impudentia, -ae f.

(substantif)



1. Graphie, phonétique, phonologie

1.1. Graphie et variantes graphiques

<impudentia> et <inpudentia>. La nasale étant homorgane, le morphème négatif préfixé in- (avec nasale dentale) est prononcé im- (avec nasale labiale) devant une consonne labiale par assimilation régressive du point d’articulation. La première graphie en im- est donc phonétique, tandis que la seconde en in- est morphologique.

1.2. Phonétique et phonologie

Phonétique :

[im.pu.'den.ti.ja]

La nasale dentale [n] du préfixe négatif in- s’assimile à l’occlusive labiale [p] et passe à la nasale labiale [m], notée <m>.

Les deux voyelles [i] et [u], lorsqu’elles sont suivies d’une voyelle au timbre différent du leur, développent une semi-consonne (respectivement notée [j] dans l’API ou [y] dans l’alphabet des romanistes et [w]) qui évite le hiatus entre les deux voyelles (cf. M. Niedermann 1953).

Phonologie :

/im.pu.'den.ti.a/ /m/ est ici un allophone (phonétiquement conditionné) de /n/ ; in- et im- sont des allomorphes du morphème de négation en fonction de préfixe.

Évolution phonétique en latin tardif :

En latin postclassique avec des variantes selon les niveaux de langue, on aboutit à [im.pu.'den.tja] après consonnification du i bref en hiatus et perte d’une syllabe ; puis [im.pu.'den.tsa] avec une consonne dentale sourde affriquée.

A ce stade, s’installe une prononciation identique pour les séquences finales …tia et …cia, qui sont donc confondues dans la prononciation, ce qui entraîne des confusions dans la graphie.


Retour au plan ou Aller au §2