porcus, -ī (m.) « cochon, porc »

(substantif)



7. Descendance du lexème

7.1. Les descendants du lexème dans les langues romanes par la voie phonétique

Le terme lat. porcus, -i M. « porc » a eu une diffusion remarquable au cours de la latinité à des niveaux socio-linguistiques divers, ce qui explique sa continuation dans les langues romanes dans : it. porco, fr. porc, esp. puerco.

Ces mots se chargent de nuance différenciées d’une langue à l’autre par rapport aux autres désignations des suidés (it. maiale ; fr. cochon ; esp. cerdo).

Porcus en latin est devenu de très bonne heure le terme non marqué dans le lexique pour indiquer les suidés dans leurs aspects divers et sous des perspectives différentes, ce qui explique sa fortune et le fait qu’il ait remplacé d’autres termes hérités, tels que sus et (partiellement) aper. Rappelons que, dans le panorama des langues indo-européennes, seuls le latin et les langues sabelliques conservent les deux termes sus et porcus.

Le dérivé porcellus a donné lieu à des continuateurs romans, comme porceau en français.

7.2. Les emprunts faits au latin par les langues anciennes et modernes

L’anglais pork est un emprunt à l’ancien-français porc ; le nom anglais se réfère à la viande de l’animal comme nourriture ou plat de cuisine.


Aller au §6 ou Retour au plan ou Aller au §8