quōmŏdŏ

(adverbe interrogatif et subordonnant)


3. Distribution dans les textes au cours de la latinité

3.0. Généralités

3.0.1. Première occurrence dans les textes ou inscriptions

L’emploi interrogatif / exclamatif de quomodo est attesté dès les textes les plus anciens. Ainsi, Naevius présente-t-il un exemple de quo modo en interrogation directe :

  • Naeu. com. 12 :
    quo modo ? Dicam tibi.
    « de quelle façon ? C’est ce que je vais te dire. »

À la période archaïque, on trouve aussi plusieurs occurrences dans les comédies de Plaute (cf. ci-dessous §4.1.).

Pour l’emploi relatif-comparatif, un premier exemple, audacieux, semble à première vue être attesté, dès le IIIe siècle av. J.-C., chez Naevius, dans sa description de la gigantomachie sculptée sur le temple d’Agrigente :

  • Naeu. bell. Pun. 1, frg.12 :
    inerant signa expressa, quo modo Titani,
    bicorpores Gigantes magnique Atlantes,
    Runcus atque Purpureus, filii Terras …

Si l’on suppose, sur le modèle de l’édition Teubner, une ponctuation forte après Titani, on ne peut que donner à quo modo le sens de « comme, par exemple » ; or ce sens – on le verra – ne lui est associé qu’à partir de l’époque classique. Pour cette raison, il paraît préférable d’opter avec S. Mariotti pour la virgule après Titani et les points de suspension à la fin de l’extrait : quo modo peut alors introduire une subordonnée interrogative tronquée, dont le noyau verbal s’est perdu : « Y était représenté comment les Titans, des Géants à deux corps et d’énormes Atlas, Runcus et Purpureus, fils de la Terre …. ».

C’est Plaute qui, par la suite, offre le premier exemple sûr d’un quo(=)modo relatif :

  • Plaut. Cist. 46 :
    Necessest quo tu me modo uoles esse, ita esse, mater.
    « Il faut bien, ma mère, que je sois selon ta volonté. » (traduction A. Ernout, CUF)

3.0.2. Première occurrence dans les textes ou inscriptions

Quomodo est attesté durant toute la latinité. Il devait être usuel dans la langue courante quotidienne. On observe une augmentation de sa fréquence relative dans les textes à partir du IIIe siècle ap. J.-C.

3.0.3. Fréquence comparée des formes flexionnelles

3.1. Distribution diachronique (périodes d’attestation)

Les chiffres du tableau suivant sont issus de la base de données CLCLT-6 (Brepols), sans que soient pris en compte les textes répertoriés dans les catégories dubium, ambiguum, terminus ad quem et terminus post quem. Ils représentent donc le nombre minimal d’occurrences de somnus dans les textes latins du IIIes. av. J.-C. au Ves. après J.-C. :

Période Nombre d’occurrences Fréquence relative
(pour 1 000 000 mots)
IIIe - IIe s. av. J.-C. 9 34
Iers. av. J.-C. 72 40
Iers. ap. J.-C. 388 145
IIes. ap. J.-C. 78 70
IIIes. ap. J.-C. 520 659
IVes. ap. J.-C. 3499 566
Ves. ap. J.-C. 7457 640
Total 12023 2153

3.2. Distribution diastratique (diaphasique)

3.3. Distribution diatopique (dialectale, régionale)

3.4. Distribution par auteur, par œuvre

Ce terme est très employé chez Sénèque (283 occurrences, soit une fréquence relative de 806), principalement dans le De beneficiis et les Epistulae morales ad Lucilium, ou chez des auteurs chrétiens comme Tertullien (376 occurrences, fréquence relative de 1144) essentiellement dans le Adversus Marcionem. Cet œuvre illustre l’usage oratoire de quomodo développé au §4.2

• Période I. Plaute : des origines à la mort d’Ennius

Nombre d’occurrences
Plaute 16
Ennius 0

• Période II. Térence : de Caton à l’époque de Sulla

Nombre d’occurrences
Térence 0
Caton 2
Pacuvius 0

• Période III. Cicéron : la fin de la République

Nombre d’occurrences
Cicéron 55
César 0
Salluste 0
Varron 1
Lucrèce 0
C. Nepos 0
Catulle 0

• Période IV. Virgile : le siècle d’Auguste (43 av. JC-14 ap. JC)

Nombre d’occurrences
Virgile 0
Horace 0
Ovide 0
Tite-Live 9
Vitruve 0
Properce 0
Tibulle 0

• Période V. Sénèque : la dynastie julio-claudienne

Nombre d’occurrences
Sénèque 283
Lucain 0
Celse 11
Columelle 2
Pline l’Ancien 19
Pétrone 8
Quinte-Curce 4
Valère Maxime 0
Manilius 0
Perse 0

• Période VI. Tacite : des Flaviens à Trajan (69-117 ap. J.-C)

Nombre d’occurrences
Quintilien 9
Tacite 0
Stace 0
Pline le Jeune 1
Silius Italicus 0
Martial 2
V. Flaccus 0
Juvénal 0
Frontin 0

• Période VII. Apulée : Hadrien et les Antonins (117-192)

Nombre d’occurrences
Apulée 3
Suétone 1
Aulu-Gelle 0

• Période VIII. Tertullien et l’Histoire auguste : des Sévères à Constantin (193-337)

Nombre d’occurrences
Tertullien 376
Lactance 123
Cyprien 105
Novatien 67
Commodien 1
Minucius Felix 0

• Période IX : du milieu du IVe au début du Ve s., l’Empire après Constantin jusqu’à Honorius (337-423)

Nombre d’occurrences
Augustin 6832
Jérôme 1909
Ambroise 927
Symmaque 0
Prudence 0
Egérie 4

• Période X : du milieu du Ve au début du VIe s.

Nombre d’occurrences
Grégoire le Grand 4
Cassiodore 180
Boèce 46
Grégoire de Tours 6
Prosper d’Aquitaine 53
Ennode 1


Aller au § 2 ou Retour au plan ou Aller au § 4