contŭmēlia, -ae, f.

(substantif)



3. Distribution dans les textes au cours de la latinité

3.0. Généralités

3.0.1. Première occurrence dans les textes ou inscriptions

La première attestation littéraire de contŭmēlia se trouve chez Plaute.

3.0.2. Répartition et distribution des occurrences dans les textes au cours de la latinité

Le lexème est attesté durant toute la latinité avec une grande fréquence (en particulier dans les expressions contumēliam facere et contumēliam accipere) : on compte en effet plusieurs centaines d’occurrences de contumēlia chez les auteurs latins non chrétiens, et plus encore chez les auteurs chrétiens.

3.0.3. Fréquence comparée des formes flexionnelles

La fréquence comparée des formes flexionnelles de contŭmēlia montre une nette prédominance de l’accusatif (53,54%) – et en particulier de l’accusatif singulier (37,54%) – sur les autres cas, ce qui s’explique par l’usage fréquent, durant toute la latinité, de locutions comme contumēliam facere et contumēliam accipere.

3.1. Distribution diachronique (périodes d’attestation)

Les informations sont fournies à partir des bases de données Brepols (Library of Latin Texts, CLCLT-5).

Période Nombre d’occurrences
IIIe s. - IIe av. J.-C. 28
Iers. av. J.-C. 142
Iers. ap. J.-C. 180
IIes. ap. J.-C. 161
IIIes. ap. J.-C. 58
IVes. ap. J.-C. 775 (36 + 739)1)
Ves. ap. J.-C. 616 (12 + 604)
VIes. ap. J.-C. 304
VIIe - VIIIe s. ap. J.-C. 101

3.2. Distribution diastratique (diaphasique)

Le lexème est très peu représenté dans la poésie, surtout à partir de l’époque classique. Il appartient au vocabulaire commun, même s’il reste un terme de droit privé au cours de la latinité ; ainsi, il est bien attesté dans les textes juridiques :

Digeste de Justinien Institutes de Justinien Code Justinien Code Théodosien
28 4 10 18

3.3. Distribution diatopique (dialectale, régionale)

3.4. Distribution par auteur, par œuvre

• Période I. Plaute : des origines à la mort d’Ennius

Nombre d’occurrences
Plaute 8

• Période II. Térence : de Caton à l’époque de Sulla

Nombre d’occurrences
Térence 10
Caton 5
Nombre d’occurrences
Cicéron 98
César 20
Salluste 8
Varron 0
Lucrèce 0
Catulle 0

• Période IV. Virgile : le siècle d’Auguste (43 av. JC-14 ap. JC)

Nombre d’occurrences
Virgile 0
Horace 1
Ovide 0
Tite-Live 35
Vitruve 3

• Période V. Sénèque : la dynastie julio-claudienne

Nombre d’occurrences
Sénèque 70
Lucain 0
Celse 0
Columelle 0
Pline l’Ancien 8
Pétrone 8
Quinte-Curce 5
Valère Maxime 11

• Période VI. Tacite : des Flaviens à Trajan (69-117 ap. J.-C)

Nombre d’occurrences
Quintilien 8
Tacite 43
Pline le Jeune 11
Stace 0
Juvénal 0
Martial 0

• Période VII. Apulée : Hadrien et les Antonins (117-192)

Nombre d’occurrences
Apulée 24
Suétone 15
Aulu-Gelle 15

• Période VIII. Tertullien et l’Histoire auguste : des Sévères à Constantin (193-337)

Nombre d’occurrences
Tertullien 39
Manicius Felix 0
Arnobe 30
Histoire Auguste 2
Cyprien 17
Lactance 15

• Période IX : du milieu du IVe au début du Ve s., l’Empire après Constantin jusqu’à Honorius (337-423)

Nombre d’occurrences
Augustin 389
Jérôme 128
Ammien Marcelin 0
Egérie 0
Macrobe 2
Donat 0
Martianus Capella 0
Ausone 5

• Période X : du milieu du Ve à la fin du VIe

Nombre d’occurrences
Grégoire de Tours 9
Priscien 1

Contumēlia a une fréquence assez élevée chez Cicéron (98 occurrences, surtout dans la correspondance : 22, les Philippiques : 15, les Verrines : 12), et chez Sénèque (70 occurrences dont la moitié, 35, dans le seul De sapientis constantia). Contumēlia est également bien représenté chez les historiens : Tacite (43), Tite-Live (35), César (19), Suétone (15), ainsi que chez Quintilien et le Pseudo-Quintilien (34), et chez Apulée (24). Contumēlia est absent de la poésie élégiaque ; on ne le rencontre pas davantage chez Virgile ; Horace ne l’emploie qu’une seule fois et Phèdre 7 fois.

La fréquence élevée de contumēlia chez Sénèque dans le De sapientis constantia s’explique par le sujet du traité, qui porte sur l’attitude du sage face à l’injure.

Contumēlia trouve sa fréquence la plus élevée chez Augustin (561 occurrences, avec une répartition assez régulière entre la correspondance, les traités et les discours), chez Jérôme (128 occurrences dont 21 dans la correspondance) et chez Grégoire le Grand (171).


Aller au §2 ou Retour au plan ou Aller au §4

1) Le détail entre parenthèses indique le nombre d’occurrences pour la littérature non chrétienne (1er chiffre) et pour la littérature chrétienne (2e chiffre).