Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

dictionnaire:femina4detaille [2013/02/03 10:52]
lestrade
dictionnaire:femina4detaille [2014/12/17 13:27] (Version actuelle)
desiderio
Ligne 1: Ligne 1:
-<html><div class="titre">fēmĭna, -ae (f.)</div></html> \\  <html><center><big><big>(substantif)</big></big></center></html> +<html><class="lestitres">fēmĭna, -ae (f.)</p></html> <html><center><big><big>(substantif)</big></big></center></html> 
- +\\
 ---- ----
 +\\
  
 ====== 4.2. Description des emplois et de leur évolution: exposé détaillé ====== ====== 4.2. Description des emplois et de leur évolution: exposé détaillé ======
Ligne 93: Ligne 92:
  
  
-La date d’apparition de cette signification est incertaine : pour J.N. Adams((<html><a href=":dictionnaire:femina8#J.N. ADAMS (1972, 234 sq.)">J.N. ADAMS (1972, 234 sq.)</a></html>)), elle est présente dès l’époque archaïque, mais certains exemples plautiniens((Notamment <html><a href="#Truc.131">Truc.131</a></html>, cité ci-dessus.)) doivent probablement amener à nuancer cette vue. Elle est attestée de façon certaine à partir de Cicéron, qui en use dans ses discours avec une visée rhétorique((Voir F. SANTORO L’HOIR (1992) ): l’intégralité du chapitre 2 est consacrée à cette question.)). Chez cet auteur, en effet, //f////ē ////mina// ne s’applique qu’aux femmes nées libres (le terme ne renvoyant jamais à une affranchie ou, //a fortiori,// à une esclave), ou à une femme appartenant à l’une des grandes familles de Rome. La naissance libre conférant en elle-même une forme de distinction sociale, l’on pourrait alors attribuer à //f////ē////mina// un sème du type /de bonne naissance/. En outre, une connotation laudative semble attachée à ce terme : les adjectifs épithètes susceptibles de qualifier le substantif //f////ē////mina// chez Cicéron sont invariablement connotés positivement, et ils sont très fréquemment au superlatif :+La date d’apparition de cette signification est incertaine : pour J.N. Adams((<html><a href=":dictionnaire:femina8#J.N. ADAMS (1972, 234 sq.)">J.N. ADAMS (1972, 234 sq.)</a></html>)), elle est présente dès l’époque archaïque, mais certains exemples plautiniens((Notamment <html><a href="#Truc.131">Truc.131</a></html>, cité ci-dessus.)) doivent probablement amener à nuancer cette vue. Elle est attestée de façon certaine à partir de Cicéron, qui en use dans ses discours avec une visée rhétorique((Voir <html><a href=":dictionnaire:femina8#F. SANTORO L’HOIR (1992)">F. SANTORO L’HOIR (1992)</a></html> : l’intégralité du chapitre 2 est consacrée à cette question.)). Chez cet auteur, en effet, //f////ē ////mina// ne s’applique qu’aux femmes nées libres (le terme ne renvoyant jamais à une affranchie ou, //a fortiori,// à une esclave), ou à une femme appartenant à l’une des grandes familles de Rome. La naissance libre conférant en elle-même une forme de distinction sociale, l’on pourrait alors attribuer à //f////ē////mina// un sème du type /de bonne naissance/. En outre, une connotation laudative semble attachée à ce terme : les adjectifs épithètes susceptibles de qualifier le substantif //f////ē////mina// chez Cicéron sont invariablement connotés positivement, et ils sont très fréquemment au superlatif :
  
  
Ligne 120: Ligne 119:
  
  
-Comment expliquer l’apparition d’une signification appréciative pour le terme //fēmina// ? Une telle évolution sémantique paraît surprenante dans la mesure où, d’une part, //fēmina// peut renvoyer à toute femelle animale, et que, d’autre part, les caractéristiques que la société romaine attribue traditionnellement aux femmes sont généralement connotées négativement. A. M. Martín-Rodríguez((A. M. MARTÍN RODRÍGUEZ (2001, 856).)) propose l’explication suivante : si //fēmina// est bien, à l’origine, un participe-adjectif pouvant s’appliquer à toute femelle qui allaite ses petits, son signifié serait en lien non seulement avec la notion de sexe féminin, mais aussi avec celle de procréation. Or, la procréation est sans doute l’une des plus importantes fonctions sociales de la femme romaine. Il n’est donc pas surprenant que le bon accomplissement de cette fonction soit valorisé. +Comment expliquer l’apparition d’une signification appréciative pour le terme //fēmina// ? Une telle évolution sémantique paraît surprenante dans la mesure où, d’une part, //fēmina// peut renvoyer à toute femelle animale, et que, d’autre part, les caractéristiques que la société romaine attribue traditionnellement aux femmes sont généralement connotées négativement. A. M. Martín-Rodríguez((<html><a href=":dictionnaire:femina8#A. M. MARTÍN RODRÍGUEZ (2001, 856).">A. M. MARTÍN RODRÍGUEZ (2001, 856).</a></html>)) propose l’explication suivante : si //fēmina// est bien, à l’origine, un participe-adjectif pouvant s’appliquer à toute femelle qui allaite ses petits, son signifié serait en lien non seulement avec la notion de sexe féminin, mais aussi avec celle de procréation. Or, la procréation est sans doute l’une des plus importantes fonctions sociales de la femme romaine. Il n’est donc pas surprenant que le bon accomplissement de cette fonction soit valorisé. 
  
 \\ \\
Ligne 142: Ligne 141:
  
    
-