Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

dictionnaire:quaerere4detaille [2013/01/06 14:22]
lestrade
dictionnaire:quaerere4detaille [2014/12/18 17:42] (Version actuelle)
desiderio
Ligne 1: Ligne 1:
-<html><div class="titre">quaero, is, ĕre</div></html>  +<html><class="lestitres">quaero, is, ĕre</p></html><html><center><big><big>(verbe)</big></big></center></html> 
 \\ \\
 ---- ----
Ligne 66: Ligne 65:
 ==== A.2. Valeur itérative : « chercher à atteindre constamment, sans cesse » ==== ==== A.2. Valeur itérative : « chercher à atteindre constamment, sans cesse » ====
  
-D’un autre coté, la valeur générique de type non-résultatif se réalise, pour certains de ses usages, dans un sens qui, traditionnellement, fut considéré au contraire comme résultatif((Cf. W.H. KIRK (1926, 78) et les principaux dictionnaires.)), mais qui peut plus justement être interprété comme un sens itératif((Selon B. García-Hernández (communication privée).)) : « chercher à atteindre continuellement / chaque jour / sans cesse ». On peut reconnaître ce sens dans les expressions //quaerere// //uictum// (« se procurer le soutien, gagner sa vie »), //quaerere// //rem// (« s’enrichir ») ou dans un sens plus général :+D’un autre coté, la valeur générique de type non-résultatif se réalise, pour certains de ses usages, dans un sens qui, traditionnellement, fut considéré au contraire comme résultatif((Cf. <html><a href=":dictionnaire:quaerere8#W.H. KIRK (1926, 78)">W.H. KIRK (1926, 78)</a></html> et les principaux dictionnaires.)), mais qui peut plus justement être interprété comme un sens itératif((Selon B. García-Hernández (communication privée).)) : « chercher à atteindre continuellement / chaque jour / sans cesse ». On peut reconnaître ce sens dans les expressions //quaerere// //uictum// (« se procurer le soutien, gagner sa vie »), //quaerere// //rem// (« s’enrichir ») ou dans un sens plus général :
     * Juv. 14, 181 : […] **//panem quaeramus// ** //aratro//. \\ « **Demandons** à la charrue **le pain** … » (traduction P. de Labriolle, 1921, CUF, revue par F. Villeneuve, 1971)     * Juv. 14, 181 : […] **//panem quaeramus// ** //aratro//. \\ « **Demandons** à la charrue **le pain** … » (traduction P. de Labriolle, 1921, CUF, revue par F. Villeneuve, 1971)
  
Ligne 83: Ligne 82:
  
  
-Par conséquent, //quaerere// s’oppose parfois à //perdere//, lorsque ce dernier a le sens « désinent »((Si le néologisme //désinent// (créé à partir du latin //desino// « cesser de ») n’est pas acceptable en français, l’on peut avoir recours, comme l’a proposé B. García-Hernández, à l’adjectif //décessif//. Cf. B. GARCÍA-HERNÁNDEZ, //DHELL// 4<sup>ème</sup>partie, [[« Le système classématique des relations intersubjectives et intrasubjectives »]], [[n. 29]].))(« cesser de ») appliqué à la possession (« cesser de posséder, perdre ») :+Par conséquent, //quaerere// s’oppose parfois à //perdere//, lorsque ce dernier a le sens « désinent »((Si le néologisme //désinent// (créé à partir du latin //desino// « cesser de ») n’est pas acceptable en français, l’on peut avoir recours, comme l’a proposé B. García-Hernández, à l’adjectif //décessif//. Cf. B. GARCÍA-HERNÁNDEZ, //DHELL// 4<sup>ème</sup>partie, [[:sémantique:système_classématique|Système classématique des relations inter- et intrasubjectives]], [n. 29].))(« cesser de ») appliqué à la possession (« cesser de posséder, perdre ») :
  
-    * // CIL // V, 6842 : //dvm**** vixi, **qvaesi ** ; cessavi **perdere ** // <//n>vnqvam//((Cf. P. VEYNE (2001, xxvi avec n. 93), qui insiste sur le caractère proverbial potentiel de l’expression.)). \\ « Pendant que j’ai vécu, **j’ai gagné ma vie ** ; mais je n’ai jamais cessé de **perdre** <ce que j’avais gagné>. »+    * // CIL // V, 6842 : //dvm**** vixi, **qvaesi ** ; cessavi **perdere ** // <//n>vnqvam//((Cf. <html><a href=":dictionnaire:quaerere8#P. VEYNE (2001, xxvi avec n. 93)">P. VEYNE (2001, xxvi avec n. 93)</a></html>, qui insiste sur le caractère proverbial potentiel de l’expression.)). \\ « Pendant que j’ai vécu, **j’ai gagné ma vie ** ; mais je n’ai jamais cessé de **perdre** <ce que j’avais gagné>. »
  
  
Ligne 107: Ligne 106:
  
  
-Si l’on prend en considération la relation [[intrasubjective]] graduelle que //quaero// entretient avec les verbes signifiant « trouver », il est possible de déterminer le sens de « chercher », activité qui entraîne, en général, attention et mouvement :+Si l’on prend en considération la relation [[:sémantique:système_classématique|intrasubjective]] graduelle que //quaero// entretient avec les verbes signifiant « trouver », il est possible de déterminer le sens de « chercher », activité qui entraîne, en général, attention et mouvement :
 \\ \\
 \\ // quaero // → //inuenio//, //reperio//  \\ // quaero // → //inuenio//, //reperio// 
Ligne 121: Ligne 120:
  
  
-La primauté du composant perceptif visuel permet, en outre, le déplacement des verbes signifiant « voir » vers la relation intrasubjective qui vient d’être illustrée (« je cherche » → « je trouve »), selon les séquences suivantes((Voir B. GARCÍA-HERNÁNDEZ (1976, 117-118 et n. 1), d’où sont tirés les exemples, et F. DOMÍNGUEZ (1995-a, 60). Cf. en outre, la polysémie de angl. //to look // //(for)//.)) :+La primauté du composant perceptif visuel permet, en outre, le déplacement des verbes signifiant « voir » vers la relation intrasubjective qui vient d’être illustrée (« je cherche » → « je trouve »), selon les séquences suivantes((Voir <html><a href=":dictionnaire:quaerere8#B. GARCÍA-HERNÁNDEZ (1976, 117-118 et n. 1)">B. GARCÍA-HERNÁNDEZ (1976, 117-118 et n. 1)</a></html>, d’où sont tirés les exemples, et <html><a href=":dictionnaire:quaerere8#F. DOMÍNGUEZ (1995-a, 60)">F. DOMÍNGUEZ (1995-a, 60)</a></html>. Cf. en outre, la polysémie de angl. //to look // //(for)//.)) :
  
 //quaero// → //uideo//  //quaero// → //uideo// 
Ligne 133: Ligne 132:
  
     * Cic. //Fam//. 5, 13, 3 : **//circumspice// ** //omnia membra rei publicae// […] : //nullum// **//reperies// ** //profecto quod non fractum debilitatumue sit//. \\ « **Fais le tour** de tous les organes de la République […] : tu n’en **trouveras** pas un seul qui ne soit rompu ou atrophié. » (traduction J. Beaujeu, 1980, CUF)     * Cic. //Fam//. 5, 13, 3 : **//circumspice// ** //omnia membra rei publicae// […] : //nullum// **//reperies// ** //profecto quod non fractum debilitatumue sit//. \\ « **Fais le tour** de tous les organes de la République […] : tu n’en **trouveras** pas un seul qui ne soit rompu ou atrophié. » (traduction J. Beaujeu, 1980, CUF)
- 
  
 ==== B.2. Une information, une connaissance : « rechercher, enquêter sur » ==== ==== B.2. Une information, une connaissance : « rechercher, enquêter sur » ====
Ligne 168: Ligne 166:
  
  
-En contexte sensoriel auditif, //quaerere// désigne le fait de demander verbalement une information et a le sens de « se renseigner », « poser une question ». L’action ainsi dénotée peut aboutir, si l’information est obtenue, à une perception intellectuelle ou à un savoir (« Je pose une question » → « Tu réponds » → « Je sais »)((Cf. F. Domínguez, 1995-a, 100, et l’exemple de <html><a href="#Caes. G. 6, 35, 7">Caes. G. 6, 35, 7</a></html> cité //infra //; voir aussi [[cognoscere4detaille#A.1. « Acquérir une nouvelle information, connaître, être informé de »|DHELL, 1ère partie, cognoscere, § 4.2.A.1]])). C’est pourquoi, dans ce sens, //quaerere// doit en fait être compris comme renvoyant à une attitude intellectuelle, la recherche d’une connaissance, de quelque chose qu’on ne connaît pas, mais dont on pense qu’un autre peut le connaître. //Quaerere// fonctionne alors comme un synonyme de //rogare//, dans la mesure où il apparaît au sein d’une relation [[intersubjective]] avec le terme complémentaire spécifique de cette notion, //respondere//, ou bien l’archilexème qui le subsume, //dicere//. C’est ainsi qu’il se trouve inclus dans l’ensemble des verbes dénotant des « actes de parole » :+En contexte sensoriel auditif, //quaerere// désigne le fait de demander verbalement une information et a le sens de « se renseigner », « poser une question ». L’action ainsi dénotée peut aboutir, si l’information est obtenue, à une perception intellectuelle ou à un savoir (« Je pose une question » → « Tu réponds » → « Je sais »)((Cf. <html><a href=":dictionnaire:quaerere8#F. DOMÍNGUEZ (1995-a100)">F. DOMÍNGUEZ (1995-a, 100)</a></html>, et l’exemple de <html><a href="#Caes. G. 6, 35, 7">Caes. G. 6, 35, 7</a></html> cité //infra //; voir aussi // DHELL // , // 1ère partie // ,[[cognoscere4detaille#A.1. « Acquérir une nouvelle information, connaître, être informé de »| cognoscere, § 4.2.A.1]])). C’est pourquoi, dans ce sens, //quaerere// doit en fait être compris comme renvoyant à une attitude intellectuelle, la recherche d’une connaissance, de quelque chose qu’on ne connaît pas, mais dont on pense qu’un autre peut le connaître. //Quaerere// fonctionne alors comme un synonyme de //rogare//, dans la mesure où il apparaît au sein d’une relation [[:sémantique:système_classématique|intersubjective]] avec le terme complémentaire spécifique de cette notion, //respondere//, ou bien l’archilexème qui le subsume, //dicere//. C’est ainsi qu’il se trouve inclus dans l’ensemble des verbes dénotant des « actes de parole » :
  
  
Ligne 177: Ligne 175:
  
  
-Étant donné le caractère proportionnel de ces deux procès, les verbes signifiant « trouver » fonctionnent, en latin, comme terme complémentaire tant de la « recherche » proprement dite que de l’« enquête verbale » (cf. F. Domínguez, 1995-a, 101) :+Étant donné le caractère proportionnel de ces deux procès, les verbes signifiant « trouver » fonctionnent, en latin, comme terme complémentaire tant de la « recherche » proprement dite que de l’« enquête verbale » (cf. <html><a href=":dictionnaire:quaerere8#F. Domínguez, 1995-a, 101">F. Domínguez, 1995-a, 101</a></html>) :
  
  
Ligne 205: Ligne 203:
  
  
-ou, surtout, sous la forme d’une proposition subordonnée interrogative indirecte, introduite par une grande varieté de lexèmes((Voir C. BODELOT (1987).)) : //num//, //utrum// … //an//, //an//, -//ne//, //si//, //ubi, quomodo//, //quem ad modum…// + subj., etc. :+ou, surtout, sous la forme d’une proposition subordonnée interrogative indirecte, introduite par une grande varieté de lexèmes((Voir <html><a href=":dictionnaire:quaerere8#C. BODELOT (1987)">C. BODELOT (1987)</a></html>.)) : //num//, //utrum// … //an//, //an//, -//ne//, //si//, //ubi, quomodo//, //quem ad modum…// + subj., etc. :
  
  
Ligne 220: Ligne 218:
  
  
-    * Sen. //Epist//. 9, 6 : **//quaeris// ** //,**quomodo** amicum cito facturus sit ? Dicam//. \\ « Tu demandes **comment** il se fera promptement un ami ? Je le dirai. » (traduction H. Noblot modifiée, 1945, CUF, revue en 1969)+    * Sen. //Epist//. 9, 6 : **//quaeris// ** //,**quomodo** amicum cito facturus sit ? Dicam//. \\ « Tu demandes **comment** il se fera promptement un ami ? Je le dirai. » (traduction H. Noblot modifiée, 1945, CUF, revue en 1969)
  
  
Ligne 236: Ligne 234:
  
     * Cic. //Q. fr.// 2, 5, 2 : //multum// […] //is mecum sermonem habuit// […]. **//Quid quaeris?// ** //Nihil festiuus.// \\ « il m’a parlé longuement et avec beaucoup de cœur […]. Enfin **que te dirai-je**? Il est la grâce même. » (traduction L.-A. Constans, 1950, CUF)     * Cic. //Q. fr.// 2, 5, 2 : //multum// […] //is mecum sermonem habuit// […]. **//Quid quaeris?// ** //Nihil festiuus.// \\ « il m’a parlé longuement et avec beaucoup de cœur […]. Enfin **que te dirai-je**? Il est la grâce même. » (traduction L.-A. Constans, 1950, CUF)
- 
 ===== D. À propos d’êtres inanimés : « requérir, être nécessaire » ===== ===== D. À propos d’êtres inanimés : « requérir, être nécessaire » =====
  
  
-Conformément à l’étroite analogie qui existe de manière générale entre les notions de « demande (de faire quelque chose) » et de « question (à propos de quelque chose) »((Cf. L. Unceta (2006, 273-276), et //infra// [[quaerere5#5.4. Associations synchroniques avec d’autres lexèmes|§ 5.4]].)), certains environnements syntaxiques favorisent l’apparition d’un effet de sens contextuel, la valeur inquisitive (« poser une question »), présente tant dans //quaero// que dans la majorité de ses préverbés (//exquiro//, //inquiro//, //requiro//...), se rapprochant alors de la notion de « demande ».+Conformément à l’étroite analogie qui existe de manière générale entre les notions de « demande (de faire quelque chose) » et de « question (à propos de quelque chose) »((Cf. <html><a href=":dictionnaire:quaerere8#L. UNCETA (2006, 273-276)">L. UNCETA (2006, 273-276)</a></html>, et //infra// [[quaerere5#5.4. Associations synchroniques avec d’autres lexèmes|§ 5.4]].)), certains environnements syntaxiques favorisent l’apparition d’un effet de sens contextuel, la valeur inquisitive (« poser une question »), présente tant dans //quaero// que dans la majorité de ses préverbés (//exquiro//, //inquiro//, //requiro//...), se rapprochant alors de la notion de « demande ».
  
  
-À côté de son dérivé //quaeso//, caractérisé par son fonctionnement particulier dans ce champ lexical (cf. [[quaerere5#5.3. « Famille » synchronique du terme|§ 5.3]] ; voir aussi des exemples comme <html><a href=":dictionnaire:quaerere5#Pl. Aul. 91-94">Pl. Aul. 91-94</a></html>, cité //infra//), //quaero// peut exprimer une nuance de la modalité déontique. Cette valeur s’avère particulièrement claire dans une construction spécifique relevant de la sphère « coactive » du champ lexical verbal de la demande, lorsque le référent du sujet grammatical appartient à la classe des inanimés et « réclame » intrinsèquement quelque chose, qui est imposé par sa nature propre((<html><a name="§4.2. n. 14">Sur</a></html> ces concepts et leur répercussion dans le champ verbal de la demande, où cette métaphore est très productive et permet de reconnaître l’appartenance d’un élément quelconque à la sphère « coactive », c.-à-d., à l’entourage des « exigences » – puisque le terme « coactive » implique des situations d’énonciation où le locuteur occupe une position dominante par rapport au destinataire de la demande et a l’autorité sur ce dernier – , cf. L. UNCETA (2009-a, 57-58).)), métaphore qui on maintient dans les langues romanes. Dans ce cas, la réduction du schème des arguments, impliquée par une telle conception des êtres inanimés comme « agents » d’une réclamation (« quelque chose exige / requiert / nécessite quelque chose », sans qu’on ait besoin d’expliciter le destinataire de cette requête), permet d’exprimer, de manière métaphorique, le caractère indispensable de certains faits((Cet emploi permettra sa totale identification avec la valeur « pétitoire », tout au moins dans un latin artificiel, comme on le voit dans la strophe suivante : //porta querit, chartula querit, bulla querit//, / //Papa querit, etiam cardinalis querit,// / //omnes querunt, et si des – si quid uni deerit,// / //totum mare salsum est, tota causa perit// (//Carmina Burana//, 42, 14). Et il facilitera même son apparition dans des prières médiévales : //rogamus et quaerimus a bonitate tua// (//Mon. lit. Aeth.//,//// c. 941) ;//quaerimus et petimus // (//ibid.// c. 941), cités par A. BLAISE (//s.u. quaero//). Cf. en outre, le terme italien continuant le verbe latin : //chiedere// (//infra//, [[quaerere7#7.1.2. Sémantique|§ 7.1.2]]).)) :+À côté de son dérivé //quaeso//, caractérisé par son fonctionnement particulier dans ce champ lexical (cf. [[quaerere5#5.3. « Famille » synchronique du terme|§ 5.3]] ; voir aussi des exemples comme <html><a href=":dictionnaire:quaerere5#Pl. Aul. 91-94">Pl. Aul. 91-94</a></html>, cité //infra//), //quaero// peut exprimer une nuance de la modalité déontique. Cette valeur s’avère particulièrement claire dans une construction spécifique relevant de la sphère « coactive » du champ lexical verbal de la demande, lorsque le référent du sujet grammatical appartient à la classe des inanimés et « réclame » intrinsèquement quelque chose, qui est imposé par sa nature propre((<html><a name="§4.2. n. 14">Sur</a></html> ces concepts et leur répercussion dans le champ verbal de la demande, où cette métaphore est très productive et permet de reconnaître l’appartenance d’un élément quelconque à la sphère « coactive », c.-à-d., à l’entourage des « exigences » – puisque le terme « coactive » implique des situations d’énonciation où le locuteur occupe une position dominante par rapport au destinataire de la demande et a l’autorité sur ce dernier – , cf. <html><a href=":dictionnaire:quaerere8#L. UNCETA (2009-a, 57-58)">L. UNCETA (2009-a, 57-58)</a></html>.)), métaphore qui on maintient dans les langues romanes. Dans ce cas, la réduction du schème des arguments, impliquée par une telle conception des êtres inanimés comme « agents » d’une réclamation (« quelque chose exige / requiert / nécessite quelque chose », sans qu’on ait besoin d’expliciter le destinataire de cette requête), permet d’exprimer, de manière métaphorique, le caractère indispensable de certains faits((Cet emploi permettra sa totale identification avec la valeur « pétitoire », tout au moins dans un latin artificiel, comme on le voit dans la strophe suivante : //porta querit, chartula querit, bulla querit//, / //Papa querit, etiam cardinalis querit,// / //omnes querunt, et si des – si quid uni deerit,// / //totum mare salsum est, tota causa perit// (//Carmina Burana//, 42, 14). Et il facilitera même son apparition dans des prières médiévales : //rogamus et quaerimus a bonitate tua// (//Mon. lit. Aeth.//,//// c. 941) ;// quaerimus et petimus // (//ibid.// c. 941), cités par [[A. BLAISE]] (//s.u. quaero//). Cf. en outre, le terme italien continuant le verbe latin : //chiedere// (//infra//, [[quaerere7#7.1.2. Sémantique|§ 7.1.2]]).)) :