quaero, is, ĕre

(verbe)



3. Distribution dans les textes au cours de la latinité

3.0. Généralités

3.0.1. Première occurrence dans les textes ou inscriptions

On trouve la première occurrence de quaerere dans une inscription archaïque (cf. § 1.1 pour la graphie de cette occurrence et la prononciation qu’elle reflète) :

  • CIL I, 11 : ne qvairatis honore

Le poète Livius Andronicus en offre le premier témoignage littéraire :

  • Liv. Andr. Com. 8 : Lepus tute es et pulpamentum quaeris .

3.0.2. Répartition et distribution des occurrences dans les textes au cours de la latinité

Lexème de très grande fréquence1), quaerere fait partie du vocabulaire de base de la langue latine et est amplement représenté depuis la comédie plautinienne. On en trouve encore 7500 occurrences dans l’œuvre de saint Augustin, ce qui témoigne de la vitalité du lexème tout au long de son histoire. Il passe dans les langues romanes (cf. § 7.1.1), à travers les formes esp. et port. querer, roum. a cere, it. chiedere, anc.-fr. querre (> quérir, avec changement de conjugaison) , etc., avec différents signifiés (cf. § 7.1.2).

3.0.3. Fréquence comparée des formes flexionnelles

Bien que peu significatif rapporté au nombre total des occurrences de ce lexème, l’usage de la première personne du singulier du présent de l’indicatif (quaero) se révèle très important, en raison de sa capacité à fonctionner comme expression performative d’un acte de parole interrogatif, c’est-à-dire lorsqu’il introduit des phrases interrogatives indirectes (cf. § 5.4). Cet usage apparaît principalement dans des textes dialogiques, comme les ouvrages des comiques (Plaute, Térence) et les discours et les lettres de Cicéron – 241 exemples sur un total de 381 –, au point que la formule quaero (de te) peut être considérée comme un trait de style de l’auteur.

3.1. Distribution diachronique (périodes d’attestation)

Quaerere est bien attesté à toutes les périodes de la latinité.

3.2. Distribution diastratique (diaphasique)

Quaerere fait partie du vocabulaire fondamental du latin et n’est pas limité à un niveau de langue ou à un registre particulier ; c’est pourquoi, il est très fréquent tant dans les genres élevés (chez Lucrèce, Virgile, Ovide, Sénèque, Stace, Aulu-Gelle, etc.), que dans des œuvres présentant un niveau de langue plus bas (Plaute, la correspondance privée de Cicéron, Pétrone, etc.).

Cependant, outre les significations qu’il a dans la langue commune, le lexème développe une acception spécifique (« chercher à connaître », « faire des recherches », cf. § 4.2.B.2), qui favorise sa spécialisation dans la langue de la philosophie ; c’est pourquoi il est particulièrement fréquent dans les œuvres philosophiques. Le cas de Sénèque est significatif à cet égard ; en effet, 491 des 555 occurrences comptabilisées au total apparaissent dans son œuvre philosophique, tandis qu’il n’y en a que 64 dans son théâtre.

Quaerere est aussi très fréquent chez Cicéron, ce qui s’explique par sa présence dans les traités philosophiques, sa signification technique dans un sens juridique (« faire une enquête judiciaire ») et son emploi performatif dans les discours (cf. § 3.0.3). Les mêmes raisons expliquent sa fréquence élevée chez Sénèque le Rhéteur et Apulée ; chez ce dernier, on comptabilise 53 occurrences de quaerere uniquement dans l’Apologie alors qu’on en dénombre seulement 38 dans le reste de son œuvre.

3.3. Distribution diatopique (dialectale, régionale)

On ne trouve pas de données significatives.

3.4. Distribution par auteur, par œuvre

• Période I. Plaute : des origines à la mort d’Ennius2)

Plaute Ennius
164 4

• Période II. Térence : de Caton à l’époque de Sulla

Térence Caton Pacuvius Accius Afranius Lucilius
70 7 2 3 3 16

• Période III. Cicéron : la fin de la République (80-43)

Cicéron César Salluste Varron Lucrèce Catulle Népos Rhet. Her.
1563 24 37 59 37 7 17 59

• Période IV. Virgile : le siècle d’Auguste (43 av. JC-14 ap. JC)

Virgile Horace Ovide Tite-Live Vitruve Properce Tibulle Sénèque Rhét.
60 70 253 253 27 39 5 121

• Période V. Sénèque : la dynastie julio-claudienne

Sénèque Lucain Celse Columelle Pline l’Ancien Pétrone Quinte-Curce Valère Maxime
555 71 16 24 124 51 30 45

• Période VI. Tacite : des Flaviens à Trajan (69-117 ap. J.-C)

Quintilien Tacite Pline le Jeune Stace Juvénal Martial
251 103 63 85 26 68

• Période VII. Apulée : Hadrien et les Antonins (117-192)

Apulée Suétone Aulu-Gelle
91 20 187

• Période VIII. Tertullien et l’Histoire auguste : des Sévères à Constantin (193-337)

Tertullien Minucius Felix Arnobe Histoire Auguste Cyprien Lactance
228 8 50 67 88 91

• Période IX : du milieu du IVe s. au début du Ve s., l’Empire après Constantin jusqu’à Honorius (337-423)

Augustin Jérôme Ammien Marcellin Egérie Macrobe Donat Martianus Capella Ausone
7500 140 68 0 126 0 36 36

• Période X : du milieu du Ve à la fin du VIe s.

Grégoire de Tours Priscien
34 105



Retour au § 2 ou Retour au plan ou Aller au § 4

1) Avec 1808 occurrences dans la base de données du LASLA.
2) Les données quantitatives présentées – qui restent approximatives – ont été calculées à l’aide de Library of Latin Texts (Series A et B) (Brepols) et Perseus Digital Library (Tufts University).