Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

dictionnaire:contumelia4.2 [2015/07/16 16:09] (Version actuelle)
bothua créée
Ligne 1: Ligne 1:
 +<html><p class="lestitres"> contŭmēlia, -ae, f. </p></html> <html><center><big><big> (substantif)</big></big></center></html>
 +\\
 +-----
 +\\
 +
 +====== 4.2. Exposé détaillé ======
 +
 +
 +===== A. Valeur abstraite indiquant une attitude : « attitude méprisante » =====
 +
 +
 +//Contumēlia// est étymologiquement un nom abstrait de qualité qui représente la disposition permanente de celui qui est //*contumelos// « arrogant ». Le sens d’« attitude méprisante », d’« arrogance » est sans doute le plus ancien, mais il est peu fréquent. Le terme est alors employé essentiellement au singulier ; il est attesté avec ce sens surtout chez Cicéron, et se rencontre alors dans l’environnement textuel d’autres noms abstraits :
 +
 +    * Cic. //Lael//. 89 : \\ //Omni igitur hac in re habenda ratio et diligentia est, primum ut monitio acerbitate, deinde ut obiurgatio **contumelia** careat//.  \\ « En tout cas de ce genre, il faut veiller et s’appliquer, d’abord, à ne mettre aucune âpreté dans l’avertissement, puis aucun mépris dans le reproche. »
 +
 +Le lexème exprime l’attitude, la disposition permanente de celui qui agit. On peut poser le sémème suivant :
 +
 +Sémème : attitude / durable / intentionnelle / visant la //persona// d’un individu / pour le rabaisser /. 
 +
 +===== B. Valeur plus concrète indiquant une action : « marque de mépris » =====
 +
 +
 +Le sens de //contumēlia// le plus courant est celui d’« outrage », « injure ». Il apparaît dès l’époque archaïque et se maintient jusqu’à l’époque tardive. Il entre dans de nombreuses locutions verbales bien attestées dans la latinité pour suppléer à une absence de verbe correspondant au substantif (//contumēliāre// est tardif et rare ; de plus, il a le sens très limité de « violer », « outrager »). Parmi ces locutions, les plus fréquentes sont //contumēliam facere// « offenser » avec l’agent en fonction de sujet grammatical et //contumēliam accipere// « essuyer un affront » avec la victime en fonction de sujet grammatical. 
 +
 +//Contumēlia// reçoit souvent un complément au génitif qui dénote l’auteur ou la victime de l’outrage : presque toujours, ce génitif présente le trait /être humain/, ce qui montre que //contumēlia// possède un sémantisme plus restreint qu’//iniūria// et qu’il se prête beaucoup moins aux emplois métaphoriques. 
 +
 +D’autre part, quand l’auteur et la victime d’une //contumēlia// sont explicités, la victime a généralement un statut social supérieur. //Contumēlia// dénote une atteinte à l’//honos/honor// ou à la //persona// d’un individu, c’est-à-dire à la fonction, à la compétence, à la qualité que la victime possède et qui manque chez l’auteur de l’offense. 
 +Dans le domaine juridique, la //contumēlia// est ce qui permet à la victime d’intenter l’action d’injure. //Contumēlia// « la marque de mépris », « l’outrage » représente le plus souvent un acte, mais peut désigner aussi une parole.
 +
 +==== B.1. « Acte offensant » ====
 +
 +
 +//Contumēlia// dénote très souvent un acte offensant. C’est l’acception principale du lexème dans le traité de Sénèque, //De la constance du sage// :
 +
 +    * Sén. //Const.// 17, 2 : \\  //Quid quod offendimur si quis sermonem nostrum imitatur, si quis incessum, si quis uitium aliquod corporis aut linguae exprimit? […] Itaque materia petulantibus et per **contumeliam** urbanis detrahitur, si ultro illam et prior occupes//. \\ « Que dire de l’offense ressentie quand on imite notre façon de parler, notre démarche ou quand on souligne une imperfection physique ou un défaut de prononciation […]. C’est pourquoi, la matière à rire est ôtée aux insolents et à ceux qui ne sont spirituels que **de façon outrageante**, si, prenant les devants, tu t’en rends maître le premier. »
 +
 +==== B.2. « Parole offensante » ====
 +
 +
 +Quand le contexte présente un terme du champ de la parole, le lexème peut désigner alors une parole offensante, acception que l’on trouve dans le même traité de Sénèque :
 +
 +    * Sén. //Const//. 15, 1 : \\ //Non accipiet **contumeliam**, si obscenorum **uocibus improbis** per forum agetur.// \\ « Il [le sage] ne recevra pas **d’offense**, s’il est poursuivi à travers le forum **sous les cris indécents** d’hommes grossiers. »
 +
 +De même, quelques siècles plus tard chez Ambroise :
 +
 +    * Ambr. //Off.// 1, 22, 99 : \\  //In utroque seruandum ne sit aliqua perturbatio sed tamquam mitis et placidus et beneuolentiae plenus et gratiae sine ulla sermo ducatur **contumelia**.// \\ « Dans l’un et l’autre genres [l’entretien familier et l’exposé], il faut faire attention à ce que soit évitée toute passion, mais que le discours soit mené de manière douce et paisible, pleine de bienveillance et d’agrément, sans aucun **outrage**. »
 +
 +On peut alors poser le sémème suivant :
 +
 +Sémème : action / ponctuelle / résultant d’une attitude méprisante /intentionnelle /visant la //persona// d’un individu / pour le rabaisser /.
 +
 +
 +===== C. Valeur métaphorique indiquant une action : « dommage » =====
 +
 +
 +Ce sens est très rare et issu par métaphore du sens de « marque de mépris ». De ce fait, le trait /être humain/ est virtualisé.
 +
 +\\
 +[[:dictionnaire:contumelia3|Aller au §3]]  ou [[:dictionnaire:contumelia|Retour au plan]] ou [[:dictionnaire:contumelia5|Aller au §5]]