Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

dictionnaire:le_suppletisme_verbal3 [2015/11/11 15:20]
ollivier
dictionnaire:le_suppletisme_verbal3 [2015/11/11 18:55] (Version actuelle)
ollivier
Ligne 113: Ligne 113:
     * A. Ernout: « La langue a accompli un travail de discrimination et d’élimination, réservant //crēuī// à //crēscō//, utilisant //uīdī// comme parfait de //cernō// « apercevoir, voir », et remplaçant pour exprimer l’idée de « décider (de) l’ancien simple //cernō// par le composé d’aspect déterminé //dēcernō//».      * A. Ernout: « La langue a accompli un travail de discrimination et d’élimination, réservant //crēuī// à //crēscō//, utilisant //uīdī// comme parfait de //cernō// « apercevoir, voir », et remplaçant pour exprimer l’idée de « décider (de) l’ancien simple //cernō// par le composé d’aspect déterminé //dēcernō//». 
  
-La langue a tendance à utiliser un autre verbe en raison de l’homophonie, mais par prudence, nous classons ces paires dans les cas flous, puisque nous ne sommes pas en mesure de certifier la réalité d’aucune de ces paires dans la langue parlée((Dans certaines occurrences, à l’actif de //uideō// correspond le passif de //comminīscor//, jusque dans des expressions qui semblent proverbiales, par exemple chez Claudius Caecus, +La langue a tendance à utiliser un autre verbe en raison de l’homophonie, mais par prudence, nous classons ces paires dans les cas flous, puisque nous ne sommes pas en mesure de certifier la réalité d’aucune de ces paires dans la langue parlée.((Dans certaines occurrences, à l’actif de //uideō// correspond le passif de //comminīscor//, jusque dans des expressions qui semblent proverbiales, par exemple chez Claudius Caecus,//Carm.// 2-3: //Amicum cum uides, obliscere miserias// / //inimicus si es commentus nec libens aeque// \\ « Quand tu vois un ami, oublie tes malheurs. Mais si tu es considéré comme un ennemi, ne le fais pas aussi volontiers»\\ On peut supposer aussi un sème spécifique pour //commentus// lié au jugement d’une erreur : « si tu es vu <à tort> », mais d’autres occurrences ne le suggèrent pas.))
- +
-    *  Claudius Caecus//Carm.// 2-3: //Amicum cum uides, obliscere miserias// / //inimicus si es commentus nec libens aeque// \\ « Quand tu vois un ami, oublie tes malheurs. Mais si tu es considéré comme un ennemi, ne le fais pas aussi volontiers » +
- +
-On peut supposer aussi un sème spécifique pour //commentus// lié au jugement d’une erreur : « si tu es vu <à tort> », mais d’autres occurrences ne le suggèrent pas.)).+
  
 Nous procédons de même pour la paire //iubeō// / //imperōr// que É. Évrard((É. ÉVRARD (2001, 724 et 726).))  qualifie de supplétive, à partir de  Nous procédons de même pour la paire //iubeō// / //imperōr// que É. Évrard((É. ÉVRARD (2001, 724 et 726).))  qualifie de supplétive, à partir de 
Ligne 144: Ligne 140:
 Il faut distinguer supplétisme et allomorphie Peut-être trouvera-t-on un cas d’allomorphie tellement forte que, avec le temps, les locuteurs ont le sentiment d’avoir un vrai supplétisme. Par exemple, on doit rejeter tout //perfectum// qui repose sur un thème différent de celui de l’//infectum// par affixation (préverbation ou suffixation). Les variantes morphologiques d’un même radical latin sont nombreuses : //gignō// / //genuī// / //genitus// ; //accumbō//, //incumbō// / //accubuī//, //incubui// ; //excellō// / (//excelluī//) ? ; //sedeō// et //sīdō// / //sēdī//, //sessum// ; //strīdeō// / //strīdī// ; //pendeō// / //pependī// ; //teneō// et //tendō// / arch. //tetinī// ; //rīdeō// / //rīsī//, //rīsum// ; //fulgeō// / //fulsī// ; //ēmineō// ; //ēminui// ; //immineō// / //imminuī// ; //fluō// / //flūxī//, //flūxus// et //fluctus// ; //fruor// / //frūctus// ; //misceō// / //mixtus// ; //crēscō// / //crēuī// ; tous les lexèmes en //-ēscō// / //-uī//((Par exemple, //albeō//, //albescō// / //albuī// ; //algeō//, //algescō//  / //alsī// ; //ardeō//, //ardescō// / //arsī// ; //dureō//, //durescō// / //duruī// ; //luceō//, //lucescō// / //lūxī// ; //nigreō//, //nigrescō// / //nigruī// ; //paueō//, //pauescō// / //pauī// ; //putreō//, //putrescō// / //putruī// ; //seneō//, //senescō// / //senuī// ; //sordeō//, //sordescō// / //sorduī// ; //tepeō//, //tepescō// / //tepuī// ; //timeō//, //timescō// / //timuī// ; //ualeō//, //ualescō// / //ualuī// ; //uireō//, //uirescō// / //uiruī//. Cf. M. KELLER, (1992 : 335-420) et G. HAVERLING (2000). Il est bien connu que les verbes en //-eō// partagent leur thème de //perfectum// avec les verbes en //-scō//. Il ne s’agit pas de supplétisme, sachant que le suffixe //-sc-// ou le redoublement du thème sont limités au thème d’//infectum//. Ce ne sont même pas des variantes morphologiques du radical. Ce sont des thèmes différents à l’//infectum// et au //perfectum//.))  ; //uīuēscō// / //uixī// ; //scīsco//, //cōnscīscō// / //scīuī//, //cōnscīuī//, //scītus//, //cōnscītus// ; //obdormīscō// / //obdormīuī// ; //proficīscōr// / //prōfectus sum//, //prōfectus// ; //oblīuīscōr// / //oblitus sum//, //oblitus// ; //nancīscōr// / //nānctus sum//, //nānctus// ; //pacīscōr//, //dēpacīscōr// / //pactus//, //dēpactus// ; //ulcīscōr// / //ultus sum// ; //nāscōr// / //nātus sum// ; //irāscōr// / //irātus sum// ; //pāscōr// / //pāstus sum// ; //pāscō// / //pāuī//((Pour la déponentisation de //pāscōr//, le passif intrinsèque de //pāscō// à époque ancienne, cf. P. FLOBERT (1975, 413-414).))  ; //mētior// / //mensus sum apīscor// / //aptus sum// ; //tollō// / //sustulī//, //sublātus// ; //auferō// / //abstulī//, //ablātum// ; //fatiscor// / //dēfessus sum//. Les lexèmes qui empruntent le //perfectum// d’un lexème différemment suffixé mais étymologiquement apparenté ne sont en rien supplétifs : //lauāre// / //lauī// (de //lauere//), //lautum//((Cf. Quintilien, //Inst.// 1, 4, 13.))  ; //sonāre// / //sonuī// (de //sonere//), //sonītus//((Le DELL propose //sonāuī// à l’époque impériale, mais nous n’en avons trouvé qu’une occurrence chez un grammairien du VIème siècle, qui considère de plus ce parfait comme fautif et n’accepte que //sonuī//. Quant à //sonātūrum//, il n’est attesté qu’une fois, chez Horace (//S.// 1, 4, 43), et Priscien (//Gram.// 11) note la forme qu’on attendrait, //sonītūrum//, parallèlement à une autre anomalie, //intonāta// au lieu de //*intonīta// attendu (//Epo.// 2, 49).))  ; //tonāre// / //tonuī// (de //tonere//), (//tonitrus//)((Cf. Priscien, //GLK,// II, p. 473.))  ; //secāre// / //secuī// (d’un //*sec-// thématique), //sectus// ; //iuuāre// / //iūuī// (d’un //*iuu-// thématique), (//iūtus// ?)((Par exemple, César, //G.// 1, 26, 6.)) . Il faut distinguer supplétisme et allomorphie Peut-être trouvera-t-on un cas d’allomorphie tellement forte que, avec le temps, les locuteurs ont le sentiment d’avoir un vrai supplétisme. Par exemple, on doit rejeter tout //perfectum// qui repose sur un thème différent de celui de l’//infectum// par affixation (préverbation ou suffixation). Les variantes morphologiques d’un même radical latin sont nombreuses : //gignō// / //genuī// / //genitus// ; //accumbō//, //incumbō// / //accubuī//, //incubui// ; //excellō// / (//excelluī//) ? ; //sedeō// et //sīdō// / //sēdī//, //sessum// ; //strīdeō// / //strīdī// ; //pendeō// / //pependī// ; //teneō// et //tendō// / arch. //tetinī// ; //rīdeō// / //rīsī//, //rīsum// ; //fulgeō// / //fulsī// ; //ēmineō// ; //ēminui// ; //immineō// / //imminuī// ; //fluō// / //flūxī//, //flūxus// et //fluctus// ; //fruor// / //frūctus// ; //misceō// / //mixtus// ; //crēscō// / //crēuī// ; tous les lexèmes en //-ēscō// / //-uī//((Par exemple, //albeō//, //albescō// / //albuī// ; //algeō//, //algescō//  / //alsī// ; //ardeō//, //ardescō// / //arsī// ; //dureō//, //durescō// / //duruī// ; //luceō//, //lucescō// / //lūxī// ; //nigreō//, //nigrescō// / //nigruī// ; //paueō//, //pauescō// / //pauī// ; //putreō//, //putrescō// / //putruī// ; //seneō//, //senescō// / //senuī// ; //sordeō//, //sordescō// / //sorduī// ; //tepeō//, //tepescō// / //tepuī// ; //timeō//, //timescō// / //timuī// ; //ualeō//, //ualescō// / //ualuī// ; //uireō//, //uirescō// / //uiruī//. Cf. M. KELLER, (1992 : 335-420) et G. HAVERLING (2000). Il est bien connu que les verbes en //-eō// partagent leur thème de //perfectum// avec les verbes en //-scō//. Il ne s’agit pas de supplétisme, sachant que le suffixe //-sc-// ou le redoublement du thème sont limités au thème d’//infectum//. Ce ne sont même pas des variantes morphologiques du radical. Ce sont des thèmes différents à l’//infectum// et au //perfectum//.))  ; //uīuēscō// / //uixī// ; //scīsco//, //cōnscīscō// / //scīuī//, //cōnscīuī//, //scītus//, //cōnscītus// ; //obdormīscō// / //obdormīuī// ; //proficīscōr// / //prōfectus sum//, //prōfectus// ; //oblīuīscōr// / //oblitus sum//, //oblitus// ; //nancīscōr// / //nānctus sum//, //nānctus// ; //pacīscōr//, //dēpacīscōr// / //pactus//, //dēpactus// ; //ulcīscōr// / //ultus sum// ; //nāscōr// / //nātus sum// ; //irāscōr// / //irātus sum// ; //pāscōr// / //pāstus sum// ; //pāscō// / //pāuī//((Pour la déponentisation de //pāscōr//, le passif intrinsèque de //pāscō// à époque ancienne, cf. P. FLOBERT (1975, 413-414).))  ; //mētior// / //mensus sum apīscor// / //aptus sum// ; //tollō// / //sustulī//, //sublātus// ; //auferō// / //abstulī//, //ablātum// ; //fatiscor// / //dēfessus sum//. Les lexèmes qui empruntent le //perfectum// d’un lexème différemment suffixé mais étymologiquement apparenté ne sont en rien supplétifs : //lauāre// / //lauī// (de //lauere//), //lautum//((Cf. Quintilien, //Inst.// 1, 4, 13.))  ; //sonāre// / //sonuī// (de //sonere//), //sonītus//((Le DELL propose //sonāuī// à l’époque impériale, mais nous n’en avons trouvé qu’une occurrence chez un grammairien du VIème siècle, qui considère de plus ce parfait comme fautif et n’accepte que //sonuī//. Quant à //sonātūrum//, il n’est attesté qu’une fois, chez Horace (//S.// 1, 4, 43), et Priscien (//Gram.// 11) note la forme qu’on attendrait, //sonītūrum//, parallèlement à une autre anomalie, //intonāta// au lieu de //*intonīta// attendu (//Epo.// 2, 49).))  ; //tonāre// / //tonuī// (de //tonere//), (//tonitrus//)((Cf. Priscien, //GLK,// II, p. 473.))  ; //secāre// / //secuī// (d’un //*sec-// thématique), //sectus// ; //iuuāre// / //iūuī// (d’un //*iuu-// thématique), (//iūtus// ?)((Par exemple, César, //G.// 1, 26, 6.)) .
  
-Les semi-déponents n’ont aucun lien avec le supplétisme de voix puisqu’il n’y a pas de changement de radical entre l’infectum de voix active et le perfectum de voix passive : audeō / ausus sum ; gaudeō / gāuīsus sum ; fīdō / fisus sum ; soleō / solitus sum ; confīdō / confīsus sum ; diffīdō / diffīsus sum ; mereō / meritus sum ; pudet / puditum est (à côté de puduit) ; concrēscō / concrētus sum  ; mereor / meruī , pas plus que queō / quitus sum .+Les semi-déponents n’ont aucun lien avec le supplétisme de voix puisqu’il n’y a pas de changement de radical entre l’//infectum// de voix active et le //perfectum// de voix passive : //audeō// / //ausus sum// //gaudeō// / //gāuīsus sum// //fīdō// / //fisus sum// //soleō// / //solitus sum// //confīdō// / //confīsus sum// //diffīdō// / //diffīsus sum// //mereō// / //meritus sum// //pudet// / //puditum est// (à côté de //puduit//) ; //concrēscō// / //concrētus sum//((Selon A. ERNOUT (1929, 97).))  ; //mereor// / //meruī//((Cf. P. FLOBERT (1975, 198-199), pour l’inversion de ce pseudo-supplétisme à la fois temporel et de voix.)) , pas plus que //queō// / //quitus sum//((Cf. Diomède, //GLK//, I, p. 385. Ce thème de //perfectum// est très rare.)) . 
 + 
 +Il faut refuser enfin tous les paradigmes présentant des radicaux différents en raison de l’évolution phonétique des formes. Ce sont des variantes morphologiques du radical latin : par exemple, pour le verbe « être », //s- / es-//. Certains qualifient //sum//, //sumus//, //sunt// / //es//, //est//, //estis// de paradigme supplétif((Ce n’est pas du supplétisme, mais I. A. MEL‘ČUK (1992, 98) étudie ce type qu’il qualifie de « supplétisme » dans le français //suis// / //est// (qui n’en est pas un diachroniquement, puisque l’on peut remonter à une seule racine, cf. L. VESELINOVA ( 2000, 65). A. CARSTAIRS (1994) se demande si ces irrégularités sont d’ordre phonologique ou morphologique et adopte plutôt la première supposition. Ce même auteur (1988, 1990) étudie d’autres cas de « supplétions phonologiques », dans d’autres langues, sans distinguer les variantes du radical des vrais supplétismes (comme italien « aller », va(d)- pour les formes accentuées / //and-// pour les formes non accentuées ; sankrit //asthi// / //asthn-// / //astahn-// ou //asthān-//). Nous ajoutons, pour illustration, les lexèmes de l’ancien-français à alternance radicale par suite du glissement de l’accent, du radical sur la désinence : //je desjun// / //nous disnons// ; //lief// / //levons// ; //cuevre// / //covrons// ; //pleur// / //plorons// ; etc. ; en français moderne, //je viens// / //nous venons// / //je vins// ; //etc.// Ce sont des variantes du radical français, ce ne sont pas des supplétismes.)) , mais l’étymologie commune des formes est évidente en diachronie. Nous rejetons les thèmes qui se sont différenciés par accident phonétique entre les personnes d’un même temps, //possum// / //potes// ; //eō//, //eunt// / //īmus//, //ītis// ; entre l’indicatif et l’infinitif, //uolō// / //uelle// ; //dās// / //dăre// ; entre l’//infectum// et le //perfectum//, //ăgō// / //ēgī// / //actus// ; //făciō// / //fēcī// / //factus// ; //iăciō// / //iēcī// / //iactus// ; //căpiō// / //cēpī// / //captus// ; //stā-// / //stĕtī// ; //tangō// / //te-tĭgī// ; //pellō// / //pe-pulī// ; //cădō// / //ce-cĭdī// ; //cănō// / //ce-cĭnī//. En outre, il n’y a jamais eu de « supplétisme personnel » pour le verbe //posse// « pouvoir » : //potĕs// est issu d’« une agglutination de séquence, constituée de l’adjectif //potis, -e// : « capable de » et du verbe //sum// », d’où un radical latin //pot-// « pouvoir » qui s’est étendu à toute la flexion du verbe « pouvoir ». La variante //pos-// est phonétiquement conditionnée, non pas supplétive. Par ailleurs, même si le thème du parfait //potuī// et le participe présent //potēns// ont été empruntés à un verbe //*potēre//, en diachronie le radical est étymologiquement apparenté à la même racine que //potis//, //*pet-// « être maître de, être possesseur de ». Le cas //posse// / //potuī//, //potēns// est donc à la limite du supplétisme en diachronie, mais ce sont plutôt des variantes morphologiques. En synchronie, de toute façon, on a seulement une variation //pot-// / //pos-// d’un même radical latin. 
 + 
 +Il serait erroné de croire que la majorité des supplétismes reposent sur l’opposition entre l’//infectum// et le //perfectum//((C’est ce qu’affirment B. A. RUDES (1980, 656) et D. CARCHEREUX (2000, 13) : « En latin, le plus répandu des types de supplétismes repose sur l’opposition //infectum// / //perfectum// ». )) . Même si le latin a hérité de très vieux supplétismes, comme //sum// / //fuī//, on ne peut se contenter de cet héritage. Malgré tout, certains auteurs ont voulu découvrir des supplétismes inaperçus dont beaucoup sont probablement fort douteux. Finalement, les plus sûrs sont encore ceux qu’on a reconnus de toute éternité. 
  
-Il faut refuser enfin tous les paradigmes présentant des radicaux différents en raison de l’évolution phonétique des formes. Ce sont des variantes morphologiques du radical latin : par exemple, pour le verbe « être », s- / es-. Certains qualifient sum, sumus, sunt / es, est, estis de paradigme supplétif , mais l’étymologie commune des formes est évidente en diachronie. Nous rejetons les thèmes qui se sont différenciés par accident phonétique entre les personnes d’un même temps, possum / potes ; eō, eunt / īmus, ītis ; entre l’indicatif et l’infinitif, uolō / uelle ; dās / dăre ; entre l’infectum et le perfectum, ăgō / ēgī / actus ; făciō / fēcī / factus ; iăciō / iēcī / iactus ; căpiō / cēpī / captus ; stā- / stĕtī ; tangō / te-tĭgī ; pellō / pe-pulī ; cădō / ce-cĭdī ; cănō / ce-cĭnī. En outre, il n’y a jamais eu de « supplétisme personnel » pour le verbe posse « pouvoir » : potĕs est issu d’« une agglutination de séquence, constituée de l’adjectif potis, -e : « capable de » et du verbe sum », d’où un radical latin pot- « pouvoir » qui s’est étendu à toute la flexion du verbe « pouvoir ». La variante pos- est phonétiquement conditionnée, non pas supplétive. Par ailleurs, même si le thème du parfait potuī et le participe présent potēns ont été empruntés à un verbe *potēre, en diachronie le radical est étymologiquement apparenté à la même racine que potis, *pet- « être maître de, être possesseur de ». Le cas posse / potuī, potēns est donc à la limite du supplétisme en diachronie, mais ce sont plutôt des variantes morphologiques. En synchronie, de toute façon, on a seulement une variation pot- / pos- d’un même radical latin. 
  
-Il serait erroné de croire que la majorité des supplétismes reposent sur l’opposition entre l’infectum et le perfectum . Même si le latin a hérité de très vieux supplétismes, comme sum / fuī, on ne peut se contenter de cet héritage. Malgré tout, certains auteurs ont voulu découvrir des supplétismes inaperçus dont beaucoup sont probablement fort douteux. Finalement, les plus sûrs sont encore ceux qu’on a reconnus de toute éternité. 
  
  
 +\\
 +[[:dictionnaire:le supplétisme verbal4|Aller au § 4]]