Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

dictionnaire:manducare5 [2015/07/17 15:53] (Version actuelle)
desiderio créée
Ligne 1: Ligne 1:
 +<html><p class="lestitres"> mandūcāre </p></html> <html><center><big><big> (verbe) </big></big></center></html>
 +\\
 +-----
 +\\
  
 +====== 5. Place dans le lexique latin ======
 +
 +
 +===== 5.1. Analyse synchronique du lexème. Formation du mot en latin =====
 +
 +
 +//Mandūcāre// est un verbe dénominatif (dé-substantival) offrant un thème d’infectum en -//ā//- formé sur le substantif //mandūcus, -i// M. « bâfeur, goinfre », qui est lui-même constitué du radical latin //mand-// de //mandĕre// « jouer des mâchoires » et du suffixe –//ūcus// agentif. L’analyse synchronique //mand-ūc-āre// et le rapprochement avec //mandere// et //mandūcus// sont illustrés par le passage suivant de Varron (cf. § 5.2.). Cette analyse synchronique est aussi celle que l’on peut faire en diachronie.
 +
 +
 +===== 5.2. Les interprétations et ré-analyses synchroniques des auteurs latins =====
 +
 +
 +Le verbe //manducare// est associé en synchronie par Varron à //mandĕre// « jouer des mâchoires, mâcher » et à son dérivé agentif //mandūcus// « celui qui joue des mâchoires, l’ogre, le goinfre » (cf. § 2 et 3) :
 +
 +    * Varr. //L.// 7, 5, 95 : //Apud Matium : \\ Corpora Graiorum maerebat **mandier** igni. \\ Dictum **mandier** a **mandendo**, unde **manducari**, a quo et in Atellanis Dossenum uocant Manducum.// \\ « In Matius : Grief he felt that the bodies of Greeks **were chewed** by the fire. //Mandier// ‘**to be chewed**’ is said from //mandere// ‘**to chew**’, whence //manducari// ‘**to chew**’ from which also in the Atellan Farces they call //Dossennus// ‘Humpback’ by the name //Manducus// ‘Chewer’. » (traduction Roland G. Kent, Coll. Loeb 1967) \\ « Chez Matius, on trouve : Il éprouva du chagrin de ce que les corps des Grecs étaient **réduits** par le feu. //Mandier// (‘être mâché’) vient de //mandere// (‘mâcher’), d’où //manducari// (‘mâcher’), à partir duquel aussi dans les atellanes on appelle //Dossenus// : //Manducus// (le ‘Goinfre Mâcheur’). »
 +
 +
 +Un grammairien tardif (cf. R. Maltby 1991, s.v. //manducare// p. 363) a pu interpréter //manducare// comme un composé du verbe //duco//, ducere « conduire » avec un premier terme associable à //manus// « main » avec un sens littéral de « porter la main à sa bouche » (//manum ad os duco//) :
 +
 +
 +    * Eutych. //GLK// V, 486, 8 : //et manduco manducas, licet a duco ducis uerbo uidetur componi, tamen cum nomine compositum, quasi manum ad os duco, iure primae est.// 
 +
 +
 +===== 5.3. « Famille » synchronique du terme =====
 +
 +
 +De //mandĕre// « jouer des mâchoires » ont été dérivés des termes mettant en valeur le sème de la gloutonnerie : 
 +
 +
 +- le substantif //mandō, -ōnis// M. « glouton » (avec un suffixe -//ōn//-((Pour ce suffixe : F. GAIDE 1988.))),
 +
 +
 +- //mandibulum// (-//i// Nt) / //mandibula// « mâchoire(s) » (avec un suffixe d’instrument en –//bulum// « ce qui sert à mâcher »),
 +
 +
 +- //mandūcus, -ī// M. « celui qui mâche, qui mange beaucoup, glouton, goinfre » et « ogre » dans la comédie atellane (cf. § 2 et 3) ; sur //mandūcus// est bâti //mandūcō, -ōnis// M. « le bâfreur » (avec un suffixe -//ōn//-).
 +
 +
 +Le substantif //māsūcius, -ii// M. « goinfre » (cité par P.F. 123,1) est probablement bâti sur le même radical latin avec le suffixe agentif -//ūcus// suivi du suffixe -//ius// (< *//mānsūcius//). 
 +
 +
 +Sur le thème verbal //mandūcā//- de //mandūcāre// sont formés des termes liés au procès de « manger » : 
 +
 +
 +- le substantif nom d’agent en -//tor// : //mandūcā-tor (-tōris)// M. « celui qui mange, mangeur »,
 +
 +
 +- le nom de procès en -//tio// : //mandūcā-tiō (-tiōnis)// F. « l’action de manger »,
 +
 +
 +- l’adjectif //mandūcā-bilis// « qui peut être mangé », « mangeable » (tardif : Iren.).
 +
 +
 +Les verbes préverbés en //com//- faits sur //manducare// se rattachent soit au sens ancien de « mâcher entièrement » au –IIe s. av. J.-C. : //com-mandūcor// chez Lucilius avec la valeur ancienne de //com-//, soit au sens évolué de « manger, ronger » au +Ier s. apr. J.-C. : //com-mandūcō// (Plin. //HN//).
 +
 +
 +===== 5.4. Associations synchroniques avec d’autres lexèmes =====
 +
 +
 +//Mandūcāre// devint l’un des lexèmes non marqués et usuels pour dénoter le procès de « manger » après un long processus de supplétisme associant au moins trois autres lexèmes : //ēsse, comēsse / comedere// et //cēnāre//, selon des variations diaphasiques et diatopiques complexes.
 +
 +
 +Le procès de « manger » était en effet dénoté en latin archaïque par le lexème //ēsse / edere//, qui rapidement fut évincé en latin archaïque ou classique par son préverbé perfectif //comēsse / comedere// (dans la langue parlée familière) et par //cēnāre// « dîner », puis « manger » (dans la langue parlée des gens cultivés de Rome).
 +
 +
 +Ce dernier lexème a pu être remplacé par //mandūcāre// dans la langue parlée familière (même des gens cultivés) à partir du Ier siècle après J.-C. si l’on se fie au passage de Suétone (//Aug//. 76,4) présenté au [[:dictionnaire:manducare4detaille|§ 4.2.]].
 +
 +
 +Le préverbé //comēsse / comedere//, marqué au départ par l’aspect perfectif, « manger entièrement », a sans doute été vite usuel dans la langue parlée en remplacement d’//ēsse//, qui était peu étoffé et avait une flexion irrégulière et défective. Mais la fréquence de //comēsse / comedere// a probablement diminué dans le parler citadin dès le Ier siècle après J.-C. Cependant, il est resté le lexème usuel dans certaines zones géographiques et dans certaines provinces romaines (cf. le terme en espagnol, portugais). 
 +
 +
 +On a préféré à Rome deux verbes de la première conjugaison : //cēnāre// et //mandūcāre//, dont le paradigme est régulier et facile à conjuguer, puisqu’ils reposent sur un thème d’//infectum// en -//ā//- sur lequel se bâtit régulièrement le thème de //perfectum//. En outre, leurs sèmes spécifiques pouvaient être effacés : par extension sémantique, processus qui supprime les sèmes spécifiques, ils ont servi à dénoter le même procès que //(com)ēsse / comedere//, puis en sont devenus des variantes diastratiques et diatopiques. 
 +
 +
 +Ainsi, //cēnāre// fut-il étendu à tous les repas de la journée dans la langue parlée des gens cultivés de Rome, en parallèle avec //mandūcāre//, qui est d’un niveau de langue plus familier. Le dîner dénoté par cēnāre correspondait au repas principal de la journée. Par extension, le terme s’est trouvé apte à dénoter le déjeuner dans l’usage d’une élite sociale ; dans un niveau de langue plus familier, c’est //mandūcāre// « mâcher », puis « manger », qui s’est peu à peu répandu comme terme usuel orthonymique. 
 +
 +
 + \\ [[:dictionnaire:manducare4|Aller au § 4]] ou [[:dictionnaire:manducare|Retour au plan]] ou [[:dictionnaire:manducare6|Aller au § 6]]