exāmĕn, -ĭnis (n .)

(substantif)



2. Morphologie

2.1. Indications grammaticales

Substantif neutre appartenant aux thèmes en consonne nasale de la troisième déclinaison : exāmĕn, génitif exāmĭn-is.

2.2. Variantes morphologiques

On trouve la forme exagimine dans la correspondance du Pape Damase (Epist. Pontif., Löwenfeld 691 p. 9, cf. TLL) ; cela semble être une remotivation étymologique du lexème, par restitution d’un radical exag- ou -ag-, et adjonction de l’allomorphe -ĭmĕn du suffixe -mĕn (cf. le radical latin rĕg- et le verbe thématique à l’infectum rĕgō, rĕg-ĕ-re « diriger », à côté du substantif rĕgĭ-mĕn « direction », analysé en synchronie en rĕg-ĭměn).

2.3. Formation du lexème

La polysémie d’exāmĕn (cf. §4.2.D.) donne lieu à deux analyses différentes de sa formation : pour le TLL, il se rattache au verbe exĭgĕre (< *exăg-s-men), dont il est dérivé par l’adjonction du suffixe -men (i.e. *-mn̥), qui sert le plus souvent à former des noms dénotant le siège du procès, l’instrument ou le résultat du procès, en s’ajoutant à un radical latin ou à un thème verbal. Pour d’autres, il doit être rapporté simultanément à ex et ăgō, dans une formation de type parasynthétique : *ex-ag-s-men.

Dans les deux cas, on suppose une séquence *-s-men avec assimilation régressive (*agsm > *assm > *asm), puis allongement compensatoire de la voyelle a (*asm > *azm > *ām). Cette simplification du groupe intérieur *-gsm- est bien illustrée par le terme iūmentum, -i Nt. « bête de somme », écrit au nomin.-acc. pl. IOVKSMENTA, dans l’inscription dite de la Pierre noire du forum ou Lapis niger, CIL I2, 1).

Pour l’étymologie, cf. §6.2.

Retour au §1 ou Retour au plan ou Aller au §3