pŭdīcĭtĭa, -ae, f.

(substantif)



7. Descendance du lexème

7.1. Les descendants du lexème dans les langues romanes par la voie phonétique

Lat. pŭdīcĭtĭa n’a pas de descendant dans les langues romanes par la voie phonétique (cf. M.-L.).

7.2. Les emprunts faits au latin par les langues anciennes et modernes

En revanche, lat. pŭdīcĭtĭa et lat. pŭdīcus furent empruntés en italien par la voie savante : it. pudicizia dénote une attitude réservée et hostile aux obscénités. Il s’agit d’un dérivé de l’adjectif it. pudico [pu’di:ko] « qui fait preuve de pudicizia ».

Comme le dit Bono Giamboni (avant 1292) dans son œuvre Libro de’ Vizi e delle Virtudi, « pudicizia è virtù per la qual non solamente si rifrena lo ‘ncendio della lussuria, ma rifrenasi i suoi segni » (« la pudicizia est la vertu grâce à laquelle on peut réfréner non seulement le désir de luxure, mais aussi les signes extérieurs de ce désir »).

It. pudicizia est employé surtout à propos des femmes, dont la pudeur est le fondement de l’honneur social. La pudicizia des femmes est constituée avant tout par leur fidélité conjugale et leur attitude chaste.

Par métonymie, it. pudicizia dénote aussi les peintures et les statues qui représentent la divinité romaine de la chasteté et de la fidélité conjugale à laquelle étaient dédiés des temples à l’époque romaine.

Le substantif espagnol pudicicia, de la même façon, fut emprunté au latin, dans le sens de « pudeur, sentiment de retenue ». On trouve un lexème pudicia, de même signification, fait sur la forme savante.

Le portugais a également pudícicia.

Le français pudicité est dérivé de l’adjectif fr. pudique, mais il fut aussi influencé par le latin pudicitia : le suffixe latin -itia fut transposé en français avec le suffixe -ité et la séquence latine …citia transposée en français en …cité.


Aller au §6 ou Retour au plan ou Aller au §8