Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

dictionnaire:impudentia6 [2015/07/04 16:10] (Version actuelle)
bothua créée
Ligne 1: Ligne 1:
 +<html><p class="lestitres"> impudentia, -ae f. 
 +</p></html> <html><center><big><big> (substantif)</big></big></center></html>
 +\\
 +-----
 +
 +\\
 +
 +====== 6. Histoire du lexème ======
 +
 +
 +===== 6.1. Histoire au cours de la latinité. Évolution des emplois =====
 +
 +
 +//Impudentia// apparaît chez Plaute avec la valeur d’« impudence » et celle « d’impudeur » est attestée à partir de Cicéron. Les deux valeurs d’//impudentia// « impudence » et « impudeur » tiennent à ce que le substantif est un suffixé en //–ia// sur la base de l’adjectif //impudens// (fait sur //pudens//, ancien participe présent), qui signifie surtout « effronté »((   Pl. //Aul. //746 : //cum istacin te oratione huc ad me adire ausum, inpudens !// « Tu as l’audace de venir me trouver ici avec un pareil discours, impudent ». Cic. //Cluent//. 67 : … //ab homine ad excogitandum acutissimo, ad audendum impudentissimo// …« … par un homme le plus intelligent pour imaginer, le plus impudent pour oser … ». Liv. 26, 22, 6 : … //impudentem … imperatorem esse qui, cum alienis oculis ei omnia agenda sint, postulet sibi potius aliorum capita ac fortunas committi.// « C’est un impudent … le général qui, quand il doit tout faire par les yeux d’autrui, demande que ce soit à lui de préférence qu’on confie la vie et la destinée des autres.  » ; de même Pl. //Pers//. 412 ; Ter. //Haut//. 28 ; Cic. //Verr//. II, 1, 35 ; II, 2, 25 ; //Brut.// 330.)), mais aussi « impudique »(( Pl. //Mil.// 1402 : //Cur es ausus subigitare alienam uxorem, impudens //? « Pourquoi as-tu osé peloter la femme d’un autre, homme sans pudeur ? »)). La prédominance de l’idée d’effronterie dans l’adjectif et le substantif fait que l’antonymie est plus fréquente avec //pudor// « scrupule, retenue ». 
 +
 +
 +===== 6.2. Origine et étymologie =====
 +
 +
 +Le radical //pud-//, attesté dans //pudor, pudeō//, n’a pas d’étymologie claire. De Vaan conclut par un //non liquet//. Les rapprochements proposés, //pauiō //« frapper » dans Walde-Hofmann ou la racine //*speud-// « (se) presser, aiguillonner » (gr. //σπεύδω// « je me hâte », lit. //spaudžiu// « je peine ») dans Ernout-Meillet ne sont satisfaisants ni pour le sens, ni pour la forme. Il serait encore envisageable, comme le suggère De Vaan, de rapprocher //paueō// « avoir peur », mais, sans même parler du sens, l’analyse formelle serait problématique.
 +
 +
 +\\
 +[[:dictionnaire:impudentia5|Aller au §5]]  ou [[:dictionnaire:impudentia|Retour au plan]] ou 
 +[[:dictionnaire:impudentia7|Aller au §7]]