Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

dictionnaire:rursus5 [2012/03/23 17:54]
garrido
dictionnaire:rursus5 [2013/11/10 13:07] (Version actuelle)
lecaude [5.4. Associations synchroniques avec d’autres lexèmes]
Ligne 1: Ligne 1:
-<html><div class="titre">rursus(adverbe)</div></html> +<html><div class="titre">rursus</div></html> \\ 
 +<html><center><big><big>(adverbe)</big></big></center></html>
  
  
Ligne 11: Ligne 12:
  
  
-// +//Rūrsŭs// (-//m//) est une formation de date latine qui s’intègre dans le groupement productif des adverbes directifs (marquant la direction vers) terminés par la séquence … //ōrsŭs // (//… ōrsŭm//)//// et, plus rarement, … //ūrsŭs // (… //ūrsŭm//). Cette finale tendit à devenir un véritable suffixe adverbial en//-ōrsŭs // (-//m//) ou//-ūrsŭs // (-//m//) (cf. [[#5.3."Famille" synchronique du lexème"|§ 5.3.]]).
-Rūrsŭs +
-//  +
-(-//m//) est une formation de date latine qui s’intègre dans le groupement productif des adverbes directifs (marquant la direction vers) terminés par la séquence … //ōrsŭs // (//… ōrsŭm//)//// et, plus rarement, … //ūrsŭs // (… //ūrsŭm//). Cette finale tendit à devenir un véritable suffixe adverbial en//-ōrsŭs // (-//m//) ou//-ūrsŭs // (-//m//) (cf. [[§ 5.3.]]).+
  
  
-L’adverbe //rursus// (-//m//) est issu du figement casuel de //reuorsus// ou //reuorsum//(( +L’adverbe //rursus// (-//m//) est issu du figement casuel de //reuorsus// ou //reuorsum//((On observe, pour le second élément, le vocalisme //e// dans //re//-//uersus // (-//m//) et le vocalisme //o// dans //re-uorsus// (-//m//). Cette variation s’explique de manière phonétique, puisque la séquence -//ue//- peut donner -//uo//- par assimilation, tout comme -//uo//- peut passer à -//ue//- par dissimilation. Il ne paraît donc pas pertinent de se demander quel est, des deux, le vocalisme le plus ancien. Il devait s’agir d’un flottement synchronique (cf. //uester / uoster// « votre »). Pour expliquer l’évolution des adverbes ici traités, il est nécessaire de partir de la variante à vocalisme //o //://… ō-uŏrsus > … ōrsus//. Après la perte de la frontière de morphème de préverbation, les règles phonétiques habituelles s’appliquent : le -//u//- consonne s’amuït entre deux voyelles de même timbre et les deux voyelles se contractent en une voyelle longue de même timbre)) formes du participe parfait passif (//re-uersus, -a, -um// ou //re-uorsus, -a, -um//) du verbe préverbé //rĕ-uertō, rĕ-uertĕre// « tourner vers, retourner » ou plutôt le participe parfait du verbe déponent //rĕ//-//uertor, rĕ-uertī// à valeur de médio-passif « se retourner, se tourner vers ». La forme en //us// représente le figement d’un ancien nominatif masculin sg. et la forme en … //um// celui d’un accusatif sg.
- +
- +
-On observe, pour le second élément, le vocalisme //e// dans //re//-//uersus // (-//m//) et le vocalisme //o// dans //re-uorsus// (-//m//). Cette variation s’explique de manière phonétique, puisque la séquence -//ue//- peut donner -//uo//- par assimilation, tout comme -//uo//- peut passer à -//ue//- par dissimilation. Il ne paraît donc pas pertinent de se demander quel est, des deux, le vocalisme le plus ancien. Il devait s’agir d’un flottement synchronique (cf. //uester / uoster// « votre »). Pour expliquer l’évolution des adverbes ici traités, il est nécessaire de partir de la variante à vocalisme //o //://… ō-uŏrsus > … ōrsus//. Après la perte de la frontière de morphème de préverbation, les règles phonétiques habituelles s’appliquent : le -//u//- consonne s’amuït entre deux voyelles de même timbre et les deux voyelles se contractent en une voyelle longue de même timbre)) +
- +
- +
-formes du participe parfait passif (//re-uersus, -a, -um// ou //re-uorsus, -a, -um//) du verbe préverbé //rĕ-uertō, rĕ-uertĕre// « tourner vers, retourner » ou plutôt le participe parfait du verbe déponent //rĕ//-//uertor, rĕ-uertī// à valeur de médio-passif « se retourner, se tourner vers ». La forme en … //us// représente le figement d’un ancien nominatif masculin sg. et la forme en … //um// celui d’un accusatif sg.+
  
  
 Le préverbe //rĕ//- a pour valeur « en arrière » (et « de nouveau »), tandis que le verbe simple est //uertō//,//uertere// (participe parfait passif : //uorsus, -a, -um// « tourné, qui a été tourné ») ou plutôt le médio-passif //uertor,// //uertī// « se tourner » (équivalent de //sē uertere// à la forme dite « pronominale »), ce qui donne pour le participe parfait le sens de « qui s’est tourné, tourné ». Le préverbe //rĕ//- a pour valeur « en arrière » (et « de nouveau »), tandis que le verbe simple est //uertō//,//uertere// (participe parfait passif : //uorsus, -a, -um// « tourné, qui a été tourné ») ou plutôt le médio-passif //uertor,// //uertī// « se tourner » (équivalent de //sē uertere// à la forme dite « pronominale »), ce qui donne pour le participe parfait le sens de « qui s’est tourné, tourné ».
- 
- 
-// 
- 
- 
-//  
  
  
Ligne 41: Ligne 27:
  
  
-Pl. //Am//. 1112 : //Ego cunas **re**cessim **rursum uorsum** trahere et ducere//  +    * Pl. //Am//. 1112 : //Ego cunas **re**cessim **rursum uorsum** trahere et ducere// \\ « Moi, **à reculons**, je tirais et ramenais le berceau **vers l’arrière ** ».
- +
- +
-« Moi, **à reculons**, je tirais et ramenais le berceau **vers l’arrière ** ».+
  
  
Ligne 50: Ligne 33:
  
  
-// +//Rursum// est rapproché de //uersum// par Donat, pour qui la formation du mot est donc motivée : 
-Rursum  +
-//  +
-est rapproché de //uersum// par Donat, pour qui la formation du mot est donc motivée : +
  
  
-Don. //Ter. Ad//. 71 : //rursum est retro uersum//.+    * Don. //Ter. Ad//. 71 : //rursum est retro uersum//.
  
  
-Mais Donat ne restitue pas la forme initiale à préverbe //re//- d’où est issu //rursus// (-//m//) : il emploie plutôt, pour signifier « vers l’arrière », l’adverbe directif //retro//. L’étymologie qu’il propose n’est donc pas celle de //rursus// (-//m//), mais celle de //retrorsus// (-//m//) (cf. supra).+Mais Donat ne restitue pas la forme initiale à préverbe //re//- d’où est issu //rursus// (-//m//) : il emploie plutôt, pour signifier « vers l’arrière », l’adverbe directif //retro//. L’étymologie qu’il propose n’est donc pas celle de //rursus// (-//m//), mais celle de //retrorsus// (-//m//) (cf. //supra//).
  
  
 Varron paraît rapprocher le substantif //rūs// (gén. //rūr-is//) « campagne » de //rūrsus//, au motif que ce sont toujours les mêmes travaux que l’on fait dans les champs d’une année sur l’autre, pour obtenir tous les ans les mêmes produits de la terre ; à ses yeux, il semble que la valeur de « répétition » et celle de « retour du même (//eadem//) », plus proche de la lecture restitutive de l’adverbe, soient toutes deux pertinentes : Varron paraît rapprocher le substantif //rūs// (gén. //rūr-is//) « campagne » de //rūrsus//, au motif que ce sont toujours les mêmes travaux que l’on fait dans les champs d’une année sur l’autre, pour obtenir tous les ans les mêmes produits de la terre ; à ses yeux, il semble que la valeur de « répétition » et celle de « retour du même (//eadem//) », plus proche de la lecture restitutive de l’adverbe, soient toutes deux pertinentes :
  
 +    * Varr. //L//. 5, 40 : //Quod in agris quotquot annis **rursum** facienda eadem, ut **rursum** capias fructus, appellata rura//. \\ « Les //rura// (campagnes) ont tiré leur nom du fait que dans les champs, d’année en année, il faut faire à nouveau (//rursum//) les mêmes besognes pour en récolter à nouveau (//rursum//) les produits » (traduction J. Collart, Paris, Les Belles Lettres, 1954).
  
-Varr. //L//. 5, 40 : //Quod in agris quotquot annis **rursum** facienda eadem, ut **rursum** capias fructus, appellata rura//. 
  
 +===== 5.3. « Famille » synchronique du lexème =====
  
-« Les //rura// (campagnes) ont tiré leur nom du fait que dans les champs, d’année en année, il faut faire à nouveau (//rursum//) les mêmes besognes pour en récolter à nouveau (//rursum//) les produits » (traduction J. Collart, Paris, Les Belles Lettres, 1954). 
  
 +L’adverbe //rursus// (-//m//) appartient à un groupement d’adverbes directifs usuels dans la langue parlée courante et dans tous les autres niveaux de langue (cf. supra [[#3.2.Distribution diastratique (diaphasique)|§ 3.2.]]). Ils ont une productivité certaine et appartiennent au vocabulaire fondamental de la langue : //aduersum// et //aduersus // « en face, contre, en face de », //prorsum// « en avant, tout droit » et //prorsus// (//prosus//) « en avant, tout à fait », //retrōrsus// « vers l’arrière » (de %%*%%//retrō//-//uorsus//), //sūrsum// « vers le haut » (de %%*%%//sub-uorsum//), //deōrsum// « vers le bas » 
 +(de %%*%%//de-uorsum// avec un remaniement phonétique analogique), etc. (voir [[:dictionnaire:rursus6#6.2.Etymologie et origine|§ 6.2.]] et //DHELL//, 3<sup>ème</sup> partie). 
  
-===== 5.3. « Famille » synchronique du terme ===== 
  
- +Ils sont formés par agglutination : dans le cas de //prorsus// / //prorsum// et //retrōrsus//, derrière un adverbe déjà directif terminé par le //o// long directif de la question « //quō //? », s’est soudée la forme //uorsus// (-//m//) « tourné vers, vers » de participe parfait de //uertī// « se tourner ». Cette forme //uorsus// (-//m//) d’origine participiale s’est figée et grammaticalisée((La  
-L’adverbe //rursus// (-//m//) appartient à un groupement d’adverbes directifs usuels dans la langue parlée courante et dans tous les autres niveaux de langue (cf. supra [[§ 3.2.]]). Ils ont une productivité certaine et appartiennent au vocabulaire fondamental de la langue :  +grammaticalisation de //uersus // (-//m//) / //uorsus// (-//m//) est allée jusqu’au statut de préposition avec le sens directif de « vers », bien attesté dans les langues romanes (fr. //vers//).)) en latin dans les présentes formations adverbiales, où elle fonctionne comme un morphème directif. Ces adverbes résultent donc de l’agglutination de deux morphèmes directifs. 
-// +
-aduersum +
-//  +
-et//aduersus // « en face, contre, en face de », //prorsum// « en avant, tout droit » et //prorsus// (//prosus//) « en avant, tout à fait » +
-, //retrōrsus// « vers l’arrière » (de %%*%%//retrō//-//uorsus//), //sūrsum// « vers le haut »  +
-(de %%*%%//sub-uorsum//) +
-, //deōrsum// « vers le bas »  +
-(de %%*%%//de-uorsum// avec un remaniement phonétique analogique) +
-, etc. (voir [[§ 6.2.]] et [[//DHELL// 3<sup>ème</sup>partie]]).  +
- +
- +
-Ils sont formés par agglutination : dans le cas de //prorsus// / //prorsum// et //retrōrsus//, derrière un adverbe déjà directif terminé par le //o// long directif de la question « //quō //? », s’est soudée la forme //uorsus// (-//m//) « tourné vers, vers » de participe parfait de //uertī// « se tourner ». Cette forme //uorsus// (-//m//) d’origine participiale s’est figée et grammaticalisée(( +
- +
- +
-La  +
-grammaticalisation de //uersus // (-//m//) / //uorsus// (-//m//) est allée jusqu’au statut de préposition avec le sens directif de « vers », bien attesté dans les langues romanes (fr. //vers//).)) +
- +
- +
-en latin dans les présentes formations adverbiales, où elle fonctionne comme un morphème directif. Ces adverbes résultent donc de l’agglutination de deux morphèmes directifs. +
  
  
Ligne 99: Ligne 61:
  
  
-La finale constante …//ōrsŭs//devient dans ce groupement une sorte de suffixe adverbial à valeur directive et la formation est productive, même si elle est limitée par le nombre, relativement restreint, des lexèmes dénotant des mouvements vers susceptibles de se trouver à l’initiale +La finale constante …//ōrsŭs//devient dans ce groupement une sorte de suffixe adverbial à valeur directive et la formation est productive, même si elle est limitée par le nombre, relativement restreint, des lexèmes dénotant des mouvements vers susceptibles de se trouver à l’initiale (cf. [[:dictionnaire:rursus6#6.2.Etymologie et origine|§ 6.2.]]).
- +
- +
-(cf. [[§ 6.2.]]). +
- +
- +
-// +
- +
- +
-//  +
  
 Un grammairien comme Donat rapprochait encore //rursus,// comme nous l’avons vu, des adverbes (et, éventuellement, des prépositions) formés avec l’adverbe directif //uersus// (//uorsus//).  Un grammairien comme Donat rapprochait encore //rursus,// comme nous l’avons vu, des adverbes (et, éventuellement, des prépositions) formés avec l’adverbe directif //uersus// (//uorsus//). 
  
  
-Cependant, il est possible que, pour la plupart des sujets parlants, dès l’époque archaïque, //rursus// ait commencé à se démotiver, puisque Plaute (//Am//. 1112) offre la séquence illustrant un renouvellement cyclique //rursum uorsum// (cf. supra [[ 5.1.]]).+Cependant, il est possible que, pour la plupart des sujets parlants, dès l’époque archaïque, //rursus// ait commencé à se démotiver, puisque Plaute (//Am//. 1112) offre la séquence illustrant un renouvellement cyclique //rursum uorsum// (cf. supra [[:dictionnaire:rursus5#5.1.Analyse synchronique du lexème.Formation du mot en latin|§ 5.1.]]).
  
  
Ligne 120: Ligne 72:
  
  
-Sur le plan sémantique, //rursus// fait partie d’un ensemble d’adverbes latins exprimant la répétition, auquel appartiennent aussi les adverbes [[//denuo//]] et [[//iterum//]]((Cf. [[« Les adverbes de répétion en latin »]], //DHELL//-IV)) +Sur le plan sémantique, //rursus// fait partie d’un ensemble d’adverbes latins exprimant la répétition, auquel appartiennent aussi les adverbes //[[dictionnaire:denuo|denuo]]// et //[[:dictionnaire:iterum|iterum]]//((Cf. [[:encyclopedie_linguistique:notions_linguistiques:syntaxe:adverbes_repetition|« Les adverbes de répétion en latin »]], //DHELL//-IV)). Mais ces trois adverbes présentent des propriétés différentes. 
- +
- +
-. Mais ces trois adverbes présentent des propriétés différentes.  +
- +
- +
-// +
-Rursus +
-//  +
-possède à l’origine une valeur spatiale. Cet emploi, qui est surtout métaphorique, peut être considéré comme contre-directionnel. Dans le domaine du contre-directionnel, un ensemble plus restreint, limité aux syntagmes verbaux exprimant l’accomplissement ou l’achèvement, à valeur télique, engendre la lecture restitutive. Cette lecture est la plus caractéristique pour //rursus//, même si la lecture répétitive est également bien représentée, surtout avec des verbes dénotant une activité. +
- +
- +
-[[//Denuo//]] +
- +
- +
-est fréquent en latin archaïque, mais rare en latin classique. Son emploi le situe entre //rursus// et [[//iterum//  +
-]] +
-, mais son sens principal est répétitif, comme [[//iterum//  +
-]] +
-. Toutefois, il peut aussi présenter parfois une lecture restitutive.+
  
  
-Quant à [[//iterum//]]+//Rursus// possède à l’origine une valeur spatiale. Cet emploi, qui est surtout métaphorique, peut être considéré comme contre-directionnel. Dans le domaine du contre-directionnel, un ensemble plus restreint, limité aux syntagmes verbaux exprimant l’accomplissement ou l’achèvement, à valeur télique, engendre la lecture restitutive. Cette lecture est la plus caractéristique pour //rursus//, même si la lecture répétitive est également bien représentée, surtout avec des verbes dénotant une activité.
  
  
-il offre seulement la lecture répétitiveC’est un adverbe de fréquence et il signifie « la deuxième fois ». Le nombre des répétitions peut augmenter lorsque  +//[[:dictionnaire:denuo|Denuo]]// est fréquent en latin archaïquemais rare en latin classiqueSon emploi le situe entre //rursus// et //[[iterum]]//, mais son sens principal est répétitif, comme //[[:dictionnaire:iterum|iterum]]//. Toutefois, il peut aussi présenter parfois une lecture restitutive
-[[//iterum//]]  +
-est employé avec d’autres adverbes de fréquence reliés par une conjonction copulative+
  
 +Quant à //[[:dictionnaire:iterum|iterum]]//, il offre seulement la lecture répétitive. C’est un adverbe de fréquence et il signifie « la deuxième fois ». Le nombre des répétitions peut augmenter lorsque //[[:dictionnaire:iterum|iterum]]// est employé avec d’autres adverbes de fréquence reliés par une conjonction copulative. 
  
-\\  +  
  
  
 \\  \\  [[:dictionnaire:rursus4|Page précédente]] ou [[:dictionnaire:rursus|Retour au plan]] ou [[:dictionnaire:rursus6|Page suivante]] \\  \\  [[:dictionnaire:rursus4|Page précédente]] ou [[:dictionnaire:rursus|Retour au plan]] ou [[:dictionnaire:rursus6|Page suivante]]