Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

dictionnaire:erilis1 [2015/07/17 14:03] (Version actuelle)
bothua créée
Ligne 1: Ligne 1:
 +<html><p class="lestitres"> ĕrīlis, -e </p></html> <html><center><big><big> (adjectif)</big></big></center></html>
 +\\
 +-----
 +\\
 +
 +====== 1. Graphie, phonétique, phonologie ======
 +
 +  
 +===== 1.1. Graphie et variantes graphiques =====
 + 
 +
 +L’adjectif //ĕrīlis// est attesté par les graphies <//erilis//> ( sans <//h//> à l’initiale) et <//herilis//> (avec <//h//> initial), ces variantes graphiques se rencontrant dans les manuscrits (surtout de Plaute) et dans les inscriptions. Le substantif //[[:dictionnaire:erus]]// sur lequel est bâti l’adjectif //ĕrīlis// par suffixation est, lui aussi, attesté avec les mêmes variantes graphiques : parfois sans //<h> (erus)// et parfois avec //<h>// à l’initiale (//herus//). 
 +
 +La question de la notation du //<h>// à l’initiale dans l’adjectif et dans sa base de suffixation //[[:dictionnaire:erus]]// fut récemment remise à l’honneur à la suite de la découverte d’une inscription osque qui présente la forme //herilím//, correspondant exact de l’adjectif latin. La présence du //<h>// à l’initiale dans le terme osque remet en cause les étymologies précédemment proposées pour les termes latins, qui partaient des graphies //erus, erilis//, sans //<h>// (Poccetti 2010) (cf. [[:dictionnaire:erilis6|§6.2]]).
 +
 +Une variante purement graphique //<aerilis>// est attestée à l’époque tardive, parallèlement à la graphie //<aerus>// pour //erus//, avec le digraphe //<ae>// à la place du simple <e>. 
 +
 +Pour les variantes graphiques de //(h)erilis//, voir //[[:dictionnaire:erus]]//.
 +
 +===== 1.2. Phonétique et phonologie =====
 + 
 +
 +/e.ˈri :.lis/
 +
 +[e.ˈri :.lis]
 +
 +À la suite de l’abrègement iambique (//correptio iambica//), on trouve chez Plaute //erĭlis// au lieu de //erīlis// dans le syntagme //érĭle imperium// (Pl. //Aul//. 599).
 +
 +Un indice indirect de la prononciation de la voyelle initiale comme un //e// ouvert à l’époque tardive pourrait être fourni par la graphie //<ae>// (attestée chez un grammairien tardif) à la place de //<e>//. En effet, le digramme //<ae>// à l’époque postclassique et tardive peut dénoter, entre autres, un //e// ouvert provenant d’un ancien //e// bref /ĕ/ de l’époque classique en syllabe ouverte accentuée : cf. //[[:dictionnaire:erus]]//  pour cette question.
 +
 +\\
 +[[:dictionnaire:erilis|Retour au plan]] ou [[:dictionnaire:erilis2|Aller au §2]]