Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

dictionnaire:potentia7 [2012/10/22 15:06]
garrido
dictionnaire:potentia7 [2014/12/17 18:53] (Version actuelle)
desiderio
Ligne 1: Ligne 1:
-<html><div class="titre">potentia, -ae (f.)</div></html> \\  <html><center><big><big>(substantif)</big></big></center></html>  +<html><class="lestitres">potentia, -ae (f.)</p></html><html><center><big><big>(substantif)</big></big></center></html>  
 +\\
  
 ---- ----
  
  
-====== 7. Descendance du lexème ======+====== 7. Descendance du lexème dans les langues romanes ======
  
  
Ligne 11: Ligne 11:
  
  
-L’adjectif latin n’a pas de descendants dans les langues romanes par la voie phonétique.+Aucun idiome roman médiéval ou moderne ne possède de lexème remontant au corrélat oral de //potentia// par la voie phonétique.
  
  
-===== 7.2Les emprunts faits au latin par les langues anciennes et modernes =====+Le signifié « puissance, pouvoir » est assumé, dans les langues romanes, soit par les descendants de */potes'tate/ s.f(type it. //podestà//), soit par une translation ou un dérivé secondaire de l’issue de *//po'tere// v.tr. « avoir la possibilité, pouvoir » (cf. fr. //pouvoir// et //puissance//).
  
  
-En revanche, il fut emprunté par toutes les langues romanes, dans lesquelles il constitue un mot savant :+===== 7.2. Emprunts au latin écrit =====
  
  
--fr. //bilingue// +Lat. //potentia// a été emprunté, par la voie écrite et savante, par plusieurs idiomes romans.
  
  
--esp +Roum. //putinţă// s.f. « force, puissance » (dp. XVII<sup>e</sup> s.) s’interprète soit comme un emprunt savant à lat. //potentia//, soit comme un calque morphologique de ce dernier, dérivé de //a putea// v.tr. « pouvoir » (= //posse//) au moyen du suffixe -//inţă// (= -//entia//).
-// +
-bilingüe +
-// +
  
  
--port. //bil//  +It. //potenza// s.f. « force, puissance » est attesté depuis le début du XIII<sup>e</sup>siècle. La forme du lexème ne permet pas d’affirmer qu’il s’agit d’un emprunt, mais ses différents champs sémantiques dans la langue médiévale (« puissance politique » 1200/1243, « faculté de produire un effet » 1304/1308) montrent l’origine savante du vocable, calqué sur le latin juridique et philosophique.
-// +
-í +
-// // +
-ngue +
-/+
  
  
--it. //bilingue // +Fr. //potence// s.f. « puissance » est attesté dans l’ancienne langue, entre 1120 et 1525 (encore courant chez Lemaire des Belges).
  
  
--rom//. bilingual // +Le mot //potence// apparaît secondairement au sens de « béquille » vers 1170 (Béroul) et il est encore enregistré (comme un archaïsme) par le Larousse de 1949 : ce sens provient sans doute de la langue médicale médiévale, une béquille étant conçue comme un surcroît de force pour l’invalide. Du sens « béquille » dérivent les acceptions « armature du hennin » (ca 1400), « pièce de fer servant de soutien ou d’appui » (1386-1546), « assemblage servant de support à un balcon, à une lanterne etc. » (dp. 1547).
  
  
--roum. //bilingv// +Le sens « instrument de supplice servant à la pendaison, gibet », plus récent, est attesté dp1474 : deux explications en ont été proposées, l’une consistant à y voir une spécialisation du signifié « support » (« support d’une corde »), l’autre supposant un emprunt au latin juridique //potentia// « pouvoir seigneurial, pouvoir de justice », d’où « instrument du pouvoir de justice ».
  
  
-Il est aussi emprunté en anglais : //bilingual//.+L’ancien occitan a eu un lexème //potencia// s.f. « résistance » (attesté en 1345).
  
  
-Les emprunts romans ne présentent plus désormais qu’une seule valeur sémantique de l’adjectif latin, celle de « qui est capable de parler deux langues ». +Cat. //potència// s.f. « force, puissance » est attesté depuis //ca// 1250 (Lulle).
  
  
-La signification « trompeur, fallacieux », fort enracinée dans le mot latin, a existé dans les premières attestations de l’adjectif en français, au XV<sup>e</sup>siècle (cf. [[TLFi]]), mais a disparu ensuite+Esp. //potencia// s.f. « //id.// » est attesté depuis //ca// 1250 (Berceo).
  
  
-D’après le modèle du mot latin, d’autres langues modernes d’Europe ont créé des calques morphologiques, par traduction des deux éléments du composé latin, par exemple all. //zweisprachig// +Le galicien et le portugais ont //potência// s.f. « //id.// » depuis 1481.
  
  
-ou bien rus.+En dehors du domaine roman, nous trouvons : all//Potenz// s.f. « puissance d’un nombre » et « puissance physique », dan. norv. suéd. //potens// s.f. « puissance d’un nombre » ; polon. //pot//  
 +// 
 +ę
  
  
-двуязы +ga 
- +//  
- +s.f., slovène //potenciranje// s.f. « //id.// » ; espéranto //potenco// subst. « //id // ».
-́ +
- +
- +
-чный +
  
-. 
-\\  \\  [[:dictionnaire:bilinguis6|Page précédente]] ou [[:dictionnaire:bilinguis|Retour au plan]] ou [[:dictionnaire:bilinguis8|Page suivante]] 
  
 +\\  \\  [[:dictionnaire:potentia6|Page précédente]] ou [[:dictionnaire:potentia|Retour au plan]] ou [[:dictionnaire:potentia8|Page suivante]]