dēnuō

(adverbe)



4.2. Exposé détaillé

A. Valeur répétitive

Chez Plaute, le sens répétitif est dominant :

  • Pl. Rud. 1103 : dixi equidem :sed si parum intellexti,dicam denuo.
    « J’ai dit. Mais si tu n’as pas bien compris, je répéterai. »

B. Valeur contre-directionnelle et valeur restitutive

Denuo a le sens contre-directionnel dans certaines occurrences, parmi lesquelles quelques-unes peuvent recevoir également une lecture restitutive, lorsqu’un état précédent est rétabli ; c’est le cas dans les exemples suivants, où les verbes expriment des accomplissements de direction opposée :

  • Pl. Capt. 766-767 Exauspicaui ex uinclis : nunc intellego / Redauspicandum esse in catenas denuo.
    « J’augurais aujourd’hui ma sortie de prison ; il me faut, à ce que je vois, inaugurer mes chaînes »
  • Pl. Trin. 803 Aperi,deprome inde auri ad hanc rem quod sat est:/ continuo operito denuo.
    « Ouvre la cachette ; retires-en ce qu’il faut d’or pour notre dessein, referme la aussitôt. »

Mais dans d’autres cas, le contre-directionnel n’est pas restitutif, parce que, bien que l’adverbe indique une direction opposée, le changement d’état n’implique pas un retour à l’état précédent :

  • Pl. Merc. 855-856 : nam tu quemuis confidentem facile tuis factis facis,/ eundem ex confidente actutum diffidentem denuo.
    « tu remplis aisément de confiance celui que ta protection favorise ; et, si tu veux, par un brusque retour, tu transformes aussitôt sa confiance en découragement. »

Parfois, les lectures restitutive et répétitive semblent toutes les deux acceptables, comme dans l’exemple suivant, selon que l’interprétation se focalise sur l’action de reconstruire dans sa totalité (répétitive) ou uniquement sur le résultat (la maison reconstruite). Le contexte justifie les deux interprétations :

  • Pl. Most. 116-117 : Vsque mantant neque id faciunt,donicum / parietes ruont - aedificantur aedes totae denuo.
    « ils attendent pour l’entreprendre que les murs tombent en ruines : alors il faut rebâtir le bâtiment de fond en comble. »

C. "Denuo" au sens de "postea"

Même si cela est assez rare, il arrive qu’aucune des deux lectures, répétitive ou contre-directionnelle, ne soit possible :

  • Pl. Rud. 999-1000 : in uidulum te piscem conuortes, nisi caues: / fiet tibi puniceum corium, postea atrum denuo.
    « tu risques de te transformer en poisson valise, si tu n’y prends garde. Ta peau deviendra pourpre, et puis noire ensuite. »

Même la lecture contre-directionnelle ne semble pas possible ici, puisque le changement de couleur du rouge au noir n’implique pas une direction opposée. Ici, denuo a seulement le même sens que postea.

D. "Denuo" au sens d’"iterum" « une deuxième fois »

Denuo peut aussi équivaloir à iterum lorsque celui-ci exprime une seule répétition, et non plusieurs, et se traduit par « une deuxième fois ». En latin archaïque, l’équivalence denuo / iterum est fréquente :

  • Pl. Most. 222-223 : Di<ui> me faciant quod uolunt, ni … / te liberasso denuo.
    « Que les dieux fassent de moi ce qu’il leur plaît, si je ne voudrais t’affranchir une seconde fois. »

de même qu’en latin tardif :

  • Gell. 3, 1, 11 : Tum Fauorinus legi denuo uerba eadem Sallustii iubet.
    « Alors Favorinus demande qu’on lise à nouveau le passage de Salluste. »

Fauorinus demande qu’on lise une deuxième fois, entièrement, du début à la fin le passage sur l’auaritia chez Salluste.

E. Valeur de « reprise »

Il est intéressant de confronter cet exemple à l’une des rares occurrences de denuo chez Cicéron, dans un contexte apparemment semblable :

  • Cic. Verr. II 1, 37 recita denuo.

Ici, denuo n’a pas le même sens qu’iterum, mais suggère une invitation à continuer la lecture du document après une pause. Le sens n’est pas répétitif, comme chez Aulu-Gelle, et l’énoncé signifie plutôt « va lire ». Ce sens de reprise appartient aussi à rursus :

  • Liv. 32, 21, 1 : Tum Aristaenus praetor rursus : ‘non magis consilium uobis…deest quam lingua ’.
    « Le préteur Aristainos reprit alors : ‘Ce ne sont pas les idées qui vous manquent, pas plus que la parole’. »

La valeur de « reprise » est différente de la valeur restitutive. Si, dans le sens restitutif, on rétablit l’état qui résulte d’un accomplissement, dans les deux derniers passages, ce sont deux verbes signifiant « dire » qui sont concernés. Il s’agit de verbes d’activité et, en tant que tels, ils n’impliquent pas un résultat : la reprise concerne simplement une activité qui avait été interrompue.

Page précédente ou Retour au plan ou Page suivante