’un dieu/ /protecteur / /d’une unité armée/ /et permettant de/ /reconnaître cette dernière/.    
  
-<html><a name="Unité armée"><b>A.2.1. Acception dérivée : « unité armée »</b></a></html>   +=== A.2.1. Acception dérivée : « unité armée » ===  
  
 L’acception d’« unité armée » n’est pas attestée dans les textes archaïques et elle est encore très rare à l’époque cicéronienne. En revanche, hors lexie, elle apparaît très fréquemment dans l’œuvre de Tite-Live, où le sens d’« enseigne militaire » était déjà très répandu :     L’acception d’« unité armée » n’est pas attestée dans les textes archaïques et elle est encore très rare à l’époque cicéronienne. En revanche, hors lexie, elle apparaît très fréquemment dans l’œuvre de Tite-Live, où le sens d’« enseigne militaire » était déjà très répandu :    
Ligne 47: Ligne 47:
 __ Sémème__: /Ensembles d’hommes/ /accompagné/ /d’une enseigne militaire/.     __ Sémème__: /Ensembles d’hommes/ /accompagné/ /d’une enseigne militaire/.    
  
-<html><a name="Enseigne commerciale"><b>A.2.2. Acception d’« enseigne commerciale »</b></a></html>   +=== A.2.2. Acception d’« enseigne commerciale » === 
  
 Chez Quintilien est attesté un hapax où //signum // signifie « enseigne commerciale » :  Chez Quintilien est attesté un hapax où //signum // signifie « enseigne commerciale » : 
Ligne 67: Ligne 67:
 Le latin //signum // au sens de « cachet » dénote les mêmes référents que le français //cachet //: il peut, en effet, faire référence à la marque laissée par le sceau, comme c’est le cas dans l’occurrence précédemment citée, mais aussi à l’objet en lui-même, au sceau, que l’on peut, par exemple, tenir en main (Pl. //Tri. // 790-797 ; Cic. //Att. // XI, 9, 2).     Le latin //signum // au sens de « cachet » dénote les mêmes référents que le français //cachet //: il peut, en effet, faire référence à la marque laissée par le sceau, comme c’est le cas dans l’occurrence précédemment citée, mais aussi à l’objet en lui-même, au sceau, que l’on peut, par exemple, tenir en main (Pl. //Tri. // 790-797 ; Cic. //Att. // XI, 9, 2).    
  
-<html><a name="Marque de reconnaissance"><b>A.4. « Marque de reconnaissance »</b></a></html>  +==== A.4. « Marque de reconnaissance » ==== 
  
 D’autres sémèmes de //signum // possèdent, comme le sens de « cachet », les sèmes /qui permet/ /de reconnaître/. Ainsi, dès l’époque archaïque, est attestée l’acception de « marque de reconnaissance ». //Signum // est alors en emploi anaphorique, dans la mesure où le substantif définit l’objet qui permet de reconnaître quelqu’un :  \\ D’autres sémèmes de //signum // possèdent, comme le sens de « cachet », les sèmes /qui permet/ /de reconnaître/. Ainsi, dès l’époque archaïque, est attestée l’acception de « marque de reconnaissance ». //Signum // est alors en emploi anaphorique, dans la mesure où le substantif définit l’objet qui permet de reconnaître quelqu’un :  \\
Ligne 75: Ligne 75:
  __Sémème__: /Marque/ /qui renvoie/ /à quelqu’un d’autre/ /et qui permet/ /de reconnaître/ /ce quelqu’un/.      __Sémème__: /Marque/ /qui renvoie/ /à quelqu’un d’autre/ /et qui permet/ /de reconnaître/ /ce quelqu’un/.    
  
-<html><a name="signa pedum"><b>A.4.1. Emplois particuliers de « marque de reconnaissance »</b></a></html>   +=== A.4.1. Emplois particuliers de « marque de reconnaissance » ===
  
 Le lexème, avec l’acception de « marque de reconnaissance », est souvent utilisé dans des emplois particuliers :     Le lexème, avec l’acception de « marque de reconnaissance », est souvent utilisé dans des emplois particuliers :    
Ligne 93: Ligne 93:
     *Frontin. //De Controuersiis// 32-33 : //Haec autem controuersia frequenter in arcifiniis agris uariorum **signorum ** demonstrationibus exercetur, ut __fossis, fluminibus, arboribus ante missis, aut culturae discrimine__ //. \\   « Or, cette controverse se manifeste fréquemment dans les terres arcifinales avec la description des diverses marques de reconnaissance comme les fossés, les cours d’eau, les arbres que l’on a fait pousser antérieurement ou la différence de culture ».         *Frontin. //De Controuersiis// 32-33 : //Haec autem controuersia frequenter in arcifiniis agris uariorum **signorum ** demonstrationibus exercetur, ut __fossis, fluminibus, arboribus ante missis, aut culturae discrimine__ //. \\   « Or, cette controverse se manifeste fréquemment dans les terres arcifinales avec la description des diverses marques de reconnaissance comme les fossés, les cours d’eau, les arbres que l’on a fait pousser antérieurement ou la différence de culture ».    
  
-<html><a name="Mot de passe"><b>A.4.2. L’acception de « mot de passe »</b></a></html>   +=== A.4.2. L’acception de « mot de passe » ===   
  
 Cette acception est rare à l’époque archaïque. L’œuvre de Plaute n’en offre qu’un seul exemple : Cette acception est rare à l’époque archaïque. L’œuvre de Plaute n’en offre qu’un seul exemple :
Ligne 105: Ligne 105:
 __Sémème__: /Parole/ /qui permet/ /de reconnaître/ /une personne/ /comme appartenant à un groupe/. On note à nouveau les sèmes /qui permet/ /de reconnaître/, communs à « cachet », puis à « marque de reconnaissance ».     __Sémème__: /Parole/ /qui permet/ /de reconnaître/ /une personne/ /comme appartenant à un groupe/. On note à nouveau les sèmes /qui permet/ /de reconnaître/, communs à « cachet », puis à « marque de reconnaissance ».    
  
-<html><a name="Figure"><b>A.5. Sens « figure »</b></a></html>   +==== A.5. Sens « figure » ====   
  
 C’est un sens qui n’apparaît que dans des emplois spécifiques. Il est à rapprocher des sens précédemment évoqués, dans la mesure où il est fondé sur le sème /représentation/, présent sous une forme ou sous une autre, dans tous les sémèmes définis jusqu’à maintenant.  Le sens de « figure » est attesté seulement deux fois chez Plaute et uniquement dans le syntagme //signum pictum //: \\ C’est un sens qui n’apparaît que dans des emplois spécifiques. Il est à rapprocher des sens précédemment évoqués, dans la mesure où il est fondé sur le sème /représentation/, présent sous une forme ou sous une autre, dans tous les sémèmes définis jusqu’à maintenant.  Le sens de « figure » est attesté seulement deux fois chez Plaute et uniquement dans le syntagme //signum pictum //: \\
Ligne 124: Ligne 124:
 __Sémème__: /Représentation/ /de quelqu’un ou de quelque chose/.     __Sémème__: /Représentation/ /de quelqu’un ou de quelque chose/.    
  
-<html><a name="Signe"><b>B. Le sens de « signe »</b></a></html>  +===== B. Le sens de « signe » =====  
  
 Jusqu’à présent, //signum // désignait un objet déterminé, qui était interprété comme un signe et, partant, le lexème devait adopter les significations de « statue », « étendard », « marque de reconnaissance » ou « cachet ». Or, dès l’époque archaïque, le lexème peut aussi ne signifier rien d’autre que « signe » : Jusqu’à présent, //signum // désignait un objet déterminé, qui était interprété comme un signe et, partant, le lexème devait adopter les significations de « statue », « étendard », « marque de reconnaissance » ou « cachet ». Or, dès l’époque archaïque, le lexème peut aussi ne signifier rien d’autre que « signe » :
Ligne 136: Ligne 136:
 __Sémème__: /ce qui renvoie/ /à quelque chose d’autre/ /et qui en est caractéristique/.   __Sémème__: /ce qui renvoie/ /à quelque chose d’autre/ /et qui en est caractéristique/.  
  
-<html><a name="Vocabulaire technique"><b>B.1. <i>Signum</i> dans le vocabulaire technique</b></a></html>   +==== B.1. Signum dans le vocabulaire technique ====  
  
-<html><a name="Point géométrique"><b>B.1.1. La géométrie</b></a></html>   +=== B.1.1. La géométrie === 
  
 • //Signum // en emploi technique  \\ La prose technique, et en particulier celle de Vitruve, a permis au « signe » de devenir concret, puisque le lexème //signum // est employé, chez cet auteur, pour désigner la marque à partir de laquelle des arcs de cercle seront tracés ; les //signa//-marques sont alors des sortes de repères :     • //Signum // en emploi technique  \\ La prose technique, et en particulier celle de Vitruve, a permis au « signe » de devenir concret, puisque le lexème //signum // est employé, chez cet auteur, pour désigner la marque à partir de laquelle des arcs de cercle seront tracés ; les //signa//-marques sont alors des sortes de repères :    
Ligne 156: Ligne 156:
 Même si les définitions de Balbus ont été influencées par celles d’Euclide, il n’en reste pas moins que //signum//, parce qu’il désigne tout ce qui « représente » autre chose que lui-même ou ce qui « renvoie » à autre chose, en vient logiquement, par le truchement d’un emploi technique, à évoluer vers le sens de « point géométrique ». Un point géométrique peut, en effet, être représenté par une marque.     Même si les définitions de Balbus ont été influencées par celles d’Euclide, il n’en reste pas moins que //signum//, parce qu’il désigne tout ce qui « représente » autre chose que lui-même ou ce qui « renvoie » à autre chose, en vient logiquement, par le truchement d’un emploi technique, à évoluer vers le sens de « point géométrique ». Un point géométrique peut, en effet, être représenté par une marque.    
  
-<html><a name="Rhétorique"><b>B.1.2. Emploi de <i>signum</i> en rhétorique</b></a></html>   +=== B.1.2. Emploi de signum en rhétorique ===  
  
 Emploi attesté dès l’époque cicéronienne :     Emploi attesté dès l’époque cicéronienne :    
Ligne 168: Ligne 168:
 Lorsque //signum // désigne un indice, il ne s’agit que d’un emploi technique du sens de « signe » dû au contexte précis de la rhétorique. Lorsque //signum // désigne un indice, il ne s’agit que d’un emploi technique du sens de « signe » dû au contexte précis de la rhétorique.
  
-<html><a name="Médecine"><b>   B.1.3. Le symptôme en médecine </b></a></html>   +=== B.1.3. Le symptôme en médecine ===   
  
 //Signum// au sens de « signe » dénote le symptôme en médecine. Dès l’époque cicéronienne, //signum // peut dénoter un symptôme tout en conservant son sens général de « signe » :     //Signum// au sens de « signe » dénote le symptôme en médecine. Dès l’époque cicéronienne, //signum // peut dénoter un symptôme tout en conservant son sens général de « signe » :    
Ligne 178: Ligne 178:
     *Cels. V, 26, 31B ://Omnis autem cancer non solum id corrumpit, quod occupauit, sed etiam serpit ; deinde aliis aliisque **signis** discernitur//. \\ « Or, tout cancer ronge non seulement ce qu’il a d’abord attaqué, mais il se propage aussi ; ensuite, on le décèle par divers symptômes ».         *Cels. V, 26, 31B ://Omnis autem cancer non solum id corrumpit, quod occupauit, sed etiam serpit ; deinde aliis aliisque **signis** discernitur//. \\ « Or, tout cancer ronge non seulement ce qu’il a d’abord attaqué, mais il se propage aussi ; ensuite, on le décèle par divers symptômes ».    
  
-<html><a name="Métalangage"><b>B.1.4. Emploi métalinguistique</b></a></html>   +=== B.1.4. Emploi métalinguistique ===   
  
 //Signum// connaît un emploi technique dans le vocabulaire du métalangage. Saint Augustin fut le premier auteur latin à définir le mot comme un signe linguistique :     //Signum// connaît un emploi technique dans le vocabulaire du métalangage. Saint Augustin fut le premier auteur latin à définir le mot comme un signe linguistique :    
Ligne 186: Ligne 186:
 Le mot, comme signe linguistique, est alors défini par Augustin comme étant composé de deux éléments, qui correspondraient respectivement à notre « signifiant » et à notre « signifié » :     Le mot, comme signe linguistique, est alors défini par Augustin comme étant composé de deux éléments, qui correspondraient respectivement à notre « signifiant » et à notre « signifié » :    
  
-    *Aug. //Mag. // X, 34 (p. 130) : //In quo tamen **signo** cum duo sint, __sonus et significatio__, sonum certe non per **signum ** percipimus, sed eo ipso aure pulsata, significationem autem re, quae significatur, aspecta//. \\ « Or, comme dans ce signe, il y a deux éléments, le son et la signification ; le premier n’est pas perçu, certes, par l’intermédiaire du signe, mais par lui-même parce que le souffle frappe l’air ; quant à la signification, elle ne l’est qu’en voyant la chose signifiée ». +    *Aug. //Mag.// X, 34 (p. 130) : //In quo tamen **signo** cum duo sint, __sonus et significatio__, sonum certe non per **signum ** percipimus, sed eo ipso aure pulsata, significationem autem re, quae significatur, aspecta//. \\ « Or, comme dans ce signe, il y a deux éléments, le son et la signification ; le premier n’est pas perçu, certes, par l’intermédiaire du signe, mais par lui-même parce que le souffle frappe l’air ; quant à la signification, elle ne l’est qu’en voyant la chose signifiée ». 
  
-<html><a name="Signe précurseur"><b>B.2. « Signe précurseur »</b></a></html>   +==== B.2. « Signe précurseur » ====   
  
-Dans un emploi particulier, //signum // dénote un « signe précurseur ». L’étude des occurrences dans lesquelles le lexème //signum // dénote « un signe précurseur » ne concerne pas, comme on pourrait le penser, exclusivement le contexte divinatoire. En effet, à partir de l’époque cicéronienne, le substantif est certes entré dans le vocabulaire technique de la divination, en signifiant « présage », mais il a également pu dénoter un « signe précurseur ». Il est très souvent question de phénomènes climatiques :   +Dans un emploi particulier, //signum// dénote un « signe précurseur ». L’étude des occurrences dans lesquelles le lexème //signum // dénote « un signe précurseur » ne concerne pas, comme on pourrait le penser, exclusivement le contexte divinatoire. En effet, à partir de l’époque cicéronienne, le substantif est certes entré dans le vocabulaire technique de la divination, en signifiant « présage », mais il a également pu dénoter un « signe précurseur ». Il est très souvent question de phénomènes climatiques :   
  
     *Cic. //Div//. II, 14 : //Atqui ne illa quidem diuinantis esse dicebas, __uentos aut imbres __ inpendentes quibusdam __praesentire__ **signis** // […]. \\ « Mais tu disais que prévoir, grâce à certains signes, des vents ou des pluies imminents n’était pas non plus de l’ordre de la divination ».         *Cic. //Div//. II, 14 : //Atqui ne illa quidem diuinantis esse dicebas, __uentos aut imbres __ inpendentes quibusdam __praesentire__ **signis** // […]. \\ « Mais tu disais que prévoir, grâce à certains signes, des vents ou des pluies imminents n’était pas non plus de l’ordre de la divination ».    
Ligne 198: Ligne 198:
     *Suet. //Dom//. 11 : //Et quo contemptius abuteretur patentia hominum, numquam tristiorem sententiam sine praefatione clementiae pronuntiauit, ut non aliud iam certius __atrocis exitus __ **signum ** esset quam principii lenitas//. \\ « Et pour abuser avec encore plus de mépris de la patience des hommes, il [Domitien] ne prononça jamais une sentence de mort sans un préambule clément, si bien qu’il n’y avait désormais rien de plus certain, comme signe d’une issue atroce, que la douceur du prince ».         *Suet. //Dom//. 11 : //Et quo contemptius abuteretur patentia hominum, numquam tristiorem sententiam sine praefatione clementiae pronuntiauit, ut non aliud iam certius __atrocis exitus __ **signum ** esset quam principii lenitas//. \\ « Et pour abuser avec encore plus de mépris de la patience des hommes, il [Domitien] ne prononça jamais une sentence de mort sans un préambule clément, si bien qu’il n’y avait désormais rien de plus certain, comme signe d’une issue atroce, que la douceur du prince ».    
  
-<html><a name="Présage"><b>   B.3. L’acception de « présage »</b></a></html>   +==== B.3. L’acception de « présage » ====  
  
 La langue française ne distingue pas le simple « signe précurseur », qui peut être, par exemple, d’ordre météorologique, de celui qui est « envoyé par les dieux ». Les deux notions sont exprimées par le lexème //présage//. Or, comme le signe envoyé par les dieux est, en latin, une nouvelle acception de //signum//, et non pas un simple emploi particulier du sens de « signe », nous réservons, pour plus de clarté, le terme de « présage » au second type de signe. Cette nouvelle acception est attestée à partir de l’époque cicéronienne :     La langue française ne distingue pas le simple « signe précurseur », qui peut être, par exemple, d’ordre météorologique, de celui qui est « envoyé par les dieux ». Les deux notions sont exprimées par le lexème //présage//. Or, comme le signe envoyé par les dieux est, en latin, une nouvelle acception de //signum//, et non pas un simple emploi particulier du sens de « signe », nous réservons, pour plus de clarté, le terme de « présage » au second type de signe. Cette nouvelle acception est attestée à partir de l’époque cicéronienne :    
Ligne 210: Ligne 210:
 <html><a name="Constellation"><b>B.4. « Constellation » et « étoile »</b></a></html>     <html><a name="Constellation"><b>B.4. « Constellation » et « étoile »</b></a></html>    
  
-**B.4.1. « Constellation »** +=== B.4.1. « Constellation » === 
  
 //Signum  // peut signifier « constellation ». L’œuvre de Plaute n’offre qu’un seul exemple de //signum // avec l’acception de « constellation » :     //Signum  // peut signifier « constellation ». L’œuvre de Plaute n’offre qu’un seul exemple de //signum // avec l’acception de « constellation » :    
Ligne 226: Ligne 226:
 //Signum// a été choisi pour dénoter une constellation parce que ce référent renvoie à autre chose qu’à lui-même en annonçant un événement à venir. Aussi est-il probable que le sens de « constellation » dérive de l’acception de « présage ».    //Signum// a été choisi pour dénoter une constellation parce que ce référent renvoie à autre chose qu’à lui-même en annonçant un événement à venir. Aussi est-il probable que le sens de « constellation » dérive de l’acception de « présage ».   
  
-**B.4.2 « toile » **  +=== B.4.2 « toile » ===  
  
 En dehors de la prose, //signum // a pu signifier, dès l’époque archaïque, « étoile ». Cependant, les occurrences sont moins nombreuses que pour le sens de « constellation » :     En dehors de la prose, //signum // a pu signifier, dès l’époque archaïque, « étoile ». Cependant, les occurrences sont moins nombreuses que pour le sens de « constellation » :    
Ligne 238: Ligne 238:
 __Sémème__: /Corps céleste/ /constitutif/ /d’une constellation/. __Sémème__: /Corps céleste/ /constitutif/ /d’une constellation/.
          
-<html><a name="Signal"><b>B.5. Le sens de « signal »</b></a></html>   +==== B.5. Le sens de « signal » ====
  
 Ce sens est très rarement attesté à l’époque archaïque. Deux des trois occurrences présentes chez Plaute montrent la tendance du lexème, avec le sens de « signal », à être employé dans des lexies, comme //signum dare //:     Ce sens est très rarement attesté à l’époque archaïque. Deux des trois occurrences présentes chez Plaute montrent la tendance du lexème, avec le sens de « signal », à être employé dans des lexies, comme //signum dare //:    
Ligne 248: Ligne 248:
 __Sémème__: /Signe/ /conventionnel/ /poussant à/ /agir/, où le sème /conventionnel/ est inhérent au sémème de « signal ».     __Sémème__: /Signe/ /conventionnel/ /poussant à/ /agir/, où le sème /conventionnel/ est inhérent au sémème de « signal ».    
  
-<html><a name="Miracle"><b>   B.6. L’acception de « miracle »</b></a></html> +==== B.6. L’acception de « miracle » ==== 
  
 Chez les auteurs chrétiens, //signum // a signifié « miracle » :     Chez les auteurs chrétiens, //signum // a signifié « miracle » :