Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

dictionnaire:arma6 [2012/12/30 10:42]
lestrade
dictionnaire:arma6 [2014/12/16 15:23] (Version actuelle)
desiderio
Ligne 1: Ligne 1:
-<html><div class="titre">arma, -ōrum  (n. pl.)</div></html> \\  <html><center><big><big>(substantif)</big></big></center></html> +<html><class="lestitres">arma, -ōrum  (n. pl.)</p></html> <html><center><big><big>(substantif)</big></big></center></html> 
- +\\
 ---- ----
 +\\
  
 ====== 6. Histoire du lexème ====== ====== 6. Histoire du lexème ======
Ligne 11: Ligne 10:
  
  
-Dans le caractère défensif des « armes » qui, pour être efficaces, doivent s’ajuster au corps, et dans les « instruments » qui sont appropriés à un usage spécifique, se trouve la même idée d’adaptation.  +Dans le caractère défensif des « armes » qui, pour être efficaces, doivent s’ajuster au corps, et dans les « instruments » qui sont appropriés à un usage spécifique, se trouve la même idée d’adaptation.
  
 Le passage du sens A aux sens B et C est un changement de sens métonymique, l’armée, d’une part, la guerre, d’autre part, étant alors désignées par l’un des éléments qui les caractérisent. Le passage du sens A aux sens B et C est un changement de sens métonymique, l’armée, d’une part, la guerre, d’autre part, étant alors désignées par l’un des éléments qui les caractérisent.
  
  
-__+===== 6.2. Etymologie et origine =====
  
  
-__ +L’étymologie de //arma// est parfaitement connue depuis les débuts de la grammaire comparée. Le rattachement à la grande racine %%*%%//h<sub>2</sub>er-// « ajuster, adapter, agencer » n’a jamais été remis en cause, et il s’impose.
  
  
-6.2. __Etymologie et origine__ +La racine %%*%%//h<sub>2</sub>er-// renvoie souvent au travail de l’artisan, notamment dans le domaine de la charronnerie, comme on le sait par gr. ἅρμα, -τος, qui désigne le char, conçu comme une construction bien ajustée — tandis que le répondant mycénien //a-mo /armo// /, dat. //a-mo-te-i//, pl. //a-mo-ta//, mot fréquent dans les inventaires, désigne la « roue », roue à rayon faite d’un savant assemblage. On explique habituellement l’aspiration initiale de ἅρμα, ἁρμός, ἁρμόζω, ἁρμονία par l’existence d’un suffixe %%*%%-//sm//-. [[:dictionnaire:beekes|Beekes]] (2009) note qu’il faudrait admettre que ἁρμός est la forme la plus ancienne, car seul le suffixe thématique %%*%%-//mo//- a un doublet connu %%*%%‑//smo//-. Néanmoins, le mycénien ne présente pas d’aspiration.
  
  
-__+//Arma  // est un collectif de %%*%%//armo-//, non attesté. Le mot est en synchronie un //plurale tantum//, ce qui s’explique par le fait qu’il désigne un ensemble d’objets. C’est, en synchronie, un lexème inanalysable pour les locuteurs. Il ne nous paraît pas absolument nécessaire de partir d’un adjectif %%*%%//armo-// « bien ajusté », comme le fait [[:dictionnaire:de_vaan|De Vaan]] (2008). Ce peut être d’emblée un substantif. //Arma// désignant principalement les armes défensives, l’emploi de la racine %%*%%//h<sub>2</sub>er//- se comprend aisément : les cuirasses, jambières, casques, etc. sont ajustés à la personne qui les porte — à moins qu’il ne faille comprendre qu’il s’agit d’ouvrages résultant d’un assemblage, d’un ajustement réalisé par l’artisan.
  
  
-__  +Les substantifs dérivés en %%*%%-//mo//- sont nombreux et anciens, tant en latin que dans les autres langues. Le suffixe -μος (souvent oxyton) est resté très productif en grec((Cf. P. CHANTRAINE, //La formation des noms en grec ancien//, 1933, p. 132-150.)), alors qu’il a cessé de l’être depuis longtemps en latin. %%*%%//armo//- n’a de correspondant direct connu dans aucune  autre langue i.-e.
- +
- +
-L’étymologie de //arma// est parfaitement connue depuis les débuts de la grammaire comparée. Le rattachement à la grande racine %%*%%//h<sub>2</sub>er-// « ajuster, adapter, agencer » n’a jamais été remis en cause, et il s’impose.  +
- +
- +
-La racine %%*%%//h<sub>2</sub>er-// renvoie souvent au travail de l’artisan, notamment dans le domaine de la charronnerie, comme on le sait par gr.  +
- +
- +
-ἅρμα, -τος, +
- +
- +
-qui désigne le char, conçu comme une construction bien ajustée — tandis que le répondant mycénien //a-mo /armo///, dat. //a-mo-te-i//, pl. //a-mo-ta//, mot fréquent dans les inventaires, désigne la « roue », roue à rayon faite d’un savant assemblage. On explique habituellement l’aspiration initiale de  +
- +
- +
-ἅρμα, ἁρμός, ἁρμόζω, ἁρμονία par l’existence d’un suffixe %%*%%-//sm//-.  +
- +
- +
-[[Beekes]] (2009) note qu’il faudrait admettre que  +
- +
- +
-ἁρμός est la forme la plus ancienne, car seul le suffixe thématique %%*%%-//mo//- a un doublet connu %%*%%‑//smo//-. Néanmoins, le mycénien ne présente pas d’aspiration. +
- +
- +
-// +
-Arma  +
-//  +
-est un collectif de %%*%%//armo-//, non attesté. Le mot est en synchronie un //plurale tantum//, ce qui s’explique par le fait qu’il désigne un ensemble d’objets. C’est, en synchronie, un lexème inanalysable pour les locuteurs. Il ne nous paraît pas absolument nécessaire de partir d’un adjectif %%*%%//armo-// « bien ajusté », comme le fait [[De Vaan]] (2008). Ce peut être d’emblée un substantif. //Arma// désignant principalement les armes défensives, l’emploi de la racine %%*%%//h<sub>2</sub>er//- se comprend aisément : les cuirasses, jambières, casques, etc. sont ajustés à la personne qui les porte — à moins qu’il ne faille comprendre qu’il s’agit d’ouvrages résultant d’un assemblage, d’un ajustement réalisé par l’artisan. +
- +
- +
-Les substantifs dérivés en %%*%%-//mo//- sont nombreux et anciens, tant en latin que dans les autres langues. Le suffixe - +
- +
- +
-μος (souvent oxyton)  +
- +
- +
-est resté très productif en grec[[ +
- +
- +
-[1] +
- +
- +
-]], alors qu’il a cessé de l’être depuis longtemps en latin. %%*%%//armo//- n’a de correspondant direct connu dans aucune  autre langue i.-e. +
  
  
Ligne 77: Ligne 33:
  
  
 +\\
 \\ \\
  
- +[[:dictionnaire:arma5|Aller au § 5]] ou [[:dictionnaire:arma|Retour au plan]] ou [[:dictionnaire:arma7|Aller au § 7]]
----- +
- +
- +
-[[ +
- +
- +
-[1] +
- +
- +
-]]  +
-Cf. P. CHANTRAINE, //La formation des noms en grec ancien//, 1933, p. 132-150. +