Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

dictionnaire:bilinguis3 [2012/10/11 17:54]
garrido
dictionnaire:bilinguis3 [2014/12/17 12:26] (Version actuelle)
desiderio
Ligne 1: Ligne 1:
-<html><div class="titre">bilinguis, e</div></html> \\  <html><center><big><big>(adjectif)</big></big></center></html> +<html><class="lestitres">bilinguis, -e</p></html> <html><center><big><big>(adjectif)</big></big></center></html> 
- +\\
 ---- ----
  
Ligne 11: Ligne 10:
  
  
-Le mot n’est pas attesté dans les inscriptions : il ne connait que des attestations littéraires.+Le mot n’est pas attesté dans les inscriptions : il ne connaît que des attestations littéraires.
  
  
Ligne 17: Ligne 16:
  
  
-// +//Bilinguis// apparaît chez les auteurs les plus anciens tels que Ennius, Plaute ou Lucilius.
-Bilinguis +
-//  +
-apparaît chez les auteurs les plus anciens tels que Ennius, Plaute ou Lucilius.+
  
  
-L’attestation la plus ancienne est attribuée à Ennius par Festus: +L’attestation la plus ancienne est attribuée à Ennius par Festus:
  
  
-Enn. //Ann//. 649 V. = P.-Fest. 31 L. : //Bruttace **bilingui** Ennius dixit, quod Bruttii et Osce et Graece loqui soliti sint//. +    * Enn. //Ann//. 649 V. = P.-Fest. 31 L. : //Bruttace **bilingui** Ennius dixit, quod Bruttii et Osce et Graece loqui soliti sint//. \\ « Ennius a parlé d’un Bruttax **bilingue**, parce que les Bruttiens sont capables de parler et l’osque et le grec. »
- +
- +
-« Ennius a parlé d’un Bruttax **bilingue**, parce que les Bruttiens sont capables de parler et l’osque et le grec. »+
  
  
Ligne 35: Ligne 28:
  
  
-Porph. //ad Hor.// I 10, 30 : //Ideo ergo et Ennius et Lucilius Bruttate **bilingui** dixerunt.// « Pour cette raison et Ennius et Lucilius ont fait allusion à un Bruttax **bilingue**. » +    * Porph. //ad Hor.// I 10, 30 : //Ideo ergo et Ennius et Lucilius Bruttate **bilingui** dixerunt.// \\ « Pour cette raison et Ennius et Lucilius ont fait allusion à un Bruttax **bilingue**. » 
-\\  \\  +
  
  
Ligne 43: Ligne 35:
  
 Le mot est assez rare. Au total on ne dispose que d’une vingtaine d’attestations dans toute la latinité (source //TLL// s.v. //bilinguis//, vol II p. 1986), mais elles sont bien distribuées à partir des auteurs les plus anciens jusqu’à la latinité tardive. Le mot est assez rare. Au total on ne dispose que d’une vingtaine d’attestations dans toute la latinité (source //TLL// s.v. //bilinguis//, vol II p. 1986), mais elles sont bien distribuées à partir des auteurs les plus anciens jusqu’à la latinité tardive.
- 
- 
 ==== 3.0.3. Fréquence comparée des formes flexionnelles ==== ==== 3.0.3. Fréquence comparée des formes flexionnelles ====
  
  
 Presque la totalité des occurrences de //bilinguis// se trouvent au nominatif singulier, deux fois respectivement au nominatif pluriel et à l’ablatif singulier, une fois à l’accusatif singulier et à l’accusatif pluriel. On ne dispose pas d’attestations d’autres cas de la flexion. Presque la totalité des occurrences de //bilinguis// se trouvent au nominatif singulier, deux fois respectivement au nominatif pluriel et à l’ablatif singulier, une fois à l’accusatif singulier et à l’accusatif pluriel. On ne dispose pas d’attestations d’autres cas de la flexion.
- 
- 
 ===== 3.1. Distribution diachronique (périodes d’attestation) ===== ===== 3.1. Distribution diachronique (périodes d’attestation) =====
  
Ligne 70: Ligne 58:
  
  
-// +//Bilinguis // est beaucoup plus fréquent en poésie qu’en prose. Si sa première attestation en prose remonte à Quinte-Curce, il n’est plus nettement diffusé dans les textes en prose qu’à partir de l’époque chrétienne et tardive. On peut toutefois déceler un reflet indirect de son emploi au sens de « qui parle deux langues » chez Apulée, qui emploie //[[:dictionnaire:trilinguis|trilinguis]]// dans le sens de « celui qui parle trois langues » ; cet emploi suppose un parallélisme avec //bilinguis// au sens linguistique.
-Bilinguis +
-//  +
-est beaucoup plus fréquent en poésie qu’en prose. Si sa première attestation en prose remonte à Quinte-Curce, il n’est plus nettement diffusé dans les textes en prose qu’à partir de l’époque chrétienne et tardive. On peut toutefois déceler un reflet indirect de son emploi au sens de « qui parle deux langues » chez Apulée, qui emploie [[//trilinguis//]] dans le sens de « celui qui parle trois langues » ; cet emploi suppose un parallélisme avec //bilinguis// au sens linguistique.+
  
  
Ligne 88: Ligne 73:
  
  
-A l’époque archaïque, l’adjectif est attesté une fois chez Ennius, trois fois chez Plaute et une fois chez Lucilius. +A l’époque archaïque, l’adjectif est attesté une fois chez Ennius, trois fois chez Plaute et une fois chez Lucilius.
  
  
-Par la suite, il est attesté une fois chez chacun des auteurs suivants : Varron, Virgile, +Par la suite, il est attesté une fois chez chacun des auteurs suivants : Varron, Virgile,
  
  
Ligne 97: Ligne 82:
  
  
-En outre, il faut compter 6 attestations dans la Vulgate et une mention parmi les gloses de Festus. On le trouve 9 fois comme lemme dans les corpus de gloses latines (et //CGL// et //GL//) +En outre, il faut compter 6 attestations dans la Vulgate et une mention parmi les gloses de Festus. On le trouve 9 fois comme lemme dans les corpus de gloses latines (et //CGL// et //GL//) \\ \\ [[:dictionnaire:bilinguis2|Retour au § 2]] ou [[:dictionnaire:bilinguis|Retour au plan]] ou [[:dictionnaire:bilinguis4|Aller au § 4]] 
-[[:dictionnaire:potentia2|Page précédente]] ou [[:dictionnaire:potentia|Retour au plan]] ou [[:dictionnaire:potentia4|Page suivante]] +
  
  
 \\ \\
-