dēnuō

(adverbe)



7. Descendance du lexème

7.1. Les descendants du lexème dans les langues romanes par la voie phonétique

7.1.1. Phonétique et phonologie

Il ne semble pas que les langues romanes aient conservé des traces de l’adverbe latin denuo par la voie phonétique.

Elles ont préféré procéder par renouvellement cyclique (cf. supra §. 5.1. et § 6.2.; et infra § 7.2. ).

7.1.2. Sémantique

7.2. Les emprunts faits au latin par les langues anciennes et modernes

Il ne semble pas que les langues romanes aient procédé à des calques de signifiant de type savant à partir de l’adverbe latin denuo.

Elles ont plutôt procédé par renouvellement cyclique, en recréant, à partir de leur propre matériel lexical, l’équivalent structurel du syntagme prépositionnel latin de nouo « de nouveau » (cf. supra §. 5.1. et § 6.2.) ; il est possible aussi que certains de ces syntagmes soient des emprunts inter-romans. On a ainsi :

  • français de nouveau < a.-fr. de novel (dp. 1160, TLF), formé sur l’adjectif novel ; mais à nouveau est très récent (attesté dp. 1864 seulement) ;
  • occitan de novel (peut-être calqué sur le français) ;
  • italien di nuovo (dp. XIIIes.) < *de nouu;
  • sarde de novu (peut-être calqué sur l’italien) ;
  • catalan de nou < *de nouu, même type que l’italien ;
  • espagnol de nuevo (dp. XIIIes.), même type ; otra vez < *altra uice;
  • galicien/portugais de novo, même type que l’italien.

A côté de ces syntagmes, les langues romanes ont hérité d’autres syntagmes signifiant « de nouveau » :

  • roumain iarǎ < *a ora (= lat. hac hora) ; din nou < *deinde nouu;
  • dalmate jaura < *a ora ;
  • italien nuovamente < noua mente; on trouve aussi daccapo < *de ad capu, mais plutôt au sens de « d’une nouvelle manière » ;
  • frioulan indaûr < *in de ora ; dacjâv < *de ad capu ;
  • français derechef < a.-fr. derechief (dp. 1130, TLF), formé sur chief (< capu) au sens de « début, commencement », renforcé par le préf. intensif re- ;
  • franco-provençal dereché (dp. XIVes., FEW) ;
  • occitan derecap (dp. XIIIes., FEW).

De ces données, on peut déduire que l’adverbe du latin archaïque denuo a disparu très tôt (sauf dans la langue écrite), remplacé par un adverbe concurrent, iterum , lui-même évincé plus tard par des locutions idiomatiques purement régionales : *de nouu, *a ora, *de (re)capu, etc. Néanmoins, le type *de nouu est assez largement représenté (en Italie, dans toute l’Ibérie et peut-être en Sardaigne) pour que l’on puisse penser à une formation protoromane.

Page précédente ou Retour au plan ou Page suivante