Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

dictionnaire:gerere6 [2015/07/20 19:47] (Version actuelle)
desiderio créée
Ligne 1: Ligne 1:
 +<html><p class="lestitres"> gĕrō, -is, -ĕre </p></html> <html><center><big><big> (verbe)</big></big></center></html>
 +\\
 +-----
 +\\
  
 +====== 6. Histoire du lexème ======
 +
 +
 +===== 6.1. Histoire au cours de la latinité: évolution des emplois =====
 +
 +
 +Le verbe //gerere// appartient au vocabulaire fondamental du latin dès les premiers textes (Ennius, Plaute) avec le sens général de « prendre en charge, porter ». La fréquence des emplois dans des lexies verbales ou synthèmes (//gerere rem, gerere bellum, gerere mores//), dont certains ont donné naissance à des verbes composés (//belligerare//, Plaute + ; //morigerari//), prouve une présence ancienne dans le vocabulaire de base du latin. 
 +
 +
 +===== 6.2. Etymologie et origine =====
 +
 +
 +Le verbe //gerere//((Ce paragraphe étymologique est le résumé de l’article : CHRISTOL A., paru en 2008 dans les actes partiels du XIIIe Colloque international de Linguistique Latine (Bruxelles, avril 2005).)) « porter, prendre en charge » n'a pas reçu d'étymologie satisfaisante (//DELL//) et il est absent du //LIV//.
 +
 + 
 +La seule explication plausible en fait une forme suffixée de la racine %%*%%//H<sub>2</sub>eg-// “mener” (WH, s. v. ; cf. Schrijver 1991, 24). Mais l'orientation de %%*%%//H<sub>2</sub>eg-// “pousser devant soi” est inversée par rapport à //gerere// “soulever”, expliqué comme équivalent de //sustinere// par Varron (//L//. VI, 77).
 +
 +
 +Dans une communication présentée au //XIIIème Colloque international de Linguistique Latine// (Bruxelles, avril 2005), A. Christol propose de voir dans lat. %%*%%//ges//- un suffixe %%*%%‑//es//- en distribution complémentaire avec %%*%%‑//em//- (%%*%%//gem//- “saisir, prendre en main, porter une charge »), qu’on a dans gr. γέντο “il prit” (aor. homérique) ou γέμω “être chargé (navire)”, γόμος “charge(ment)”.
 +
 +
 +En italique, cette racine est attestée en ombrien : //gomia- / kumia//- “gravida” (Untermann 2000, 310).
 +
 +
 +Dans le cadre de la théorie benvenistienne de la racine, on est amené à poser une racine à suffixes multiples, %%*%%//Hg-es//- ou %%*%%//Hg-em//-, qui n’a guère d’affinités sémantiques avec %%*%%//H<sub>2</sub>eg//- “mener”.
 +
 +
 +La racine non suffixée pourrait être présente dans le verbe grec ἐπείγω “presser, hâter” (sans étymologie, //DELG//), soit par réfection d’un présent à redoublement (//Hi-Hg//- > %%*%%ῑγω), soit par dérivation secondaire à partir d’un parfait %%*%%ἔοιγα (thématisé en éolien : ἐποίγω), sur le modèle πέποιθα => πείθω .
 +
 +
 +L’indo-iranien a un terme //yam//- “tenir (fermement), brandir” qui occupe le même domaine sémantique, mais i.-ir. //y//- ne correspond pas normalement à lat. //g//-. 
 +
 +
 +En fait, une telle équivalence existe pour i.-ir. //yama//- “jumeau” et lat. //geminus//. S’il ne s’agit pas d’une pure coïncidence, on a le choix entre les deux explications qui ont été proposées (voir les références dans le dictionnaire étymologique de Walde-Hofmann) :
 +
 +
 +(a) normalisation dans ‘un micro-système’. Lat. geminus serait issu du croisement entre %%*%%//ieminus// attendu et %%*%%//gem//-, qui pouvait s’appliquer à une femme enceinte, comme le prouve l’ombrien %%*%%//gomia// “gravida”.
 +
 +
 +(b) sk. //y//- = lat. //g//- (< %%*%%//H<sub>1</sub>g//-). I.-e. %%*%%//g// s’est palatalisé en [ĝ̯] (i.-ir. [ǰ], sk. //j//). On ne peut exclure que %%*%%//h<sub>1</sub>//, d’articulation palatale, ait accéléré la palatalisation de [ĝ̯] à [y].
 +
 +
 +Avec (b), sk. //yam//- pourrait être apparenté à gr. γέμω (i.-e. %%*%%//Hgem//-). Le latin %%*%%//ges//- représenterait un autre thème aspectuel, formé avec %%*%%-//es//- (« résultatif » selon Dunkel), en face de %%*%%‑//em-// (duratif).
 +
 +
 +La normalisation morphologique a joué : le présent //gerere// est formé sur la racine du perfectum et pourrait remplacer %%*%%//gemere// (cf. //premere, pressi,// de sens proche), éliminé par l’homonymie avec //gemere// “gémir”.
 +
 +
 +L’inverse s’est produit en grec : l’aoriste γέντο a la nasale du présent γέμω et la base %%*%%//ges//- n’y est pas (ou plus ?) représentée.
 +
 +
 +\\
 +[[:dictionnaire:gerere5|Aller au § 5]] ou [[:dictionnaire:gerere|Retour au plan]] ou [[:dictionnaire:gerere7|Aller au § 7]]