existĭmātĭō, -tĭōnis, f.

(substantif)



3. Distribution dans les textes au cours de la latinité

3.0. Généralités

3.0.1. Première occurrence dans les textes ou inscriptions

Le mot est attesté pour la première fois chez Térence (peut-être sous la forme existumatio, leçon retenue par l’édition Teubner) :

  • Ter. Heaut. 25-26 :
    arbitrium uestrum, uestra existimatio
    ualebit []
    « votre verdict et votre appréciation feront loi … » (traduction J. Marouzeau, 1947, CUF)

3.0.2. Répartition et distribution des occurrences dans les textes au cours de la latinité

La fréquence du mot reste moyenne tout au long de la latinité ; c’est au 1ers. av. J.-C. que l’on comptabilise la majorité de ses occurrences, chez Cicéron. Existĭmā-tĭō ne peut figurer dans la poésie dactylique, puisqu’il offre, par deux fois, une syllabe brève située entre deux syllabes longues. Il est donc plutôt employé en prose et c’est surtout un mot cicéronien.

Voir ses liens avec existimare et aestimare : ci-dessous § 6.

3.0.3. Fréquence comparée des formes flexionnelles

3.1. Distribution diachronique (périodes d’attestation)

Période Occurrences
IIIe-IIes. av. J.-C. 1
Iers. av. J.-C. 1721)
Iers. ap. J.-C. 15
IIes. ap. J.-C. 31
IIIes. ap. J.-C. 7
IVes. ap. J.-C. 63
Ves. ap. J.-C. 40
Total 329

3.2. Distribution diastratique (diaphasique)

3.3. Distribution diatopique (dialectale, régionale)

3.4. Distribution par auteur, par œuvre

1) Dont 151 occurrences chez Cicéron : c’est un mot de la prose intellectuelle, qui n’est pas employé dans la prose narrative.