Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

dictionnaire:caluus5 [2015/06/01 14:51] (Version actuelle)
bothua créée
Ligne 1: Ligne 1:
 +<html><p class="lestitres"> calu̯ŭs, -a, -um </p></html> <html><center><big><big> (adjectif) </big></big></center></html>
 +\\
 +-----
 +
 +\\
 +
 +====== 5. Place dans le lexique latin ======
 +
 +
 +===== 5.1. Analyse synchronique et formation du mot en latin =====
 +
 +
 +Dans l’adjectif //calu-us// « chauve », le radical latin synchronique //calu-// n’est pas analysable en éléments plus petits. Il demeure immotivé.
 +
 +
 +===== 5.2. Réflexions métalinguistiques des auteurs latins =====
 +
 +
 +//**Calua**// F. comme épithète de Vénus dans l’épisode raconté par Lactance est mis en relation avec les cheveux (//capilli//) et surtout l’absence de cheveux et donc implicitement //caluus//. Dans un épisode de l’histoire romaine, les Romains avaient coupé et utilisé les cheveux des femmes pour faire des cordes((Autre explication dans Serv. //En.// 1,720.)) :
 +
 +    * Lact. //Inst//. 1,20,27: \\ // urbe a Gallis occupata obsessi in Capitolio Romani cum ex mulierum capillis tormenta fecissent, aedem **Veneri Caluae** consecrarunt.// \\ « Lorsque la ville fut occupée par les Gaulois, les Romains, assiégés sur le Capitole, fabriquèrent des cordes avec les cheveux de leurs femmes : voilà pourquoi ils consacrèrent un temple à la **Vénus Chauve**. »
 +
 +
 +===== 5.3. « Famille » synchronique du terme =====
 +
 +
 +Dans cette « famille » de termes contenant le radical latin //calu̯-//, morphème lexical au sens de « chauve », le terme fondamental est l’adjectif //calu̯ŭs//. C’est donc lui qui sert de base de suffixation. Autour de l’adjectif //calu̯us// s’organise une « famille » de termes contenant le même morphème lexical //calu̯-// « chauve », avec parfois des transferts métaphoriques dans le domaine agricole pour des végétaux au sens de « clairsemé, peu garni ».
 +
 +==== A) Les verbes dénominatifs dé-adjectivaux ====
 +
 +
 +Sur l’adjectif //caluus// « chauve » est fait le verbe d’état dénominatif //**calu-ē-re**// « être chauve » (Pline 11, 130) selon un procédé de dérivation usuel (cf. pour les adjectifs de couleur : //albus, -a, um// « blanc » → //alb-ē-re// « être blanc »).
 +Sur le thème d’infectum de ce verbe d’état est formé, à l’aide du suffixe// –sc-ĕ-re// transformatif ou inchoatif, le verbe //calu̯ē-sc-ĕ-re// « devenir chauve » (Pline 10, 78) et, par métaphore agricole, « devenir clairsemé » (Columelle 4, 33, 3 ; Celse).
 +Le verbe //caluare// « rendre //caluus// » a donné un participe parfait passif devenu un adjectif de sens résultatif : //calu̯-ātus, -a, -um// « devenu chauve », qui a pris, par une métaphore agricole, le sens de « devenu clairsemé, peu garni », comme on le voit dans Caton //apud//Pline 17, 196 : //uinea a uite caluata// « vigne peu garnie de ceps ». 
 +Comme le verbe //calu̯are// « rendre //calu̯ŭ//s, rendre chauve » avec une valeur causative n’est attesté que dans son participe parfait passif //calu̯ā-tŭs//, on peut voir aussi dans //calu̯-ātŭs// un dérivé de l’adjectif //calu̯ŭs// « chauve » à l’aide du suffixe //-ātus, -a, -um// adjectival de valeur résultative, qui est, à l’origine, une variante du morphème// –tus, -a, -um (*-to-)// de participe parfait passif. Cette variante est élargie en //-ā-// par l’avant à la suite d’une mécoupure sur des thèmes verbaux d’infectum en …//ā-.// Le suffixe //-ātus, -a, -um //sert à dénoter le résultat acquis d’un procès antérieur, qui est ici un état, dénoté par l’adjectif //calu̯ŭs// « chauve ».
 +
 +==== B) Les noms abstraits dé-adjectivaux ====
 +
 +
 +//Caluus// « chauve » sert également de base de suffixation à des substantifs noms abstraits comme : 
 +
 +    * //calu̯-ĭtĭēs (-eī// F.) « fait d’être chauve, calvitie » (Pétrone 108, 1) avec le suffixe //–ĭtĭēs// (allomorphe de //–ĭtĭa, -ae// F.). 
 +
 +    * Sur l’adjectif //calu̯us//, on trouve aussi la variante suffixale //calu̯-ĭtĭum, -i// Nt. « calvitie » chez Cicéron (//Tusc.// 3, 62), terme employé par Columelle (4, 29, 11) avec un transfert métaphorique vers le domaine agricole au sens de « nudité, stérilité d’un lieu ».
 +
 +
 +==== C) Les cognomina ====
 +
 +
 +Certains adjectifs de défaut physique deviennent des//cognomina// (cf. //Plautus : cognomen// issu d’un adjectif  substantivé signifiant « qui a les pieds plats », etc.). 
 +On rencontre le //cognomen// d’homme //**Calu̯ŭs**, -i// M. (Catulle 14, 2).
 +
 +Dans le //cognomen **Calua**, -ae// M. (Cic. //Att//. 15,3,1), //caluus// est suivi du morphème //-a// de masculin (cf. //agricola//). 
 +
 +L’anthroponyme //**Calu̯ēna**, -ae// M. comportant un suffixe //-ēna// est attribué à Matius, un ami de Cicéron (Att. 14,5,1). 
 +
 +Dans l’anthroponymie, on trouve également des termes suffixés en //-īnus// M. et //-īna// F. : //**Caluīnus**// (cognomen dans plusieurs familles romaines, attesté chez Cicéron, //Brut//. 130 ; Suétone) et //**Caluīna**// pour une femme (chez Juvénal).
 +
 +
 +==== D) Épithète de Vénus ====
 +
 +
 +//**Calua, -ae**// F. est également une épithète donnée à la déesse Vénus selon Lactance à la suite d’un épisode de l’histoire romaine où les Romains avaient utilisé les cheveux des femmes pour faire des cordes et consacré ensuite un temple à Vénus qualifiée de //Venus calua// littéralement « Vénus chauve » (Lact. //Inst//. 1,20,27 : voir supra § 4 et § 5.1.).
 +
 +
 +==== E) Un préfixé en re- : recaluus ====
 + 
 + 
 +L’adjectif //caluus//  « chauve » peut être pourvu du préfixe //re-// dans// recaluus//, attesté chez Plaute, traduit généralement par « chauve par-devant » (Gaffiot) ou angl. « having receding hair, bald in front » (OLD). A. Ernout le traduit par « au front chauve » :
 +
 +    * Pl. //Rud//. 317 : \\ //Ecquem / \\ **Recaluom** ad Silanum senem, statutum, uentriosum,/  \\ Tortis superciliis, contracta fronte … ?// \\ « N’avez-vous pas vu un homme **au front chauve**, ressemblant au vieux Silène, de haute stature, avec un gros ventre, les sourcils en broussaille, le front tout ridé… ? » (traduction A. Ernout, Paris, CUF)
 +
 +Le sens littéral est « chauve vers l’arrière », « chauve en direction de l’arrière » : la partie chauve recule par rapport à un repère qui est le visage, considéré (selon l’orientation habituelle cognitive du corps humain) comme l’avant de la personne. Le préfixe //re//- dénote le mouvement vers l’arrière de la personne((On trouve aussi des termes pourvu du préfixe re- et ayant trait à une calvitie au-dessus du front dans la Vulgate:// recalvaster, -tri// M. « un peu chauve par le devant » ; //recaluatio, -onis// F. « calvitie par-devant » ; cf. //recaluities// Rufin.)). Pour les valeurs de l’élément de relation //re//-, préverbe et préfixe, voir C. Moussy (2011, p. 171-188).
 +
 +
 +==== F) Les dénominations du crâne ====
 +
 +
 +Le substantif //**calua**, -ae// F. « crâne, boîte crânienne » peut avoir pour base l’adjectif //caluus// « chauve » comme une substantivation. Le substantif //**calu̯ārĭa**// « crâne » est un suffixé en //-arius// avec substantivation au féminin. Il a la même dénotation que //calua//, mais il appartient à la langue technique (cf. le terme //caluaria//).
 +
 +
 +===== 5.4. Associations synchroniques avec d’autres lexèmes =====
 +   
 +
 +//Caluus// est associé d’une part avec des lexèmes dénotant la calvitie (//caluities, caluitium ; caluere, caluescere//) et d’autre part avec des lexèmes dénotant le crâne ou la boîte crânienne comme partie du corps (//calu̯ārĭa ; calua, -ae// F.). C’est la notion de ‘calvitie’ qui offre la fréquence la plus élevée et ce sont ces termes qui sont passés dans les langues romanes.
 +
 +//Caluus// « chauve » se distingue de //glăber (-bra, -brum)// « glabre », « qui n’a pas de poil », qui a une signification plus générale s’appliquant à tous les poils du corps humain, et non seulement aux cheveux (Pl. Trin. 541 ; au comparatif : //glabrior// : Pl. //Aul//. 402). 
 +
 +Comme //caluus// « qui a les cheveux rasés », //glaber// peut dénoter l’absence de poil après intervention humaine au sens d’« épilé » (Sén. //Ep//. 47,7) ; on le trouve substantivé au masculin dans ce sens chez Catulle (61,142) pour « un homme épilé, un mignon ».
 +
 +//Glaber//, comme //caluus//, fut appliqué par métaphore à des végétaux : Pline (//HN// 18,15) mentionne une espèce particulière d’//hordeum //« orge » dépourvue de barbe : //hordeum glabrum//« orge glabre ». 
 +
 +\\ 
 +[[:dictionnaire:caluus4|Aller au §4]]  ou [[:dictionnaire:caluus|Retour au plan]] ou [[:dictionnaire:caluus6|Aller au §6]]