exĭgĕre

(verbe)




6. Histoire du lexème

6.1. Histoire au cours de la latinité. Evolution des emplois

Exigere est un verbe attesté tout au long de la latinité, dès les débuts de l’époque littéraire (-IIIe s. av. J.-C.). Il appartient au vocabulaire fondamental du latin dans ses acceptions les plus usuelles : « pousser dehors, chasser, faire partir », « exiger, réclamer », « passer un certain temps » (cf. § 4.). Sous ses différentes acceptions, il se retrouve aussi bien en poésie (œuvres comiques, tragiques, épiques, etc.) qu’en prose (textes juridiques, historiques ou techniques, lettres).

Sa fréquence d’emploi est la plus haute à l’époque tardo-républicaine et au +Ier s. ap. J.-C., avant de diminuer dans les textes de l’Antiquité tardive. Les grammairiens et commentateurs tardifs éprouvent le besoin de l’expliquer.

6.2. Etymologie et origine

Le verbe ex-ĭgere est un préverbé en ex- du verbe hérité ăgĕre.

Le verbe simple agere vient de la « racine » i.-e. *h2ég- « mener » (M. DE VAAN 2008), suivie de la voyelle thématique *-e/o-, le verbe se fléchissant selon le type legō, legĕre.

On trouve des correspondants dans d’autres langues i.-e., par exemple : gr. ἄγω « mener », sk. ájati « mener, pousser », v.-norr. aka « conduire ».

Dans le préverbé ex-ĭgere, la fermeture des voyelles brèves en syllabe intérieure ouverte (M. Niedermann 1953, p. 18) à une date prélittéraire explique le passage du ă initial du verbe simple agere au ĭ dans exigere. L’application régulière de ce phénomène phonétique usuel montre que la formation du verbe exĭgĕre est ancienne en latin et qu’elle a eu lieu avant l’époque littéraire (fin du -IIIe siècle av. J.-Ch.).

L’occlusive sonore [g] qui termine le radical latin ăg- et son allomorphe phonétiquement conditionné -ĭg- dans exigere s’assourdit devant l’occlusive dentale sourde initiale du suffixe -tu- (supin) et du suffixe *-to- (participe parfait passif) pour passer à [k] avec un allongement compensatoire de la voyelle qui précède (selon la « loi de Lachmann »). D’où le ā dans āctum et exāctum (au supin), āctus, -a, -um et exāctus, -a, -um (au participe parfait passif).


Aller au § 5 ou Retour au plan ou Aller au § 7