Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

dictionnaire:rursus6 [2013/11/10 13:32]
lecaude [6.1. Histoire au cours de la latinité. Evolution des emplois]
dictionnaire:rursus6 [2013/11/10 13:34] (Version actuelle)
lecaude [6.2. Etymologie et origine]
Ligne 65: Ligne 65:
  
  
-Le préverbe //rĕ//- a pour valeur « en arrière » (et « de nouveau »), tandis que le verbe simple est //uertō//,//uertere// (participe parfait passif : //uorsus, -a, -um// « tourné, qui a été tourné ») ou plutôt le médio-passif //uertor,// //uertī// « se tourner » (équivalent de //sē uertere// à la forme dite « pronominale »), ce qui donne pour le participe parfait le sens de « qui s’est tourné, tourné »((Le dictionnaire d’Ernout-Meillet s.u. //rursum, rursus, rus// (//s//)//us// (p. 583) renvoie d’une part au préverbe //re//- (p. 565) et d’autre part au verbe //uerto// (p. 725 et suivantes). Selon ce dictionnaire, //re//- marque un mouvement en arrière (//re-cedo, re-spicio, red-eo//) ou un retour à un état antérieur (//re-ficio, re-stituo) // et, de ce fait, une répétition (//re-canto//) ou un « mouvement en sens contraire, qui détruit ce qui a été fait » (//re-cludo, re-nuo, re-tego//, etc.). Selon EM p. 566, « //rursum// est formé sur //sursum// … De //retro// sont formés //retrorsum// (-//sus//, de //retrouorsus//) et des composés ou juxtaposés tels que //retro-cedo // ». Ainsi, selon EM (583, 566, 725), //rursum // serait formé à partir du préverbe //re//- et du participe du verbe //uerto, -ere, uersum// (ou //uorsum//) sur un modèle fourni analogiquement par l’adverbe //sursum. // Puisque//sursum// « vers le haut » vient de *//sub-uorsum//, //rursum//, selon EM, ne serait pas directement le participe du verbe //re-uertere// ou //re-uerti//, mais une création par mise en composition faite à l’intérieur du groupement de ces adverbes directifs, en copiant le modèle de *//sub-uorsum// « tourné vers le haut » avec une forme *//re-uorsum// « tourné vers l’arrière », par substitution de l’élément de relation //re//- à l’élément de relation //sub//-. Cette explication diffère de la nôtre, puisque nous partons directement du participe parfait de //reuerti//.)). Des preuves de cette formation nous sont données par Plaute (cf. [[:dictionnaire:rursus5:5.1.Analyse synchronique du lexème.Formation du mot en latin|§ 5.1.]]).+Le préverbe //rĕ//- a pour valeur « en arrière » (et « de nouveau »), tandis que le verbe simple est //uertō//,//uertere// (participe parfait passif : //uorsus, -a, -um// « tourné, qui a été tourné ») ou plutôt le médio-passif //uertor,// //uertī// « se tourner » (équivalent de //sē uertere// à la forme dite « pronominale »), ce qui donne pour le participe parfait le sens de « qui s’est tourné, tourné »((Le dictionnaire d’Ernout-Meillet s.u. //rursum, rursus, rus// (//s//)//us// (p. 583) renvoie d’une part au préverbe //re//- (p. 565) et d’autre part au verbe //uerto// (p. 725 et suivantes). Selon ce dictionnaire, //re//- marque un mouvement en arrière (//re-cedo, re-spicio, red-eo//) ou un retour à un état antérieur (//re-ficio, re-stituo) // et, de ce fait, une répétition (//re-canto//) ou un « mouvement en sens contraire, qui détruit ce qui a été fait » (//re-cludo, re-nuo, re-tego//, etc.). Selon EM p. 566, « //rursum// est formé sur //sursum// … De //retro// sont formés //retrorsum// (-//sus//, de //retrouorsus//) et des composés ou juxtaposés tels que //retro-cedo // ». Ainsi, selon EM (583, 566, 725), //rursum // serait formé à partir du préverbe //re//- et du participe du verbe //uerto, -ere, uersum// (ou //uorsum//) sur un modèle fourni analogiquement par l’adverbe //sursum. // Puisque//sursum// « vers le haut » vient de *//sub-uorsum//, //rursum//, selon EM, ne serait pas directement le participe du verbe //re-uertere// ou //re-uerti//, mais une création par mise en composition faite à l’intérieur du groupement de ces adverbes directifs, en copiant le modèle de *//sub-uorsum// « tourné vers le haut » avec une forme *//re-uorsum// « tourné vers l’arrière », par substitution de l’élément de relation //re//- à l’élément de relation //sub//-. Cette explication diffère de la nôtre, puisque nous partons directement du participe parfait de //reuerti//.)). Des preuves de cette formation nous sont données par Plaute (cf. [[:dictionnaire:rursus5#5.1.Analyse synchronique du lexème.Formation du mot en latin|§ 5.1.]]).
  
  
Ligne 75: Ligne 75:
  
  
-Ils sont formés par agglutination : derrière un adverbe déjà directif terminé par le //o// long directif de la question « //quō //? », s’est soudée la forme //uorsus// (-//m//) « tourné vers, vers » de participe parfait de //uertī// « se tourner ». Cette forme participiale s’est figée et grammaticalisée((La  grammaticalisation de //uersus // (-//m//) / //uorsus// (-//m//) est allée jusqu’au statut de préposition avec le sens directif de « vers », bien attesté dans les langues romanes (fr. //vers//) ; cf.  EM s.u. //uerto//: adverbe pour « préciser un mouvement précédemment indiqué (par exemple //ad mare uorsum//) », puis préposition invariable « dans la direction de, vers », généralement postposée au substantif.)) en latin, où elle fonctionne comme un morphème directif. Ces adverbes résultent donc de l’agglutination de deux morphèmes directifs.+Ils sont formés par agglutination : derrière un adverbe déjà directif terminé par le //o// long directif de la question « //quō //? », s’est soudée la forme //uorsus// (-//m//) « tourné vers, vers » de participe parfait de //uertī// « se tourner ». Cette forme participiale s’est figée et grammaticalisée((La  grammaticalisation de //uersus // (-//m//) / //uorsus// (-//m//) est allée jusqu’au statut de préposition avec le sens directif de « vers », bien attesté dans les langues romanes (fr. //vers//) ; cf.  EM //s.u.// //uerto//: adverbe pour « préciser un mouvement précédemment indiqué (par exemple //ad mare uorsum//) », puis préposition invariable « dans la direction de, vers », généralement postposée au substantif.)) en latin, où elle fonctionne comme un morphème directif. Ces adverbes résultent donc de l’agglutination de deux morphèmes directifs.
  
  
Ligne 84: Ligne 84:
  
  
-Au sein de ce groupement, la particularité formelle des adverbes//rūrsus // et//sūrsum // « tourné vers le haut, vers le haut » est qu’ils offrent une voyelle //u// long et non une voyelle //o// long. La raison en est phonétique((//Sūrsum// est issu de //*sub-uŏrsum// et la contraction de //u// et //o// donne //u// long, puisque c’est le timbre de la première voyelle qui l’emporte.)). Dans //rursus// (-//m//), la syllabe initiale du « suffixe » //…ōrsus // ou//-ōrsus// est aussi la syllabe initiale du mot, alors qu’elle était la seconde syllabe du mot pour //retrorsus// et la plupart des adverbes de ce groupement. Or, en syllabe initiale, le latin offre quelques cas de fermeture d’un //o// long en //u// long((Par exemple dans le nom du voleur : //fūr// (gén. //fūr-is// M.), probablement issu de %%*%%//b<sup>h </sup>ōr//, de la racine i.-e. %%*%%//b<sup>h </sup>er-// « porter », prise ici au sens d’« emporter », avec un vocalisme //o// allongé, la longue pouvant s’expliquer par le statut de « nom-racine » de ce substantif.)) (cf. [[:dictionnaire:rursus2#2.3.Formation du lexème|§ 2.3]] et [[:dictionnaire:rursus5#5.1.Analyse synchronique du lexème.Formation du mot en latin|§ 5.1.]] ).+Au sein de ce groupement, la particularité formelle des adverbes//rūrsus // et//sūrsum // « tourné vers le haut, vers le haut » est qu’ils offrent une voyelle //u// long et non une voyelle //o// long. La raison en est phonétique((//Sūrsum// est issu de //*sub-uŏrsum// et la contraction de //u// et //o// donne //u// long, puisque c’est le timbre de la première voyelle qui l’emporte.)). Dans //rursus// (-//m//), la syllabe initiale du « suffixe » //…ōrsus // ou//-ōrsus// est aussi la syllabe initiale du mot, alors qu’elle était la seconde syllabe du mot pour //retrorsus// et la plupart des adverbes de ce groupement. Or, en syllabe initiale, le latin offre quelques cas de fermeture d’un //o// long en //u// long((Par exemple dans le nom du voleur : //fūr// (gén. //fūr-is// M.), probablement issu de %%*%%//b<sup>h</sup>ōr//, de la racine i.-e. %%*%%//b<sup>h </sup>er-// « porter », prise ici au sens d’« emporter », avec un vocalisme //o// allongé, la longue pouvant s’expliquer par le statut de « nom-racine » de ce substantif.)) (cf. [[:dictionnaire:rursus2#2.3.Formation du lexème|§ 2.3]] et [[:dictionnaire:rursus5#5.1.Analyse synchronique du lexème.Formation du mot en latin|§ 5.1.]]).