ăpĕr, ăprī (m.)

(substantif)



3. Distribution dans les textes au cours de la latinité 

3.0. Généralités

Le substantif aper n’est connu que par les textes, à l’exception d’une inscription poétique de l’époque impériale (CLE 1526). Il n’est pas attesté comme nom commun dans les inscriptions, où l’on trouve seulement Aper comme cognomen.

3.0.1. Première occurrence dans les textes

Dans les textes, aper est attesté depuis Plaute, dans un proverbe ou une expression lexicalisée signifiant « prendre deux sangliers dans le même gîte », équivalant sémantiquement au proverbe fr. faire d’une pierre deux coups :

  • Pl. Cas. 476 :
    Enim uero huc aures magis sunt adhibendae mihi ;
    Iam ego uno in saltu lepide apros capiam duos.

    « Oh, oh ! c’est le moment de prêter l’oreille plus que jamais. Je vais prendre deux sangliers dans le même gîte : quel joli coup ! » (traduction A. Ernout, 1933, CUF)

La présence d’aper dans un tel contexte montre que le lexème est ancien et employé à l’oral, dans la langue quotidienne usuelle, dans un bas niveau de langue.

3.0.2. Répartition et distribution des occurrences dans les textes au cours de la latinité

Aper est relativement fréquent par rapport aux autres noms d’animaux.

Sa distribution chez les auteurs est assez régulière et répartie également dans les différents genres littéraires. Il est fréquent dans la poésie augustéenne et dans la prose technique qui s’occupe de zoologie, de chasse et d’élevage des animaux.

3.0.3. Fréquence comparée des formes flexionnelles

Toutes les formes flexionnelles d’aper sont attestées. Les occurrences sont distribuées de manière homogène entre singulier et pluriel.

3.1. Distribution diachronique (périodes d’attestation)

Terme attesté dans toute la latinité:

Nombre d’occurrences Fréquence relative
-IIIe-IIe siècle av. J.-C. 4 15
-Ier siècle av. J.-C. 29 16
+Ier siècle ap. J.-C. 54 20
+IIe siècle ap. J.-C. 25 23
+IIIe siècle ap. J.-C. 3 4
+IVe siècle ap. J.-C. 5 1
+Ve siècle ap. J.-C. 2 0,2
Total 149 6

3.2. Distribution diastratique (diaphasique) 

Les textes ne montrent aucune variation diastratique ou diaphasique. La répartition entre prose et poésie est bien équilibrée.

Le mot appartient au vocabulaire commun, même si, en raison de sa signification, il n’est pas très fréquent. La superposition avec porcus et sus dans certains contextes, comme la nourriture et la cuisine, a contribué à la disparition du terme dans les langues romanes.

3.3. Distribution diatopique (dialectale, régionale)

Aucune distribution diatopique n’est saisissable.

3.4. Distribution par auteur, par œuvre

• Période I. Plaute : des origines à la mort d’Ennius

Plaute
2

• Période II. Térence : de Caton à l’époque de Sulla 

Térence Caton
1 1

• Période III. Cicéron : la fin de la République

Cicéron César Varron Salluste Lucrèce Catulle
3 0 6 0 1 0

• Période IV. Virgile : le siècle d’Auguste (43 av. JC-14 ap. JC)

Tite-Live Ovide Virgile Phaedrus Horace Properce Tibulle
1 8 6 3 10 2 1

• Période V. Sénèque : la dynastie julio-claudienne

Pline l’Ancien Sénèque Columelle Celse Valère Maxime Quinte-Curce Valère Flaccus Pétrone
14 12 1 2 2 1 1 4

• Période VI. Tacite : des Flaviens à Trajan (69-117 ap. J.-C)

Quintilien Tacite Stace Martial Juvénal Pline le Jeune
3 0 1 11 8 1

• Période VII. Apulée : Hadrien et les Antonins (117-192)

Aulu-Gelle Apulée Suétone
0 4 4

• Période VIII. Tertullien et l’Histoire auguste : des Sévères à Constantin (193-337)

Tertullien Lactance Histoire Auguste
0 0 1

• Période IX : du milieu du IVe s. au début du Ve, l’Empire après Constantin jusqu’à Honorius (337-423)

Augustin Ammien Marcelin Sidonius Apoll. Martianus Capella
0 3 1 1

• Période X : du milieu du Ve à la fin du VIe

Grégoire de Tours Priscien
0 2


Aller au § 2 ou Retour au plan ou Aller au § 4