Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

dictionnaire:flauus4.2 [2015/07/15 17:29] (Version actuelle)
bothua créée
Ligne 1: Ligne 1:
 +<html><p class="lestitres"> flāuus, a, um </p></html> <html><center><big><big> (adjectif)</big></big></center></html>
 +\\
 +-----
 +\\
 +
 +====== 4.2. Exposé détaillé ======
 +
 +
 +La signification de //flāuus// ne se résume pas aux sens de « jaune » et de « blond » : à côté d’emplois prototypiques, l’adjectif s’applique à des nuances chromatiques précises.
 +
 +
 +===== A. « Jaune pâle, blond » =====
 +
 +
 +De manière récurrente, //flāuus// qualifie des réalités caractérisées par leur teinte jaune pâle, comme le sable et l’eau limoneuse, le miel, la cire, les blés et la chevelure : 
 +
 +    * Enn. //Ann. Frg.// 384 W. : \\ //uerrunt extemplo placide mare marmore **flauo**.// \\ « ils balaient aussitôt sans bruit  la mer aux reflets **jaunes**. » (traduction J.-F. Thomas)
 +
 +    * Lucr. 1, 936-938 : \\ //sed ueluti pueris absinthia taetra medentes \\ cum dare conantur, prius oras pocula circum \\ contingunt mellis dulci **flauo**que liquore//. \\ « Mais quand les médecins veulent donner aux enfants la répugnante absinthe, ils parent auparavant les bords de la coupe d’une couche de miel **blond** et sucré. » (traduction A. Ernout, 1935, CUF)
 +
 +    * Virg. //En//. 7, 30-32 :  \\ […] //Hunc (= lucum) inter fluuio Tiberinus amoeno \\ uerticibus rapidis  et multa **flauos** harena  \\ in mare prorumpit// […] \\ « […] Entre ses arbres, en un aimable cours, en tourbillons rapides, Tibérinus, **blond** d’un sable abondant, s’élance dans la mer […] » (traduction J. Perret, 1978, CUF)
 +
 +    * Virg. //Géorg//. 1, 316-317 : \\ […] //cum **flauis** messorem induceret aruis  \\ agricola// […] \\ « […] comme le paysan fait entrer le moissonneur dans les champs **dorés** […] » (traduction  J.-F. Thomas) 
 +
 +    * Ov. //M//.. 3, 487-488 :  \\ […] //sed, ut intabescere **flauae** \\ igne leui cerae// […] \\ « […] comme la cire **dorée** fond devant une flamme légère […] » (traduction  G. Lafaye, 1960, CUF)
 +
 +Est encore dénoté par//flauus// le blond de la chevelure, un élément de la beauté idéalisé en raison de sa rareté même dans les sociétés méditerranéennes. Cette blondeur est celle de la// puella// comme du héros mythologique : 
 +
 +    * Stat. //Theb//. 3, 507 : \\ […] //**flauae**que […] auis unca Mineruae//. \\ « […] la chouette au bec crochu de la **blonde** Minerve. » (traduction J.-F. Thomas)
 +
 +    * Ov. //Hér//. 20, 55 :  \\ //Hoc faciunt **flaui** crines et eburnea ceruix.// \\ « C’est l’œuvre de tes cheveux **blonds** et de ton cou d’ivoire. » (traduction J.-F. Thomas),
 +
 +et elle est un stéréotype de la séduction : 
 +
 +    * Tert. //Cult//. 2, 6, 15 (à propos des cheveux)  : \\  […] //pro albo uel atro **flauum** facimus, gratiae faciliorem.// \\ « […] au lieu de blancs ou noirs, nous les rendrons **blonds** pour qu’ils aient plus de charme. » (traduction J.-F. Thomas)
 +
 +
 +===== B. « Jaune-brunâtre, fauve » =====
 +
 +
 +Sont encore qualifiés par //flauus// les pelages de couleur fauve de certains animaux, comme les faons ou les lions : 
 +
 +    * Stat.  //Silv//. 1, 2, 226 :  \\ […]// **flauam** maculoso nebrida tergo.// \\ « […] une peau **fauve** de faon au dos tacheté.  » (traduction J.-F. Thomas)
 +
 +    * Stat. //Theb//. 4, 154-155 :  \\ […] //**flauae** capiti tergoque leonum \\ exuuiae gentilis honos// […] \\ « […] sur leur tête et sur leurs épaules, la **fauve** dépouille d’un lion, une marque d’honneur propre à leur race […] » (traduction  R. Lesueur, 2000, CUF)
 +
 +
 +===== C. « Jaune à reflets rouges » =====
 +
 +
 +Les réalités qualifiées en prose de //rutilus// en raison de leurs reflets d’une couleur rouge très vive le sont aussi par //flauus//, surtout en poésie. L’or est //rutilus// (Luc. 9, 364 ; Juv. 14, 299 ; Sen. //Oed//. 137), mais aussi //flauus// : 
 +
 +    * Mart. 12, 65, 6 : \\ //uera minus **flauo** radiant electra metallo//. \\ « l’ambre véritable rayonne moins que son **blond** métal. » (traduction J.-F. Thomas)
 +
 +et l’adjectif latin //flauus// est rapproché du grec //πυρρός, -ά, -όν//  « roux » en parlant des personnes qui ont les cheveux rouges (mais aussi « fauve » pour les animaux et « rouge de feu, rouge ardent » pour diverses entités) 
 +
 +    * Hyg. //Fab//. 96, 1 : \\ //Nam uirgines Pyrrham nominarunt, quoniam capillis **flauis** fuit et graece rufum pyrrhon dicitur//. \\ « Les vierges appellent Achille //Pyrrha// parce qu’il avait les cheveux **roux** et que rouge se dit en grec πυρρός. » (traduction J.-Y. Boriaud, 1997, CUF)
 +
 +Les Barbares sont //rutili// (Tib. 1, 7, 12 ; Tac. //Germ//. 14), mais aussi //flaui// : 
 +
 +    * Ov. //Pont//. 4, 2, 37-38 :  \\ //Hic mea cui recitem nisi **flauis** scripta Corallis \\ quasque alias gentes barbarus Hister habet ?// \\ « A qui lirais-je ici mes écrits, sinon aux **blonds** Coralles et aux autres peuples qui vivent sur les bords de l’Hister barbare ? » (traduction  J. André, 1997,  CUF)
 +
 +    * Luc. 10, 129-131 : \\ […] //pars tam **flauos** gerit altera crines, \\ ut nullis Caesar Rheni se dicat in aruis \\ tam rutilas uidisse comas//  […] \\ « […] une autre partie porte des cheveux d’un **blond** tel que César dit ne pas en avoir vu de si ardent sur les bords du Rhin […] » (traduction J.-F. Thomas)
 +
 +    * Hier. //Ep//. 107, 2 : \\ […]  //Getarum rutilus et **flauus** exercitus//. \\ « […] l’armée des Goths à la couleur rousse (rouge vif) et **blonde.** » (traduction J.-F. Thomas)
 +
 +Ces reflets rouges expliquent l’emploi de l’adjectif pour les manifestations de la pudeur : 
 +
 +    * Ov. //Her//. 4, 72 :  \\ //**Flaua** uerecundus finxerat ora rubor//.  \\ « une chaste rougeur colorait les joues d’un noble **incarnat.** » (traduction  J.-F. Thomas)
 +
 +    * Sen. //Phaedr//. 651-652 :  \\ […] //Presserant uittae comam \\ et ora **flauus** tenera tinguebat pudor//. \\ « […] Des bandelettes pressaient sa chevelure et la pudeur donnait à sa tendre face sa teinte **incarnadine**. » (traduction F.-R. Chaumartin, 2000, CUF)
 +
 +Il n’est pas indifférent que les deux occurrences concernent Hippolyte : s’il a la rougeur de la honte, la jeunesse de sa tendre face en atténue l’éclat, et c’est l’association de ces deux propriétés, présentes comme on l’a vu dans le sémantisme de //flauus//, qui justifient l’application du mot à ce personnage.
 +
 +L’adjectif //flauus// est d’autre part appliqué aux olives : 
 +
 +    * Virg. //En.// 5, 307-308 :  \\ […] //Tres praemia primi \\ accipient **flaua**que caput nectentur oliua// \\ « Les trois premiers recevront des prix et couronneront leur tête des feuilles **dorées** de l’olive » (traduction J. Perret, 1978, CUF)
 +
 +Comme l’explique J. André (1949, 130-132), il n’est pas nécessaire de modifier le texte en //fulua//, dans la mesure où le prisme sémantique de //flauus// lui permet de dénoter les reflets dorés que prend le gris-vert de l’olivier sous l’effet du soleil. Il convient alors peut-être de corriger la traduction de M. Lavarenne (1931, CUF) pour Prudence //Perist//. 4, 53 : 
 +
 +    * Prudence //Perist//. 4, 53 :  \\ […] //uerticem **flauis** oleis reuincta// […] \\ « […] la tête couronnée du **pâle** olivier […] » (traduction M. Lavarenne, 1931, Paris, CUF)
 +
 +en « […] la tête couronnée de l’olivier **doré** […] ».
 +
 +===== Conclusion =====
 +
 +
 +La variété des nuances chromatiques exprimées par //flauus// est surtout marquée dans les textes poétiques, où l’adjectif a d’ailleurs ses occurrences les plus nombreuses ; cela est dû à la place que tient, dans les différents genres, la sensualité des couleurs. Toutes les teintes observées se retrouvent dans l’analyse donnée par Aulu-Gelle : 
 +
 +    * Aulu-Gelle, //N. A.// 2, 26, 12 : \\  ‘//**Flauus’** contra uidetur e uiridi et rufo at albo concretus ; sic ‘flauentes comae’ et, quod mirari quodam uideo, frondes olearum a Vergilio ‘flauae’ dicuntur.// \\ « //**Flauus**// au contraire paraît formé de vert, de rouge et de blanc ; ainsi Virgile dit //flauentes comae//, « cheveux blonds », et, ce qui étonne certains, je le constate, il qualifie de //flauae//, blonds, les feuillages des oliviers. » (traduction R. Marache, 1967, CUF).
 +
 +En allant du jaune clair à une nuance proche du rouge en passant par le gris-vert doré (J. André, 1949, 132), le spectre chromatique couvert par le latin //flauus// est large et ne correspond pas à celui du fr. //jaune//. Sur ce plan-là comme sur d’autres, les représentations des couleurs données par les deux langues ne coïncident pas (voir M. Fruyt, 2006, 29-30).
 +
 +
 +\\
 +[[:dictionnaire:flauus3|Aller au §3]]  ou [[:dictionnaire:flauus|Retour au plan]] ou [[:dictionnaire:flauus5|Aller au §5]]