Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

dictionnaire:prurire7 [2013/06/25 12:12]
vandaele [7.1.1. Phonétique et phonologie]
dictionnaire:prurire7 [2015/03/02 15:29] (Version actuelle)
desiderio
Ligne 1: Ligne 1:
-<html><div class="titre"> prūrīre </div></html> +<html><class="lestitres">prūrīre</p></html><html><center><big><big>(verbe)</big></big></center></html>  
-\\ <html><center><big><big>(verbe)</big></big></center></html> +\\
 ---- ----
 \\ \\
Ligne 18: Ligne 17:
  
  
-<html><a href=":dictionnaire:prurire8#MEYER-LÜBKE">M.-L.</a></html>, //s.u.// cite trois formes différentes, //prūrīre//, //plūrīre// et %%*%%//prūdire//, qui, selon lui, sont à la base des descendants de lat. //prūrīre// dans les langues romanes par la voie phonétique. Il faut supposer que, déjà à date latine, il y avait eu des dissimilations de la vibrante [r] : //r…r// > //l…r// (//plūrīre//) dans certains cas, et > //r…d// (%%*%%//prūdire//) dans d’autres cas. Les descendants du mot latin dans les langues romanes par la voie phonétique sont issus de ces deux dernières formes et non pas de la forme latine //prūrīre.// +Le <html><a href=":dictionnaire:prurire8#MEYER-LÜBKE">REW</a></html>, //s.u.// cite trois formes différentes, //prūrīre//, //plūrīre// et %%*%%//prūdire//, qui, selon lui, sont à la base des descendants de lat. //prūrīre// dans les langues romanes par la voie phonétique. Il faut supposer que, déjà à date latine, il y avait eu des dissimilations de la vibrante [r] : //r…r// > //l…r// (//plūrīre//) dans certains cas, et > //r…d// (%%*%%//prūdire//) dans d’autres cas. Les descendants du mot latin dans les langues romanes par la voie phonétique sont issus de ces deux dernières formes et non pas de la forme latine //prūrīre.// 
  
  
Ligne 24: Ligne 23:
  
  
-Les descendants de %%*%%//prūdire//sont it. //prudere//, prov. //pruzir//, cat. //pruir// et port. //pruir//. Comme l’observent <html><a href=":dictionnaire:prurire8#MEYER-LÜBKE">M.-L.</a></html>, //s.u.// et <html><a href=":dictionnaire:prurire8#WAGNER">Wagner</a></html> (1960-1964, //s.u.//), sarde //prudíre// est un emprunt à l’italien, comme le montre le maintien de la consonne [d] en position intervocalique. +Les descendants de %%*%%//prūdire//sont it. //prudere//, prov. //pruzir//, cat. //pruir// et port. //pruir//. Comme l’observent le <html><i><a href=":dictionnaire:prurire8#MEYER-LÜBKE">REW</a></i></html>, //s.u.// et <html><a href=":dictionnaire:prurire8#WAGNER">Wagner</a></html> (1960-1964, //s.u.//), sarde //prudíre// est un emprunt à l’italien, comme le montre le maintien de la consonne [d] en position intervocalique. 
  
  
-Par rapport à lat. //prūrīre//, le verbe italien //prudere// ['pru:dere] « démanger » est le résultat d’une dissimilation de la vibrante //r…r// > //d…r// (//prūrīre// > //prūdīre//) et, du point de vue morphologique, d’un métaplasme (//prūrīre// puis //prūdĕre//). Comme le dit <html><a href=":dictionnaire:prurire8#ROHLFS 1966">Rohlfs</a></html> (1966, §328), dans le domaine italo-roman, la dissimilation est fréquente surtout dans certaines séquences consonantiques, à savoir //r…r//, //l…l //: par exemple, à propos de la dissimilation //r…r// > //d…r//, les mots italiens //chiedere// (< lat. [[quaerĕre]]) « demander », //rado// ( < lat. //rarus//) « rare », //proda// (< lat. //prōra//) « rivage, bord, talus » (en italien ancien « proue »), d’où le verbe dérivé //approdare// « aborder, atterrir, aboutir ». Le [[//DELI//]], //s.u.// rejette l’idée suggérée par <html><a href=":dictionnaire:prurire8#ALESSIO">Alessio</a></html> (1964) que les formes des langues romanes peuvent être expliquées sur le plan phonétique aussi bien que morphologique en recourant à l’hypothèse d’une « contamination » entre les deux mots latins //prūrīre// et //rōdĕre//.  +Par rapport à lat. //prūrīre//, le verbe italien //prudere// ['pru:dere] « démanger » est le résultat d’une dissimilation de la vibrante //r…r// > //d…r// (//prūrīre// > //prūdīre//) et, du point de vue morphologique, d’un métaplasme (//prūrīre// puis //prūdĕre//). Comme le dit <html><a href=":dictionnaire:prurire8#ROHLFS 1966">Rohlfs</a></html> (1966, §328), dans le domaine italo-roman, la dissimilation est fréquente surtout dans certaines séquences consonantiques, à savoir //r…r//, //l…l //: par exemple, à propos de la dissimilation //r…r// > //d…r//, les mots italiens //chiedere// (< lat. [[quaerĕre]]) « demander », //rado// ( < lat. //rarus//) « rare », //proda// (< lat. //prōra//) « rivage, bord, talus » (en italien ancien « proue »), d’où le verbe dérivé //approdare// « aborder, atterrir, aboutir ». Le <html><i><a href=":dictionnaire:langues_romanes#deli">DELI</a></i></html>, //s.u.// rejette l’idée suggérée par <html><a href=":dictionnaire:prurire8#ALESSIO">Alessio</a></html> (1964) que les formes des langues romanes peuvent être expliquées sur le plan phonétique aussi bien que morphologique en recourant à l’hypothèse d’une « contamination » entre les deux mots latins //prūrīre// et //rōdĕre//.  
  
  
 Le phénomène du métaplasme est bien connu dans le passage du latin aux langues romanes : il concerne surtout les trois conjugaisons latines en -//ēre//, -//ĕre// et -//īre. // Les verbes présentent fréquemment dans le passage aux langues romanes des changements de conjugaison (<html><a href=":dictionnaire:prurire8#ROHLFS 1968">Rohlfs</a></html> 1968, §§614-616). Le verbe //prūrīre// appartient à la conjugaison en -//īre// qui se maintient dans certains verbes italiens, par exemple it. //uenire// (< lat. //uenīre//) « venir », it. //ferire// (< lat. //ferīre//) « férir », it. //tossire// (< lat. //tussīre//) « tousser », it. //sentire// (< lat. //sentīre//) « sentir », it. //dormire// (< lat. //dormīre//) « dormir », etc. En revanche, certains verbes latins en -//īre//, comme //prurīre//, sont continués en italien par des verbes qui n’appartiennent pas à la conjugaison en -//ire//, mais à celle en -//ere //: à côté de lat.//prurīre// > it. //prudere//, on a les verbes anc.-it. //fiedere// ['fjɛ:dere] (< lat.//ferīre//) « férir » où l’on observe aussi la dissimilation //r…r// > //d…r//, et anc.-it. //riedere// ['rjɛ:dere] (< lat. //redīre//) « revenir », mais aussi des formes dialectales, comme les verbes //dörme// « dormir », //sörte// « sortir » du piémontais et les doublets //vènere// / //venire// « venir », //sèntere// ///sentire// « sentir », caractéristiques des dialectes de la Calabre. D’autres verbes en -//īre// du latin sont continués dans le domaine italo-roman par des verbes en -//ére//: dans les dialectes du sud des Pouilles, on trouve //vǝnèrǝ// [vǝ'nɛrǝ] (< lat. //venīre//) « venir », //trasèrǝ// [tra'sɛrǝ] (< lat. //transīre//) « entrer ». En outre, l’histoire de la langue italienne, atteste des changements de conjugaison : it.-mod. //pentire// vient d’anc.-it. //pentére// « se repentir », et la même alternance existe aussi pour //sparire// / //sparére // « disparaître », //apparire// / //apparére // « apparaître », etc.    Le phénomène du métaplasme est bien connu dans le passage du latin aux langues romanes : il concerne surtout les trois conjugaisons latines en -//ēre//, -//ĕre// et -//īre. // Les verbes présentent fréquemment dans le passage aux langues romanes des changements de conjugaison (<html><a href=":dictionnaire:prurire8#ROHLFS 1968">Rohlfs</a></html> 1968, §§614-616). Le verbe //prūrīre// appartient à la conjugaison en -//īre// qui se maintient dans certains verbes italiens, par exemple it. //uenire// (< lat. //uenīre//) « venir », it. //ferire// (< lat. //ferīre//) « férir », it. //tossire// (< lat. //tussīre//) « tousser », it. //sentire// (< lat. //sentīre//) « sentir », it. //dormire// (< lat. //dormīre//) « dormir », etc. En revanche, certains verbes latins en -//īre//, comme //prurīre//, sont continués en italien par des verbes qui n’appartiennent pas à la conjugaison en -//ire//, mais à celle en -//ere //: à côté de lat.//prurīre// > it. //prudere//, on a les verbes anc.-it. //fiedere// ['fjɛ:dere] (< lat.//ferīre//) « férir » où l’on observe aussi la dissimilation //r…r// > //d…r//, et anc.-it. //riedere// ['rjɛ:dere] (< lat. //redīre//) « revenir », mais aussi des formes dialectales, comme les verbes //dörme// « dormir », //sörte// « sortir » du piémontais et les doublets //vènere// / //venire// « venir », //sèntere// ///sentire// « sentir », caractéristiques des dialectes de la Calabre. D’autres verbes en -//īre// du latin sont continués dans le domaine italo-roman par des verbes en -//ére//: dans les dialectes du sud des Pouilles, on trouve //vǝnèrǝ// [vǝ'nɛrǝ] (< lat. //venīre//) « venir », //trasèrǝ// [tra'sɛrǝ] (< lat. //transīre//) « entrer ». En outre, l’histoire de la langue italienne, atteste des changements de conjugaison : it.-mod. //pentire// vient d’anc.-it. //pentére// « se repentir », et la même alternance existe aussi pour //sparire// / //sparére // « disparaître », //apparire// / //apparére // « apparaître », etc.   
- 
 ==== 7.1.2. Sémantique ==== ==== 7.1.2. Sémantique ====
  
Ligne 48: Ligne 46:
  
  
-À côté d’it. //prudere//, descendant de lat. //prūrīre// par la voie phonétique, l’italien a emprunté au latin ce même verbe dans it. //prurīre// [pru'ri:re], dont l’emploi est plutôt ancien et littéraire. Le verbe a la même valeur sémantique qu’it. //prudere//, à savoir la valeur intransitive comparable au français //démanger//. À la différence de //prudere//, le verbe //prurīre// se trouve aussi dans des constructions transitives il a alors la valeur sémantique métaphorique de « stimuler » l’intérêt ou « exciter » la curiosité de quelqu’un, « susciter » un sentiment chez quelqu’un, etc. +À côté d’it. //prudere//, descendant de lat. //prūrīre// par la voie phonétique, l’italien a emprunté au latin ce même verbe dans it. //prurīre// [pru'ri:re], dont l’emploi est plutôt ancien et littéraire. Le verbe a la même valeur sémantique qu’it. //prudere//, à savoir la même valeur que fr. //démanger//. À la différence d'it. //prudere//, it. //prurīre// se trouve aussi dans des constructions transitives, où il a alors la valeur sémantique métaphorique de «stimuler» l’intérêt ou «exciter» la curiosité de quelqu’un, «susciter» un sentiment chez quelqu’un, etc. 
  
  
 De même, les noms it. //prurito//, fr. //prurit// sont empruntés au latin //prūrītus//: ils désignent dans les deux langues la sensation de démangeaison. L’ancien italien connaît aussi les formes //prorito// et //prudito//, dont le signifiant ([d] à la place de [r]) s’explique bien par une analogie paradigmatique avec le verbe.  De même, les noms it. //prurito//, fr. //prurit// sont empruntés au latin //prūrītus//: ils désignent dans les deux langues la sensation de démangeaison. L’ancien italien connaît aussi les formes //prorito// et //prudito//, dont le signifiant ([d] à la place de [r]) s’explique bien par une analogie paradigmatique avec le verbe. 
 +
 +
 +Du sens concret de « démangeaison », le terme italien a pris la valeur de « désir, envie » et il se trouve dans des locutions comme //prurito della carne// « désir sexuel », //prurito di moglie / di marito// « désir de se marier ». La locution //pruriti religiosi//, employée surtout au pluriel, dénote les scrupules religieux, le désir d’être respectueux de la religion.